LA « PASSERELLE DES VACHES » SUR LE TORRENT DE GNOLES, À ORLU (ARIÈGE),

ET SES CULÉES EN PIERRE SÈCHE

Gilles Fichou et Christian Lassure

Au détour d'une carte postale de l'âge d'or il arrive que l'on rencontre des structures en pierre sèche, généralement un mur, une cabane, mais mais aussi parfois des constructions plus rares comme cette passerelle en bois et pierre jetée sur le torrent de Gnoles, en aval de la retenue de Naguilles (1), sur la commune d'Orlu, dans le département de l'Ariège.

© CERAV

Une première carte postale montre la passerelle enjambant le ruisseau avec un personnage en béret se tenant debout en son milieu. La légende nous donne le nom de la passerelle – la passerelle des vaches –, le nom du torrent – le torrent de Gnoles – et sa fonction – déversoir du lac de Naguilles, ainsi que l'appellation de la montagne enneigée dans le lointain – le pic d'Aniel.

Des troncs d'arbres ont été jetés au-dessus du torrent et recouverts de grandes pierres plus ou moins plates (le matériau est du gneiss) pour faciliter le passage des hommes et éventuellement des animaux de bât (on peut supposer que la pierre pouvait davantage les rassurer). Il faut noter que ces poutres sont ancrées soigneusement dans deux grossières culées bâties en pierre sèche de chaque côté du torrent. Cet ouvrage de facture sommaire était vraisemblablement amené à être reconstruit après de grosses crues.

Une deuxième carte, intitulée « Pont sur le Torrent du Lac de NAGUILLES », fait mieux ressortir les différents éléments de la passerelle. Les personnages posant pour la photographie semblent être, d'après leurs accoutrements respectifs, un guide et deux muletiers (2).

© Gilles Fichou

Par rapport à la carte précédente, on note une différence de taille en amont : le mur en pierres maçonnées (3) du barrage de Naguilles. Comme cet ouvrage a été construit en 1905 pour étendre la retenue d'eau, on en déduit que la carte est postérieure à 1905. Du coup, la première carte, où aucun mur de barrage n'est visible, serait antérieure à 1905.

Pour voir une passerelle entièrement en pierre et non plus mixte, il faut se tourner vers une carte de la même époque et du même éditeur, représentant la passerelle de Clabérolès, dans la vallée du Mourguillou, près de Mérens. Ici, les culées sont très rapprochées et les troncs sont remplacés par de grandes dalles en pierre.

© CERAV

NOTES

(1) Le lac de Naguilles, à l'origine simple étang naturel, est aujourd'hui un lac de barrage, le plus grand des lacs ariégeois.

(2) Sur un carte postale du même éditeur (Labouche à Toulouse) et de même époque, montrant une caravane de mulets montant au lac de Naguilles, les muletiers sont habillés de la sorte (chemise blanche, gilet).

(3) Ce premier barrage a été remplacé par un barrage voûte en béton construit de 1957 à 1959 et mis en service en 1961.


Pour imprimer, passer en format paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
26 novembre 2016 / November 26, 2016

Références à citer / To be referenced as:

Gilles Fichou et Christian Lassure
La « passerelle des vaches » sur le torrent de Gnoles, à Orlu (Ariège), et ses culées en pierre sèche
The "passerelle des vaches" over the Gnoles torrent at Orlu, Ariège, and its dry stone abutments
http://www.pierreseche.com/culees_en_pierre_seche.htm
26 novembre 2016

page d'accueil