NOUVELLES DU MONDE

DE L'ARCHITECTURE DE PIERRE SÈCHE
Année 2006

NEWS FROM
THE DRY STONE ARCHITECTURE SCENE
Year 2006

1 - 10e Congrès International sur la Pierre Sèche
2 - Ouvrage reçu : Borut Juvanec, Kamen na kamen ("Pierre sur pierre")
3 - Ouvrage reçu : Marc Grodwohl, Expériences constructives. Festival international de la maison
4 - Parution du livre "Ruches et abeilles" aux éditions CRÉER
5 - Une page sur les cabanes en pierre sèche de La Boissière d'Ans en Dordogne

6 - Dernières nouvelles du 10e Congrès international de la Pierre Sèche
7 - Ouvrage reçu : Piedras con raices, No No 11 (automne 2005)
8 - Ouvrage reçu : Construire en pierres sèches
9 - Nouvelle adhésion au CERAV
10 - Mise en ligne d'un site Internet sur les "Cabanes d'Aquitaine"
11 - Parution des actes de la journée d'étude d'Avallon (Yonne) du 24 septembre 2005
12 - Ouvrages reçus : Piedras con raíces, No 12 (hiver 2006) et No 13 (printemps 2006)
13 - Construire à pierre sèche à Issendolus, sur le causse de Gramat (Lot)
14 - Conférence de M. Michel Rouvière sur les terrasses de culture, à Faugères (Ardèche), le 28 mai 2006
15 - Colloque international sur "Les maisons paysannes en Europe occidentale, de la fin du Moyen Âge au XXe siècle

1 - 10e Congrès International sur la Pierre Sèche

Dates
22, 23, 24 septembre 2006. (Accueil à partir du jeudi 21 septembre à midi).

Lieu
Montalbán, Cuencas Mineras, Teruel, Espagne.

Programme
Deux journées de communications, une journée d'excursions, expositions et présentations de sites web. L'assemblée de la SPS aura lieu le 23 septembre, en soirée.

Communications

Le Parc Culturel du Río Martin, la mairie de Montalbán (Teruel) et la Société internationale pour l'étude pluridisciplinaire de la Pierre Sèche qui siège à Le Val (Provence, France) vous invitent à participer au 10e Congrès International sur la Pierre Sèche qui se tiendra dans la ville de Montalbán, Cuencas Mineras, Teruel, Espagne.

Ayant lieu tous les deux ans dans un pays nouveau, cette manifestation a été organisée par différents responsables européens (en Grèce, Italie, France, Espagne, Suisse), mais a toujours mobilisé un public plus large, venant par exemple de l'arc sud de la Méditerranée, du Moyen Orient, des Etats-Unis ou de l'Australie. Les objectifs de ce congrès sont de mieux faire connaître la pierre sèche en tant que mode de construction traditionnel, de développer et d'orienter la recherche sur le sujet, de faciliter l'échange des savoir-faire en matière de construction et d'entretien,

Sont concernés par ces objectifs les spécialistes et les acteurs de :
. La recherche en anthropologie, histoire, géographie, agronomie, sciences de la terre et de la nature, architecture, ingénierie,
. L'application de la technique à la construction et à l'aménagement du territoire,
. L'étude et la valorisation du patrimoine bâti, des paysages, de l'environnement,
. Le développement du tourisme vert et/ou culturel,
. La formation des artisans et le conseil des usagers de la pierre sèche.

Le champ scientifique et technique couvert par vos interventions peut donc être vaste. Afin de donner un fil directeur et sans exclure d'emblée les interventions de caractère général, nous proposons deux thèmes qui pourraient donner lieu à des séances et des dossiers particuliers :
. "La pierre sèche : source de vie, écosystèmes, développement et évolution" (végétation, faune, écosystèmes particuliers, zones humides, montagne, etc.),
. "La pierre sèche : législation" (législation qui affecte la pierre sèche, aides institutionelles, etc.).

Affiches

. "La pierre sèche, conservation et restauration" (Les travaux de sauvetage et de restauration des structures en pierre sèche).

Langues du Congrès

Espagnol, anglais et français (traduction simultanée). Les exposés présentés dans une autre langue devront être prêts et envoyés au secrétariat le 1er juin au plus tard pour être traduits en espagnol ou en français.

Propositions de communications

A envoyer au secrétariat du Congrès avant le 1er février 2006 en espagnol, anglais ou français :
. Le titre de votre communication ou de votre poster et un résumé de 2000 à 4000 signes (soit environ une page en caractères de 12 et en interligne double ou simple).
. Taille des affiches : 2 x A3, 2 panneaux de 42 x 60 cm.

Le Comité Scientifique confirmera l'acceptation des propositions entre le 1er et le 15 mai 2006.

Inscriptions

Payer les droits d'inscription avant le 1er août 2006 au plus tard.

Tarifs

Participants plein tarif : 60 E.
Membres de la S.P.S. et auteurs des communications : 45 E.
Etudiants et jeunes en formation : 35 E (sur présentation d'un justificatif à jour).

Ce forfait comprend l'accès aux conférences, la documentation du Congrès et les traductions, les déjeuners et les dîners du vendredi 22 et du samedi 23, le dîner du dimanche 24 ainsi que l'excursion du dimanche 24.

Le voyage et les frais de séjour sont à la charge des participants ou de leur organisme de tutelle.

L'organisation du Congrès tiendra à votre disposition une documentation pour vous loger à moindre frais.

Les programmes détaillés avec les cartes d'inscriptions définitives vous seront expédiés en août 2006.

Chèque à libeller à l'ordre du :
X Congreso Internacional de la Piedra Seca.
Banque : Caja Rural de Teruel, Avda. Sres. de Baselga, 10, 44760 Utrillas (España). 
No du compte : 3080 0066 41 2066470325.

Coordonnées pour les virements :
IBAN : ES113080006641 2066470325
BIC : BCOEESMM080

Secrétariat du Congrès (inscriptions, communications, informations) :

Ayuntamiento de Montalban
Plaza Castel, 1. 44700 Montalbán (Teruel)
Tél. : 00 34 978 75 00 01 - Télécopie : 00 34 978 75 00 77
Courriel : amontalban1[at]elconsultor.es

Informations:

S.P.S. / SOCIETE INTERNATIONALE DE LA PIERRE SECHE
"Maison de l'Archéologie", 21, rue de la République, 83143 Le Val, France
Tél: (0033).(0) 3 94 863 924, Fax: (0033).(0) 3 94. 864 812
Courriel : contact[at]pierreseche-international.org

PARQUE CULTURAL DEL RÍO MARTÍN
Centro de Arte Rupestre "Antonio Beltran". Tiro de Bolo, s/n° 44547 Arino (Teruel). 
Tel.: 978 81 70 42. 
Courriel : ciar[at]parqueriomartin.com

2 - Ouvrage reçu : Borut Juvanec (prof.), Kamen na kamen ("Pierre sur pierre") (photographies de Maj Juvanec), Zalozba, Ljubljana, 2005

Avec Kamen na kamen (litt. "Pierre sur pierre", le professeur Juvanec, qui enseigne l'architecture à l'université de Ljubljna en Slovénie, parachève sa quête des cabanes et autres vestiges en pierre sèche en Europe, nous offrant un vaste panorama de ces constructions et nous livrant à leur sujet ses conclusions, marquées du sceau du théoricien de l'architecture qu'il est. 

De par l'étendue du domaine géographique étudié, l'abondance de l'illustration photographique, le souci du relevé architectural, les références aux architectures préhistoriques et antiques (où sont déjà présentes, quoique à un niveau social, économique et technologique différent, certaines des techniques employées par les bâtisseurs de cabanes), l'ouvrage constitue une contribution majeure à la connaissance de la petite architecture en pierre sèche de l'Europe de l'Ouest.

Une décennie durant, l'auteur a traqué la cabane en pierre sèche, en Slovénie (hiska de la région de Karst), en Croatie (bunja de la Dalmatie, kazun de la péninsule istrienne, komarda de l'ïle de Krk), en Grèce (mitada de la Crète), en Palestine (mantarak), sur l'île de Malte (girna), en Italie (trullo de la région de Bari, pineta de la Sardaigne, cabane de caprile sur l'ïle d'Elbe), en Espagne (barraca de vinya de la Catalogne et du pays valencien, bombo de la province de La Mancha, barraca et pont de bestiar de l'île de Minorque), en Irlande (clochan de la péninsule de Dingle), en Allemagne (weinbergshaeuschen), en Suisse (crot ou scele de la région de Graubuenden) et en France (cabane du Vaucluse, capitelle du Gard, pagliaddiu de Haute-Corse).

Rédigé en slovène, l'ouvrage comporte cependant un résumé en anglais en tête de chacun des neuf chapitres qui le composent; s'y ajoute, tout à la fin, un résumé général en plusieurs langues, dont le français. Il est donc possible pour le lecteur qui comprend l'anglais de se faire une idée de la teneur du livre, à défaut d'en saisir le détail.

Pour contacter l'auteur : professeur Borut Juvanec, architecte, Zoisova 12, 1000 Ljubljana, Slovenie - tél. : int + 386 1 2000 750 - courriel : borut.juvanec[at]fa.uni-lj.si

3 - Ouvrage reçu : Marc Grodwohl, Expériences constructives. Festival international de la maison, Ecomusée d'Alsace, 2005, 77 p.

Nous empruntons à M. Marc Grodwohl, directeur de l'Ecomusée d'Alsace à Ungersheim, la présentation qu'il donne de son ouvrage, en y ajoutant simplement, en notes, quelques précisions indispensables :

"Cette publication paraît pour les vingt ans d'ouverture au public de l'Ecomusée d'Alsace. Elle est le récit de ce qui s'est passé cette année 2004, et de ce qui l'a préparée en 2003. Le récit débute par les souvenirs d'un site désolé en 1980, porteur de quelques pauvres traces d'histoire ancienne, lisibles sous la couche industrielle." (1)

"Sur ce site débute alors la construction de l'Ecomusée d'Alsace, dont on fera peut-être le récit ailleurs, une autre fois. Ici nous intéresse l'émergence d'une "agglomération nouvelle", qui génère ses propres friches [...]. Sur ces friches prend naissance en 2003 un Festival international de la maison, tentative suivie d'un Festival de plus grande envergure en 2004. Cet espace est ouvert à des équipes de jeunes architectes français, allemands, hongrois [...]." (2)

"Nous avons [...] éprouvé le besoin de livrer un instantané, en mots et en images, de cette démarche architecturale en grande partie éphémère. Elle associe les travaux de groupes d'étudiants aux propres travaux de l'Ecomusée, qui ont permis d'expérimenter des propositions nouvelles en matière de présentation de l'architecture vernaculaire, en l'occurrence très ancienne puisqu'elle porte sur un ensemble de bâtiments dont le plus ancien est daté de 1499." (3)

"Ces chantiers de 2004 retournent aux sources de l'Ecomusée, avec la relation du démontage d'une maison de 1944 dans le Guilan, en Iran, par une équipe d'architectes et d'ethnologues [...]." (4)

(1) Les friches d'une ancienne mines de potasse, exploitée de 1904 à 1976.
(2) Ceux-ci ont laissé libre cours à leur inventivité en réalisant une vingtaine d' "objets construits" (principalement des cabanes) à partir d'une foule de matériaux.
(3) Démontage et reconstruction au musée, de la maison de Jean Jaho, journalier, et d'une maison du village de Maunchen (pays de Bade).
(4) Opération effectuée dans le cadre de la constitution d'un musée de plein air du patrimoine rural.

Pour se procurer l'ouvrage : Association de l'Ecomusée d'Alsace, BP 71 - 68190 UNGERSHEIM - tél. : 0033 (0)3 89 74 44 74  - courriel : contact[at]ecoparcs.com

4 - Parution du livre "Ruches et abeilles" aux éditions CRÉER (edicreer[at]wanadoo.fr) :

On nous signale la sortie de l'ouvrage RUCHES ET ABEILLES, Architecture, Traditions, Patrimoine, écrit par Jean-René Mestre et Gaby Roussel aux éditions Créer, 63340 Nonette (tel 04 71 76 70 11). 204 pages. 45 €.

Cet ouvrage est consacré aux aspects originaux et en voie de disparition de l'apiculture traditionnelle. D'étonnantes découvertes d'architectures spécifiques aux ruches et ruchers, un peu partout en France et en Europe y sont décrites, avec de nombreuses photos originales et inédites.

Traditions et curiosités du monde des abeilles en France et en Auvergne forment un gros chapitre.

Des recettes originales (par entre autres Régis Marcon, 3 étoiles Michelin à Saint-Bonnet-Le-Froid) concluent l'ouvrage.

Commande à : éditions Créer, 63340 Nonette (tel 04 71 76 70 11)

5 - Une page sur les cabanes en pierre sèche de La Boissière d'Ans en Dordogne :

La Dordogne est un des hauts lieux de l'architecture de pierre sèche. Plusieurs communes de ce département ont vu leurs cabanes étudiées ces trois dernières décennies : Badefols-sur-Dordogne, Daglan, Meyrals, Montignac-sur-Vézère, Savignac-les-Eglises, Sorges, etc. 

A ces communes il convient d'ajouter désormais La Boissière d'Ans, village du Périgord noir, situé à une vingtaine de kilomètres au Nord-Est de Périgueux : une page leur est en effet consacrée par M. Didier Degrèze (d.degreze[at]wanadoo.fr) dans le site qu'il voue à cette commune et dont il est le régisseur :

http://membres.lycos.fr/degrezedidier/site/balade.html

On y trouve les photos d'une dizaine de constructions inédites, des "chabanes" (terme préférable à celui de "borie" qui désigne une ferme, une exploitation rurale), dont deux sont vraiment extraordinaires : collées l'une contre l'autre, à l'instar de "siamoises",  l'une circulaire, avec un toit en brisis et terrasson, un linteau taillé à la courbe, l'autre carrée, avec un toit en forme de pavillon élancé ou de pyramide ! Deux petits chefs-d'œuvre qui méritent le classement.

D'autres cabanes sont du type cylindro-conique, une est de plan rectangulaire avec une bâtière de lauses. Une visite s'impose !

6 - Dernières nouvelles du 10e Congrès international de la Pierre Sèche :

On nous communique l'information suivante :  les 6 et 7 mai 2006, doit se réunir le Comité Scientifique du Xe Congrès de la Pierre Sèche - composé de  Antonio Alomar (Président SPS), Ada Acovitsióti (Secrétaire général SPS), Antonia Theodosiou (Vice secrétaire SPS), Montserrat Martinez (Vice-recteur Université de Saragosse) - afin d'en élaborer le programme..

Assisteront également à la réunion ainsi qu'à la conférence de presse qui suivra, les coordinateurs du Xe Congrès : Felix Rubio (Mairie de Montalbán), José Royo (Parque Cultural Río Martín), Albert Painaud (Trésorier SPS).

Pour cette raison, le délai de remise des résumés des communications et des inscriptions est repoussé du 1er février au 1er mai 2006. Les communications reçues après le 1er mai 2006 ne seront pas prises en compte.

7 - Ouvrage reçu : Piedras con raíces, No 11 (automne 2005) :

Au sommaire de ce 11e numéro de Piedras con raíces ("Pierres enracinées"), la revue de l'association estrémadurienne ARTE :

- Juan Rosco Madruga, Reflexiones sobre la habitacíon humana (Réflexions sur l'habitation humaine);

- Julián Miguel Orovengua, La máquina del Tío Fabián. Notas de campe sobre un ejemplo de arquitectura popular industrial en Portezuelo (La machine de l'oncle Fabian. Notes de terrain sur un exemple d'architecture populaire industrielle à Portezuelo) : il est question des ruines d'une filature du XIXe siècle;

- Miguel Urbano Robado Mariscal, Los doblados, un ejemplo de arquitectura útil (Les "doubles", exemple d'architecture utilitaire) : monographie d'un doblado/doblao, litt. "double", le premier étage de l'habitation dans la région de Trujillo, affecté à la conservation des céréales, des légumes et de la charcuterie de la famille);

- Pablo Muñoz Regadera, Lag chozag de la Sierra d'El Torno (Les cabanes de la Sierra del Torno) : présentation des cabanes d'agriculteurs ou de bergers de la montagne d'El Torno, dans la région de Cáceres;

- Alejandro Valiente Lourtau, Construcciones hidráulicas orientadas a la agricultura en Cañaveral (Constructions hydrauliques vouées à l'agriculture à Cañaveral) : il s'agit de bassins pour l'irrigation de vergers de citronniers;

- Carlos Junquera Rubio, La casa tradicional en la Selva del Amazonas (I) (La maison traditionnelle dans la forêt amazonienne, I) (on y apprend, entre autres choses, que la grande case collective en forme d'anneau des Yanomami s'appelle shabono).

En fin d'ouvrage, plusieurs recensions d'ouvrages et le sommaire des actes du 2e Congrès national espagnol de l'architecture en pierre sèche, qui s'était tenu à Pegalajar, province de Jaén, en juin 2004 (voir les informations sur le site www.magina.org).

(*) Piedras con raíces, la revista de nuestra arquitectura vernácula, éditée par Asociación por la Arquitectura Rural Tradicional de Estrémadura (ARTE), Apartado de correos 837, 10080 - CACERES (18 euros l'an). Courriel : piedrasconraices[at]yahoo.es

8 - Ouvrage reçu : Jean-Pierre Rouanet, Gilles Fichou, et al., Construire en pierres sèches, 1re partie, Parc naturel régional du haut Languedoc, Saint-Pons-de-Thomières, 16 p. (dont couverture).

Ce livret, au format A4, édité par le Parc naturel régional du haut Languedoc, se veut le premier d'une série ayant pour objectif de "familiariser davantage [le lecteur] avec la technique et les savoir-faire ancestraux des divers constructions en pierres sèches".

Les constructions abordées sont le mur de clôture et le mur de soutènement tels qu'on en construisait au XIXe siècle dans la zone sur laquelle s'étend le parc naturel, à savoir "de l'Espinousse aux garrigues du Minervois ou de la Montagne Noire au Sidobre", autrement dit aux confins du Tarn, de l'Aveyron, de l'Hérault et de l'Aude (avant-propos de Kléber Mesquida, président du Parc).

Après une introduction mettant l'accent sur l'omniprésence des vestiges agricoles en pierre sèche dans le haut Languedoc, les auteurs traitent des points suivants :

- la climatologie et la géologie de la zone concernée (on trouve des murs en calcaire, marbre, grès, schiste, micaschiste, granit);

- les divers types de pierres

- les grands principes

- l'organisation du chantier selon trois cas de figure :

. la réparation d'un mur de soutènement effondré (partie manifestement inspirée du petit manuel de Michel Rouvière sur "la restauration des murs de soutènement de terrasses", publié en 2003 par le Parc national des Cévennes);
. la construction d'un mur de soutènement;
. la restauration d'un mur de clôture;

- l'intérêt des murs en pierre sèche pour une politique économique dite de "développement durable";

- une particularité à remarquer (le balisage supposé des cheminements avec des pierres de quartz blanc);

- la sécurité du chantier;

- un glossaire.

Les textes, simples et clairs de Jean-Pierre Rouanet sont très bien servis par les dessins parlants de Gille Fichou, qui a su tirer parti de sa longue expérience de maçon à pierre sèche et de ses dons d'observation. Robert Fierret a fait bénéficier l'opération de ses conseils éclairés.

Une particularité de l'ouvrage est d'être bilingue, français-occitan, du moins pour l'avant-propos, les titres des différentes parties et les mots du glossaire.

On trouve dans ce dernier une jolie expression (que nous avions signalée en son temps dans notre "vocabulaire occitan-français de l'architecture de pierre sèche"), placer une pierre "en demoiselle" (in damaisèla), c'est-à-dire avec sa plus grande dimension en parement dans le sens vertical, expression usitée également en natation (nager "en demoiselle", c'est-à-dire debout dans l'eau). Placer les pierres ainsi n'est d'ailleurs pas conseillé en maçonnerie sèche, mais un dessin vient opportunément nous indiquer la parade si le murailleur est obligé de recourir à cet artifice.

Nous ne doutons pas que la diffusion de ce livret fasse naître de nouvelles vocations, contribuant ainsi à la renaissance d'une technique et d'un art populaires ayant malheureusement passé de mode à la fin du XIXe siècle.

Adresse du Parc du haut Languedoc : 13, rue du Cloître, BP 9, 324220 SAINT-PONS-DE-THOMIERES
Tél. : 04 67 97 38 22
Mel : accueil[at]parc-haut-languedoc.fr

9 - Nouvelle adhésion au CERAV :

M. Emmanuel Benetollo (epbenetollo[at]hotmail.com), Français résidant aux Etats-Unis et charpentier depuis plus de 2 ans, s'intéresse en particulier aux charpentes à courbes ("cruck constriuction" en anglais) (cf questions_et_reponses_2005_b.html). Le CERAV est très honoré de cette adhésion et souhaite la bienvenue à M. Benetollo.

10 - Mise en ligne d'un site Internet sur les "Cabanes d'Aquitaine" :

Les "cabanes" sont à la mode. Ce site thématique - qui est consacré aux "cabanes fluviatiles", "cabanes des campagnes", "cabanes des bois", "cabanes des montagnes" de la région Aquitaine, surtout connue pour ses châteaux - en est une nouvelle preuve après les nombreux livres publiés sur ce thème ces dernières années. On y apprend, d'entrée de jeu, grâce à Nathalie Pinard de Puyjalon qui connaît son terroir, qu' "Ancestrales, elles [les cabanes] se trouvent au cœur de l'intimité régionale".

Réalisé par des étudiants de l'Institut des sciences de l'information et de la communication à Bordeaux, ce site réserve à ses visiteurs des "goodies" (en langue vernaculaire française "cadeaux", "bonus") : fonds d'écran, lexique, références bibliographiques et internautiques.

"Cabanes d'Aquitaine" goes on line:

"Cabanes" (huts) are all the rage these days. This new site, devoted to the "river huts", "country huts", "forest huts", "mountain huts" of the Aquitaine region – already noteworthy for its "châteaux" –  bears testimony to a trend that has already made itself felt in the publishing world. The site's home page highlights the fact that "as an ancestral heritage, these huts are at the core of regional intimacy", to quote a savvy Nathalie Pinard de Puyjalon.

Designed by students of the Institute of Information and Communication Sciences at Bordeaux University, the site holds in store for its visitors some "bons choses": wallpaper images, a lexicon, references of books and Internet sites.

Adresse : www.cabanes.u-bordeaux3.fr/

11 - Parution des actes de la journée d'étude d'Avallon (Yonne) du 24 septembre 2005 dans le cadre de la série "Pierre Sèche" :

PIERRE SÈCHE

Bulletin No 14 - avril 2006

Sommaire

1 - ACTES DE LA JOURNÉE D’ÉTUDE D’AVALLON (YONNE) DU 24 SEPTEMBRE 2005 SUR L’ARCHITECTURE RURALE EN PIERRE SÈCHE (organisée par le Comité icaunais des meurgers)

Josiane Maxel, présidente du « Comité icaunais des meurgers » et des « Guides de pays de la vallée de l’Yonne »
Patrimoine rural

Christian Lassure, agrégé de l’Université, Président du CERAV
1/ Extension géographique du phénomène des cabanes en pierre sèche en France
2/ Quelques cabanes en pierre sèche exceptionnelles (photos de Dominique Repérant)


Guy Gourlet, président de l’association « Cabanes, meurgers et murets en Vézelien »
Les cabanes en pierre sèche d’Asquins (Yonne)

Jean-Claude Liger et association Cora
Une « demi-loge » aux grottes d’Arcy-sur-Cure. Ou l’étrange construction en pierre sèche de la Grande Grotte !

Fabrice Thomassin, professeur d’histoire et géographie, cartographe fédéral FFCO
La cartographie des structures en pierre sèche

Frank Kavanagh, attaché au Conseil Européen
The drystone tradition in Ireland. Its origins in pre-historic buildings of the Neolithic period

’Ada Acovitsioti-Hameau, ethnologue
La pierre sèche dans le domaine euro-méditerranéen : du savoir-faire à la manière d’être

2 - ARTICLES DIVERS

Christian Lassure, Georges Fouchet, Annie Blondet
Séparatifs de libes à Saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire)

Compte rendu
Alain Rousselet, Michel Paquet, Les cabottes aux alentours de Montigny-Montfort (Côte-d’Or), Editions J C Dan Partners, Montigny-Montfort, 2004

Format A4 - 70 pages - Xérocopie - Couverture bristol spiralée - Prix : 15 euros franco (Communauté Européenne)
Le paiement ne peut être effectué que par chèque libellé en euros sur une banque française

BULLETIN DE COMMANDE (*)
(à retourner au C.E.R.A.V., 11, rue René Villermé - 75011 PARIS)

NOM ET PRÉNOM

ADRESSE

commande ................exemplaire(s) de "Pierre Sèche" No 14

ci-joint chèque postal ou bancaire de ............... euros à l'ordre du C.E.R.A.V.

DATE                                                                                     SIGNATURE

(*) pour imprimer, passer par le mode paysage

12 - Ouvrages reçus : Piedras con raíces, No 12 (hiver 2006) et No 13 (printemps 2006) :

Au sommaire du 12e numéro de Piedras con raíces ("Pierres enracinées"), la revue de l'association estrémadurienne ARTE :

- ARTE, L'Assemblée d'Estrémadure prend sous sa protection les cabanes en pierre (le 20 octobre 2005, une proposition de loi concernant les cabanes en pierre a été approuvée à l'unanimité par la Chambre régionale; cette proposition de loi en appelle à la protection de toutes les cabanes de la Communauté autonome, conformément à la loi du patrimoine historique et culturel d'Estrémadure);

- Xavier Marcos Arévalo, Autour de la spécificité de l'architecture populaire estrémadurienne. Un point de vue anthropologique (document de 1982);

- José Maldonado Escribano, Candalija, La Garza, Casa de la China et autres métairies et maisons de campagne de basse Estrémadure. Etude de leurs installations vouées au culte religieux (il s'agit de chapelles intégrées);

- Carlos Bermejo Castro, Portes et fenêtres. Architecture traditionnelle dans la ville de Valencia de Alcántara;

- Manuel Rivero Pérez, Les greniers : le souvenir des récoltes passées (article en portugais sur les greniers surélevés de Galice);

- Michel Rouvière, L'importance des constructions en pierre sèche dans l'esthétique de l'Ardèche (France) (article traduit en espagnol)

Au sommaire du 13e numéro :

- José Luis García Grinda, Conseils pour la réhabilitation de la maison rurale;

- Oficina Técnica Equal, Le projet "Ressources humaines et patrimoine" œuvre à la redécouverte des techniques traditionnelles de construction;

- Francisco Manuel Mata Torrado, Restauration et réhabilitation d'une demeure traditionnelle : Jerez de los Caballeros (Badajoz);

- Antonio González Cordero, Origines de la demeure pastorale en Estrémadure, la cabane chalcolithique du site de Cabrerizas (La Cumbre, Cáceres) (article des plus intéressants; il s'agit d'une cabane d'habitation du 3e millénaire avant J.C., de plan circulaire, à poteau central; la juxtaposition d'une reconstitution hypothétique du bâtiment et de la photo d'un chozo subactuel - légendée, de façon piquante, "cabane estrémadurienne du 2e millénaire après J. C."- n'est cependant guère pertinente : la fonction n'est pas la même, dans un cas on a une habitation principale, dans l'autre une habitation saisonnière; le niveau technologique n'est pas le même non plus, dans un cas on est à l'Age du cuivre, dans l'autre à l' "Age de l'acier");

- Aniceto Delgado Méndez, Les valeurs patrimoniales d'un ensemble historique : Burguillos del Cerro;

- Carlos Bermajo Castro, La réutilisation des dolmens (sur des dolmens naguère réutilisés comme soues, cabanes en pierre sèche, abris de berger, colombiers, chapelles, etc., photos à l'appui (avant, après));

- Sebastián Díaz Iglesias, La caseta de las "Calbotes" (La casette aux marrons, anfractuosité dans les chaos de rochers grantiques, femée par une murette et servant naguère de cabane aux enfants du village de Piornal dans le nord de la région de Cáceres pour faire rôtir des châtaignes le jour de la Toussaint; ce précieux témoignage évitera peut-être à ces vestiges d'être catalogués à l'avenir comme mystérieux, énigmatiques, insolites, etc.);

- Carlos Junquera Rubio, La maison traditionnelle en forêt amazonienne (II). Son évolution par suite de l'influence occidentale;

- José Luis García Grinda, Caractéristiques de l'architecture populaire de la Mancha Alta dans la région de Cuenca.

Ce numéro se termine par une page consacrée au livre "Kamen na Kamen" de notre ami slovène Borut Juvanec (cf supra, No 2).

(*) Piedras con raíces, la revista de nuestra arquitectura vernácula, éditée par Asociación por la Arquitectura Rural Tradicional de Estrémadura (ARTE), Apartado de correos 837, 10080 - CACERES (18 euros l'an). Courriel : piedrasconraices[at]yahoo.es

13 - Construire à pierre sèche à Issendolus, sur le causse de Gramat (Lot) :

C'est toujours avec intérêt et plaisir que nous découvrons des sites consacrés en totalité ou en partie aux petites constructions rurales en pierre sèche. Le site personnel de M. Christian Jacques, qui comporte une page inititulée "pierres sèches", est de ceux-là : on y découvre des photos des différentes structures en pierre sèche construites par notre confrère lors de ses séjours dans sa résidence secondaire lotoise : des murets, agrémentés de divers aménagements couramment rencontrés dans la région :
- un escalier rudimentaire permettant d'enjamber un mur;
- un passage à lapins,
- une porte de passage entre prairies;
- un compteur à moutons.
Toutes choses que l'on peut faire soi-même moyennant du temps, de la patience, des notions de maçonnerie et beaucoup de pierres.

Adresse du site :http://perso.wanadoo.fr/lespeyres/pierres-seches.htm

Adresse électronique de M. Christian Jacques: Christian.Jacques_be[at]dixinet.com

14 - Conférence de M. Michel Rouvière sur les terrasses de culture, à Faugères (Ardèche), le 28 mai 2006 :

Dans le cadre du "Mai des Terrasses", manifestation annuelle organisée par le Parc naturel régional des Monts d'Ardèche (*), M. Michel Rouvière donnera une conférence sur le thème des terrasses de culture, à Faugères, le dimanche 28 mai  à 15 h. Contact : Mairie 04 75 39 48 35.

(*) Cette année, le "Mai des terrasses" met l'accent sur la découverte, au moyen de la randonnée, des terrasses du nord au sud du Parc. Pour tout renseignement, téléphoner au 04 75 94 35 20 ou aller sur le site www.parc-monts-ardeche.fr.

15 - Colloque international sur "Les maisons paysannes en Europe occidentale, de la fin du moyen âge au XXe siècle" les jeudi 14, vendredi 15 et samedi 16 septembre 2006 à la Sorbonne, amphithéâtre Quinet :

La géographie historique française, en la personne de Jean-René Tronchet, professeur à la Sorbonne et spécialiste des anciennes cultures paysannes, se met sur les rangs pour la constitution d'une "discipline tutélaire" des maisons rurales en Europe du XVIe au XXe siècle. Nous nous faisons volontiers l'écho du colloque censé inaugurer cette tentative.

INTRODUCTION AU COLLOQUE

"Il s'agit de faire un point sur les maisons paysannes en Europe de l'Ouest de la fin du Moyen Âge au XXe siècle, à partir des recherches effectuées au cours de ces dix dernières années dans des disciplines différentes : géographie, archéologie, ethnologie, histoire et histoire de l'Art. L'un des buts du colloque est de contribuer à l'établissement d'une étude interdisciplinaire du patrimoine rural bâti en Europe.

Les maisons paysannes de la fin du Moyen Âge au XXe siècle restent un parent pauvre de la recherche dans une bonne partie de l'Europe occidentale. Un bon nombre d'entre elles sont pourtant encore debout, et leur importance est reconnue dans les phénomènes de «patrimonialisation » des campagnes et d'aménagement de l'espace rural, qui intéressent aujourd'hui plusieurs disciplines des sciences humaines. L'une des raisons de ce désintérêt, qui touche aussi d'autres secteurs du patrimoine rural, provient en partie de l'absence d'une discipline tutélaire. En France, les géographes ont été les premiers spécialistes à s'intéresser au sujet dès le début du XXe siècle, suivis par les ethnologues dans les années 1970-1980, puis par les historiens de l'Art et les archéologues, et très récemment par les historiens. Il est donc temps de faire un point sur la façon dont ces différentes spécialités envisagent le problème des maisons paysannes en Europe occidentale au début du XXIe siècle. La période envisagée se réfère principalement de la situation observable en France à partir de travaux plus ou moins récents : en amont l'apparition des principaux types ou modèles de maisons paysannes traditionnelles dès la fin du Moyen Âge, et en aval le constat de leur obsolescence au cours des premières décennies du XXe siècle. Mais entre les résultats encore limités de l'archéologie médiévale et ceux, restés souvent incomplets, des enquêtes géographiques et ethnologiques du XXe siècle, bien des incertitudes demeurent. La fourchette chronologique adoptée devrait donc permettre aussi de confronter les sources, points de vue et méthodes des archéologues, des historiens, des historiens de l'Art, des géographes et des ethnologues. En revanche, les aspects « patrimoniaux » contemporains des maisons paysannes relèvent d'une autre approche et ne seront pas pris en compte. De même, les écrits des agronomes, hygiénistes, administrateurs, etc., ne seront pas étudiés en tant que tels, mais seulement dans le cadre d'exemples précis".

PROGRAMME

Jeudi 14 juin

8h30 : Accueil des participants

9h00 : Allocution de Mr. Jean-Robert PITTE, Président de l’université Paris-Sorbonne

9h15 : Présentation de Mr. Paul CLAVAL, Professeur émérite à l’université Paris-Sorbonne

9h30 : Introduction : Jean-René TROCHET et Fidelma MULLANE

1. La maison et son environnement entre la fin du Moyen Âge et le début des Temps modernes (XIVe-XVIe siècles)

9h40 : "La maison paysanne dans le Nord-Ouest de la péninsule ibérique au bas Moyen Age : une cellule de base de l'organisation sociale de l'espace", Esther PEÑA BOCOS et Elisa ALVAREZ LLOPIS (Professeurs d'histoire médiévale à l'université de Cantabria (Santander), Departamento de Ciencias Historicas)

10h00 : "La maison paysanne en Al-Andalus (XIVe-XVe siècles)", Antonio MALPICA CUELLO (Professeur d'archéologie islamique à l'université de Grenade)

10h20 : "Maisons des villes, maisons des champs : le cas du bassin de la Meuse moyenne du Moyen Age aux Temps modernes", David HOUBRECHTS (Maître de conférences à l'université de Liège, Centre européen d'archéométrie)

10h40 : Discussion et pause

2. La maison dans son contexte économique, social et politique (XVIe-XIXe siècles)

11h00 : "Building activities in the early 18th century in Western Germany", Burghart SCHMIDT (Université de Cologne)

11h20 : "Les maisons paysannes dans le duché de Guastalla (1748-1848). Un siècle de vie et d'organisation foncière entre Etat et Eglise",
Eugenio BARTOLI (Professeur à l'Université de Parme, Département des Etudes juridiques et sociales)

11h40 : Discussion et clôture de la matinée.

14h00 : "Maisons rurales et pigeonniers dans le patrimoine agraire des Congrégations religieuses des Etats pontificaux, entre le Moyen Âge et les Temps modernes", Ileana TOZZI (Directrice du Musée diocésain de Rieti)

14h20 : "Les mas de l'Albera et leur évolution (XVIIe-XIXe s.)", Martine CAMIADE, (Maître de conférences à l'Université de Perpignan)

14h40 : Discussion

3. De la maison enfouie à la maison traditionnelle : du Moyen Âge au XXe siècle

14h50 : "Techniques de construction et structure du village du VIIIe au XXe siècle en basse vallée de la Moselle (Lorraine, France)", Jean-Marie BLAISING (Ingénieur de recherches à l'INRAP) et Franck GERARD (Assistant d'études et d'opérations à l'INRAP).

15h10 : "Premiers résultats de l'archéologie à la connaissance de l'habitat rural francilien : fin du Moyen Âge - début du XXe siècle", Jean-Yves DUFOUR et Séverine HUARD (Ingénieurs de recherches à l'INRAP)

15h30 : Discussion et pause

15h50 : "Habitat paysan à Tremblay en France (Seine-St-Denis). Aperçu sur la construction en plâtre du XIVe au XIXe siècles", Ivan LAFARGE (Centre d'archéologie de Seine-Saint-Denis)

16h10 : "Pour l'histoire du bâtiment rural et de son environnement. Deux études de cas d'archéologie de l'environnement dans la Ligurie orientale (XVII-XXe siècle)", Roberta CEVASCO, Diego MORENO et Anna STAGNO (Université de Gênes, Lab. Di Archeologia e Storia Ambientale-sezione geografico)

16h30 : Discussion et clôture de la première journée

Vendredi, 15 septembre 2006

4. De la maison médiévale à la maison traditionnelle : ruptures et continuités

9h00 : "The Housing of Stock in the Scottish Highlands and Islands Prior to 1800", Robert-H. DODGSHON (Professeur de géographie à l'université du Pays de Galles).

9h20 : "Développement de l'habitat rural dans les Juras neuchâtelois et vaudois", Daniel GLAUSER (ethno-géographe)

9h40 : Discussion

9h50 : "La maison des Alpes françaises du village médiéval à l'habitat traditionnel. Etude diachronique", Fabrice MOUTHON, (Maître de conférences d'Histoire médiévale, à l'université de Savoie, Chambéry)

10h10 : "Les maisons valdôtaines du bas Moyen Âge à la fin du XIXe siècle, entre inertie et innovation", Claudine REMACLE, (Sopratendenza dei Beni culturali, Val d'Aoste)

10h30 : Discussion et pause

5. Les typologies : échelles, problèmes, méthodes

10h50 : "Quel modèle de classement typologique pour un corpus de l'habitat rural traditionnel en France ?", Jean-Yves CHAUVET (Association "Maisons paysannes de France")

11h10 : "Quelles sources pour l'étude de l'architecture traditionnelle ? Les maisons paysannes de la province de Grenade et leurs typologies", Miguel Ángel SORROCHE CUERVA (Professeur d'histoire de l'Art à l'université de Grenade)

11h40 : Discussion et clôture de la matinée.

14h00 : "House types and their origins in the County of Clare", Fidelma MULLANE (Professeur de géographie à l'université de Gallway)

14h20 : "La maison rurale dans les régions frontalières de la Rhénanie en Lorraine, au Grand-Duché de Luxembourg et en Belgique. Un aperçu général de la typologie du bas Moyen Age au XXe siècle", Klaus FRECKMANN, (Directeur du musée de Bad Sobernheim, Allemagne)

14h40 : Discussion

6. Du seuil à l'intérieur

14h50 : "Treuzoù, le 'seuil' : passage et limite. Approche ethnologique d'un entre-deux : la porte de la maison bretonne", Jean-François SIMON (Professeur à l'université de Bretagne occidentale, Directeur du Centre de recherche bretonne et celtique, UMR 6038)

15h10 : "Evolution du confort matériel dans les maisons paysannes sous l'Ancien Régime en Ile-de-France (XVIe-XVIIIe siècles) : l'apport des sources archéologiques", Fabienne RAVOIRE (chargée de recherches à l'Inrap, chercheur de l'UMR 5594 de Dijon,).

15h30 : Discussion et pause.

15h50 : "Jalons sur l'évolution des intérieurs ruraux en Bretagne centrale aux XVII et XVIIIe siècles", Christophe LE PABIC (Architecte du patrimoine, Laboratoire Architecture, culture, société, Ecole Paris-Malaquais)

16h10 : "Construction et organisation interne de la maison paysanne en bois et son évolution en Suisse centrale (XIIe-XXe siècles)", Benno FURRER (Etudes des maisons rurales de Suisse)

16h30 : Discussion et clôture de la deuxième journée

Samedi, 16 septembre 2006

7. Emergence et développement des formes régionales : de la commune au "pays"

9h00 : "La commune d'Ermenouville en Pays de Caux : évolution du bâti du XVIIe siècle à nos jours", Didier BOUILLON (Professeur à l'Ecole nationale supérieure du paysage, Versailles)

9h20 : "La maison paysanne genevoise et son évolution du XVIe au XXe siècle", Isabelle ROLAND (Etude de la maison rurale genevoise, Etat de Genève, DAEL)

9h40 : Discussion

9h50 : "Analyticité des formes bâties, structures morphologiques et significations anthropologiques de l'architecture de la maison paysanne :  les maisons à époués des Bornes (Alpes françaises du Nord)", Bernard DUPRAT (Architecte honoraire, LAF, Ecole nationale supérieure d'architecture de Lyon)

10h10 : "Singularité et paradoxes des architectures rurales en Béarn, l'exemple de La Batbielle (XVIIIe-XIXe siècles)", Christian BOUCHE (Architecte du patrimoine)

10h30 : Discussion et pause

8. Des maisons "traditionnelles"aux transformations contemporaines de l'habitat paysan

10h50 : "La maison rurale aux îles Eoliennes et la vinification traditionnelle", Silvia PAGGI (Maître de conférences, anthropologie visuelle à l'université de Nice)

11h10 : "Paysans, cavernes et représentations : à propos de la maison troglodyte de Guadix (Grenade)", José Antonio GONZALEZ-ALCANTUD (Professeur d'anthropologie à l'université de Grenade)

11h30 : "Les maisons paysannes à l'épreuve des mutations contemporaines", Philippe MADELINE (Maître de conférences en géographie à l'université de Caen)

11h50 : Discussion et clôture du colloque.


Pour imprimer, passer par le mode paysage
To print, use the landscape mode

© CERAV
Dernière mise à jour : le 22 juin 2006 / Last updated on June 22nd, 2006

page d'accueil          sommaire nouvelles          nouvelles 2005 (1)          nouvelles 2005 (2)          nouvelles 2005 (3)