ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

GLANES ÉLECTRONIQUES D'ARCHITECTURE DE PIERRE SÈCHE

Internet gleanings of dry stone architecture


Au hasard de nos pérégrinations sur l'Internet, nous avons découvert une foule insoupçonnée de textes – articles de revues savantes, rapports administratifs, bulletins de Conseils généraux, cours universitaires, etc. – sur l'architecture de pierre sèche. D'une qualité inégale, ils sont loin cependant d'être quantité négligeable et, en tout cas, ne sauraient être ignorés des spécialistes. On trouvera ci-dessous des liens conduisant à quelques-uns de ces documents, avec en prime un petit commentaire critique (les fichiers sont au format pdf et exigent le logiciel Adobe Reader).

GLANES AU 25 JUILLET 2006

1 - La pierre sèche apprivoisée : l'architecture vernaculaire en pierre sèche dans le Var (XVIIIe-XIXe siècles) (compte rendu par Julien Alleau et al. de la communication de Guillaume Lebaudy au Séminaire du Pôle rural du 13 décembre 2005, suivi d'une discussion).

http://www.unicaen.fr/mrsh/socrurales/pole/pdf/sem131205.pdf

On ne sera pas surpris de retrouver dans ce compte rendu la teneur des travaux de Christian Lassure sur l'architecture de pierre sèche, même si celui-ci n'est jamais mentionné (cf en particulier le paragraphe "La pierre sèche à la conquête des campagnes, 1760-1860"). Sans doute faut-il considérer cette discrétion comme un hommage du vice à la vertu.

Il ne faut pas être non plus très regardant quant à la correction orthographique, lexicale et grammaticale :
- des brises vent
- des éléments de réponses
- l'entretient
- Bien que l'utilisation de la pierre sèche soit onéreux, il garde quelques avantages face au béton
- l'utilisation de techniques particulières sous-entendent la participation de spécialistes
- si l'on peut arguer à une parenté technique
Mais on est sur l'Internet et il y a pire.

Les questions posées lors du débat n'ont d'autre intérêt que de montrer que ceux qui les posent ne sont pas spécialistes du domaine et n'en connaissent pas la vaste bibliographie.

Enfin, on retrouve dans ce compte rendu la fable propagée dans le Var comme quoi "la toiture, en voûte clavée" de l'aiguier "laisse passer l'eau et contribue à cette récupération" (de l'eau de pluie) : en fait, cet état de choses est une conséquence involontaire de l'enlèvement des lauses de toiture de ces citernes après leur abandon. L'alimentation des citernes se faisait par des rigoles dirigeant l'eau de ruissellement vers un dispositif de filtration à l'entrée de la cuve intérieure. Il faut bien voir que la pluie, en s'infiltrant dans les joints de l'extrados de la voûte clavée, aurait entraîné avec elle des débris végétaux, des fientes d'oiseau, etc., qui auraient sali le contenu de la citerne. De plus, on ne laisse pas à l'air libre l'extrados d'une voûte de claveaux : en hiver, l'eau présente dans les joints, en gelant, ne manquerait pas d'agir sur la cohésion de la voûte.

2 - Guy Geoffroy, La cabote (ou cadole) de Bourgogne, fiche confectionnée pour le compte de l'ASERU

http://crdp.ac-dijon.fr/artsculture/ressdoc/pedago/b_cabote.pdf

De ce texte qui ne déparerait pas les pages culturelles d'un journal régional, il n'y a véritablement à retenir que l'observation suivante, non dénuée de perspicacité d'ailleurs : "Trop souvent, hélas, les propriétaires de notre vignoble restent indifférents – ou même hostiles ... – aux projets de création de parcours de découverte. Ils redoutent (avec quelque raison peut-être...) vandalisme et maraude, sans oublier le piétinement et les problèmes de responsabilité civile, de plus en plus prégnants".

3 - Serge Lewuillon, La pierre sèche dans le paysage français, dans Archéologie du passé récent, v.v.21, cours A, pp. 7-17 (vers 1990).

pierre_seche_dans_paysage

Serge Lewuillon, qui manifestement n'a pas entendu parler des "faiseurs de champs", est persuadé que "Les murs ruraux et les murgers ne sont pas des objets construits d'un seul élan, une fois pour toutes : ils évoluent dans le temps et dans l'espace [time warp and teleportation?]), et ils sont d'ailleurs conçus pour s'adapter au gré des bouleversements écologiques locaux ou régionaux (...). Il est donc normal qu'ils obéissent aux règles élémentaires de la stratigraphie".

On comprend que l'auteur soit partisan de " l'approche strictement stratigraphique des murs et des 'murgers' ", approche facilitée – on s'en doute – par l'absence de mortier.

4 - Dossier presse "Pierre Sèche" publié par le Comité départemental de Vaucluse, 12, rue Collège de la Croix - 84008 Avignon cedex.

http://www.tourisme-en-vaucluse.com/PDF/dossier-presse/Pierseche_05.pdf

De ce florilège anonyme et poussif de lieux communs et de contre-vérités sur les constructions en pierre sèche en Provence, on retiendra cette belle envolée : "les séductions qu'opèrent sur nous les architectures de pierre sèche touchent à des domaines clairement analysables de l'émotion esthétique, de la curiosité intellectuelle, du goût de la connaissance, de notre besoin de nous situer dans le monde en marche". Les architectures de pierre sèche qui opèrent des séductions qui touchent à des domaines... !

5 - Jean Pralong, Les murs en pierres sèches, rapport final, version 1, 12-12-01.

http://home.valaisinfo.ch/CVAgri/fr/servicedeagriculture/etudespublications/dossierVignesPralong.pdf

Voilà un rapport très détaillé et très instructif sur les murs en pierre sèche dans le Valais en Suisse : bibliographie, typologie des murs et de leur pathologie, protection, recommandations, etc.

Curieusement, la photo de couverture représente le parement d'un mur de soutènement qui n'est pas vraiment à sec puisqu'un mortier de terre semble occuper les joints (à moins que ce soit la terre en arrière du mur qui ait migré dans les joints de celui-ci).

6 - SEREC (Association suisse pour le service aux régions et communes), Améliorations des structures agricoles et paysagères dans les périmètres viticoles. Sauvegarde des murs en pierres sèches et du vignoble en terrasses valaisan, rapport final par François Parvex et Antonio Turiel, décembre 2001.

http://home.valaisinfo.ch/CVAgri/fr/servicedeagriculture/etudespublications/RapportfinalSEREC.pdf

Ce document jette quelques lumières sur les "apports des murs en pierres sèches dans l'espace viticole valaisan" [par "espace viticole", comprendre "vignoble"] et passe en revue des "études de cas liées à la problématique de sauvegarde du patrimoine de la pierre sèche" [ouf !] : la fondation suisse "Actions en faveur de l'environnement, le Parc naturel régional du Luberon en France (et son "programme d'actions thématiques" impressionnant de modestie), la Sierra de Tramuntana à Majorque (Espagne), le Parc national des Cévennes en France, le North York Moors National Park en Angleterre.

On tombe, dans ce rapport, sur l'affirmation selon laquelle les murs de pierre sèche donneraient son "identité" au paysage (valaisan en l'occurrence). Il faut croire, alors, que tous les vignobles à terrasses soutenues par des murs dans notre belle Europe ont la même "identité", ce qui est pour le moins contradictoire.

On peut cependant louer les efforts des auteurs à imaginer et proposer mesures et moyens pour sauver ces terrasses dans un contexte économique différent de celui qui fit voir le jour à ces dernières.

GLANES AU 28 SEPTEMBRE 2006

7 - Didier Lécuyer, Cévennes : French Peasants Restore their Ancient Lands, dans UNESCO sources, N. 125, July-August 2000.

lecuyer_on_terraces

Cet article en anglais, déjà ancien, relate les diverses actions engagées par le Parc national des Cévennes en faveur de la restauration des terrasses de culture et la renaissance de l'art de la maçonnerie à sèche dans cette région au tournant du siècle. La cheville ouvrière de ces actions était Didier Lécuyer, l'auteur de l'article.

La confection et la publication d'un petit manuel de restauration (avec la participation du CERAV) devait suivre en 2003.

8 - The Dry Stone Walls Association of Australia (DSWAA), The Flag Stone, N. 8, September 2006.

The_Flag_Stone_Issue_N8_Sept_2006

L'Australie fait aussi partie des pays à murs de pierre sèche, ces derniers ayant été bâtis au cours du XIXe siècle par des immigrants italiens ou suisses.

GLANES AU 20 JANVIER 2007

 9 - The Drystone Photo Club

www.drystone.org/gallery/

Sur le site www.drystone.org de l'Association étatsunienne Dry Stone Conservancy (ou DSC), on trouve 18 albums de photos consacrés aux ouvrages en pierre sèche réalisés sous son égide. Nous détaillons ici les dix premiers de ces albums pour ceux qui veulent s'y reporter.

1 - Démontage et remontage en pierre sèche d'une extension latérale aux deux arches d'un ponceau dans le comté de Jessamine dans le Kentucky (raison : piètre qualité de la maçonnerie).

2 - Démontage et remontage du soubassement en pierre sèche d'une grange monument historique dans le Delaware (raison : défaut de liaisonnement entre les parements).

3 - Construction ex-nihilo et en pierre sèche d'une passerelle à une seule arche, en Pennsylvanie.

4 - Scènes du concours annuel de maçonnerie à pierre sèche du DSC dans le Kentucky (trois catégories : novices, amateurs et professionnels).

5 - Erection de pierres debout, de tables sur plots dans un cadre rocheux (des amusettes, à notre avis...).

6 - Réfection des bordures des rampes d'accès en pierre sèche à un pont couvert dans le comté de Fleming dans le Kentucky.

7 - Remontage des brèches des murs de soutènement le long d'un chemin encaissé à Frederickburg en Virginie.

8 - Stage d'initiation à Frederickburg en Virginie, portant sur la confection de bordures de parterres en pierre sèche.

9 - Récapitulatif de l'année 2005.

10 - Récapitulatif de l'année 2006.

Un pan de mur qui laisse pantois ! © DSC

GLANES AU 1er NOVEMBRE 2012

10 - Élodie Fichou, Architecture vernaculaire à pierre sèche au XIXe siècle en milieu rural héraultais : cabanes témoins, mémoire de master 2, UFR III Sociétés, art, religions des mondes modernes et contemporains, spécialité histoire de l'art, université Paul Valéry Montpellier III, 2010.

Élodie Fichou fait le point sur les cabanes de pierre sèche du département de l'Hérault en puisant aux meilleures sources.

 


© CERAV

Le 20 janvier 2007 / January 20th, 2007 - Actualisé le 1er novembre 2012 / Updated on November 1rst, 2012

page d'accueil           sommaire nouvelles