ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

SÉRIE : ÉTUDES ET RECHERCHES D'ARCHITECTURE VERNACULAIRE

Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

 

No 1 (1981)

Christian Lassure

La tradition des bâtisseurs à pierre sèche : la fin de l'anonymat 

A4 - 38 p. - offset - 12 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - Règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « La tradition des bâtisseurs à pierre sèche : la fin de l'anonymat  »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 2 (1982)

Christian Lassure

Le "toît de lauses en tas-de-charge" du Quercy : réalité ou mythe ? 

A4 - 32 p. - offset -12 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - Règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Le "toît de lauses en tas-de-charge" du Quercy : réalité ou mythe ?   »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 3 (1983)

Claude Gendre et Christian Lassure

Contribution à l'étude de l'héritage architectural d'un village du haut Conflent : Sansa 

A4 - 32 p. - offset -12 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - Règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Contribution à l'étude de l'héritage architectural d'un village du haut Conflent : Sansa    »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 4 (1984)

Claude Lacombe

Carreaux et tuiles à estampage ou à inscription du Périgord 

A4 - 32 p. - offset - 12 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - Règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Carreaux et tuiles à estampage ou à inscription du Périgord »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 5 (1985)

Christian Lassure

Eléments pour servir à la datation des constructions en pierre sèche 

A4 - 40 p. - offset - 12 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - Règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Eléments pour servir à la datation des constructions en pierre sèche  »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 6 (1986)

Christian Lassure

Une vieille technique de puisage en perdition : le balancier à tirer l'eau 

A4 - 40 p. - xérocopie - 20 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - Règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Une vieille technique de puisage en perdition : le balancier à tirer l'eau  »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 7 (1987)

Serge Avrilleau, Christian Lassure et François Véber

Eléments pour servir à l'inventaire des édifices en pierres sèches de la commune de Sorges (Dordogne) 

A4 - 40 p. - xérocopie - 12 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - Règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Eléments pour servir à l'inventaire des édifices en pierres sèches de la commune de Sorges (Dordogne) »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 8 (1988)

Michel Rouvière et Christian Lassure

Genèse et évolution de l'habitat rural isolé en bas Vivarais d'après l'analyse architecturale et l'étude cadastrale : 
l'exemple du Mas de la Sauzède à Vinezac (Ardèche) 

A4 - 40 p. - xérocopie - Épuisé

 

No 9 (1989)

Georges Fouchet et Christian Lassure

Enquête sur les "cadoles" ou anciennes cabanes de vigne de Saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire) 

A4 - 20 p. - xérocopie - exemplaires disponibles auprès de l'Association de sauvegarde et de mise en valeur de Saint-Clément-sur-Guye, chez Georges Fouchet,  4, square Georges Contenot - 75012 PARIS - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner à Georges Fouchet,  4, square Georges Contenot - 75012 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Enquête sur les "cadoles" ou anciennes cabanes de vigne de Saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire) »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre de l'Association de sauvegarde et de mise en valeur de Saint-Clément-sur-Guye

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 10 (1990)

Georges Fouchet et Christian Lassure

L'ancien moulin à vent Billebaud à Saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire)

 A4 - 6 p. - xérocopie - exemplaires disponibles auprès de l'Association de sauvegarde et de mise en valeur de Saint-Clément-sur-Guye, chez Georges Fouchet,  4, square Georges Contenot - 75012 PARIS - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner à Georges Fouchet,  4, square Georges Contenot - 75012 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « L'ancien moulin à vent Billebaud à Saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire) »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre de l'Association de sauvegarde et de mise en valeur de Saint-Clément-sur-Guye

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 11 (1991)

Christian Lassure

Baraques et cortals du Roussillon ou le mythe des "capitelles" et des "orris" 

A4 - 9 p. - xérocopie - 10 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - Règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Baraques et cortals du Roussillon ou le mythe des "capitelles" et des "orris" »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 12 (1992)

Christian Lassure

Les cabanes en pierre sèche de Bonnieux (Vaucluse) : affabulation et réalité 

A4 - 30 p. - xérocopie - 10 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Les cabanes en pierre sèche de Bonnieux (Vaucluse) : affabulation et réalité »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 13 (1993)

Christian Lassure

Archéologie et architecture du "village des bories" (alias "Les Cabanes") à Gordes, en Vaucluse

 A4 - 26 p. - xérocopie - 10 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Archéologie et architecture du "village des bories" (alias "Les Cabanes") à Gordes, en Vaucluse »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 14 (1994)

Christian Lassure et Jean Le Gall
Le pseudo "ermitage de saint Hervé" en Lanrivoaré (Finistère) :
étude architecturale et archivistique 

A4 - 47 p. - xérocopie - 12 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Le pseudo "ermitage de saint Hervé" en Lanrivoaré (Finistère) : étude architecturale et archivistique  »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 15 (1995)

Christian Lassure et Jean Le Gall
Les caves à boissons du Pardon de Notre Dame de Crénénan en Ploërdut (Morbihan) :
étude architecturale et archivistique 

A4 - 18 p. - xérocopie - 12 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Les caves à boissons du Pardon de Notre Dame de Crénénan en Ploërdut (Morbihan) : étude architecturale et archivistique  »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 16 (1996)

Sergio Gnesda
Témoins d'architecture en pierre sèche au Maroc :
les tazotas et les toufris de l'arrière-pays d'El-Jadida 

A4 - 24 p - xérocopie noir et blanc + couleur - ÉPUISÉ

 

No 17 (1997)

Christian Lassure

L'ARCHITECTURE EN PIERRE SÈCHE DE LA FRANCE :

BIBLIOGRAPHIE CHRONOLOGIQUE (1521-1997)

Extrait de l'introduction

Un domaine d'étude reconnu se doit d'avoir une bibliographie exhaustive et tenue à jour. C'est désormais chose faite pour l'architecture de pierre sèche grâce à cette bibliographie réunissant quelque 840 références.

Si la mention la plus précoce date du XVIe siècle, il faut souligner cependant que la majeure partie des titres ne concerne que la fin du XIXe siècle et l'ensemble du XXe, et que plus de la moitié de ces titres ont vu le jour dans les deux dernières décennies du XXe siècle, témoignant du considérable regain d'intérêt qu'a connu cette architecture.

Chaque année qui passe apporte son lot de nouveaux venus à "la pierre sèche"; c'est à ces découvreurs que cette bibliographie est principalement destinée : elle leur fait mieux mesurer, certes, qu'ils abordent un domaine déjà frayé par des générations de chercheurs venus d'horizons divers, mais surtout elle leur apprend si l'aire géographique ou le thème précis auxquels ils s'intéressent a déjà été étudié par des prédécesseurs et quels sont les auteurs qu'ils ont intérêt à consulter pour mener à bien leurs recherches.

Telle qu'elle est constituée, la bibliographie est chronologique, en ce sens que les écrits recensés sont répertoriés selon l'année de leur parution; toutefois, à l'intérieur de chaque année, les références sont disposées selon l'ordre alphabétique des noms d'auteurs. Clôturant l'ensemble, un index alphabétique des noms d'auteurs indique pour chacun d'eux les années auxquelles il apparaît (cela indépendamment du nombre des publications dans une même année).

Chaque fois que la référence ne comportait pas de localisation assez précise, le nom du département concerné a été suppléé entre crochets. De même, chaque fois qu'un titre a fait l'objet d'un commentaire, d'un compte rendu ou d'un résumé dans une des publications du C.E.R.A.V., la chose est mentionnée à la suite de ses références.

Format A4 - 86. - Xérocopie - Couverture bristol spiralée - Prix : 15 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                      ADRESSE

commande ................exemplaire(s) de "L'architecture en pierre sèche de la France : bibliographie chronologique"

ci-joint chèque postal ou bancaire de ............... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE                                                               SIGNATURE

 

No 18 (1998)

Christian Lassure (texte), Michel Rouvière (dessins à la plume)

ESSAI D'ANALYSE ARCHITECTURALE DES ÉDIFICES EN PIERRE SÈCHE

réédition

couerav18.jpg (35051 octets)

Cet ouvrage est la réédition de l'étude parue en 1977 dans le supplément No 1 de la revue "L'architecture rurale en pierre sèche". Du fait de l'épuisement de ce supplément dès la fin des années 1970, les chercheurs nouveaux venus dans la discipline ne pouvaient tirer parti des enseignements de cette étude fondamentale. C'est pour satisfaire une demande tout à fait légitime de leur part que le CERAV a décidé de republier ce texte, tout en étant conscient qu'en deux décennies les connaissances en matière de maçonnerie et de voûtements en pierre sèche ont considérablement augmenté.

SOMMAIRE

1. Introduction

1.1. Originalité et richesse d'un type d'architecture mal connu
1.2. Nécessité d'une analyse de ses caractéristiques architecturales

2. La maçonnerie à sec

2.1. Définition
2.2. Origine du matériau
2.3. Mise en œuvre du matériau
2.4. Traitement du matériau

3. La voûte encorbellée et la voûte clavée en pierres sèches

3.1. Principes respectifs
3.1.1. La voûte encorbellée en pierres sèches
3.1.2. La voûte clavée en pierres sèches
3.1.3. Voûtes encorbellée et clavée et maçonnerie avec liant
3.2. Morphologies respectives
3.2.1. Principales formes de voûtage par pierres sèches encorbellées
3.2.2. Principales formes de voûtage par claveaux posés à sec
3.2.3. Statique des voûtes de pierres sèches encorbellées
3.2.4. Statique des voûtes à claveaux posés à sec

4. Etude architecturale d'un spécimen de construction à voûte de pierres sèches

encorbellées de plan circulaire et à couvrement conique

4.1. Désignation des différentes parties
4.2. La partie de couvrement
4.2.1. Anatomie
4.2.2. Traitement du matériau
4.3. Le mur porteur
4.3.1. Anatomie
4.3.2. Traitement du matériau

5. L'outillage du constructeur de bâtiments en pierres sèches

5.1. L'outillage de maçon
5.2. L'outillage de tailleur de pierres

Format A4 - 65 p. - Xérocopie - Couverture bristol spiralée - Épuisé

 

No 19 (1999)

Michel Raimbault, Chantal Rouchouse

CABANES ET STRUCTURES EN PIERRE SÈCHE DANS "LA PLAINE" DE GRAS (ARDÈCHE) :

PHYSIONOMIE D'UN CONTEXTE AGRO-PASTORAL EN BAS-VIVARAIS

erav19.jpg (68350 octets)

Collaboration fructueuse entre un archéologue et un peintre paysagiste, l'étude sur les structures en pierre sèche de "La Plaine" de Gras en Ardèche, a été menée de 1995 à 1998. La prospection de terrain a été facilitée par la photographie aérienne verticale (couverture IGN, contact couleur) largement utilisée, complétée par des plans, croquis, photographies, notes descriptives, des recherches aux Archives Départementales de Privas et des enquêtes auprès de vieilles familles résidentes.

La zone étudiée se situe à l'extrémité septentrionale du vaste plateau calcaire du Laoul, entre Saint-Remèze et Bourg-Saint-Andéol, en limite des influences climatiques méditerranéennes.

Trente cabanes et plus de deux cents autres structures ("coupe-vent", tours, clapas parementés, murs, etc.) ont été recensées à ce jour sur une superficie d'environ 600 hectares. Les cabanes sont simples, petites, modestement voûtées, en relation avec des moyens d'existence très limités. Les données intrinsèques ne permettent guère d'en préciser les fonctions exactes, mais l'étude des emplacements et la tradition orale apportent des éléments plus significatifs de compréhension. Les "coupe-vent", dont plusieurs types ont été définis, constituent la principale originalité de l'étude et témoignent de l'ampleur du vent du nord sur le plateau. La plupart des structures sont en relation avec une intense vie pastorale depuis l'Ancien régime, confirmée par des documents d'archives, le pastoralisme ayant toujours été le complément indispensable aux besoins des populations locales sur ce sol aride.

Cette "architecture de la nécessité" est menacée par la reprise de la végétation, les coupes de bois, les dommages causés par le temps et des nuisances inconsidérées. Le dur labeur effectué autrefois par tous ces paysans défricheurs et éleveurs, dont la première récolte était celle des pierres, a permis de gagner, sous l'effet de la pression démographique, des espaces productifs dont le parcellaire et les divers aménagements en pierre sèche ne correspondent plus aux besoins économiques des jeunes exploitants d'aujourd'hui.

Format A4 - 58 p. - Xérocopie - Couverture bristol spiralée - Prix : 15 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                      ADRESSE

commande ................exemplaire(s) de "Cabanes et structures en pierre sèche dans 'La Plaine' de Gras (Ardèche)"

ci-joint chèque postal ou bancaire de ............... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE                                                               SIGNATURE

 

No 20

CONSTRUIRE UNE CABANE EN PIERRE SÈCHE : MODE D'EMPLOI

Christian Lassure

1. INTRODUCTION :

LES NOUVEAUX BÂTISSEURS À PIERRE SÈCHE

2. PRÉLIMINAIRES ADMINISTRATIFS

2.1 Déclaration préalable de travaux, permis de construire

2.2 Assurance

3. NOMBRE DE PARTICIPANTS

3.1 "Too many cooks spoil the broth"

3.2 Les avantages du travail en tandem

4. LE MATÉRIAU DE CONSTRUCTION

4.1 Volume de pierres requis

4.2 Provenance des pierres

4.3 Rangement des pierres

4.4 Transport des pierres à pied d'œuvre

4.5 Pose des pierres sur le plan de travail

4.6 Manutention des pierres

4.7 Manipulation des pierres

5. OUTILS

5.1 Pour dégager le terrain

5.2 Pour déliter les strates rocheuses affleurantes

5.3 Pour briser de gros blocs

5.4 Pour soulever des pierres à demi enfoncées dans la terre

5.5 Pour creuser la terre caillouteuse

5.6 Pour dégrossir les pierres

5.7 Pour dresser le parement des pierres

5.8 Pour bien caler les pierres

5.9 Pour tracer les fondations

5.10 Pour qu'un mur ait partout le même fruit

5.11 Pour mettre en place le linteau et l'arrière-linteau

5.12 Pour recouvrir de terre l'extrados d'une voûte

6. FAÇONNAGE DES PIERRES

6.1 Matériau brut ou matériau façonné ?

6.2 Dégrossissage

6.3 Dressage du parement des pierres

6.4 Biseautage du parement des pierres de la voûte encorbellée

7. EDIFICATION DE LA PARTIE DE BASE

7.1 Implantation au sol

7.2 Fondations

7.3 Reconstruction d'une cabane écroulée sur ses bases

7.4 Le pivot

7.5 Les banquettes volantes

7.6 Echafaudages extérieurs

7.7 Pose de la "première pierre"

8. LES RÈGLES DE LA BONNE MAÇONNERIE À PIERRE SÈCHE

8.1 Pose des pierres selon le lit de carrière

 

8.2 Pose des pierres selon leur dessus et leur dessous

8.3 Attribution d'un fruit au parement extérieur

8.4 Pose des pierres en assises horizontales

8.5 Croisement des joints

8.6 Pose des pierres en boutisses

8.7 Pose de boutisses parpaignes à intervalles réguliers

8.8 Immobilisation des pierres dans les six directions à l'aide de cales

8.9 Abstention de toute "mitraille"

8.10 Isolation par de la terre

8.11 Non recours au calage de parement

9. EDIFICATION DE L'ENTRÉE

9.1 Emplacement de l'entrée

9.2 Entrée avec porte

9.3 Entrée sans porte

9.4 Méthode de couvrement de l'entrée

10. EDIFICATION DE LA PARTIE DE COUVREMENT

10.1 Plancher

10.2 Pivot et cordeau oblique

10.3 Echelle

10.4 Assise de sablières (dans les cabanes cylindro-coniques)

10.5 Assise de gros blocs à l'amorce de l'encorbellement

10.6 Pierres du voûtement

10.7 Dalle couronnant la voûte

10.8 Pierres de la couverture sur l'extrados de la voûte

10.9 Pierres de revêtement sur l'extrados de la voûte

11. CAS PARTICULIER : CONSTRUCTION D'UN ÉDIFICE DE PLAN CARRÉ

11.1 Les quatre angles de la partie de base

11.2 Couvrement pyramidal ou toiture conique de lauses ?

11.3 Choix d'un couvrement pyramidal

11.4 Choix d'une toiture conique de lauses

12. AMÉNAGEMENTS

12.1 Construction d'une niche

12.2 Construction d'un regard

12.3 Construction d'un siège

12.4 Sol intérieur

12.5 Construction d'une cheminée

12.6 Insertion d'un portemanteau

13. SIGNER ET DATER LA CONSTRUCTION

14. QUE FAIRE DU NOUVEL ÉDIFICE ?

14.1 Un usage tout trouvé : resserre, débarras, réserve

14.2 Comment s'éclairer à l'intérieur

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

Format A4 - 36 pages - xérocopie - couverture bristol spiralée - Épuisé

Cf infra, Construire une cabane en pierre sèche : mode d'emploi, 2e édition

 

No 21

BUILDING A DRYSTONE HUT: AN INSTRUCTION MANUAL

Christian Lassure

1. INTRODUCTORY NOTE: DRYSTONE BUILDERS OF TODAY

 

2. OFFICIAL FORMALITIES

2.1 Prior notification of construction work, planning permission

2.2 Insurance

3. NUMBER OF PARTICIPANTS

3.1 "Too many cooks spoil the broth"

3.2 The advantages of working in tandem

4. CONSTRUCTION MATERIAL

4.1 Volume of stone required

4.2 The Source of Stone

4.3 Putting the stones in order

4.4 Carrying the stones to the building site

4.5 Laying the stones in the work area

4.6 Shifting the stone on-site

4.7 Stone handling

5. TOOLS

5.1 Clearing the building-plot

5.2 Splitting the strata of rocky outcrops

5.3 Breaking up big blocks

5.4 Lifting half-buried stone

5.5 Digging stoney ground

5.6 Rough-hewing stone

5.7 Levelling up the stone facing

5.8 Wedging stone properly

5.9 Laying out the foundations

5.10 Making sure the wall has the same batter throughout

5.11 Putting the lintel and inner-lintel in place

5.12 Covering the extrados of the vault with earth

6. SHAPING THE STONES

6.1 Raw or worked materials?

6.2 Rough-hewing

6.3 Levelling up the stone facing

6.4 Giving a chamfered edge to the stone facing of a corbelled vault

7. BUILDING THE WALLS AND FOUNDATIONS

7.1 The ground site

7.2 Foundations

7.3 Reconstruction of a hut whose walls and foundations have collapsed

7.4 The pivot

7.5 Moveable stands

7.6 External scaffolding

7.7 Laying the "first stone"

8. RULES OF GOOD DRYSTONE MASONRY

8.1 Laying the stones in alignment with their natural bedding

 

8.2 Laying stones according to the form of their upper and lower surfaces

8.3 Giving the outer facing a batter

8.4 Laying stones in horizontal courses

8.5 Staggered joints

8.6 Laying stones as headers, or bands

8.7 Laying throughbands at regular intervals

8.8 Stabilizing stones in all six directions with wedges

8.9 Use of "grapeshot" to be avoided

8.10 Insulation with earth

8.11 Use of pinnings in the façing to be avoided

9. BUILDING AN ENTRANCE

9.1 The entrance’s placing 

9.2 A doorway

9.3 A doorless entrance

9.4 Roofing technique for the entrance

10. CONSTRUCTING THE ROOFING

10.1 Floor

10.2 Pivot and slant-marking line

10.3 Ladder

10.4 Course of stone eaves plates (in cylindrical, conical huts)

10.5 Course of large blocks at the starting-point of the corbelling

10.6 Stones for the vaulting

10.7 The vault’s coping-stone or crown 

10.8 Roof covering stones on the vault’s extrados 

10.9 Stone cladding on the vault’s extrados

11. SPECIAL CASE: CONSTRUCTION OF A BUILDING ON A SQUARE PLAN

11.1 Four right-angles in the base part

11.2 A pyramid-shaped roof or a conical one with a flat-stone tiling?

11.3 The pyramid-shaped roof option

11.4 The conical stone-tiled roof option

12. FITTING OUT THE HUT’S INTERIOR

12.1 Construction of a niche

12.2 Construction of a window aperture

12.3 Construction of a seat

12.4 Flooring

12.5 Construction a fireplace

12.6 Putting in a coat hanger

13. SIGNING AND DATING THE CONSTRUCTION

14. WHAT TO DO WITH THE NEW BUILDING?

14.1 A ready-made use: toolshed, lumber room, storehouse

14.2 How to light up the interior

BIBLIOGRAPHICAL SOURCES

A4 format - Total number of pages: 36 p - Xerocopy reproduction - Spiral-backed bristol board cover - Out of print

Cf infra, Building a Drystone Hut: an Instruction Manual, 2nd edition

 

No 22

LA MAÇONNERIE À PIERRES SÈCHES : VOCABULAIRE

Christian Lassure

Ce « Vocabulaire de la maçonnerie à pierres sèches » constitue la 3e édition d’un lexique publié initialement - sous une forme abrégée et non illustrée - en septembre 1999 dans le bulletin de liaison No 11 du CERAV, avant d’être mis en ligne - sous sa forme pleine et illustrée - en décembre 2001 sur les sites perso.libertysurf.fr/pierreseche et pierreseche.com.

 

Désormais publié sous sa version entière dans le cadre de la série « Etudes et recherches d’architecture vernaculaire » du CERAV, ce vocabulaire comporte

- 226 entrées (contre 199 dans la version électronique de 2001 et 72 dans la version abrégée de 1999)

- et 59 illustrations - photos noir et blanc de l’auteur ou de Dominique Repérant, dessins au trait ou à la plume de l’auteur ou de Michel Rouvière - (contre 42 illustrations dans la version électronique).

 

Il constitue le complément lexical et didactique du manuel « Comment construire une cabane en pierre sèche » publié dans la même série. Les termes couramment rencontrés en maçonnerie à pierre sèche y font l’objet d’une définition ou d’un développement qui en éclairent et illustrent le sens. 

 

Tant l’amateur que le spécialiste trouveront dans cet ouvrage les clés de la compréhension et de la maîtrise de la technique de la pierre sèche.

 

SOMMAIRE

 

ABATTEMENT - AFFAISSEMENT - AIGUILLE - APLOMB - APPAREIL - APPAREIL DE PIERRES EN DÉLIT ET SUR LA TRANCHE - APPAREIL EN BOUTISSES - APPAREIL EN BOUTISSES ET PANNERESSES - APPAREIL EN ÉPI - APPAREIL INCERTAIN - ARASE - ARC DE DÉCHARGE - ARCEAU (EN PIERRE SÈCHE) - À SEC - ASSISE - ASSISE AUTOCLAVÉE

 

BALÈVRE - BARBACANE - BARD - BARDAGE - BARRE À MINE - BASALTE - BAYARD - BESACE D'ANGLE - BLOCAGE - BLOCAILLE - BOUCLEMENT - BOUFFEMENT - BOUSIN - BOUT (D'UNE PIERRE) - BOUTISSE - BOUTISSE PARPAIGNE - BOUTISSE TRAVERSANTE - BOUTISSE TRAVERSIÈRE - BRÈCHE - BROCHE

 

CADETTE - CAILLASSE - CALADAGE - CALAGE - CALCAIRE - CALE - CARREAU - CARRIÈRE - CHAÎNAGE - CHAÎNE D’ANGLE - CHAÎNE D’ENCOIGNURE - CHAÎNE VERTICALE - CHANT - CHANTEPLEURE - CHAPERON - CINTRE - CISEAU - CLAPE - CLAVEAU - CLÉ (OU CLEF) - CLÉ HORIZONTALE - COINS EN FER - CONSTRUCTION PAR ÉPAULÉES - CONTRE-FRUIT - CONTREMUR - CORBEAU - COUP DE SABRE - COURONNEMENT - COURONNEMENT DE DALLES HORIZONTALES - COURONNEMENT DE LAUSES « EN ÉPI » - COUVREMENT

 

DALLE FAÎTIÈRE - DALLE TERMINALE - DÉCAISSEMENT - DÉCOUVERTE - DÉGAUCHISSAGE (OU DÉGAUCHISSEMENT) - DÉLIAISON - DÉLIT - DÉLITAGE (OU DÉLITEMENT) - DÉMAIGRISSEMENT - DÉRASEMENT - DÉROCHEMENT - DÉSHABILLAGE DE COUVREMENT - DÉVERS - DÉVERSEMENT - DISJOINTURE - DRESSAGE - DURÉE DE VIE (D'UNE MAÇONNERIE DE PIERRE SÈCHE)

 

ÉBAUCHAGE - ÉBOUSINAGE - EFFONDREMENT - ÉLÉGISSEMENT - EMPATTEMENT - ENCOIGNURE - ENCORBELLEMENT - ÉPANNELAGE - ÉPAULÉE - ÉPI DE FAÎTAGE - PIERRAGE (OU ÉPIERREMENT) - EQUARRISSAGE - EXTRADOS

 

FACE - « FAUSSE » VOÛTE ET « VRAIE » VOÛTE - FOURRURE (ENTRE DEUX PAREMENTS) - FRUIT

 

GABARIT EN A - GALET - GNEISS - GRANIT - GRÈS - GROS ŒUVRE

 

HÉRISSON

 

IMBRICATION VERTICALE (DES PIERRES) - INTRADOS

 

JAMBAGE - JAMBAGE « EN T » - JOINT - JOINT DE LIT EN COUPE - JOINTS CROISÉS - JOINTS DÉCALÉS - JOINTS DÉCOUPÉS - JOINTS SECS - JOINTS MONTANTS - JOINTS VIFS - JOUES (D'UNE PIERRE)

 

« LA PIERRE SÈCHE » - LAUSE - LÉZARDE - LIAIS - LIAISON - LIANT - LIBAGE - LIBE - LIT

 

MAÇONNERIE À JOINTS VIFS - MAÇONNERIE À PIERRES CRUES (OU ÉCRUES) - MAÇONNERIE À PIERRES SÈCHES (OU À SEC OU SÈCHE) - MAÇONNERIE AVEC MORTIER - MAÇONNERIE BROUILLÉE - MAÇONNERIE DE BLOCAGE - MAÇONNERIE EN LIAISON - MAÇONNERIE LIÉE - MAÇONNERIE MÉLANGÉE - MARNE - MASSE - MASSETTE - MOELLON - MORTIER - MORTIER D’HIRONDELLE - MUR À DEUX PANS - MUR À DOUBLE PAREMENT ET À PENDAGE DES PIERRES VERS L’INTÉRIEUR - MURAILLEUR - MUR DE SOUTÈNEMENT - MUR EN PIERRE(S) SÈCHE(S) - MURET (OU MURETTE) - MUR SEC

 

NON PARPAIGNE - NU (D’UN MUR)

 

OISEAU - OPUS INCERTUM - OPUS SPICATUM

 

PANNERESSE - PARE-LOUP - PAREMENT - PAROI DE PIERRES SÈCHES ENCORBELLÉES ET INCLINÉES EXTÉRIEUREMENT - PARPAING - PENDAGE - PENDENTIF - PERRÉ - PIERRAILLE - PIERRE ANGULAIRE - PIERRE D’ANGLE - PIERRE D'ATTACHE - PIERRE D’ENCOIGNURE - PIERRE DE LIAISON - PIERRÉE - PIERRE FROIDE - PIERRE QUILLÉE - PIERRES CRUES - PIERRES DE CALAGE - PIERRES D'ÉCARTEMENT - PIERRES DE CIVIÈRE - PIERRES DE TOUT VENANT - PIERRES ÉCRUES - PIERRES ESSUYTES - PIERRES MOUVANTES - PIERRES NUES - PIERRES SÈCHES - PIERRES VIVES - PILE D'ASSIETTES - PINCE - PLATE-BANDE - POINÇON - POLKA

 

QUEUE (D’UNE PIERRE)

 

RELÈVEMENT - REMONTAGE - REPRISE - RETOMBÉE - RETRAITE - ROULEAU

 

SABLIÈRE - SCHISTE - SEMELLE - SMILLAGE - SMILLE - SOCLE - SOMMIER - SYSTÈME DES DEUX « PEAUX »

 

TABLEAU - TAILLE EN DÉPOUILLE - TALUS - TASSEMENT DIFFÉRENTIEL - TÊTE 1/ (d'un mur) 2/ (d'une pierre) - TÊTE DE CHAT - TÊTE DE MORT - TÊTU-PIC - TOUT-VENANT - TRAÎNEAU - TRAITEMENT DE L'INTRADOS DES VOÛTES - TRI PRÉLIMINAIRE (DES PIERRES) - TRIANGLE DE DÉCHARGE - TROMPE (D'ANGLE) - TUF

 

VENTRE - VIEUX CRÂNE - VOUSSOIR - VOÛTE CLAVÉE EN PIERRES SÈCHES - VOÛTE ENCORBELLÉE EN PIERRES SÈCHES - VOÛTE ENCORBELLÉE ET VOÛTE EN TAS-DE-CHARGE

 

Format A4 - II + 53 pages - xérocopie - couverture bristol spiralée - prix : 20 euros franco (Communauté Européenne)
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                      ADRESSE

commande ................exemplaire(s) de "La maçonnerie à pierres sèches : vocabulaire"

ci-joint chèque postal ou bancaire de ............... euros à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE                                                               SIGNATURE

 

No 23

LES TERRASSES DE CULTURE À MUR DE SOUTÈNEMENT EN PIERRES SÈCHES

Christian Lassure

Lorsque en 1978, M. Michel Rouvière me fit parvenir le manuscrit de son étude sur "L'aménagement des terrasses agricoles dans la région de Vinezac (Ardèche", il ne me fallut pas longtemps pour me rendre compte de l'originalité et de la richesse de son contenu tant textuel que graphique. Personne jusque là n'avait décrit le phénomène des terrasses de culture à mur de soutènement en pierres sèches avec une connaissance aussi intime. Après une minutieuse mise au point du texte et de l'illustration, l'étude fut publiée en 1979 dans la revue "L'architecture rurale", ancêtre de la revue "L'architecture vernaculaire".

Cette publication n'a pas peu compté dans le développement remarquable que devait connaître l'étude des terrasses agricoles dans les années 1980 et 1990 - et ce n'est que justice de le rappeler. L'engouement suscité pour le sujet devait aboutir à la parution de plusieurs livres et thèses et entraîner une floraison d'articles dans les revues savantes et universitaires du Sud de la France. Des études furent même commanditées par des ministères sur le devenir des terrasses abandonnées dans ce qu'il faut bien appeler le désert français.

Ce foisonnement ne fut pas exempt, toutefois, de certaines dérives et affabulations, en particulier quant à la genèse et l'histoire des terrasses et leurs désignations. Lorsqu'en 2001, la nécessité s'imposa au CERAV d'être présent sur la Toile, je décidai de consacrer aux terrasses toute une rubrique du site de l'Association. Avec l'aide de ma documentation personnelle mais surtout celle fournie généreusement par Michel Rouvière (photos, dessins, photocopies d'articles, tirés-à-part, etc.), je pus mettre en ligne, en 2003, une vingtaine de pages, dont plusieurs visant à "remettre les pendules à l'heure". Ce sont ces éléments, et d'autres encore inédits, qui forment la substance du présent numéro d' "Etudes et recherches d'architecture vernaculaire".

SOMMAIRE

1. Introduction : les grands types de terrasses de culture

1.1 Les terrasses de versant à mur de soutènement en pierres sèches à simple parement
1.2 Les terrasses de ravin à mur de soutènement en pierres sèches à double parement
1.3 Les insulae
1.4 Les rideaux à talus empierré
1.5 Les terrasses à talus gazonné ou gazonnade

2. Tour d'horizon des régions à terrasses de culture en France

Carte des départements à zones de terrasses de culture à la date de 2003

3. Petit dictionnaire des mots censés signifier " terrasse de culture "

3.1 Introduction
3.2 Dictionnaire
accol acòl - anglada anglade - bancal/bancèl - banquette - baou balç/bauç - barra barre - barri - cabalière - caser casèrn - chamba - chambada chambée - chelet chalet - ciglione - colo/couolo/couol colle - correja courrège - échamp escamp - échanou - escayre - estanco/estanca estanque - faisso/faissa faïsse - laissa - laone launa - murettes - pailhat paillat - paran/parran/aparran/parrò - paredal - paret - paro/para - planche - plò - raso/rasa - relais - restanco/restanca restanque - rive riba - tasso - terrasse - travèrsa traverse - traversier traversièr - vas vase
3.3 Conclusion

4. Stabilité et principes de dimensionnement de la terrasse à mur en pierres sèches

4.1 Stabilité du massif de terre
4.2 Stabilité du mur de soutènement en pierres sèches
4.3 Hauteur du mur de soutènement en pierres sèches

Planche : Règle de stabilité d'un mur de soutènement à double parement

5. Structure du mur de soutènement en pierres sèches

5.1 Les fondations
5.2 Le corps
5.3 Le drain
5.4 Le couronnement
5.5 Les angles
5.6 Les rascasses ou clavades

Planche : Coupe d'un mur de soutènement de terrasse de culture

6. Les matériaux constitutifs du mur de soutènement en pierres sèches

6.1 Provenance
6.2 Géologie

7. Terrasses et moyens d'accès et de circulation

7.1 Les moyens d'accès aux terrasses
7.2 Les moyens de circulation entre les terrasses

8. Les ouvrages d'évacuation des eaux liés aux terrasses

8.1 Dans les Cévennes gardoises et ardéchoises
8.2 Dans le vignoble de Marcillac (Aveyron)
8.3 Dans le vignoble du Cru "Banyuls" (Pyrénées-Orientales)

Encart : Un des derniers faiseurs de vignes du vignoble de Banyuls : Marcel Centène

9. Les aménagements en pierres sèches des terrasses de culture

9.1 Les murs de clôture
9.2 Les captages de sources
9.3 Les niches
9.4 Les caches à outils
9.5 Les pierres plantées
9.6 Les guérites
9.7 Les remises à voûte clavée incorporées dans les terrasses
9.8 Les cabanes en pierres sèches de plain pied sur les terrasses
9.9 Les grangettes
9.10 Les pierriers

10. Les outils du "faiseur de terrasses"

10.1 Les outils de défrichage
10.2 Les outils d'extraction de la pierre
10.3 Les instruments de bardage
10.4 Les outils de travail de la pierre
10.5 Les instruments pour le transport de la terre
10.6 Les instruments de labour à bras

Encart : Pierre sèche et bagnards

11. De quelques idées reçues sur les terrasses de culture et leur histoire

11.1 Toponymie et terrasses de culture médiévales
11.2 Démographie et époques à terrasses de culture au 2e millénaire
11.3 Iconographie et terrasses de culture
11.4 Quelques lumières sur le mot "terrasse" et son évolution sémantique
11.5 La vraie histoire des terrasses de culture

Encart : Les murs de soutènement routier en pierres sèches

BIBLIOGRAPHIE

Encart : Terrasses de culture et "patrimoine"

Format A4 - II + 58 pages - xérocopie - couverture bristol spiralée - prix : 20 euros franco (Communauté Européenne)
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                       ADRESSE

commande ................exemplaire(s) de "Les terrasses de culture à mur de soutènement en pierres sèches"

ci-joint chèque postal ou bancaire de ............... euros à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE                                                               SIGNATURE

 

No 24

ESSAI DE CLASSIFICATION FONCTIONNELLE

DES CONSTRUCTIONS EN PIERRE SÈCHE DU LOT

(réédition de l’étude de 1976)

Christian Lassure

L’ouvrage débute par un avant-propos situant cabanes, caselles et gariotes lotoises dans le contexte historique, économique et architectural d’une tradition peut-être médiévale qui connut un grand essor au XIXe siècle (avec l’extension de la petite propriété et surtout les défrichements en faveur de la vigne) pour s’éteindre pratiquement au début du XXe siècle avec l’agonie du vignoble malade, la guerre de 1914-1918 et l’exode rural.

Cette note préliminaire est suivie d’un essai de classement fondé sur des critères fonctionnels – plutôt que chronologiques ou morphologiques – les premiers étant inexistants au-delà de la 2e moitié du XIXe siècle et les seconds imparfaitement établis faute d’un recensement exhaustif. Le critère de la fonction, qui se détermine par la morphologie et surtout par les aménagements intérieurs, permet de distinguer cinq grandes catégories comportant chacune plusieurs types distincts :
1 - les abris pour humains (abris sous paroi encorbellée, guérites d’ouvrages d’épierrement, abris collectifs de vigne);
2 - les abris pour animaux (poulaillers, abris à bestiaux, bergeries);
3 - les resserres-à-outils à toiture en charpente couverte de tuiles creuses;
4 - les puits couverts par encorbellement;
5 - les habitations à voûte d’encorbellement.

Dans le cadre de cette classification qui ne prétend pas à l’exhaustivité, chaque type fonctionnel spécifique fait l’objet tout d’abord d’une description de ses caractéristiques générales puis d’une illustration par un, deux ou trois exemples particuliers, détaillés à l’aide de relevés en plan et/ou en coupe et d’une fiche descriptive. Un addendum est consacré aux maisonnettes de vigne, bâtiments qui se rencontrent sur l’aire de l’ancien vignoble lotois, au voisinage des édifices en pierre sèche.

Les abris sous paroi encorbellée sont des aménagements champêtres sommaires constitués par une paroi de mur de clôture ou de tas d’épierrement ou encore par l’angle de deux murs aux assises disposées en encorbellement. Dotés de supports ou sièges de pierre à la base des parois, ils étaient destinés à offrir aux travailleurs des champs un endroit où s’asseoir, où poser des provisions ou bien un matériel de culture ou d’entretien.

Les guérites d’ouvrages d’épierrement sont de simples abris pour une, deux ou trois personnes, parfois quatre, de dimensions réduites (généralement de la hauteur d’un homme penché) et d’une technique architecturale rudimentaire (une simple voûte d’encorbellement, pas de linteau). Ce sont véritablement des gariotes, des guérites au sens propre du terme.

Les abris collectifs de vigne, qui se rencontrent en général au sein d’anciens enclos de vigne en friche, sont de grands édifices circulaires ou rectangulaires présentant intérieurement une banquette de pierres destinée à recevoir plusieurs personnes, surtout au moment de la vendange.

Les poulaillers, cabanes de plan circulaire et à toit conique qui se trouvent soit dans les fermes soit dans un champ ou une vigne à proximité de celles-ci, présentent des aménagements caractéristiques (lucarne, orifice latéral d’entrée, niches, porte en bois).

Les abris à bestiaux sont représentés par un type spécifique constitué par de vastes édifices quadrangulaires à trois murs – l’entrée, toujours très large, occupant tout un côté – comportant comme aménagements des niches, une cachette, voire une crèche-mangeoire en pierre.

Les bergeries sont elles aussi représentées par un type spécifique, à savoir des constructions de plan rectangulaire abritant deux cellules en enfilade, la cellule antérieure servant d’abri au berger, la cellule postérieure de logement aux brebis. Comme aménagements, elles comportent une crèche en pierre ou un simple râtelier en bois.

Les resserres-à-outils à toit en pente simple couvert en tuiles creuses sont non pas des caselles proprement dites, puisque la voûte d’encorbellement est absente, mais des édifices apparentés à ces dernières par leur emploi de la pierre sèche pour les seules parois verticales. De plan circulaire ou quadrangulaire, présentant parfois une lucarne ou une niche, ces constructions renferment souvent encore une partie du matériel de culture et d’entretien abandonné par le vigneron.

Les puits couverts par encorbellement, situés dans les fermes ou dans les champs, emploient un type de couverture généralement très rudimentaire, constitué par une ou plusieurs grandes dalles plates posées sur un mur vertical semi-circulaire. Le type de voûte comme celle des caselles, en plaquettes encorbellées, est plus rare.

Les habitations en pierre sèche constituent, dans le haut Quercy, un type marginal, la plupart des édifices en pierre sèche étant essentiellement des annexes de la ferme. Le secteur de Béduer, au Sud-est de Figeac, laisse voir de nombreuses caselles cylindro-coniques très vastes qui furent habitées au XIXe ainsi qu’en témoignent les aménagements intérieurs qu’elles comportent (cheminée) et la tradition orale qui s’y rattache. Les occupants étaient généralement des ouvriers agricoles, souvent célibataires ou des personnes sans moyens d’existence, souvent seules.

Les maisonnettes de vignes de l’ancien vignoble de Cahors sont des constructions maçonnées qui se dressent au milieu des clos de vignes en friche sur les coteaux de part et d’autres de la rivière. Elles consistent en une pièce quadrangulaire coiffée d’un toit à double pente couvert de tuiles creuses. Dotées d’aménagements et d’un mobilier sommaires, elles pouvaient servir de logements temporaires aussi bien que de resserres-à-outils et d’abris contre les intempéries. Leur construction remonte à la 2e moitié du XIXe.

A la suite de ce classement des édifices en pierre sèche vient une description des principaux types de murs de démarcation et/ou d’épierrage et des tas d’épierrement, ces ouvrages lithiques qui accompagnent généralement les cabanes.

Parmi les murs, dont la tradition est attestée depuis le XVIe siècle, on trouve des murets simples entourant les parcelles ou bordant les cheminements sur les plateaux, et des séparatifs massifs, souvent doublés d’un ou deux contre-murs, sur les pechs de l’ancienne zone vinifère.

Parmi les amas d’épierrage, résultant de l’épierrement des pâturages de l’Est du Quercy au début du XIXe siècle ou des défrichements viticoles intensifs du Second Empire, on trouve des amas isolés parementés, simples ou multiples, possédant parfois des guérites incluses ou divers aménagements extérieurs (niches, sièges supports), ainsi que des amas résultant d’un apport de matériaux d’épierrage à l’extérieur d’une cabane préexistante.

Inclassables sont de nombreux tas de pierres informes au parement éboulé en raison de leur ancienneté ou de l’effritement du matériau calcaire gélif.

En fin d’ouvrage sont fournis quelques éléments méthodologiques destinés à faciliter le travail sur le terrain au chercheur, à savoir une liste du matériel de prospection, de recherches et de fouilles et une fiche de description type.

Format A4 - 76 pages - xérocopie - couverture bristol spiralée - prix : 17 euros franco (Communauté européeenne)
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de "Essai de classification fonctionnelle des constructions en pierre sèche du Lot"

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE :

 

No 25-26

CONSTRUIRE OU REMONTER UN MUR EN PIERRE SÈCHE : MODE D’EMPLOI

Christian Lassure

 
CONSTRUIRE OU REMONTER UN MUR EN PIERRE SÈCHE : MODE D’EMPLOI

I – CONSTRUIRE UN MUR EN PIERRE SÈCHE

1. LES PRÉPARATIFS

1.1 Les outils nécessaires
1.2 Les précautions à prendre
1.3 La provenance des pierres
1.4 Etalement des pierres de part et d’autre de la tranchée

Encart 1 : Les outils du maçon à pierre sèche

2. LA CONCEPTION DU MUR

2.1 Les cotes du mur
2.2 Calcul de la quantité de pierres requise
2.3 La tranchée de fondation
2.4 Le profil du mur
2.5 Le fruit des parements

Encart 2 : Le moellon en maçonnerie sèche

3. L’ÉDIFICATION DU MUR

3.1 Le remplissage de la tranchée de fondation
3.2 Comment déplacer ou hisser, sans outils, de grosses pierres
3.3 La pose des pierres dans le corps du mur
3.3.1 A proscrire : la pose en chandelle ou en carreau
3.3.2 Pierre ayant sa face de dessus oblique
3.3.3 A prescrire : la pose de boutisses parpaignes à intervalles
3.3.4 Assises de boutisses parpaignes en quinconce
3.3.5 Débord des boutisses parpaignes
3.3.6 Boutisses non parpaignes disposées tête bêche
3.3.7 Boutisse non parpaigne prise en tenaille par deux autres (clé)
3.4 Le croisement des joints
3.4.1 A proscrire : les joints verticaux continus
3.4.2 A prescrire : les joints croisés en parement
3.5 Le calage
3.6 L’entre-deux du mur
3.7 Le couronnement du mur
3.8 Exemples de couronnement
3.8.1 Faîtage de grandes dalles posées à plat en débord bilatéral

NOTES

BIBLIOGRAPHIE

Encart 3 : Une maçonnerie en pierre sèche résiste-t-elle aux tremblements de terre ?

II - REMONTER UNE BRÈCHE DANS UN MUR DE SOUTÈNEMENT

1. LES PRÉPARATIFS

1.1 Un échafaudage est-il utile ?
1.2 De quel outillage se munir ?
1.3 Déblaiement de la partie écroulée du mur
1.4 Nettoyage des flancs de la brèche
1.5 Recherche des causes de l’effondrement du mur

2. LA RECONSTRUCTION DU MUR

2.1 Tranchée de fondation
2.2 Construction d’un arc de décharge sur de la roche friable
2.3 Remontage des assises
2.4 Erreurs à éviter
2.5 Traitement du parement
2.6 Comblement des vides entre les pierres
2.7 Abstention de tout mortier de terre
2.8 Choix du couronnement
2.9 Fruit du parement
2.10 Cales de pose
2.11 Chantepleures

Encart 4 : Déjà en 1854 : « Murs de terrasse ou de revêtement », extrait de H. Duvinage, Manuel des constructions rurales, Dusacq, Paris, ca 1854

3. RECONSTITUTION DU DISPOSITIF EN AMONT DU MUR

3.1 Le drain en arrière du mur
3.2 Le terrassement au-dessus du drain

NOTES

BIBLIOGRAPHIE

ANNEXE : COMMENT CONSTRUIRE UNE MONJOIE EN PIERRE SÈCHE

Format A4 - 34 pages - xérocopie - couverture bristol spiralée - prix : 20 euros franco (CE)
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                         ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de "Construire ou remonter un mur en pierre sèche : mode d'emploi"

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE :

 

No 27

LES CABANES EN PIERRES SÈCHES

DE VALS-PRÈS-LE-PUY (HAUTE-LOIRE) ET ALENTOUR

Christian Lassure

AVANT-PROPOS

1 - CHIBOTTE, TSABONE OU CHAZOURNE ? UNE TERMINOLOGIE À CLARIFIER

2 - CHIBOTTE ET CHABOTTE : EST-CE BIEN LA MÊME CHOSE ?

3 - LES FONCTIONS

4 - LES MATÉRIAUX

5 - LES PROCÉDÉS DE CONSTRUCTION

6 - LES ÉDIFICES

7 - LES ENSEIGNEMENTS DES CARACTÉRISTIQUES ARCHITECTURALES

8 - LES ENSEIGNEMENTS DES CADASTRES

9 - LES ENSEIGNEMENTS DES MILLÉSIMES

10 - BIBLIOGRAPHIE CHRONOLOGIQUE

DOCUMENTS

No 1 : MARTHE RAVAUDET, LES CHIBOTTES DU CROUSAS (COMMUNE DE VALS, HAUTE-LOIRE)

No 2 : EMILE GARNAUD, UNE CHIBOTTE DE LA VALLÉE DU DOLAIZON PRÈS LE PUY-EN-VELAY

No 3 : JEAN PESTRE, LE VIGNOBLE DU PUY-EN-VELAY, L’AUTEUR, LE PUY-EN-VELAY, 1981 (COMPTE RENDU PAR CHRISTIAN LASSURE)

No 4 : LES SITES À CHIBOTTES ET À ÉPIERREMENTS D’APRÈS ALBERT BOUDON-LASHERMES (LISTE COMPILÉE PAR CHRISTIAN LASSURE)

No 5 : INSCRIPTION À L’INVENTAIRE SUPPLÉMENTAIRE DES MONUMENTS HISTORIQUES

DE LA CHIBOTTE DU BOIS DE LIRATE À VALS-PRÈS-LE-PUY (HAUTE-LOIRE)

No 6 : CHIBOTTE ÉDIFIÉE EN 2003 DEVANT LE CENTRE CULTUREL DE VALS-PRÈS-LE-PUY (HAUTE-LOIRE)

No 7 : BARRE À MINE DÉCOUVERTE AU BOIS DE LIRATE À VALS-PRÈS-LE-PUY (HAUTE-LOIRE)

Format A4 - 38 pages - xérocopie - couverture bristol spiralée - prix : 15 euros franco
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                        ADRESSE

commande .......….........exemplaire(s) de « Les cabanes en pierres sèches de Vals-près-le-Puy et alentour »

ci-joint chèque postal ou bancaire de ......……....... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE ……………………………………………….. SIGNATURE

 

No 28

CONSTRUIRE UNE CABANE EN PIERRE SÈCHE : MODE D'EMPLOI

2e édition

Christian Lassure

1. INTRODUCTION :

LES NOUVEAUX BÂTISSEURS À PIERRE SÈCHE

2. PRÉLIMINAIRES ADMINISTRATIFS

2.1 Déclaration préalable de travaux, permis de construire

2.2 Assurance

3. NOMBRE DE PARTICIPANTS

3.1 "Too many cooks spoil the broth"

3.2 Les avantages du travail en tandem

4. LE MATÉRIAU DE CONSTRUCTION

4.1 Volume de pierres requis

4.2 Provenance des pierres

4.3 Rangement des pierres

4.4 Transport des pierres à pied d'œuvre

4.5 Pose des pierres sur le plan de travail

4.6 Manutention des pierres

4.7 Manipulation des pierres

5. OUTILS

5.1 Pour dégager le terrain

5.2 Pour déliter les strates rocheuses affleurantes

5.3 Pour briser de gros blocs

5.4 Pour soulever des pierres à demi enfoncées dans la terre

5.5 Pour creuser la terre caillouteuse

5.6 Pour dégrossir les pierres

5.7 Pour dresser le parement des pierres

5.8 Pour bien caler les pierres

5.9 Pour tracer les fondations

5.10 Pour qu'un mur ait partout le même fruit

5.11 Pour mettre en place le linteau et l'arrière-linteau

5.12 Pour recouvrir de terre l'extrados d'une voûte

6. FAÇONNAGE DES PIERRES

6.1 Matériau brut ou matériau façonné ?

6.2 Dégrossissage

6.3 Dressage du parement des pierres

6.4 Biseautage du parement des pierres de la voûte encorbellée

7. EDIFICATION DE LA PARTIE DE BASE

7.1 Implantation au sol

7.2 Fondations

7.3 Reconstruction d'une cabane écroulée sur ses bases

7.4 Le pivot

7.5 Les banquettes volantes

7.6 Echafaudages extérieurs

7.7 Pose de la "première pierre"

8. LES RÈGLES DE LA BONNE MAÇONNERIE À PIERRE SÈCHE

8.1 Pose des pierres selon le lit de carrière

8.2 Pose des pierres selon leur dessus et leur dessous

8.3 Attribution d'un fruit au parement extérieur

8.4 Pose des pierres en assises horizontales

8.5 Croisement des joints

8.6 Pose des pierres en boutisses

 

8.7 Pose de boutisses parpaignes à intervalles réguliers

8.8 Immobilisation des pierres dans les six directions à l'aide de cales

8.9 Abstention de toute "mitraille"

8.10 Isolation par de la terre

8.11 Non recours au calage de parement

9. EDIFICATION DE L'ENTRÉE

9.1 Emplacement de l'entrée

9.2 Entrée avec porte

9.3 Entrée sans porte

9.4 Méthode de couvrement de l'entrée

10. EDIFICATION DE LA PARTIE DE COUVREMENT

10.1 Plancher

10.2 Pivot et cordeau oblique

10.3 Echelle

10.4 Assise de sablières (dans les cabanes cylindro-coniques)

10.5 Assise de gros blocs à l'amorce de l'encorbellement

10.6 Pierres du voûtement

10.7 Dalle couronnant la voûte

10.8 Pierres de la couverture sur l'extrados de la voûte

10.9 Pierres de revêtement sur l'extrados de la voûte

11. CAS PARTICULIER : CONSTRUCTION D'UN ÉDIFICE DE PLAN CARRÉ

11.1 Les quatre angles de la partie de base

11.2 Couvrement pyramidal ou toiture conique de lauses ?

11.3 Choix d'un couvrement pyramidal

11.4 Choix d'une toiture conique de lauses

12. AMÉNAGEMENTS

12.1 Construction d'une niche

12.2 Construction d'un regard

12.3 Construction d'un siège

12.4 Sol intérieur

12.5 Construction d'une cheminée

12.6 Insertion d'un portemanteau

13. SIGNER ET DATER LA CONSTRUCTION

14. QUE FAIRE DU NOUVEL ÉDIFICE ?

14.1 Un usage tout trouvé : resserre, débarras, réserve

14.2 Comment s'éclairer à l'intérieur

SOURCES BIBLIOGRAPHIQUES

ENCARTS

1 - Les ouvriers-bâtisseurs de capitelles

2 - Les « deux capitelles » faites par Jean Castel et Pierre Paulet, «travailleurs » de Nîmes, en 1620

3 - Amateurs distingués

4 - Les derniers bâtisseurs de cabanons pointus

5 - Les outils des bâtisseurs à pierre sèche en Ardèche et Ariège, en pays catalan et pays valencien

6 - Iris et pierres sèches

7 - Les différentes étapes de la construction d’une capitelle en 2004-2005

Format A4 - 30 + XXII pages - xérocopie - couverture bristol spiralée - prix : 17 euros franco (Communauté Européenne)
Paiement effectué par chèque libellé en euros sur une banque française - règlement à la commande uniquement

BULLETIN DE COMMANDE

à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

NOM ET PRÉNOM                                                       ADRESSE

commande ................exemplaire(s) de "Construire une cabane en pierre sèche : mode d'emploi", 2e édition

ci-joint chèque postal ou bancaire de ............... à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE                                                               SIGNATURE

 

No 29

BUILDING A DRYSTONE HUT: AN INSTRUCTION MANUAL

2nd edition

Christian Lassure

1. INTRODUCTORY NOTE: DRYSTONE BUILDERS OF TODAY

2. OFFICIAL FORMALITIES

2.1 Prior notification of construction work, planning permission

2.2 Insurance

3. NUMBER OF PARTICIPANTS

3.1 "Too many cooks spoil the broth"

3.2 The advantages of working in tandem

4. CONSTRUCTION MATERIAL

4.1 Volume of stone required

4.2 The Source of Stone

4.3 Putting the stones in order

4.4 Carrying the stones to the building site

4.5 Laying the stones in the work area

4.6 Shifting the stone on-site

4.7 Stone handling

5. TOOLS

5.1 Clearing the building-plot

5.2 Splitting the strata of rocky outcrops

5.3 Breaking up big blocks

5.4 Lifting half-buried stone

5.5 Digging stoney ground

5.6 Rough-hewing stone

5.7 Levelling up the stone facing

5.8 Wedging stone properly

5.9 Laying out the foundations

5.10 Making sure the wall has the same batter throughout

5.11 Putting the lintel and inner-lintel in place

5.12 Covering the extrados of the vault with earth

6. SHAPING THE STONES

6.1 Raw or worked materials?

6.2 Rough-hewing

6.3 Levelling up the stone facing

6.4 Giving a chamfered edge to the stone facing of a corbelled vault

7. BUILDING THE WALLS AND FOUNDATIONS

7.1 The ground site

7.2 Foundations

7.3 Reconstruction of a hut whose walls and foundations have collapsed

7.4 The pivot

7.5 Moveable stands

7.6 External scaffolding

7.7 Laying the "first stone"

8. RULES OF GOOD DRYSTONE MASONRY

8.1 Laying the stones in alignment with their natural bedding

8.2 Laying stones according to the form of their upper and lower surfaces

8.3 Giving the outer facing a batter

8.4 Laying stones in horizontal courses

8.5 Staggered joints

8.6 Laying stones as headers, or bands

8.7 Laying throughbands at regular intervals

 

8.8 Stabilizing stones in all six directions with wedges

8.9 Use of "grapeshot" to be avoided

8.10 Insulation with earth

8.11 Use of pinnings in the façing to be avoided

9. BUILDING AN ENTRANCE

9.1 The entrance’s placing 

9.2 A doorway

9.3 A doorless entrance

9.4 Roofing technique for the entrance

10. CONSTRUCTING THE ROOFING

10.1 Floor

10.2 Pivot and slant-marking line

10.3 Ladder

10.4 Course of stone eaves plates (in cylindrical, conical huts)

10.5 Course of large blocks at the starting-point of the corbelling

10.6 Stones for the vaulting

10.7 The vault’s coping-stone or crown 

10.8 Roof covering stones on the vault’s extrados 

10.9 Stone cladding on the vault’s extrados

11. SPECIAL CASE: CONSTRUCTION OF A BUILDING ON A SQUARE PLAN

11.1 Four right-angles in the base part

11.2 A pyramid-shaped roof or a conical one with a flat-stone tiling?

11.3 The pyramid-shaped roof option

11.4 The conical stone-tiled roof option

12. FITTING OUT THE HUT’S INTERIOR

12.1 Construction of a niche

12.2 Construction of a window aperture

12.3 Construction of a seat

12.4 Flooring

12.5 Construction a fireplace

12.6 Putting in a coat hanger

13. SIGNING AND DATING THE CONSTRUCTION

14. WHAT TO DO WITH THE NEW BUILDING?

14.1 A ready-made use: toolshed, lumber room, storehouse

14.2 How to light up the interior

BIBLIOGRAPHICAL SOURCES

INSERTS

1 - Factory worker-builders of the capitelles

2 - The  "two capitelles" constructed by Jean Castel and Pierre Paulet, "workers" of Nîmes, in 1620

3 - Distinguished amateurs

4 - The last of the builders of cabanons pointus

5 - The tools of dry stone builders in the Ardèche and Ariège départements (France), in the Catalan and Valencian countries (Spain)

6 - Irises and dry stone building

7 - Building of a dry stone hut (or capitelle) in 2004-2005

A4 format - Total number of pages: 30 + XXII - Xerocopy reproduction - Spiral-backed bristol board cover

 Price: 17 euros (including postage and packing) (European Community only)
Only cheques made out in euros and drawable on a French bank will be accepted

ORDER FORM

to be sent to C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS

SURNAME AND FORENAME                                                        ADDRESS

I order ................copy/copies of "Building a Drystone Hut: an Instruction Manual", 2nd edition

Enclosed a post cheque or bank cheque for ............... euros made out to C.E.R.A.V.

DATE                                                               SIGNATURE

page d'accueil          sommaire publications