ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

GLOSSAIRE FRANÇAIS-AUBAISIEN DE "LA PIERRE SÈCHE"

Sources :

- Claude Bouet, Les cabanes d'Aubais, l'auteur, juin 1990.

- Claude Bouet, Micro-géographie de l'habitat agreste d'un terroir du Soubergues (Languedoc Oriental) : les cabanes d'Aubais (à la découverte des capitelles), END, Nîmes, 1994, édition réalisée avec le concours du Conseil général du Languedoc-Roussillon.

- Claude Bouet, Le point sur la problématique des bocages lithiques, sous la direction de Claude Bouet, Actes de la journée d'étude du 14 septembre 1994, Ministère de l'environnement, Sous-direction de l'aménagement et des paysages, et Association "Pierre sèche et patrimoine aubaisien", 1994.


Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Telle semble être la devise de M. Claude Bouet, décrivant les cabanes en pierre sèche de la commune d'Aubais dans le Gard. Il travestit en effet les choses les plus prosaïques sous les oripeaux d'un fascinant jargon surréaliste dont il a le secret. Cette langue si curieusement alambiquée a éveillé en nous quelques velléités lexicographiques dont on trouvera ci-dessous le résultat.

A

. abri temporaire en pierre sèche : habitat mineur de pierre sèche qui n'a jamais pu être honoré du qualificatif de maison
. agriculteurs à la retraite :
vieille génération des agriculteurs "vrais" s'acheminant vers l'extinction
. ancienneté :
ancienneté originelle
. arbustes :
végétation arbustive
. association de défense des vieilles pierres :
multiples volontés fragmentaires ponctuellement localisées sous la forme d'associations de défense ou de sauvegarde du patrimoine
. atelier d'artisan :
atelier de tri ou de prétraitement artisanal
. autour d'Aubais :
dans la région circumaubaisienne du Soubergues

B

. banc de pierre : banquette de repos
. bien entretenu :
en parfait suivi d'entretien

C

. cabane de brassier : élément essentiel de la richesse immobilière du brassier parvenu à se hisser au-dessus de sa modeste condition au sein de la société agro-rurale de l'Ancien Régime
. cabane de vigneron :
cellier miniature des produits vinifères
. cabane en pierre sèche :
habitat miniature dispersé - habitat excentré - lieu de vie agreste - micro-établissement rural - phénomène habitationnel élémentaire
. cabane servant de carrière :
cabane-carrière ouverte à une autre délinquance : le vol de lauzes (les plus belles) pour construire les modernes murettes en bossage rustique
. cabanes en pierre sèche d'Aubais :
parc immobilier vernaculaire aubaisien
. carrière proche :
carrière d'immédiate proximité
. chaîne d'angle :
chaînage angulaire des murs
. charroi :
transport en charrette attelée
. circuit de découverte :
itinéraire ou circuit de visite initiatique
. clairière :
espace de clairière dans un environnement forestier
. colline entre Aubais et Junas :
trait d'union collinaire entre les villages d'Aubais et de Junas
. commune d'Aubais :
microcosme territorial aubaisien
. côtés d'un champ :
marges de l'espace destiné à la culture
. coupole :
coupole sommitale
. cyprès :
sentinelles élancées montant la garde à l'entrée des cabanes

D

. dalle fermant la voûte : ultime et minuscule orifice circulaire terminal, enfin operculé par la lourde lauze sommitale
. défrichement :
long et lent processus paysan de mise en valeur des terres ingrates
. dessus bombé :
fausse amorce de dôme
. digne d'être restauré :
provoquant une attirance réhabilitatrice
. diversité des plans :
diversité planimétrique
. dôme :
dôme sommital

E

. écroulement : écoulement (sic) subnaturel
. enclos :
enceinte périphérique à la parcelle
. enfoui sous la végétation :
enfoui sous une végétation spontanée protectrice
. enfouissement sous le lierre :
conservation par végétation tentaculaire de lierre
. épierrement :
extraction de dalles irrégulières de l'ingrate plèbe
. études scientifiques :
études fortes d'une compétence scientifique éprouvée

F

. fenestron : orifice de communication avec l'extérieur
. ferme :
appareil habitationnel dominateur
. fonction agricole :
fonction directement relationnée à l'agriculture

H

. herbe sur le toit : couverture d'une formation humifère
. histoire locale :
processus historique local
. hypothèses :
horizons hypothétiques d'interprétation

I

. inscription sur la paroi : glyphe pariétal intérieur

J

. jour : voie d'entrée de la lumière

L

. lauze calcaire : lauze de calcaire lithique
. lauzes récupérées sur une cabane :
lauzes ruinées évacuées à d'autres fins de maçonnerie moderne
. linteau :
linteau monolithe horizontal - linteau soutenant la masse rocheuse maçonnée au-dessus de la porte d'accès

M

. maçon à pierre sèche : expert capitellaïre du village
. maillage de murs en pierre sèche :
bocage lithique - paysage bocager lithique
. marquant la propriété du sol :
chargé d'un fort signifiant en relation à l'appropriation et la possession individuelle du sol
. mas :
moderne concrétisation des liens directs noués entre le paysan et sa glèbe
. moellon calcaire :
lauze calcaire bioclastique de remplissage mural
. moutons et chèvres :
bétail ongulé
. murs de pierre sèche :
pierre sèche lithique

N

. niche : alvéole de rangement
. noms et dates gravés :
glyphes patronymiques inscrits à l'unisson des dates

O

. ostentatoire : matérialisant la reconnaissance d'un degré supérieur d'aisance économique

P

. parcelle cultivée : unité de production parcellaire
. parcelles irrégulières :
parcelles ignorant la moindre harmonie directionnelle
. paysage cultivé :
paysage empreint de vie agricole spécifique
. petite cabane :
cabane médiocrement spectaculaire et de dimensions sans envergure
. pierrier :
clapier d'accumulation ordonnée de caillasse
. porte :
système mobile adapté de fermeture sur l'extérieur
. propriétaire de maset :
possédant terrien huppé
. Protestants :
religionnaires de la RPR

R

. réfractaire à la conscription : réfractaire à la circonscription
. réseau de murs de pierre sèche :
compartimentation bocagère lithique
. réseau des chemins vicinaux :
réseau étoilé de voies de relation et de desserte intercommunales ou vicinales
. révolte des Camisards :
époque troublée où l'épopée camisarde avait pris la région pour théâtre
. ruine :
processus de délabrement en cours

S

. sauvetage : processus de sauvetage
. siège :
possibilité d'un délassement assis
. sol rocheux nivelé :
affleurement de la roche en place ayant fait l'objet d'un apprêt d'égalisation
. sommet d'une colline :
haut de pente collinaire
. souvenirs des anciens :
mémoire recoupée de vieux témoins autochtones

T

. terroir ancien : terroir torturé par les vicissitudes d'une très ancienne et complexe occupation et d'une longue histoire agraire
. toiture couverte de chaume :
couverture boisée étanchéisée de chaume
. tronc de cône :
obus tronqué
. tuile creuse :
tuile creuse romaine

V

. variété des fonctions : éventail ouvert des fonctions supposées
. vestiges de pierre sèche :
témoins monumentaux et architecturaux d'une certaine civilisation agraire ancestrale
. vie aux champs :
signifiant rural écrasant de pénibilité, d'humilité, de rudesse et de pauvreté
. village :
village-centre
. voûte en encorbellement :
revêtement compact faussement voûté de lauzes en encorbellement

MORCEAUX CHOISIS

L'orientation de l'ouverture est-elle le révélateur complémentaire d'une éthologie individualiste, d'un comportement religieux lié aux forces telluriques, ainsi que certaines hypothèses l'ont avancé en d'autres lieux, ou plus simplement d'une praxis ordonnée vers la recherche d'une protection ou d'un bien-être relationné avec les éléments naturels : vent, soleil, eau ?

Ce constat ouvre le champ de plusieurs hypothèses, tout en ébranlant une évidence.

La cabane type paraît conçue pour permettre à 4 personnes de petite taille et corpulence, de se tenir debout et serrées, sans possibilité de se mouvoir ni d'étendre les membres.

L'agrégat de ces zones, selon des critères d'homogénéité topographique (plaine - coteau - colline), s'ordonnerait par coalescence territoriale et cohésion socio-ethnique en un pan homogène de l'oekoumène qualifié de terroir.

La stabilisation de l'agglomération urbaine sur son site définitif, au centre approximatif de l'espace territorial qu'il commande à partir d'un réseau étoilé de voies de relation et de desserte intercommunales ou vicinales, à l'image - liliputienne quoique ressemblante jusqu'à la caricature de l'agglomération parisienne face à son environnement familier - lui confère une référence de polarisation centrifuge déterminante.

Au cours de cette longue période, la décentralisation et la dispersion de cet habitat devenu secondaire ont impulsé la diversité de ses fonctions simultanées ou successives au gré des aléas de l'histoire foncière et agraire ou de l'histoire politique évènementielle.

L'intrant constitué par le moellon taillé parallélépipédique dans l'appareillage du chaînage angulaire des murs et du chambranle de l'ouverture laisse supposer une maîtrise architecturale très forte impliquant le jeu d'une main-d'œuvre qualifiée, nombreuse donc spécialisée et chère, que la société rurale et paysanne locale ne peut secréter, mais à qui certains de ses membres ont le moyen de faire appel.

Les immenses tentacules du lierre ou de la salsepareille étouffant des pans de murs ou des édifices entiers, les protègent ainsi d'un écoulement (sic) subnaturel, à la manière des ficus banyans "protecteurs" des statues d'Angkor Vat, ou du zèle besogneux et irresponsable des braconniers ou des vandales amateurs de fossiles.

Le lot de 92 cabanes répertoriées représente (...) le profil bas du patrimoine immobilier vernaculaire encore vertical et habitable à l'époque de la première guerre mondiale.

La vieille génération des agriculteurs "vrais" s'acheminant vers l'extinction, la mémoire paysanne collective de l'emplacement des cabanes s'effrite et s'éteint elle aussi, comme s'écroulent sur elles-mêmes, faute d'entretien, les cabanes victimes des pillards, des chasseurs et autres prédateurs.

Les 29 amoncellements de lauzes ruinées ne suggèrent rien d'autre que l'intérêt statistique et localisé d'une existence révolue.

L'éveil de cette prise de conscience devrait interpeller un public averti et les responsables communaux initiateurs de mesures générales et d'actions spécifiques de sauvegarde et - pourquoi pas ? - de sauvetage d'urgence.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Références à citer :
Christian Lassure,
Glossaire français-aubaisien de "la pierre sèche",
www.pierreseche.com/glossaire_aubaisien.html,
16 novembre 2002

page d'accueil          sommaire lexiques