ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LES CABANES EN PIERRE SÈCHE DE VIENS (VAUCLUSE)

The dry stone huts of Viens, Vaucluse

Texte de Christian Lassure, photos de Borut Juvanec, Dominique Repérant, Jean Laffitte

Comme la plupart de leurs congénères provençales, les cabanes en pierre sèche de Viens ont été étudiées en partant du principe qu'elles nous étaient parvenues intactes (à moins, bien entendu, de présenter des plages d'éboulement, des effondrements, etc.). Cependant, rien n'est moins sûr.

Faute d'une compréhension satisfaisante de la façon dont ces édifices ont été construits, de la difficulté à saisir la structure interne de leurs murs porteurs et de leur couvrement, de l'ignorance des conditions dans lesquelles ils ont été abandonnés par leurs propriétaires, on a pu penser que ce que l'on voyait, c'était des bâtiments parvenus quasiment intacts jusqu'à nous et manifestant une grande variété morphologique.

Mais une maçonnerie a beau être sèche, elle n'en craint pas moins l'eau. Peut-on croire que les villageois ou les forains qui ont bâti ou fait bâtir ces cabanes, n'auraient pas pris la peine d'en protéger le voûtement par une couverture de lauses ou un revêtement de pierres et le corps de base par un coyau de lauses et une rangée de sablières en saillie ou par une collerette ? La Provence n'est pas le désert, il y pleut, et parfois dru, et tout bâtiment doit être protégé de l'infiltration des eaux de pluie. Pourquoi certaines cabanes le seraient-elles et d'autres non?

La question mérite d'être posée, même s'il est peu probable qu'on puisse y répondre avec certitude. Notons cependant que ce phénomène du délausage des couvrements a été reconnu et établi dans d'autres départements comme la Dordogne, le Lot et l'Aveyron. En Provence, il est passé complètement inaperçu des divers spécialistes ès bories.

Près de Maleville (Aveyron) : casèle en pierre sèche après l'enlèvement de sa couverture de lauses : l'extrados de la voûte se retrouve mis à nu et le haut du mur porteur n'est plus protégé de la pluie (photo tirée de Pierre-François Fournier, Les ouvrages de pierre sèche des cultivateurs d'Auverggne et la prétendue découverte d'une ville aux Côtes de Clermont, dans L'Auvergne littéraire, No 68, 3e cahier 1933, fig. XV. La légende, qui fait état d'une « construction de type soigné et de grandes dimensions »...), paraît rétrospectivement d'une ironie bien involontaire).

Les photos de cabanes viensoises qui suivent vont nous servir à étayer notre thèse.

Cabanes à couverture de lauses

 

Cabane au corps de base cylindrique surmonté d'un couvrement campaniforme à couverture de lauses avec rive de sablières saillantes. Il y a fort à parier que si la couverture de lauses était retirée, on trouverait un dome ou un cône parementé en retrait.

 

Cabane au corps de base cylindrique surmonté d'un cône en retrait. La maçonnerie du corps de base ne peut pas ne pas prendre l'eau. Ce ne serait pas le cas si le cône pointu était recouvert d'une couverture de lauses avec coyau et assise de sablières saillantes rejetant l'eau de pluie.

 

Cabane au corps de base cylindrique surmonté d'un massif tronc-de-cône (ou cylindre à fruit) en retrait. Le bâtisseur a plaqué une façade rectiligne du côté où s'ouvre l'entrée. Ici aussi, la question de l'étanchéité se pose.

 

Cabane au corps de base parallélépipédique surmonté d'un tronc-de-cône en retrait. Celui-ci aurait très bien pu être couvert d'une toiture campaniforme avec coyau et rive de dalles saillantes.

 

Cabane au corps de base parallélépipédique surmonté d'un tronc-de-cône en retrait. La profondeur de la retraite (60 cm) laisse envisager, ici aussi, la possibilité d'une couverture de lauses qui a enlevée ou n'a jamais posée. Notons au passage que le linteau est fendu en son milieu.

 

Cabanes à revêtement de pierres

 

Cette cabane nous est parvenue intacte. La retraite entre le corps de base et le couvrement au-dessus de la collerette de dalles saillantes est minime. L'édifice a donc gardé son revêtement de pierres.

 

Cabane en forme d'ogive arrondie au sommet, sans solution de continuité entre parement de la base et revêtement du couvrement. Que trouverait-on si l'on retirait le revêtement ?

 

Cabane au corps de base cylindrique surmonté de deux troncs-de-cône successifs en retrait. On peut imaginer ici non pas une toiture de lauses mais un revêtement de pierres recouvrant les deux troncs-de-cône et donnant à la bâtisse la forme d'un pain de sucre (forme attestée à Viens dans un autre bâtiment).

 

Le même édifice vu de dos. Les deux retraites successives ont sans doute permis aux bâtisseurs de se passer d'échafaudages extérieurs.

 

En tireté, le profil du revêtement qui aurait été retiré. La forme originelle devait être proche de celle de la cabane en forme d'ogive arrondie ci-dessus, mais en plus élevé.

 

Au passage, notons cet ingénieux et rare succédané de linteau au-dessus de l'entrée : deux petites dalles en forme de trapèze rectangle qui sont posées sur la tranche et affrontées par le côté oblique du trapèze rectangle, en formant un léger arc de mitre. Le seul autre cas recensé à notre connaissance est l'entrée d'une cabane située à Aiguines dans le Var (1).

 

Aiguines (Var) (dessin Eric Kalmar).

Rappelons que Pierre Martel (2) englobait Viens dans la zone où était employée l'expression cabanon pointu. Sans doute avait-il quelque raison.

NOTES

(2) Pierre Martel, L'architecture pastorale en pierre sèche, Sites et monuments de Haute-Provence, Val de Sault et Pays d'Albion, vol. III, dans Les Alpes de Lumière, No 38, printemps 1966, pp. 225-232, et pl. XXV à XXXII. Cet auteur réserve le terme borie aux édifices de la région de Gordes et l'expression cabanon pointu à la région de Forcalquier, Reillanne et Viens.

(2) Eric Kalmar, Les dernières découvertes, dans Pierre sèche varoise, bulletin No 1, ASPPSV, 1999, pp. 28-31.
 


Pour imprimer, passer en format paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Le 18 novembre 2007 / November 18th, 2007 - Complété le 22 novembre 2007 / Augmented on November 22nd, 2007

Référence à citer / To be referenced as:

Christian Lassure
Les cabanes en pierre sèche de Viens (Vaucluse) (The dry stone huts of Viens, Vaucluse)
http://www.pierreseche.com/cabanes_de_viens.htm
18 novembre 2007

page d'accueil          sommaire temoins