ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

ECURIE À LA BEAUME D'ESTELLAN À BONNIEUX (VAUCLUSE)

Stable at La Beaume d'Estellan at Bonnieux, Vaucluse

Texte de Christian Lassure, photo de Dominique Repérant 


Grand classique de la littérature touristique sur la Provence que cette cabane en plaquettes de molasse calcaire qui se dresse, isolée, au bord d’une combe plantée de cerisiers et d’amandiers. Il s’agit là, bien sûr, de plantations récentes et rien ne permet de dire quelles cultures accompagnaient le bâtiment à l’origine.

Celui-ci retient l’attention à plusieurs titres :

- il n’est accompagné d’aucun vestige lithique (muraille, pierrier) et semble comme posé là;
- il présente une morphologie peu courante : une base parallélépipédique, au fruit marqué (longueur de façade : 7 m 60, longueur de l’arrière : 8 m, côté droit : 4 m 60, côté gauche : 4 m 80), surmontée d’une toiture de lauses à quatre pans (deux grands, deux petits), avec rive de lauses saillantes sur tout le pourtour;
- il obeit à une symétrie dont l’axe central est donné par l’entrée qui s’ouvre au milieu d’un des longs côtés (dimensions de l’entrée : hauteur : 1 m 76, largeur : 1 m 10);
- l’entrée est couverte par un arc clavé, de profil segmentaire, tout en plaquettes calcaires.

Son plan rectangulaire, sa symétrie de façade et sa toiture en pavillon ont valu à l’édifice d’être comparé à une maison. La comparaison s’arrête là car, à l’intérieur, une mangeoire occupe chaque bout de la pièce, preuve que l’on a affaire à une simple écurie.

Source : Eric Fannière (coordinateur), Bories, collection Luberon images et signes, Parc naturel régional du Luberon et Edisud, 1994, 189 p., en part. pp. 125-128.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Le 28 juin 2004 / June 28th, 2004

page d'accueil          sommaire temoins