ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LES CADOLES EN PIERRE SÈCHE DE SAINT-CLÉMENT-SUR-GUYE (SAÔNE-ET-LOIRE)

The dry stone cadoles of Saint-Clément-sur-Guye, Saône-et-Loire

Photos de Christian Lassure
et de l'Association de sauvegarde et de mise en valeur de Saint-Clément-sur-Guye

La majeure partie des photos ci-dessous remontent aux années 1982-1983 et certaines sont même plus anciennes. Les cabanes de vigne qu'elles représentent étaient déjà alors plus ou moins à l'abandon, la vigne ayant disparu pour être remplacée par des prés (à l'exception du versant méridional de la colline de Saint-Clément, le mieux exposé, qui conserve des parcelles de vignes ... et l'appellation « Côte chalonnaise » obtenue à la fin du XXe siècle).

 

Les descriptifs qui accompagnent certaines de ces cabanes sont tirés de la brochure suivante : Georges Fouchet et Christian Lassure, Enquête sur les « cadoles » ou anciennes cabanes de vigne de saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire), Etudes et recherches d'architecture vernaculaire, No 9, 1989.

 

Certaines des cabanes .photographiées n'ont pas pu faire l'objet d'un relevé architectural. Cela est précisé chaque fois que c'est le cas.

 

Cabane ayant l'aspect d'une petite maisonnette avec son toit à deux versants et son entrée en pignon. L'intérieur est couvert par deux encorbellements symétriquement opposés, coiffés par un plafond de dalles renforcé par une sous-faîtière en bois. Six pierres saillantes forment autant de sièges dans la paroi du fond.

 
 
 

Cabane non relevée.

 
 

Guérite incluse dans un mur de soutènement. L'intérieur est de plan rectangulaire; on y acccède par une entrée étroite à un angle de la construction. Les parois vericales sont coiffées par deux dalles en chevauchement portées par deux poutres parallèles au mur du fond. La façade est déjétée vers l'avant.

 
 

Cabane non relevée.

 
 

Cabane non relevée.

 
 

Guérite incluse dans un mur de soutènement bordant un chemin, à quelques mètres d'un escalier de 7 marches encastrées dans ce mur. L'entrée, aux côtés convergents, est coiffée d'un linteau. L'intérieur est subtriangulaire, avec un encorbellement du côté de l'entrée et une dalle soutenue par une poutre de l'autre.

 
 
   

Guérite incluse dans un mur de soutènement, à une extrémité de celui-ci. L'entrée, qui est ouverte par une dalle, a ses montants qui convergent l'un vers l'autre. L'intérieur est un petit réduit plus ou moins rectangulaire.

 
 

 

L'accès à cette cabane se fait par un escalier rudimentaire de quelques marches, plaqué devant l'entrée. L'intérieur est divisé à gauche en entrant par un refend de la moitié de la profondeur. Le couvrement est obtenu par des encorbellements de laves montant à hauteur du haut du refend, soit 2 mètres.

 
 

Guérite incluse dans un murger et caractérisée par l'absence de couvrement en pierre. On peut lui imaginer une couverture de sarments au temps de sa splendeur.

 
 

Grangette non relevée. Edifice quadrangulaire, à la toiture à une seule pente. L'entrée s'ouvre à l'angle du pignon-façade et d'un mur long. Son linteau est déchargé par deux lauses affrontées.

 
 

Guérite dans une muraille, non relevée.

 
 

Cabane construite dans le décrochement d'un murger dont elle utilise les parois. Ce décrochement est fermé par un mur en équerre délimitant une cellule rectangulaire. L'entrée, étroite, s'ouvre entre la paroi du meurger et le retour du mur en équerre. Elle a son seuil surélevé par rapport au champ. Voûte de grandes dalles encorbellées sur plan subcirculaire.

 
 

Cabane isolée au milieu d'une parcelle et englobée dans un vaste pierrier qui s'est formé autour d'elle et en avant par des apports successifs de pierraille. L'intérieur est subovalaire et couvert d'un voûtement de plan elliptique.

 
 

Cabane non relevée.

 
 
   

Grangette en forme d'appentis, dotée d'une toiture à pente simple en grandes dalles posées à recouvrement. L'entrée, ménagée dans l'axe d'un des pignons, à pour montants deux grandes dalles minces posées de bout et pour linteau une grande dalle au parement taillé. La toiture est portée par de gros chevrons lancés d'un gouttereau à l'autre.

 
 

Cabane non relevée.

 
 

Grangette édifiée à l'entrée d'un champ. Bâtiment en forme d'appentis, couvert d'un toit à une seule pente, aux pignons parallèles au chemin et au gouttereau-façade donnant sur l'entrée du champ. Intérieur de plan subrectangulaire, couvert aux deux tiers par une gigantesque dalle d'un seul tenant, le restant étant couvert de planchettes couvertes de tuiles mécaniques.

Sur cette photo, le parement de la façade à gauche de l'entrée s'est écroulé en partie.

 
 

Guérite incluse dans un mur de soutènement. Son entrée, qui a été murée en raison du déversement de la façade, est surmontée d'un larmier de quatre assises de lauses en débord décroissant de bas en haut.

 
 

Guérite incluse dans un murger. L'intérieur, de plan plus ou moins rectangulaire, est couvert d'une voûte d'encorbellement. L'entrée "a perdu" son linteau.

 
 

Cabane non relevée.

 
 

Guérite incluse dans un murger et caractérisée par l'absence de voûtement en pierre ou de plafond de dalles. On peut lui imaginer une couverture de sarments au temps de son utilisation.

 
 

Cabane complètement incorporée dans un murger. Son entrée donne dans une cellule de plan trapézoïdal, bordée d'une banquette sur trois côtés. Le voûtement est en forme de pyramide interrompue par un plafond de grandes dalles.

Pour en savoir plus sur l'Association de sauvegarde et de mise en valeur de Saint-Clément-sur-Guye,

consultez le site http://www.stclement-patrimoine.org


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Actualisé le 4 août 2006 - le 15 février 2007 / Updated on August 4th, 2006 - February 15th, 2007

Référence à citer / To be referenced as:

Christian Lassure,
Les cadoles en pierre sèche de Saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire) (The dry stone cadoles of Saint-Clément-sur-Guye, Saône-et-Loire)
http://www.pierrreseche.com/cadoles _de_saint_clement.html
 

page d'accueil          sommaire temoins