L'ARCHITECTURE VERNACULAIRE

TOME 38-39 (2014-2015)

 

ISSN 2494-2413

 
     

Christian Lassure et Jean Le Gall

LES CABANES DE CALPALMAS, ALIAS « LES CABANES DU BREUIL »,
À SAINT-ANDRÉ-D'ALLAS (DORDOGNE)

 

Résumé

Les « Cabanes du Breuil », ainsi qu'on les appelle aujourd'hui, se trouvent au lieu-dit Calpalmas à Saint-André-d'Allas, à 9 km de Sarlat et à 12 km des Eyzies. Il s'agit d'annexes agricoles de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe, ayant pour particularités d'être couvertes d'une voûte en pierre sèche revêtue d'une couverture de lauses et d'être agglutinées les unes aux autres. Elles dépendent de la ferme voisine (maison à étage couverte d'une bâtière de lauses sur charpente, et cour dont le porche d'entrée porte la date de 1841). Les cabanes présentent, dans leurs formes et leurs procédés, une unité architecturale très nette, signe qu'elles relèvent d'une même époque ou qu'elles ont eu le même constructeur. Leur architecture renvoie à celle des cabanes de pierre à toiture conique ou campaniforme visibles en d'autres points du Sarladais et dont le mouvement de construction va du milieu du XVIIIe siècle à la fin du XIXe.

Abstract

The "Huts at Le Breuil", as they are called today, are found at a place called Calpalmas at Saint-André-d'Allas, 9 km from Sarlat and 12 km from Les Eyzies. They are agricultural buildings dating from the late 19th century or early 20th, whose particular features are their having a stone-tile covering over a dry-stone corbelled vault and their huddling together in groups. They form part of the nearby farm (consisting of a first-floor house with stone-tile roofing over wooden trusses and an enclosure whose entrance gateway is inscribed with the date 1841). Owing to their forms and techniques, the stone huts boast a distinctive architectural unity, indicative of their belonging to one and the same period or being the work of a single builder. Their architecture refers to the other stone huts with a conical or bell-shaped stone-tile roof seen in various places of the Sarladais region and dated to a construction campaign spanning the years 1750-1900.

 

L'appellation « Cabanes du Breuil » désigne un musée privé formé des annexes agricoles d'une ancienne ferme située au lieu-dit Calpalmas à Saint-André-d'Allas en Dordogne, à 9 km de Sarlat et 12 km des Eyzies. D'après les cadastres (fig. 14 et 15), le lieu-dit est Calpalmas et non pas Le Breuil, qui est à proprement parler le nom du hameau se trouvant 500 m plus à l’ouest, ni Bois Legris, qui est un hameau situé plus au nord. Ces dépendances ont pour particularités d'être couvertes chacune d'une voûte encorbellée en pierre sèche revêtue d'une toiture de lauses et, pour certaines d’entre elles, de s’agglutiner en groupes.

Fig. 1 - Vue aérienne, prise depuis le sud-est, révélant l’emprise au sol et la disposition des divers éléments de l’ancienne ferme de Calpalmas, alias « les Cabanes du Breuil ». De gauche à droite :

- la maison d’habitation, son fournil et les deux cabanes qui s’adossent à celui-ci ;

- en vis-à-vis, la grange et le porche d’entrée ;

- la file de trois cabanes fermant la cour au nord ;

- la file de deux cabanes, séparée de la précédente par une ruelle.

Les autres cabanes plus à gauche sont en dehors du cadre de la prise de vue. La maison à lucarne derrière la maison au toit de lauses, est une construction récente. (Carte postale des années 2000)

Origines de l’appellation

L'appellation « Cabanes du Breuil » a été popularisée, soit sous sa forme première, soit sous la variante « Bories du Breuil », par la littérature touristique régionale dans les années 1970 et par les cartes postales à partir des années 1980 (1).

Classement comme monument historique

C'est à la suite de la proposition d'un visiteur, frappé par la beauté et l'originalité de l'ensemble des cabanes, que celles-ci ont été protégées au titre des sites à partir de 1968. Le 10 mai 1995, elles devaient être classées monuments historiques ainsi que les façades et toitures en lauses de la maison d'habitation et de son fournil, la grange étant pour sa part déjà inscrite depuis 1991 (2).

Disposition des bâtiments

En dehors des cabanes, la ferme comprend d’une part un alignement formé d'une maison et d’un fournil classiques à bâtière de lauses sur charpente, d’autre part une grange disposée en vis-à-vis, couverte de tuiles mécaniques, le porche d'entrée de la cour entre la maison et la grange portant la date de 1841 (fig. 1, 2 et 3).

 

Fig. 2 - L’ancienne ferme de Calpalmas en 2007 :

- à gauche du porche d’entrée, le pignon de la grange fermant la cour à l’est ;

- à droite, l’extrémité de la file de trois cabanes bordant la cour au nord ;

- au-delà du porche, la maison d’habitation fermant la cour à l’ouest. © Jean Le Gall.

 

Les cabanes se répartissent en trois groupes.

 

Le groupe 1, lui-même formé de deux sous-groupes :

- une file de trois cabanes bordant le côté amont de la cour de ferme et ouvrant sur cette cour : les deux premières constituent en fait une seule et même bâtisse (vraisemblablement un fenil), de plan au sol en forme de rectangle arrondi aux angles ; contre son extrémité arrière s'accole une cabane plus petite, de plan circulaire ; les toitures des trois cabanes étant reliées entre elles par un faîtage concave (en forme de « selle »), on a l'impression d'une seule et même bâtisse à triple toiture ;

- deux cabanes disposées à angle droit et adossées, la première au pignon du fournil de la maison, la deuxième au gouttereau de ce même fournil, petit bâtiment à bâtière de lauses dressé contre le pignon de la maison ; l’accès à ces deux cabanes se fait par l’entrée du fournil dans la cour.

 

Le groupe 2, formé de deux autres cabanes – elles aussi accolées entre elles et reliées par une « selle » – se dressant parallèlement au premier groupe quelques mètres plus haut sur la pente (fig. 7). Elles ont chacune leur entrée propre.

 

Le groupe 3 réunissait – pour la clarté de l’exposé – une petite cabane et une grande cabane isolées situées plus en amont et une petite cabane à l'entrée du site. La grande cabane servait de bergerie entre 1950 et 1980 (fig. 12 et 13).

 

Fig. 3 - Vue aérienne, prise depuis le nord-ouest, de l’ancienne ferme de Calpalmas. Curieusement, alors que la toiture actuelle de la grange est en tuiles mécaniques, sur cette vue elle semble être la réplique de la toiture de lauses de la maison d’habitation : même teinte grise, même faîtage plat. Cependant, les rampants du pignon côté porche n’ont pas l’épaisseur d’un rampant de lauses. Se pourrait-il que l’éditeur de la carte postale ait repiqué le versant de tuiles rouges, par trop dénotant, avec le versant de lauses de la maison ? (Carte postale des années 1980).

Cadastre moderne

Sur le cadastre moderne (fig. 4), les bâtiments de ferme, hormis les cabanes éparpillées du groupe 3, occupent la parcelle 557.

 

Fig. 4 : La ferme de Calpalmas sur le cadastre actuel : les bâtiments qui la constituent occupent la parcelle 557. On reconnaît, dans la partie sud de la parcelle, la maison d’habitation, le fournil et la file de cabanes réunis en un tout en forme de L, sur deux côtés d’une cour dont le troisième est occupé par la grange. Dans la partie nord, on reconnaît les deux cabanes accolées et, un peu plus haut, la cabane isolée à usage de bergerie.

Architecture

Au plan de l'architecture, chaque cabane se décompose en trois éléments distincts (fig. 5) :

- un corps de base en pierres maçonnées au mortier de terre (et non à sec),

- une voûte de pierres sèches encorbellées et inclinées vers l'extérieur,

- une toiture de lauses en forme de cloche avec coyau et rive débordante, qui vient recouvrir l'extrados de la voûte.

Du fait de la déclivité du terrain, la rive des toitures rase le sol en amont (fig. 13).

 

Fig. 5 : Au centre de la photo, la grande cabane du groupe 2 exhibe la morphologie et la structure classiques des cabanes du site : base cylindrique, toiture campaniforme recouvrant l'extrados d'une voûte d'encorbellement, entrée couverte de linteaux en bois sous la rive de la toiture, lucarne gerbière à l'arrière. © Jean Le Gall.

 

Les entrées, disposées en aval, font toute la hauteur du corps de base. Elles ont pour piédroits des pierres taillées en parement et disposées plus ou moins en alternance de boutisses et de panneresses. Elles sont couvertes d'un linteau et d'arrière-linteaux en bois, juste sous la rive de la toiture. Une porte en bois les ferme.

 

Dans chaque toiture, s'ouvre, généralement à l’opposé de l’entrée, une large lucarne gerbière, dont les montants sont maçonnés et couverts d'une avancée de lauses reposant sur un linteau et des arrière-linteaux en bois. La rive de la toiture s'interrompt à leur niveau. Certaines lucarnes sont accessibles (pour la volaille ?) par une volée de trois ou quatre dalles laissées en saillie sur le nu du mur inférieur (fig. 11).

 

Chaque toiture est coiffée d'une grande dalle circulaire, taillée à la courbe.

 

À l'intérieur, à l'amorce de l'encorbellement, des poutrelles en bois forment le rudiment d'un plancher.

Réfections et enjolivements

Les cabanes ont fait l'objet, au tournant des années 1970 puis à celui des années 1990, d'importantes réfections. Certaines modifications ont été apportées aux faîtages : les toitures indépendantes des cabanes du groupe 2 ont été reliées entre elles sur deux tiers de leur hauteur pour faire pendant à la ligne de faîtage ondulée du groupe 1 (fig. 6, 7 et 10).

 

Fig. 6 : Sur cette photo en couleurs de 1971, on aperçoit les deux cabanes du groupe 2 avant leur restauration. Si les corps de base sont accolés, en revanche les deux toitures de lauses sont indépendantes, aucune « selle » ne vient les joindre. La toiture de la cabane Nord semble avoir perdu une partie de ses lauses à en juger d’après son aspect hérissé au-dessus du coyau. (Source : J.-P. Chavent, Les bories du Périgord, dans Quercy Magazine, No 18, décembre 1971, pp. 25-29, p. 29).

 

Fig. 7 - Les cabanes accolées formant le groupe 2 dans leur état actuel : lors de leur restauration, le couvreur a relié les toitures par une sorte de « selle » ou « pont » de lauses qui n’existait pas auparavant. © Jean Le Gall.

 

De même, le faîtage de la cabane contre le pignon du fournil, est passé ligne en courbe et contrecourbe à une ligne horizontale bien droite, comme celle du faîtage du fournil (fig. 8 et 9).

 

Fig. 8 - Sur cette carte postale de la fin des années 1960 ou du début des années 1970, montrant la triple toiture du groupe 1 (sur la gauche), on remarque, à l'arrière et au-dessus du dernier cône de lauses, le faîtage de la première des deux cabanes disposées en équerre. Ce faîtage, qui suit une ligne convexe puis concave en se rapprochant de la maison d'habitation, vient buter contre le pignon de celle-ci.

 

Fig. 9 - Sur cette carte postale en couleurs des années 1970, on aperçoit, à l’arrière-plan, les toitures de lauses, récemment refaites, de la maison d’habitation et du fournil qui la prolonge. La teinte blanchâtre des lauses contraste avec le gris des lauses patinées des cabanes. La cabane qui est accolée contre le pignon du fournil est cachée par la cabane sud du groupe 2. La vue est prise depuis la cabane isolée servant de bergerie à l’est de l’ensemble.

 

Fig. 10 - Sur cette photo en noir et blanc du groupe 2, prise peu après la restitution de la couverture de lauses de la cabane en aval, on aperçoit un réduit ouvert, bâti à la jonction des deux cabanes. Ce déchargeoir ou bac devait très certainement avoir un rapport avec l'usage qui était fait de cette cabane.

 

Fig. 11 - Aujourd'hui, ce déchargeoir a disparu : peut-être a-t-on jugé que cette disgracieuse excroissance utilitaire déparait trop le charme des lieux. © Dominique Repérant.

 

Dans une des cabanes, on trouve une fausse cheminée, édifiée en 1988 par les exploitants actuels afin de « mettre en valeur les objets des grands-parents ». Il s’agit de la famille Peyrot, qui était venue s’installer à Calpalmas dans les années 1950 et dont le le petit-fils est le propriétaire actuel (3).

Légendes et réalités

Selon le propriétaire du site, « Au Moyen Âge, les cabanes du Breuil étaient habitées par les Bénédictins de Sarlat ». La preuve en serait un acte de vente de « 1449, date de la plus vieille trace écrite affirmant leur existence ». Mais ce document, s’il existe, n'a jamais été publié et ses coordonnées comme sa teneur sont tenues sous le boisseau. De plus, le lieu-dit Calpalmas est à l’est du hameau du Breuil. Spécialiste de l’architecture en pierre sèche du Sarladais, François Poujardieu écrit, en 2002, que « Le Breuil était un des domaines des Bénédictins du Chapitre de l'Évêché de Sarlat, mais [qu’]il est écrit nulle part qu'existaient les cabanes que nous voyons aujourd'hui ». Il ajoute : « La propriétaire affirmait, il y a vingt ans, que les cabanes auraient été construites ou entièrement remaniées par son grand-père, au début du XXe siècle » (4).

 

Toujours selon le propriétaire du site, des artisans ruraux (un forgeron, un bourrelier et un tisserand) auraient loué certaines des cabanes pour y exercer leur activité mais aucun élément textuel n'est apporté qui corroborerait cette affirmation. Dans la cabane qui aurait servi à un forgeron, trône un gros soufflet devant un renfoncement de la maçonnerie ayant servi d’âtre. Une carte postale des années 1970 montre la même cabane servant de bergerie : une dizaine de brebis en sort, sous la houlette des agriculteurs de l'époque. Sa date de construction est connue : le début du XXe siècle (fig. 12 et 13).

 

Fig. 12 - Carte postale des années 1970 montrant la bergerie située au nord de la ferme lorsqu’elle abritait encore quelques bêtes. Les personnages sont M. et Mme Peyrot, les exploitants de la fin des années 1950 aux années 1980. (Carte postale Pierre Artaud & Cie, Les Éditions du Gabier, BP 61, 27190 Conches).

 

Fig. 13 - La même cabane en 2007, promue au rang d’objet muséographique. © Jean Le Gall.

Cadastre napoléonien

La ferme de Calpalmas est figurée dans la parcelle 497 de la section A du cadastre napoléonien terminé sur le terrain le 4 juillet 1834 (fig. 15). Elle se limite à une maison d’habitation au plan en L, une file de trois cabanes, une cabane à un angle de la maison et un bâtiment de plan carré dans la parcelle 501. Les parcelles 495, 500 et 501 sont des vignes (figurées par le symbole v), la parcelle 494 est une terre (symbole t). Sur la matrice cadastrale, le propriétaire de la maison 497 est madame Boussat veuve.

 

Fig. 14 - Partie de la section A du cadastre napoléonien de Saint-André-d’Allas (1834) montrant l’implantation du lieu-dit Calpalmas par rapport aux lieux-dits Le Brel (c’est-à-dire Le Breuil) à l’ouest et Bois Legris au nord. © Jean Le Gall.

 

Fig. 15 - La ferme de Calpalmas telle qu’elle est figurée sur le cadastre napoléonien (1834) dans la parcelle numéro 497 :

- le plan de la maison d’habitation, avec son aile formant équerre, diffère sensiblement du plan actuel, réduit à un simple rectangle : il y a eu manifestement suppression de la partie en équerre à une date qui reste à déterminer ;

- la grange en vis-à-vis de la maison n’est pas encore construite ni le porche d’entrée (gravé du millésime 1841) ;

- le fournil qui devrait se trouver adossé contre le pignon de la maison, est absent ; des deux cabanes s’appuyant sur le fournil actuel, seule existe déjà celle qui s’appuie contre son gouttereau arrière ;

- la file de trois cabanes du groupe 1 est figurée sous la forme d’un bâtiment ovale ;

- le groupe 2 n’existe pas encore, ainsi que les cabanes plus au nord.

Les parcelles 495 et 500 sont des vignes (symbole v), la parcelle 494 est une terre (symbole t). © Jean Le Gall.

Datation

En dehors du porche d’entrée de 1841, aucune date absolue n’est disponible. On peut penser que les éléments bâtis portés sur le cadastre napoléonien de 1834 datent du début du XIXe siècle ou peut-être de la fin du XVIIIe et que les autres datent de la deuxième moitié du XIXe siècle voire du début du XXe. Quoi qu’il en soit, l’architecture des cabanes de Calpalmas renvoie à celle des cabanes de pierre à toiture conique ou campaniforme visibles en d'autres points du Sarladais et dont le mouvement de construction va du milieu du XVIIIe siècle à la fin du XIXe (5).

NOTES

Le présent article repose en partie sur la couverture photographique du site et les recherches aux Archives de Périgueux effectuées par l’un des auteurs, Jean Le Gall, en septembre 2007.

 

(1) Jean-Claude Carrère, « Cabanes du Périgord, mythes et réalités », dans Périgord-Magazine, n° 190, novembre 1981, pp. 17-19.

 

(2) Référence PA00083093, « Maison d'habitation et cabanes en pierre sèche du Breuilh », base Mérimée, ministère français de la Culture.

 

(3) Franck Delage, Des cabanes qui abritent nos racines, in Sud-Ouest, 30 novembre 1992.

 

(4) François Poujardieu, Les cabanes en pierre sèche du Périgord, Éditions du Roc de Bourzac, 2002, 107 p., en part. pp. 43-44.

 

(5) Christian Lassure (texte), Dominique Repérant (photos), Cabanes en pierre sèche de France, Edisud, 2004, en part. chap. « La tradition constructive ».

 


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© Christian Lassure, Jean Le Gall - CERAV

Références à citer / To be referenced as :

Christian Lassure et Jean Le Gall

Les cabanes de Calpalmas, alias « les Cabanes du Breuil », à Saint-André-d’Allas (Dordogne) (The Calpalmas huts, aka "les Cabanes du Breuil", at Saint-André-d'Allas, Dordogne)

L'architecture vernaculaire, tome 38-39 (2014-2015)

http://www.pierreseche.com/AV_2014_lassure_le_gall.htm

25 janvier 2015

Les auteurs :

- agrégé de l'université, professeur honoraire, Christian Lassure est archéologue et ethnologue.

- Jean Le Gall est président de l'association Aréthuse.

page d'accueil        sommaire de Hommage à Michel Rouvière