ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

CABANE AU LIEU DIT LES RIVARELS À BANON (ALPES-DE-HAUTE-PROVENCE)

Hut at the place known as Les Rivarels at Banon, Alpes-de-Haute-Provence

Texte de Christian Lassure, photo de Dominique Repérant


© Dominique Repérant

Cet édifice à la physionomie curieuse, dresse sa haute stature au lieu dit Les Rivarels à Banon, dans un enclos à terrasses de culture baptisé « les restanques de Castor » (le terme de français provençal « restanque » étant à prendre dans le sens de « retenue » de terre).

Cet enclos est un de ceux aménagés sur des versants rocailleux et arides par des paysans modestes à la fin du XIXe siècle pour y établir des vergers et des postes de chasse aux oiseaux.

Le propriétaire-bâtisseur, ne trouvant dans sa parcelle que des pierres petites et biscornues, des esquilles, et n’ayant pas assez de pierres plates pour faire une toiture conique de lauses, s’est résolu à édifier une ogive ayant un revêtement homogène de la base à la pointe.

Comme pour rappeler que la bâtisse, malgré sa forme, fait partie de la famille des cabanons pointus, le constructeur a affublé le tiers supérieur de l’ogive d’une sorte de collerette de grosses lauses en saillie qui n’est pas sans rappeler la rive saillante des cabanons toiturés (sinon la randière d’un pigeonnier).

Pour faire bonne mesure, notre homme a planté au faîte de son œuvre un épi en pierre (aujourd’hui quelque peu affalé), si bien que l’ensemble fait penser à une cafetière de grand’mère. Ressemblance involontaire, clin d’œil humoristique, comment savoir ?

Il n’empêche, quand on regarde cette incroyable marqueterie de pierres allant de l’esquille au gros bloc informe, on ne peut que saluer le tour de force accompli par notre auto-constructeur.

Espérons que son œuvre ne subira pas le même sort que les murs alentours qu’éboulent les escaladeurs du dimanche.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Le 26 septembre 2005 / September 26th, 2005

page d'accueil          sommaire temoins