« LA PIERRE SÈCHE », ENCORE ET TOUJOURS

No respite from 'la pierre sèche'

Christian Lassure


Il est des expressions qui sont appelées à faire florès et à être mises à toutes les sauces. Un exemple éloquent en est « la pierre sèche », expression qui, ne désignant au départ et à proprement parler que la mise en œuvre, sans aucun mortier, de la pierre comme matériau de construction (1), en est venue aujourd'hui, à la suite des efforts de personnes et d'officines peu regardantes quant à l'usage du français, à recouvrir, pêle-mêle, la maçonnerie à pierre sèche, la construction à pierre sèche, l'art du bâtisseur à pierre sèche, l'architecture de pierre sèche, le patrimoine de pierre sèche, les vestiges lithiques agricoles, les associations étudiant ou protégeant les murs et cabanes en pierre sèche.

On se retrouve donc avec tout un florilège de formules plus ou moins vagues :
- les techniques de la pierre sèche,
- les professionnels de la pierre sèche,
- le marché de la pierre sèche,
- les associations de la pierre sèche,
- une maison de la pierre sèche,
- une fête de la pierre sèche,
- une thématique de la pierre sèche,
- une route de la pierre sèche (et sa variante : un itinéraire de la pierre sèche),
- le carrefour de la pierre sèche,
- les pays de la pierre sèche, etc.

L'imprécision et le ridicule de ces expressions apparaissent nettement lorsqu'on remplace « la pierre sèche » par « la pierre sans mortier », son synonyme :
- les techniques de la pierre sans mortier,
- les professionnels de la pierre sans mortier,
- le marché de la pierre sans mortier (une gageure, quand la seule valeur ajoutée, le mortier, est absente...),
- les associations de la pierre sans mortier,
ou par un autre matériau de construction :
- une maison de la charpente triangulée,
- une fête du colombage et du torchis,
- une thématique du galet roulé,
- une route du pisé banché,
- le carrefour du crépi à la tyrolienne,
- les pays de la tuile alsacienne en queue de castor, etc.

Il faut reconnaître cependant que « la pierre sèche » est une expression d'autant plus redoutable qu'elle sonne bien et qu'elle est pratique, en somme un véritable fourre-tout et un expression à tout faire. Il ne faudrait pas cependant que son usage indiscriminé entraîne la disparition des autres expressions, plus précises, qu'elle tend à supplanter de façon insidieuse.

Parallèlement à la vogue de l'expression « la pierre sèche », on assiste aussi à son raccourcissement et à son emploi en apposition après un nom, avec ou sans guillemets :
- un chantier pierre sèche,
- un atelier pierre sèche,
- un technicien pierre sèche (mais où sont les « maçons à pierre sèche » d'antan ?),
- le potentiel pierre sèche,
- le patrimoine pierre sèche,
- une exposition pierre sèche,
- une journée pierre sèche,
- un espace pierre sèche,
- une mallette pédagogique « pierre sèche ».
Ici encore, il suffit de remplacer « sèche » par « sans mortier » pour montrer l'impropriété et le ridicule de cette terminologie.

Dans cette dérive du vocabulaire et de la syntaxe, il est, heureusement, une évolution qui nous sera épargnée, celle des initiales formant sigle : on ne risque pas (ou guère) de trouver « technicien P. S. », « exposition P. S. », etc., le sigle étant déjà pris...

NOTE

(1) Cf notre mise au point initiale « La pierre sèche », dans L'Architecture vernaculaire, t. 21, 1997, p. 3 :
Au sens strict, « la pierre sèche » (avec l'article défini) désigne le matériau (« la pierre ») et son mode d'emploi (« sèche »), de la même manière que « la pierre de taille », « la charpente en bois », « le pisé banché », etc., désignent les matériaux en question et leur mise en œuvre. On évitera donc d'employer cette expression métonymiquement à la place des expressions aux connotations plus étendues et plus élaborées que sont « maçonnerie à pierres sèches », « construction à pierres sèches », « architecture de pierre sèche », « paysage de pierre sèche ».


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
22 février 2005 / February 22nd, 2005

Références à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
« La pierre sèche », encore et toujours (No respite from « la pierre sèche »)
http://www.pierreseche.com/la_pierre_seche_encore.htm
22 février 2005

page d'accueil           sommaire mythes