ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LES CASELLES DU HAUT QUERCY

The caselles of higher Quercy

Christian Lassure


Une caselle est une cabane en pierre sèche servant autrefois d'abri pour les humains ou les animaux ou de resserre-à-outils dans le haut Quercy, en particulier dans les causses au nord de la vallée du Lot.

Mas de Bruniou à Crayssac (Lot) : cabane de plan circulaire couverte d'une toiture conique de lauses à coyau et rive saillante(dessin Michel Rouvière)

Extension géographique

Caselle / casèle, forme francisée du quercinois casèlo (occitan normalisé casèla), sert à désigner les cabanes en pierre sèche dans le Lot sur le causse quercinois (au nord de la rivière Lot).

NB : Le terme se rencontre aussi en Lozère sur le causse Méjean occidental, dans l'Aveyron sur le causse de Sauveterre, le causse Comtal et le causse Rouge, dans l'Hérault sur les communes du Cros et de Saint-Michel (sur la continuation du causse du Larzac), sur la commune de Soubès et sur celle de Sigean; la forme palatalisée chaselle / chasèle a cours en Lozère sur le causse Méjean oriental et sur le causse de Sauveterre.

Evolution sémantique

Le terme casèlo désigne, sur les causses au nord de la vallée du Lot et en particulier le causse de Gramat, les édifices de plan circulaire ou quadrangulaire à toit conique de lauses sur voûte encorbellée. Cependant, certains auteurs ont embrouillé la situation terminologique en appliquant systématiquement et indistinctement la francisation caselle non seulement aux guérites de murailles (ou gariottes) et aux cabanes en pierre sèche mais aussi à des bâtiments en maçonnerie liée au mortier et d'un niveau plus élevé dans la hiérarchie architecturale.

NB : Le vocable cabano (occ. nor. cabana) appartient au sud de la vallée du Lot, où il désigne toute cabane en pierre sèche, à l’exception de la guérite rudimentaire. Son équivalent français, cabane, suivi du qualificatif « de pierre sèche », possède une valeur générique.

Il convient par ailleurs de noter que les constructeurs et propriétaires des bâtiments en pierre sèche n'employaient pas nécessairement casèlo ou cabano : ils recouraient aussi à des désignatifs fonctionnels : poulailler (galinièr, lorsqu'il est intégré à la ferme, galinyèro lorsqu'il est en plein champ), étable (estable), bergerie (jasso), garde-pile (gardo-pilo), chai (tsai), pigeonnier (pixouniè), etc.

Lieudit le Causse Haut à Castelfranc (Lot) : couloir d'entrée d'un chai, couvert par deux encorbellements opposés (dessin Michel Rouvière).

Fonctions

La caselle se prêtait à un grand nombre de fonctions, décelables à certains détails d’aménagement intérieur ou extérieur :
* abri de vigne (présence d'une banquette circulaire ou de dalles encastrées faisant office de sièges);
* garde-pile dans le périmètre de la ferme (à côté d’une aire de battage dallée);
* cellier à l’intérieur de la ferme ou dans la vigne même (avec cuve, barriques et matériel vinaire);
* poulailler, dans la ferme ou en plein champ (avec orifice d’accès pour les volatiles sous la rive de la toiture, perchoirs et niches à l’intérieur pour la ponte);
* soue ou étable, précédée d’une courette, dans la cour de ferme (pour abriter le cochon familial, ou une chèvre ou encore deux ou trois brebis);

 

Lieudit Miran à Luzech : au bout d'une muraille, minuscule guérite avec siège (dessin Christian Lassure)

 

Près de Cavagnac à Soturac : poulailler en plein champ (dessin Michel Rouvière)

   
 

Lieudit Nouel à Lalbenque : grande bergerie en forme de cylindre sous toiture conique de lauses avec larmier (dessin Michel Rouvière)

 

Les escarits à Fons : vaste cabane édifiée vers 1860 pour abriter le matériel vinaire (en bas) et servir de pigeonnier (en haut) (dessin Michel Rouvière)

   
 

Lieudit Pech Bernard à Pontcirq : abri à bestiaux en plein champ (dessin Michel Rouvière)

 

Lieudit Les Calcinières à Catus : cabanes ayant servi autrefois d'habitation à un manouvrier (dessin Michel Rouvière)

* écurie pour un âne ou un mulet (entrée plus haute que celle des autres cabanes);
* bergerie, au sein de la ferme ou dans les champs ou les bois (pour abriter, selon sa taille, de 10 à 20 moutons);
* pigeonnier, fonction dévolue à l’espace sous le couvrement, accessible par un trappe dans un plancher, l’espace inférieur étant réservé à une autre fonction (des corbeilles d’osier accueillaient les volatiles, dont l’accès se faisait par un rudiment de lucarne);
* dans le périmètre de la ferme, chambre à coucher pour un domestique (grande lucarne sur le toit ou fenêtre sous le toit);
* habitation temporaire, aux époques de travaux dans les champs ou les vignes éloignés (présence d’une cheminée, d’un évier, de niches, d’un dallage, éventuellement d’une citerne extérieure);
* habitation permanente, avec pour occupant un ouvrier agricole, souvent célibataire, ou une femme seule, indigente.

Près de Berrié à Luzech (Lot) : cabane dont l'encadrement est fait de trois grands blocs parementés (dessin Michel Rouvière)

Origines des caselles

S’il est établi que les petits édifices en pierre sèche des causses du Quercy ne datent que du XIXe siècle et de la deuxième moitié du XVIIIe et sont liés à la conquête paysanne du sol, commencée vers la fin de l’Ancien Régime et poursuivie durant la majeure partie du XIXe siècle, par contre l’incertitude est grande quant à l’existence d’ouvrages antérieurs.

L’emploi dès le XVe siècle, du terme cazela pour désigner un genre de cabane en pierre, ne permet pas d'inférer si au Moyen Age on entendait par là exactement la même chose qu’au XIXe siècle par casèlo. Tout historien de l’architecture sait en effet qu’il n’existe pas de type architectural qui perdure, inchangé, indémodable, cinq siècles durant, les productions architecturales étant soumises au progrès de l’économie et de l’outillage.

Bibliographie

* Christian Lassure, Essai de classification fonctionnelle des constructions en pierre sèche du Lot, Paris, 1976, 102 p.

* Roger Sénat, Gérard Canou, Caselles du Quercy, éditions du Laquet, Martel, 2001, 192 p.


Pour imprimer, passer en format paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Le 17 août 2007 / August 17th, 2007 - Augmenté le 14 janvier 2010 / Augmented on January 14th, 2009

Références à citer :

Christian Lassure
Les caselles du haut Quercy (The caselles of higher Quercy)
http://www.pierreseche.com/caselles_du_haut_quercy.htm
17 août 2007

Le causse de Limogne (Lot) : les cabanes en pierre sèche

page d'accueil         sommaire temoins