ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LA DATATION DES CABANES EN PIERRE SÈCHE

D'APRÈS LES MILLÉSIMES GRAVÉS DANS LA PIERRE

Christian Lassure


English version

Traduction de la communication faite en anglais au 10e Colloque Alps Adria
 à Gozd Martuljek en Slovénie en 2000.

Mesdames et Messieurs, Monsieur le Président. Je tiens tout d’abord à vous dire combien je suis heureux d’être parmi vous et d’avoir la possibilité de vous présenter mon travail d’inventaires sur les inscriptions millésimées rencontrées sur les cabanes en pierres sèche en France. Cet inventaire, qui est encore en cours, consiste 
- non seulement à recenser les inscriptions signalées dans la bibliographie existante 
- mais aussi à en découvrir de nouveaux en faisant appel aux différents membres-correspondants de l’Association que je dirige.

Par « inscription millésimée », il faut entendre : 
- soit un simple millésime,
- soit un millésime accompagné d’initiales ou d’un nom en toutes lettres,
- soit un millésime accompagné d’une courte phrase,
- soit un millésime double.

Ces inscriptions sont disposées en différents emplacements des édifices, en particulier :
- l’encadrement de l’entrée (linteau, piédroits),
- la façade au-dessus du linteau,
- la dalle fermant la voûte,
- l’encadrement d’une niche, d’un fenestron, d’une cheminée.

Pour chaque millésime rencontré se pose la question de savoir
- s’il correspond à la date de construction de l’édifice,
- ou à la date d’une réfection,
-  ou à celle d’une occupation postérieure à l’édification, 
- ou encore au remploi d’un élément millésimé provenant d’un autre bâtiment.

L’examen individuel de chaque millésime doit permettre de répondre à ces interrogations, mais, de façon plus générale, on peut faire un certain nombre de constatations sur la plus ou moins grande pertinence de ces millésimes pour une datation.

Les millésimes exploitables pour une datation sont : 
- ceux gravés sur la dalle de fermeture,
- ceux gravés sur le linteau ou sur une pierre au-dessus du linteau (sauf s'il y a remploi),
- ceux gravés sur les encadrements de niches, de fenestrons, de cheminées à l'intérieur de l'édifice.

Moins exploitables pour une datation sont :
- les millésimes sur les montants de l’entrée,
- les millésimes sur des pierres de la paroi extérieure.
Il y a toujours la possibilité qu’il s’agisse de la trace d’un passage ou d’une occupation postérieure à la création de l’édifice. 
Ceci clôt mon introduction et je vous convie a présent à regarder quelques exemples, sur diapositives, de millésimes inventoriés.

Uzès (Gard) : cabane en pyramide à quatre faces convexes millésimée de 1823-1824 © Christian Lassure Idem : inscription CA 1824 LE sur la dalle fermant la voûte © Christian Lassure Idem : le linteau portant les millésimes 1823-1824 © Christian Lassure

1 - Cette cabane se trouve près de la ville d'Uzès dans le département du Gard. Construite en pierre calcaire, elle a la forme d'une pyramide aux quatre faces convexes. Sur la face inférieure de la dalle de couvrement, est incisée, sur trois registres, l'inscription : 

CA / 1824 / LE 

1824 étant l'année d'achèvement de la construction, CA et LE les initiales des bâtisseurs. A cette inscription, en fait écho une autre, qui se déploie sur le linteau de l'entrée : 

1823 1824

Faute d'informations, nous ne savons pas qui étaient CA et LE ni la durée précise de la phase de construction. Quoi qu'il en soit, en 1824 la France était sous le règne de Charles X.

Barjac (Gard) : oustalet au linteau millésimé de 1712 © Christian Lassure Idem : le linteau millésimé 1712 © Christian Lassure

2 – Cette cabane est située dans le même département que la cabane précédente, près du village de Barjac. Faisant partie d'une large muraille, elle est découronnée dans sa partie supérieure. Le millésime 1712 est gravé sur la parement du linteau. S'il s'agit de la date de construction, elle nous renvoie à la fin du règne de Louis XIV.

Vals (Haute-Loire) : chibotte au linteau millésimé de 1808 © Christian Lassure Idem : le linteau millésimé de 1808 © Christian Lassure

3 – Cette cabane se trouve dans le département de de la Haute-Loire, près de la ville de Vals. Elle dresse son couvrement conique au-dessus d'une façade plane. Le matériau employé est le basalte, sauf pour l'entrée qui est en brèche basaltique. Le linteau porte la date 1808. A l'époque la France avait pour empereur Napoléon.

Polignac (Haute-Loire) : chibotte au linteau millésimé 1736 ou 1786 © Christian Lassure Idem : le linteau millésimé 1736 ou 1786 © Christian Lassure

4 – Cette cabane se trouve également en Haute-Loire, près du village de Polignac. Elle est à façade plane et à toit conique. Elle est remarquable par son encadrement d'entrée en brèche volcanique, dont le linteau arbore le millésime 1736 (ou 1786) entre les initiales P et C. Il se pourrait bien que ce bel encadrement ait été récupéré sur une maison de village : les fissures visibles semblent indiquer qu'il n'a pas été correctement remonté. En l'occurrence, cette inscription millésimée n'est pas exploitable.

Mazan (Drome) : cabane dite "La Chapelle", construite par Adam Gras en 1865 © Christian Lassure Idem : au-dessus de l'arc clavé de l'entrée, pierre gravée du millésime 1865 © Christian Lassure Idem : pierre gravée du patronyme "GRAS", anciennement en haut du bâtiment © Christian Lassure

5 – Nous avons ici un bel édifice en matériau calcaire, situé dans le département du Vaucluse, près du village de Mazan. Les villageois le surnomment « la chapelle » car une croix se dressait autrefois au sommet de la façade. Au-dessus de l'arc de l'entrée, une pierre arbore le millésime 1865 inscrit dans un cartouche en creux. Une deuxième pierre, tombée au sol en même temps que la croix, porte le nom du propriétaire, un dénommé GRAS. Le G est fermé, si bien que l'on peut lire également ORAS (tu pries). Les descendants actuels du personnage sont encore en possession de l'édifice, ils ont corroboré les indications fournies par les deux inscriptions. En 1865, la France était sous le Second Empire.

Barjac (Gard) : oustalet dont l'encadrement d'entrée porte le millésime 1850 © Christian Lassure Idem : le millésime 1850 gravé sur le tableau de l'encadrement d'entrée © Christian Lassure

6 – Cette cabane nous ramène dans le département du Gard, près de Barjac. L'édifice est incorporé à une large muraille et son couvrement est en forme d'ogive. Le matériau de construction est le calcaire. Le millésime 1850 a été gravé sur une pierre de l'encadrement de l'entrée manifestement après son édification. Etant donné son emplacement peu visible, cette inscription renvoie moins à la date de construction de l'édifice qu'à une péripétie ultérieure, par exemple un changement de propriétaire. Mais il n'y a aucune certitude.

Sorges (Dordogne) : chabane ayant une cheminée millésimée © Christian Lassure Idem : le millésime 1894 au-dessus des initiales BJ (Borut Juvanec ?) sur le linteau de cheminée © Christian Lassure

7 – Nous nous trouvons à présent dans le département de la Dordogne, près du village de Sorges. Nous avons là une cabane en piètre état : l'assise de belles dalles sablières à la base de la toiture conique a été retirée. A l'intérieur, une cheminée rudimentaire est réservée dans la paroi. Une inscription est visible sur son linteau : le millésime 1894 au-dessus des initiales BJ. Il est difficile de dire si cette inscription est le fait du propriétaire bâtisseur ou la marque laissée par quelque visiteur ou utilisateur ultérieur.

Les Riceys (Aube) : cabane de cantonnier portant le millésime 1842 sur le piédroit de droite © Christian Lassure Idem : le millésime 1842 sur le piédroit de droite © Christian Lassure

8 – Cette cabane se trouve dans le département de l'Aube (c'est-à-dire en Champagne), près de la ville des Riceys. Il s'agit d'une cabane de cantonnier, édifiée en bordure de route. Bâtie en matériau calcaire lié au mortier, elle est couverte par une voûte d'encorbellement. Une pierre d'un des montants porte l'inscription :

FAIT LE 6 DC
LCD 1842

Autrement dit, l'édifice a été achevé le 6 décembre 1842. Nous avons là une revendication peu commune. En 1842, la France avait pour roi Louis-Philippe Ier.

9 – On rencontre des millésimes non seulement sur les cabanes en pierre sèche mais aussi sur les murs des champs. A preuve les deux exemples suivants :

Cipières (Alpes-Maritimes) : millésime 1849 gravé sur un bloc à un bout d'un mur de séparation © Christian Lassure Banyuls (Pyrénées-Orientales) : millésime 1928 en pierres micacées blanches sur un mur de soutènement en schiste © Guy Oliver

- le premier millésime – 1845 – est pris sur une muraille de calcaire dans le département des Alpes-Maritimes.

- le deuxième – 1928 – se trouve dans les Pyrénées-Orientales. Ici, la date n'est pas gravée dans la pierre, elle est réalisée en pierres blanches micacées disposées sur le parement d'un mur de terrasse en pierres schisteuses brunes, et ce de façon à figurer les chiffres 1, 9, 2, 8. Cette inscription est manifestement l'affirmation du savoir-faire du murailleur.

Graphique des millésimes © Christian Lassure

10 - Ce graphique, échafaudé à partir de 87 millésimes représentant des dates de construction jugées fiables, nous donne une vision d'ensemble du mouvement d'édification des cabanes en pierre sèche en France. Ce mouvement, qui s'amorce au début du XVIIIe siècle, démarre véritablement à partir de 1750, grimpe de façon plus ou moins régulière jusqu'à un pic pendant la décennie 1820-1830 (fin du règne de Louis XVIII - début du règne de Charles X), pour redescendre sensiblement sous Louis-Philippe et la Deuxième République (jusque vers 1850) puis remonter fortement pendant les deux décennies du Second Empire, dégringoler après la chute de celui-ci, repartir dans la décennie 1880-1889, et enfin chuter à nouveau et s'arrêter à la fin des années 1900-1910. On gardera présent à l'esprit le fait que ce graphique ne repose que sur 87 millésimes et que des modifications de détail (ne remettant pas en cause cependant l'évolution mise en évidence), ne sont pas exclues si de nouvelles dates nous sont signalées.

J'en ai terminé. Merci de m'avoir écouté.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Référence à citer : 

Christian Lassure
La datation des cabanes en pierre sèche d'après les millésimes gravés dans la pierre
traduction en français d'une communication faite au 10e colloque Alps Adria, Gozd Martuljek, Slovénie, 2000
http://www.pierreseche.com/datation_dapres_millesimes.html

page d'accueil           sommaire datation