ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

ANCIENNES ANNEXES AGRICOLES  À SAINT-VINCENT-LE-PALUEL (DORDOGNE)

Former agricultural outbuildings at Saint-Vincent-le-Paluel, Dordogne

Texte de Christian Lassure, photo de Dominique Repérant

 

© Dominique Repérant

Ces deux édifices en pierre sèche, qui semblent sortir tout droit d'un album des Schtroumpfs, sontd'anciennes annexes agricoles.

Le bâtiment de gauche est une grande cabane en pierre sèche de plan quadrangulaire, à voûted'encorbellement et à toiture pyramidale avec coyau. Le bâtiment de droite est une grande nef couverte  par une bâtière de lauses reposant sur desfermes de charpente et les deux murs-pignons. Les percements visibles en façade sont, à droite comme à gauche, coiffés par un linteau en bois, cequi ne postule pas une grande ancienneté.

Une étroite ruelle ou androne sépare les deux structures, sans doute pour recueillir les eaux depluie tombant sur le versant du bâtiment de droite.

Malgré les apparences, les deux bâtisses ne relèvent pas du même niveau architectural, celle dedroite, qui a nécessité l'intervention d'un charpentier, est un cran au-dessus de la cabane.

La présence d'une mangeoire contre la paroi du fond de la cabane indique que celle-ci a servid'étable ou d'écurie. La nef, pour sa part, semble être un fenil, ainsi que l'atteste la baie qui s'ouvre dans lepignon-façade au niveau du comble et que protègent de grandes dalles saillantes formant larmier.

On ne peut pas ne pas remarquer les traces d'un grave désordre ayant affecté la partie centrale dela façade de la cabane : une ouverture étroite, ménagée au-dessus du linteau, a dû être murée lorsque son côté droit s'est désolidarisé de lamaçonnerie et a entraîné l'affaissement de la rive de la toiture au-dessus. Sans doute cela ne se serait-il pas produit si le constructeur avait utilisé,pour les montants, de gros blocs posés alternativement en boutisse et en panneresse. Quoi qu'il en soit, on note, ici et là dans la façade, leslézardes d'un déversement vers la gauche.

© Dominique Repérant

Le faîtage de la nefest lui aussi en mauvais état : il manque certaines des grandes dalles inclinées d'un même côté qui le protègent de lapluie. De même, les lausesdu versant de droite se décollent du rampant du pignon. Enfin, le montant gauche de l'entrée du rez-de-chaussée repose sur du vide, les pierres à labase ayant été arrachées (passage d'animaux ?).

Voilàdonc deux édifices arrivés en fin de vie et dont la pathologie n'augure riende bien !


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Le 29 juillet 2005 / July 29th, 2005

page d'accueil         sommaire temoins