ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

ÉTUDE COMPARÉE DES MOUVEMENTS DE CONSTRUCTION DE CABANES EN PIERRE SÈCHE

 DANS LES POUILLES (ITALIE) ET DANS L'UZÈGE (GARD, FRANCE)

 D'APRÈS LES MILLÉSIMES GRAVÉS

A comparative survey of the construction campaigns of dry stone huts

in Puglia, Italy, and in the Uzège region, France, based on dates inscribed in stone

Christian Lassure et Christiane Chabert


Article repris de Pierre Sèche, La lettre du CERAV, bulletin de liaison No 9, septembre 1997

La campagne de recensement des édifices en pierre sèche des Pouilles italiennes conduite par l'Institut de dessin, figuration et relevé de la Faculté d'Ingénierie de Bari, a permis de collationner quelque 63 millésimes gravés dont le plus ancien est 1559 (mais peu sûr) et le plus récent 1956 (!). La liste en a été publiée par le professeur Enrico Degano dans les Actes du 1er séminaire international sur l'architecture en pierre sèche de Noci-Alberobello des 27-30 septembre 1987 (1), publiés en 1990.

Plusieurs enseignements se dégagent de l'examen de cette liste :

- tout d'abord, les édifices portant millésime ne représentent que 0,07 % de l'ensemble des édifices recensés, soit un pourcentage infime, peut-être explicable par l'humble statut des édifices et l'analphabétisme de leurs constructeurs;

- ensuite, la majeure partie des dates appartient à la 2e moitié du XIXe siècle, période de reprise de l'activité agricole, et en particulier de la viticulture;

- enfin, la tradition constructive s'affirme dès la 2e moitié du XVIIe siècle, comme l'attestent les millésimes 1658, 1672 et 1702 (si l'on fait abstraction du millésime 1559, sujet à caution).

L'idée nous est venue de comparer cette liste de millésimes pour les Pouilles italiennes avec le seul inventaire régional de millésimes actuellement disponible en France, celui de l'Uzège, un des pays du Gard : 46 millésimes y ont été recensés par Mme Christiane Chabert (2) et analysés après avoir été répartis par décennies de façon à établir un graphique exploitable.

uzèsbari.jpg (54871 octets)

En soumettant la liste du professeur Degano à un traitement identique et en la superposant à celle de Mme Chabert, un certain nombre de constatations se sont imposées d'emblée :

- le millésime le plus ancien appartient aux Pouilles (1658, si l'on ne tient pas compte de 1559, insuffisamment sûr), alors que la première date dans l'Uzège n'est que 1738 : cela ne signifie pas nécessairement que la tradition constructive soit plus récente en Uzège, ce peut être tout aussi bien le signe que l'inventaire doit y être poursuivi, d'autant plus que l'existence de capitelles uzégeoises est attestée dès 1630 par un acte notarié (3);

- le millésime le plus récent se rencontre dans les Pouilles (1956), alors que le dernier millésime en Uzège est 1881;

- s'amorçant à la décennie 1730-1739, la courbe de l'Uzège croît rapidement pour atteindre un pic en 1810-1819 puis redescend encore plus rapidement pour tomber à zéro après la décennie 1840-1849 si l'on fait abstraction du millésime isolé 1881; par contre, la courbe des Pouilles ne décolle qu'à partir de la décennie 1780-1789 (soit un décalage de 50 années), croît ensuite à un rythme soutenu pour atteindre un sommet en 1870-1879 (soit un décalage de 60 années), puis décline sans précipitation jusqu'à la décennie 1940-1949 (soit un décalage de 100 années) si l'on ne tient pas compte du brusque regain entre 1950 et 1960 (4);

- le mouvement de construction de cabanes millésimées couvre 12 décennies en Uzège (16 si l'on prend en considération le millésime isolé 1881); il couvre en revanche 17 décennies (18 si l'on ne fait pas abstraction de la décennie 1950-1959 dans les Pouilles).

Quelles conclusions est-on habilité à tirer de la comparaison des deux courbes ?

Tout d'abord, il est manifeste que le mouvement de construction d'édifices millésimés intervient plus d'un demi-siècle plus tôt en Uzège que dans les Pouilles. Les cabanes uzégeoises sont « vernaculaires » avant que les cabanes pugliaises ne le deviennent.

L'une et l'autre courbe correspondent plus ou moins à ce que l'on sait de l'histoire économique rurale des régions concernées : développement de la culture de l'olivier dans l'Uzège, développement de la culture de la vigne dans les Pouilles.

Dans une certaine mesure, cette correspondance nous autorise à penser que la partie est représentative du tout, que l'on peut extrapoler des cabanes à millésime aux cabanes sans millésimes, tout en gardant à l'esprit la fragilité de telles conclusions en raison d'une part du faible nombre de millésimes et d'autre part du rôle possible d'autres facteurs (degré d'alphabétisation, origine sociale des bâtisseurs) dans la production de ces courbes.

Si ces conclusions sont fondées, elles confirment l'une des lois de l'architecture vernaculaire, à savoir que les bâtiments relevant d'un même type (en l'occurrence les cabanes en pierre sèche) s'inscrivent dans un mouvement de construction affectant des aires géographiques étendues (plusieurs régions proches, voire plusieurs pays voisins) mais non sans décalages temporels de plusieurs décennies.

NOTES

(1) Enrico Degano, La campagna di rilievo dei manufatto in pietra a secco della Puglia, dans Atti del primero seminario internazionale « Architettura in pietra a secco », Noci-Alberobello, 27-30 settembre 1987, a cura di A. Ambrosi, E. Degano, C. A. Zaccaria, Schena Editore, 1990, pp. 375-446, en part. pp. 401-404.

(2) Christiane Chabert, Les capitelles de l'Uzège (Gard), dans Pierre sèche, La lettre du CERAV, bulletin de liaison No 9, septembre 1977, pp. 28-41, en part. pp. 37-40.

(3) Cf. Christiane Chabert, op. cit., testament d'un laboureur de Moussac, pp. 28 et 31.

(4) Étant donné la proximité de la période, on peut penser que ces cinq édifices millésimés représentent non plus un pourcentage mais plutôt la majeure partie sinon la totalité des constructions édifiées alors. Ces cinq millésimes n'ont certainement pas le même taux de représentativité que les cinq de la décennie 1880-1889.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

©  CERAV

Références à citer / To be referenced as : 

Christian Lassure et Christiane Chabert
Étude comparée des mouvements de construction en pierre sèche dans les Pouilles (Italie) et en Uzège (Gard, France) (A comparative survey of the construction campaigns of dry stone huts in Puglia, Italy, and in the Uzège region, France, based on dates inscribed in stone) http://www.pierreseche.com/comparaison_millesimes.html

page d'accueil           sommaire datation