ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

LA DIGUE EN PIERRE SÈCHE DE « SOUS-PERRET » À JOYEUSE (ARDÈCHE)

The "Sous-Perret" dry stone dam at Joyeuse, Ardèche

Michel Rouvière

 

Source : Michel Rouvière, La digue en pierre sèche de « Sous-Perret » à Joyeuse (Ardèche),
in L'Architecture vernaculaire, t. XIX, 1995, pp. 7-12

La rivière Beaume, affluent de l'Ardèche, est connue pour ses fortes crues de fin d'été. Pour freiner le courant dévastateur, les paysans du cru ont construit des digues de part et d'autre du lit de la rivière. Certaines sont détruites, d'autres sont en partie engravées ou cachées par la végétation. Les plus importantes sont parfois encore entretenues, comme celle de « Sous-Perret », édifiée en galets assemblés à sec.

La digue vue depuis le haut de la falaise. L'aval est à droite, l'amont à gauche.

Elle est située en aval du village de Rosières, côté Joyeuse. Son emplacement a été choisi entre le lit de la rivière et une falaise de près de cent mètres de hauteur.

Implantation des divers éléments constitutifs de la digue par rapport au relief et à la rivière (d'après le plan cadastral)

 

Tracé entre falaise et rivière, avec de gauche à droite : la falaise, la digue à forte section (longueur : 80 m), la grange, la béalière, le chemin, la digue à faible section (longueur : 40 m), la rivière. En AB : partie de l'ouvrage à forte section en coupe - Au centre : élévation côté aval - En CD : partie de l'ouvrage à faible section en coupe

En coupe moyenne, le profil de la digue à forte section donne une surface de l'ordre de 25 m2. Si l'on estime la partie enterrée à 1 m de hauteur et si l'on multiplie cette surface par la longueur de 80 m, on obtient un volume de l'ordre de 2000 m3 de pierre sèche. En prenant le coefficient 3 correspondant à la nature granitique des galets, on obtient le poids de 6000 tonnes. Un calcul similaire pour la digue à faible section donne, pour un profil de 5 m2 environ et une longueur de 40 m, 200 m3 et 600 tonnes.

La digue à forte section, avec sa partie arrondie et son radier, vient buter contre la façade d'une grange.

 

La grange (fin XIXe-début XXe siècle), en maçonnerie de galets liés au mortier de chaux.

 

La digue à forte section côté amont. Les galets sont posés verticalement pour la plupart.

 

La digue à forte section en élévation (côté aval). Tous les 2 m, des chaînages transversaux de blocs calcaires équarris raidissent l'ensemble.


L'ouvrage, qui représente un travail de manutention considérable, doit être replacé dans le contexte démographique et économique  du XIXe siècle où une main-d'œuvre nombreuse était disponible.

 

Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
28 février 2012 / February 28th, 2012

Références à citer :

Michel Rouvière
La digue en pierre sèche de « Sous-Perret » à Joyeuse (Ardèche) ( The "Sous-Perret" dry stone dam at Joyeuse, Ardèche)
http://www.pierreseche.com/joyeuse_digue_en_pierre_seche.htm
28 février 2012

page d'accueil           La digue en pierre sèche des Roberts à Valjouffrey (Isère)          sommaire terrasses