ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

COMPTE RENDU / REVIEW

LE CASITE DEL CARSO TRIESTINO.

PARTE PRIMA : FERNETTI, BANNE, TREBICIANO, GROPADA, PADRICIANO


P. Elio Polli e Dario Gasparo, Le casite del Carso Triestino. Parte prima : Fernetti, Banne, Trebiciano, Gropada, Padriciano, Éditions CAI XXX Ottobre, Trieste, août 2009, 17x24 cm, 128 pages, 263 photos, plans, schémas et dessins dont 159 en couleur ( compte rendu : Sergio Gnesda).

À l’occasion de son 90e anniversaire, l’association XXX Ottobre de Trieste (Italie), section du Club Alpino Italiano (CAI) (1), à publié le livre Le casite del Carso Triestino (« Les casite du Karst de Trieste »). Il s’agissait de commencer un inventaire des cabanes en pierre sèche de cette région à partir du riche patrimoine de photos, de textes, d’informations réunis par le professeur Elio Polli.

Le livre se concentre sur les 10% du territoire de la Province de Trieste où il y a un pourcentage important de constructions en pierre sèche voûtées par encorbellement, appelées hiške en langue slovène et hiške, hišce, hišice, kuće et šiške dans les dialectes slovènes du Karst. Le livre utilise le terme italien casite, pl. de casita, par « voisinage géographique » avec les constructions similaires de l'Istrie centrale (Dignano d'Istria / Vodnjan – Croatie).

La position de 191 cabanes est indiquée sur les cartes CTRN (Carta Tecnica Regionale Numerica) à l’échelle 1:5000. Vingt-sept d’entre elles, représentant les typologies existant sur le territoire, sont décrites en détail. Sur ce nombre, 10 sont isolées, 9 dans des murets, 5 semi-enterrées dans des terrassements, 2 sous roche et 1 enterrée.

La densité dans les 4 unités géographiques étudiées est de 7 cabanes par mètre carré, qui devient 47 cabanes par m2 dans l’élément 110101 dit Villa Opicina. Cette densité très élevée correspond à une cabane tous les 80 mètres. À noter que sur les 191 cabanes, 68 sont intactes et 123 en ruine.

Les cabanes sont répertoriées et identifiées par un code à 6 caractères (l’élément cartographique 1 :5000), suivi par une numérotation progressive de l’ouest vers l'est. Chaque cabane est aussi nommée en utilisant un élément qui la caractérise.

Deux sont datées : de 1906 et 1924. Souvent on rencontre une petite croix gravée sur une pierre à l’extérieur.

À noter que sur les 27 constructions étudiées, il y a une étonnante homogénéité dans les dimensions de l’entrée même en présence de pierres très différentes. La hauteur est de 103 +/- 15 (σ) cm et la largeur 61 +/- 13 (σ) cm [σ étant l'écart type].

Dans leur aspect et technologie les cabanes se rapprochent davantage de celles de la Dalmatie (Croatie) que de celles de l’Istrie centre-méridionale (Croatie) où la recherche d’une esthétique formelle est évidente.

Les abris du Karst (qu’il soit italien ou slovène), étant donné leur emplacement dans le territoire avec peu de surface cultivable, sont, pour la plus grande partie, des abris de bergers édifiés pour se protéger de la pluie, du froid et du vent très fort (la bora) de la région. À ce propos il est intéressant de constater que la position de l’entrée des cabanes est presque toujours protégée contre la bora. Là où cela n’est pas possible, un mur coupe-vent est souvent érigé.

Dans quelques cas une petite fenêtre permet la sortie de la fumée du feu allumé par les bergers pour se chauffer. Autre solution : si l’opération était facile, on enlevait une laura / loza pour permettre à la fumée de s’échapper.

(1) www.caixxxottobre.it


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© Sergio Gnesda - CERAV
24 février 2012 / February 24th, 2012

Référence à citer / To be referenced as:

Sregio Gnesda, compte rendu de
Elio Polli e Dario Gasparo, Le casite del Carso Triestino. Parte prima : Fernetti, Banne, Trebiciano, Gropada, Padriciano, Éditions CAI XXX Ottobre, Trieste, août 2009
http://www.pierreseche.com/casite_del_carso_triestino.htm
24 février 2012.

page d'accueil          sommaire recensions