ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LA GRANDE CABANE No 52 DE L'INVENTAIRE DE L'ABBÉ VERNEY

À GORDES (VAUCLUSE)

The #52 cabane in Abb Verney's inventory at Gordes, Vaucluse

Texte de Christian Lassure, photos de Jean-Marc Didillon et de Dominique Repérant


© Jean-Marc Didillon

Vue d'ensemble des enclos depuis le nord-ouest.

 

© Jean-Marc Didillon

Vue de la nef et d'un bâtiment en décrochement depuis le sud-ouest.

 

© Dominique Repérant

Vue de la nef dans son enclos depuis l'enclos qui jouxte celui-ci au sud.

 

  © CERAV

lévation de l'entrée.

 

© Dominique Repérant

L'inscription sur le claveau de l'arc clavé de l'entrée.

 

© CERAV

lévation de l'entrée de l'enclos.

 
Cet édifice dresse son imposante stature dans un enclos situé en bordure de la route joignant Gordes à l'abbaye de Sénanque.

L'accès à cet enclos bordé de hauts murs se fait depuis l'enclos qui le jouxte au nord et qui donne sur un chemin orienté sud-nord.

De plan rectangulaire, le bâtiment fait 13 m de long sur 5 m de large extérieurement et 11 m de long sur 3 m de large intérieurement, ce qui donne une épaisseur de mur de 1 m.

Il constitue une exemple remarquable de "nef gordoise" :
- au plan constructif : quatre encorbellements opposés deux à deux, deux longs (= les goutterots) et deux courts (= les pignons);
- au plan morphologique, quatre trapèzes isocèles opposés, aux côtés convexes et à la face courbe, deux grands (= les goutterots) et deux petits (= les pignons).

La hauteur sous le plafond de dalles qui vient coiffer les deux encorbellements opposés, est de 5 m. La hauteur hors tout est de 7 m, ce qui donne une épaisseur de 2 m au-dessus du plafond. 2,50 m de hauteur, un plancher de dalles est posé sur des poutres transversales.

Intérieurement, la nef est divisée en deux pièces par un refend transversal. L'entrée, ménagée dans le long côté ouest, donne, par un escalier de trois marches, dans la pièce sud. La communication avec la pièce nord se fait par une ouverture dans le refend. Cette 2e pièce est éclairée par un fenestron ménagé dans le pignon nord et dispose d'une cheminée.

L'encadrement de l'entrée, en pierres taillées et appareillées, est un remploi d'une architecture noble : son couvrement, en arc en plein cintre, est fait de claveaux atteignant 1,10 m de profondeur ! Sur le parement de la clé de l'arc, est incisé le millésime 1738 au-dessus des initiales RM, millésime qui ne date que l'encadrement lui-même. L'ensemble tranche avec l'auvent de dalles brutes qui le protège de la pluie.

Le mur nord de l'enclos a été surhaussé comme le montre l'ancienne arase de grandes dalles saillantes destinée à dissuader les grimpeurs.

L'entrée de l'enclos a été, elle aussi, surélevée après enlèvement de son linteau.

Il n'y a pas lieu de qualifier la cabane No 52 de "ferme" : c'est simplement une habitation saisonnière doublée d'une grange-fenil qui permettait d'exploiter des terres à céréales et dont le propriétaire devait habiter soit Gordes, soit un village alentour.

Il n'y a pas lieu non plus de faire remonter l'édifice au Moyen Age en l'absence de preuves archivistiques ou archéologiques permettant une datation aussi haute.

Il n'y a pas lieu, enfin, de qualifier cet édifice de bori alors qu'il est établi que les gens du pays, dans le dernier quart du XXe siècle, appelaient encore ce genre de bâtiment cabane, terme que l'on retrouve sur le cadastre napoléonien.

Sources :
- Albert Verney (abbé), Etude sur les "bories" de Gordes [Vaucluse], appelées "cabanes gauloises", dont on ignore l'origine, Ed. l'Echo des Dentelles, Vacqueyras, 1955, polycopié, 6 p. (dont 1 carte);
- Pierre Delaire, Les boris du pays d'Apt [Vaucluse], dans La vie urbaine, organe de l'Institut d'urbanisme de l'Université de Paris, n. s., janvier-mars 1964, pp. 7-62;
- Christian Lassure, "Les Cabanes" à Gordes (Vaucluse) : architecture et édification, dans L'Architecture vernaculaire rurale, suppl. No 2, 1980, pp. 143-160


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

CERAV

Le 18 septembre 2003 / September 18th, 2003

page d'accueil          sommaire temoins