ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LES COUVREMENTS UTILISANT LE CLAVAGE

The keystone vault in dry stone roofs

Christian Lassure


1 - LA VOÛTE CLAVÉE EN PIERRE SÈCHE EN BERCEAU OU EN COUPOLE :
 PRINCIPES CONSTRUCTIFS

Dans la construction à sec, la voûte clavée se rencontre parfois. Rappelons que, par voûte clavée, on entend une voûte de claveaux, c'est-à-dire de pierres taillées en forme de coin, dont les joints des lits en coupe, c'est-à-dire les pans obliques par lesquels un claveau s'appuie sur les claveaux voisins, convergent vers le même point. La voûte clavée en pierres sèches est non pas une voûte réalisée à l'aide de voussoirs taillés et appareillés, dont la confection est au-delà des moyens des constructeurs à pierres sèches car elle requiert des études de stéréotomie, mais une voûte confectionnée à partir soit de plaquettes brutes ou rectifiées au marteau, soit de moellons ébauchés et grossièrement appareillés, disposés sur un cintrage provisoire.

© Christian Lassure

Dans la confection d'une voûte clavée en berceau, réalisée à l'aide d'assises parallèles de plaquettes, intervient un cintre en bois – exécuté en planches jointives, soutenues par des entretoises et des sablières – que l'on pose sur des corbeaux ménagés à la naissance de la voûte et que l'on déplace transversalement sur le support pour réaliser d'autres longueurs. La voûte épouse alors la forme du cintre. À l'intrados de ce type de voûte, les joints des lits en coupe sont alignés et parallèles à la ligne de faîte.

Pour la réalisation d'une voûte clavée en coupole, deux solutions peuvent être employées selon l'importance de l'édifice :

- Pour une petite cabane utilisant des plaquettes brutes, un support hémisphérique de fascines bien tassées sera ménagé à l'intérieur des murs porteurs : une fois les plaquettes posées en assises concentriques et les reins de la voûte chargés, on mettra le feu aux fascines qui, en se consumant, laisseront les plaquettes se mettre en place et se bloquer entre elles. L'assise terminale sera constituée par trois plaquettes disposées en triangle et se contrebutant mutuellement .

- Pour un édifice plus important, où les claveaux sont non plus des plaquettes mais des moellons taillés, à douelle d'intrados dressée sommairement à coups de ciseau, un cintre hémisphérique est réalisé, dont les entretoises sont encastrées dans le haut de la paroi verticale. Une fois la voûte terminée, le cintrage est démonté. Le système de fermeture sera ici une clé de voûte normale.

À l'intrados de ces deux spécimens de voûte clavée en coupole, les joints des lits en coupe sont concentriques.

2 - TYPOLOGIE DES COUVREMENTS UTILISANT LE CLAVAGE

2.1 - Voûte encorbellée au départ, clavée à l'arrivée, avec clé pendante

Commune de Saint-Privat-de-Champclos, département du Gard.

© Christian Lassure

La voûte de cette petite cabane est tout à fait remarquable : les parois présentent un fruit jusqu'à 0,65 m de hauteur puis partent en encorbellement, mais les dalles, inclinées vers l'extérieur dans les premières assises, le sont vers l'intérieur dans les dernières assises, à la façon de claveaux. Dans le triangle délimité par les dalles de la dernière assise (à 1,50 m de haut), pointe un formidable bloc conique, la tête en bas, faisant office de clé de voûte; il s'agit là d'un système de voûtement astucieux, où le bloc conique renversé clave les dernières assises.

© Christian Lassure © Christian Lassure © Christian Lassure © Chrisian Lassure

2.2 - Voûte encorbellée au départ, clavée à l'arrivée

Commune de Barjac, département du Gard.

© Christian Lassure

Cabane intégrée à une haute et large muraille; seul le haut de la façade et la toiture en cône surbaissé dépassent le sommet de la muraille.

La toiture de grandes lauses recouvre une voûte hémisphérique remarquable à plusieurs égards :

- à partir de 1,65 m de haut, se déploie un classique encorbellement de dalles au parement biseauté par martelage;

- puis, vers 2,70 m de sol, est visible une arase de gros blocs servant de sommiers à environ huit assises de pseudo-claveaux au parement dressé à coups de ciseau;

- une clé ferme la voûte à 3,35 m de haut.

Les joints en coupe des huit dernières assises ne convergeant pas vers le même point, on peut parler ici de voûtement intermédiaire entre la voûte encorbellée et la voûte clavée.

© Christian Lassure

2.3 - Voûte clavée en berceau sous bâtière de lauses

Région d'Orgnac-l'Aven, département de l'Ardèche.

 © Christian Lassure

Cabane à voûte clavée en berceau sous bâtière de lauses s'enfonçant dans l'épaisseur de la muraille parementée ceinturant un clos de une vigne. Elle est dotée, sur le côté droit, d'une citerne couverte.

Les aménagements lithiques du clos de vigne sont l'œuvre d'un paysan-bâtisseur au XIXe siècle, véritable « fou de la pierre » dont le souvenir se perpétue localement.

2.4 - Voûte clavée en plein cintre sous un versant de lauses

Commune de Gordes, département du Vaucluse, quartier des Savournins.

 ©  Christian Lassure

Ensemble fournil-four faisant partie d'un des groupes de cabanes de ce hameau.

Le fournil est un vaste porche de plan trapézoïdal (largeur à l'ouverture : 2,45 m, largeur au fond : 1,85 m, profondeur : 2,20 m), couvert par une voûte clavée en berceau dont le profil est plus proche de l'ogive que du plein cintre.

Cette voûte est protégée non pas par une bâtière de lauses mais par un simple versant perpendiculaire à la façade du fournil. L'assise inférieure déborde en larmier sur le devant.

2.5 - Voûte clavée en berceau brisé, sous revêtement de terre

Commune de Sansa, département des Pyrénées-Orientales, lieu dit Pla de l'Orri.

© Christian Lassure © Christian Lassure © Christian Lassure © Christian Lassure

Bergerie située sur un ancien terrain de dépaissance du bétail.

Ce vaste bâtiment de plan rectangulaire (dimensions extérieures : 23,80 m x 7,10 m, dimensions intérieures : 21,40 m x 4,40 m) et à façade en pignon, est couvert d'une voûte clavée en berceau brisé, construite en grandes dalles de granit (hauteur sous voûte : 3,35 m). L'extrados de la voûte est chargé de pierraille et de terre engazonnée (« terrat »).

© Christian Lassure

2.6 - Voûte clavée en coupole

Commune de Labastide-de-Virac, département de l'Ardèche, lieu dit Combe de Vausservière.  

 © Christian Lassure © Christian Lassure © Christian Lassure © Christian Lassure

Voûte remarquable par son recours à la technique du clavage.

Au niveau du sol, les parois vont en s'incurvant vers l'extérieur pour ensuite amorcer un encorbellement jusqu'à 1,25 m du sol, hauteur à partir de laquelle les pierres accusent une inclinaison de plus en plus marquée vers l'intérieur, aboutissant non plus à une voûte encorbellée mais à une véritable voûte de claveaux rayonnant autour d'un triangle ultime formé de trois plaquettes à 2,10 m de haut. L'espace délimité par cette ultime assise est occupé par une pile de plaquettes horizontales formant un succédané de clé de voûte.

© Christian Lassure

Extérieurement, l'édifice ne comporte pas de couvertures de lauses et laisse voir l'extrémité des claveaux verticaux ou obliques dépasser d'une couche de caillasse délitée.

2.7 - Voûte à un ou plusieurs arceaux jointifs de pierres clavées

Commune de Fitou, département de l'Aude.

© Christian Lassure

Il s'agit de cabanes généralement incluses dans des murailles de pierre sèche et repérables à leur entrée haute et étroite, couverte d'un arc clavé surbaissé (hauteur : 1,80 m, largeur : 0,60 m), se découpant dans le parement de la muraille.

L'espace intérieur, où il faut baisser la tête pour pouvoir se tenir debout, est couvert par un voûtement original : un arceau central de pierres clavées, de 2 à 2,50 m d'ouverture au sol, sert d'appui à deux demi-voûtes clavées qui viennent buter sur lui. Dans certains cas, on a même deux, voire trois arceaux juxtaposés, formant comme une voûte en berceau. Le recours à ce mode de franchissement de l'espace implique l'emploi d'un cintre en bois. La poussée de ce type de voûtement est contenue par l'épaisseur même de la muraille ou encore, lorsqu'il n'y a pas inclusion, par l'épaisseur des murs. N'étant pas étanches, ces voûtes clavées étaient à l'origine colmatées intérieurement à l'aide d'argile et de chaux.

© Christian Lassure © Christian Lassure © Christian Lassure

C'est sans doute la forme grossière des pierres calcaires tirées du sol et l'impossibilité pour les défricheurs de trouver des dalles longues et plates qui expliquent l'usage de la voûte clavée de préférence à la voûte par encorbellement.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Mis en ligne le 26 décembre 2001 / Posted on December 26th, 2001 - Revu le 14 octobre 2009 / Augmented on October 14th, 2009

Références à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
Les couvrements utilisant le clavage (The keystone vault in dry stone roofs)
http://www.pierreseche.com/couvrements_utilisant_le_clavage.html
26 décembre 2001

page d'accueil           sommaire maconnerie