SOUVENIRS D'ENFANCE DE LA RUE DU HAUT-PONT (ANNÉES 1950)
LA POMPE À EAU

En haut de la rue, il y avait une vieille pompe à eau en fonte, à laquelle les riverains qui n’avaient pas l’eau courante venaient remplir une bassine ou un broc. On y voyait surtout des femmes, les hommes étant à l’usine.

Agrandissement de détail d'une carte postale de la rue d'Orchies au début du XXe siècle : on y aperçoit une pompe à eau municipale très semblable à celle de la rue du Haut-Pont. La dame au tablier porte un seau d'eau qu'elle vient de remplir.

 
La pompe n’avait pas eu de coup de peinture depuis des lustres, on aurait dit une vieille demoiselle aux habits couleur rouille. Le grand amusement des gamins de la rue, c’était de relever le bras de la pompe le plus haut possible et de le rabattre de toutes leurs forces contre son butoir. Les claquements répétés faisaient sortir les voisins sur le pas de leur porte et le coupable se faisait enguirlander :  « T’mérites in’ claque, j’vas l’dire à t’père ».

Les soirs d’été, la pompe servait à alimenter les batailles d’eau entre garnements jusqu’à ce qu’un adulte y mette le holà. L’hiver, la vieille demoiselle enfilait un manteau de paille pour se protéger du froid.

Lorsque toutes les maisons riveraines eurent l’eau courante, les ménagères cessèrent de venir à la pompe. Sa triste silhouette continua à orner le trottoir quelques années durant, puis un beau jour elle disparut, déboulonnée de son socle par les ouvriers de la ville.
 

Agrandissement d'une carte postale éditée dans les années 1950 (comme l'indiquent les bords dentelés) et représentant l'église paroissiale de Saint-Amand (le cliché est toutefois plus ancien – les années 1930 d'après les voitures automobiles) : sur un îlot de la rue Thiers, devant la place de l'église, trônait une pompe en fonte semblable à celle de la rue du Haut-Pont.

 

Au premier plan de cette carte postale de la rue d'Orchies depuis la place du Jet d'eau au début du XXe siècle, se dresse une très surprenante pompe manuelle en fonte surmontée d'un candélabre à quatre lanternes à bec de gaz, dont une sommitale et les trois autres disposées en patte d'oie, au bout d'une console à volutes. Le fût est en trois sections de diamètre dégressif, chacune plus longue que la précédente ; la section de base est ornée d'un décor floral en relief, la section médiane est cannelée ainsi que la troisième. Le bras de la pompe est long et fin.

 

Agrandissement de détail.

 
© CERAV
Mis en ligne le 22 juillet 2012 - Complété le 28 septembre 2012
 

La maison démolie          L'arrivée à Saint-Amand          La pompe à eau

Images de Saint-Amand-les-Eaux