ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

TÉMOINS DE L'ARCHITECTURE DE PIERRE SÈCHE

DANS LES PAYS AUTRES QUE LA FRANCE

Christian Lassure

1 - LES CABANES EN DALLES DE SEL
DES SALINES DE L’ALTIPLANO BOLIVIEN

L’Altiplano bolivien (en d’autres termes les hauts plateaux de Bolivie) recèle des salines aménagées à la surface d’anciens lacs évaporés en raison du manque de pluie et de la sécheresse de l’air (salines de Coipassa et Uyuni entre autres). Les Indiens y découpent les couches de sel en blocs qui sont ensuite transportés par camion vers les lieux de consommation.

Sur ces salines sont visibles des cabanes en dalles de sel, en forme de dôme ou de cylindre, de facture assez sommaire, à différentes étapes de construction ou de destruction. La technique de voûtement employée est celle de la voûte encorbellée. La nature du matériau, son débitage, joints à l’absence de tout autre matériau sur place, expliquent le recours à une telle architecture en ces lieux.

© Michel Rouvière

Source : Photo correspondant au mois de novembre dans le calendrier 1989 publié par le CNCD (Centre national de coopération au développement, Quai du commerce 9 - 1000 BRUXELLES, Belgique).

2 - LES BOOLEYS DE LA PÉNINSULE DE DINGLE
(COMTÉ DE KERRY, IRLANDE DE L'OUEST)

Le terme booley (anglicisation du gaëlique buaile, étable, lieu de la traite) désigne des ensembles pastoraux se trouvant dans les estivages des régions montagneuses d'Irlande et en usage jusqu'à la fin du XIXe siècle.

Dans les zones à la roche abondante, les booleys étaient constitués de cinq à vingt cabanes circulaires (booleyhuts, booleyhouses) bâties en pierre sèche, situées près d'une source ou d'un ruisseau et servant de séjour aux habitants d'un même village. La principale occupation était la fabrication du beurre.

Les booleys de la Péninsule de Dingle dans le Comté de Kerry (Irlande de l'Ouest) sont les plus connus. Ils couvrent toute l'étendue de la péninsule depuis le niveau de la mer jusqu'à plus de 300 m d'altitude, dépassant souvent la limite terminale des cultures. Plus de 400 d'entre eux ont été recensés à l'extrémité de la péninsule sur les pentes de la Montagne de l'Aigle entre le Promontoire de Dunmere et le port de Ventry (districts de Fahan et de Glenfahan).

Les archéologuies du siècle dernier se refusaient à voir dans ces groupements de cabanes des édifices à vocation purement agricole et pastorale (à savoir, à basse altitude, dépendances immédiates des fermes, à haute altitude, des cabanes d'estive), les présentant tour à tour comme sites monastiques du début du Christianisme irlandais, habitats pré-chrétiens et forts (cathairs) occupés depuis un peu avant l'introduction du Christianisme jusqu'au bas Moyen Âge.

L'ethnologue F.H.A. Aalen s'est efforcé de replacer des structures dans leur véritable perspective historique et économique en montrant, à partir des traditions orale et écrite et de la toponymie, que la majorité des constructions en pierre sèche (clochans, voir ce mot) d'altitude de la Péninsule de Dingle avaient été érigées pour servir d'habitats temporaires d'estive dans une économie de transhumance (bovins et ovins) qui dura jusqu'au milieu du XIXe siècle. Les clochans sont en effet souvent liés à des enclos de pierre ou parcs à moutons et en général situés à proximité d'une alimentation en eau. Ils étaient désignés sous les noms de buaile, de machair ou de airghe.

F.H.A. Aalen s'est livré au recensement des booleys de la vallée de Garfinny, arrivant au chiffre de 80 clochans, malheureusement souvent ruinés, se présentant soit isolément, soit en groupes (16 booleys).

La plupart sont de plan extérieur circulaire mais avec une cellule subcirculaire, asymétrique. Ils se répartissent en deux types d'après leurs dimensions :

- des clochans de 3 à 4,5 m de diamètre;

- des clochans de 1,20 m à 1,80 m de diamètre.

En général, un groupement de clochans comporte une ou deux grandes constructions et un grand nombre de petites. Certains des grands clochans sont pourvus, à l'arrière, de souterrains sans doute destinés à la conservation de produits laitiers (beurre et fromage). Comme aménagements intérieurs, certains clochans comportent des niches (keeping-holes). Les entrées regardent la vallée de façon à offrir une protection contre les vents dominants. Le mouvement de transhumance estivale, la remue, était désigné par l'expression going up to the caves (la montée aux cavernes).

Sources : 

- E. Estyn Evans, Irish Folk Ways, Routledge & Kegan Paul, London, 1957, pp. 34-38; 

- F.H.A. Aalen, Clochans as transhumance dwellings in the Dingle Peninsula, Co. Kerry, dans The Journal of the Royal Society of Antiquarians of Ireland, vol. 94, part 1, 1964, pp. 39-45.

3 - LES SWEAT-HOUSES
DES COMTÉS DE LEITRIM, LOUTH ET CAVAN (IRLANDE)

Ce terme anglais, qui signifie « salle de sudation », recouvre un type particulier de clochan, ou cabane en pierre sèche, faisant office, jusqu’au début du XXe siècle, de bain turc ou sauna rudimentaire dans certains comtés de l’Irlande, notamment ceux de Leitrim, de Louth et de Cavan.

On y avait recours en été et en automne pour se guérir des rhumatismes, de la grippe ou pour se purifier le teint chez les jeunes filles. On les utilisait également pour calciner du varech dont on extrayait de la soude brute. Chaque sweat-house était la propriété commune de quatre ou cinq familles.

La sweat-house type avait un diamètre intérieur de 1,20 m à 2,10 m et une hauteur en proportion. On y accédait par une entrée basse surmontée d’un linteau. Elle comportait parfois une cheminée rudimentaire.

Lors d’une cure, porte et cheminée étaient colmatées par des mottes de terre. On avait au préalable chauffé l’intérieur par un feu de tourbe, parfois de paille et de fougères, pendant un jour ou deux. Le sol, généralement en terre, mais dans certains cas recouvert d’un pavage, était balayé et nettoyé pour recevoir ensuite une litière d’ajoncs verts. Assises sur celle-ci ou sur des mottes de gazon ou encore sur des tabourets bas, de deux à six ou sept personnes, nues, transpiraient abondamment pendant environ une demi-heure, avant de ressortir pour se rafraîchir dans un ruisseau proche ou à l’aide de seaux d’eau. On pouvait aussi prendre un bain de vapeur en versant de l’eau sur les pierres.

Toutes les sweat-houses n’étaient pas nécessairement en pierre : certaines étaient creusées dans un banc de tourbe ou encore ménagées dans un talus de terre et couronnées de mottes.

Sources :

- E. Estyn Evans, Irish Folk Ways, Routledge & Kegan Paul, London, 1957, pp. 124-125 et illust. p. 116

- E. Estyn Evans, Irish Heritage: the landscape, the people and their work, Dundalgan Press, Dundalk, 1942, pp. 82-83 et illust. p. 83.

4 - LES TAZOTAS ET LES TOUFRIS
DE L'ARRIÈRE-PAYS D’EL-JADIDA (MAROC)

Dans l'arrière-pays d'El-Jadida, à 90 km au sud de Casablanca (Maroc), les paysans, profitant des pierres retirées des champs, ont édifié des murs de séparation entre les parcelles mais surtout des enclos comportant des cabanes en pierre sèche à voûte d'encorbellement.

Celles-ci se répartissent en deux types architecturaux et fonctionnels :

- d'une part des cabanes circulaires en forme de tronc-de-cône simple ou de deux troncs-de-cônes superposés (dites également à degré), à l'entrée précédée d'un massif rectangulaire à façade plane; dénommées tazota en berbère et nwala en arabe, elles servaient à entreposer la paille de blé et d'orge et les tiges de maïs;

- d'autre part des cabanes rectangulaires, en forme de carène renversée, recouvrant un escalier creusé dans le sol et conduisant à une galerie souterraine transversale; appelés toufri en berbère et khayma en arabe, elles étaient destinées à la conservation des grains.

© Sergio Gnesda

Vue d'un tazota

Un enclos « typique » comporte deux tazotas à degré jumelés et un toufri en carène. Une aire circulaire de battage s'observe souvent à côté de l'enclos. L'enclos est toujours associé à un douar habité ou abandonné.

Les pierres employées sont des pierres brutes, de forme ovale. Seuls les chaînes d'angle, les piédroits, les linteaux, etc., font appel à des pierres plus grosses et plus plates.

Les cabanes ont un sommet plat, legèrement bombé, recouvert d’une couche de gravier puis d’une couche de terre afin de protéger l’intérieur des infiltrations d'eau de pluie.

Les tazotas à degré comportent latéralement un ou deux escaliers extérieurs pour monter sur le rebord du tronc-de-cône inférieur et un seul pour monter au sommet du tronc-de-cône supérieur. Ayant servi au moment d'édification; ils ont peut-être ensuite permis de monter et d'étaler des produits agricoles destinés à être séchés au soleil.

Edifiés par les paysans eux-mêmes plutôt que par des artisans spécialisés, les tazotas et les toufris ne renvoient pas à un passé lointain. Des témoignages oraux situent la construction de plusieurs d'entre eux dans la 1re moité du XXe siècle.

THE TAZOTAS AND TOUFRIS
OF THE HINTERLAND OF EL-JADIDA IN MOROCCO

In the hinterland of El-Jadida, 90 km south of Casablanca (Morocco), local peasants have used the stones cleared from their plots to build dividing walls but also enclosures sheltering dry-stone huts with corbelled vaults.

These huts fall into two main architectural and functional types :

- on the one hand, the circular hut, in the shape of a single truncated cone or two superimposed truncated cones (or single-tiered hut), with its entrance fronted by a protruding rectangular stone mass; called tazota in Berberic and nwala in Arabic, it served as a storage place for wheat and barley straw as well as maize stalks;

- on the other hand, a rectangular hut, in the shape of an upturned boat, built over an excavated flight of steps leading to an underground gallery laid crosswise; called toufri in Berber and khayma in Arabic, this type of hut was destined for storing grain.

A typical enclosure will contain a couple of tiered tazotas and one boat-shaped toufri. A circular threshing area is often to be seen nearby. An enclosure is always related to an inhabited or deserted douar.

The stones used are untrimmed, oval-shaped blocks. Only right-angled quoins, door or window jambs and lintels employ bigger, flatter stones.

The roofs of the huts are flat, slightly convex areas, covered with a layer of gravel and a covering of earth as a protection against rain water.

One or two flights of steps are set in the side-walls of the tiered tazotas for easy access to the ledge of the lower truncated cone. Access to the top of the upper truncated cone is via a single flight of steps. While these steps no doubt served a useful purpose during the building stages, they are likely to have been used to carry to the roof agricultural produce to be spread on the ledges and roof for drying in the sun.

Built by the peasants themselves (and not by specialist masons), tazotas and toufris do not hark back to a distant past. Oral evidence indicates that a number of them were built in the 1st half of the 20th century.

Source : Sergio Gnesda, Témoins d'architecture en pierre sèche au Maroc : les tazotas et les toufris de l'arrière-pays d'El-Jadida, Etudes et recherches d'architecture vernaculaire, No 16, 1996, 24 p.

5 - LES CAPRILI DE L'ILE D'ELBE

L'île d'Elbe, au large de la Toscane, est bien connue des Français. Napoléon 1er y fut en effet exilé une dizaine de mois, de 1814 à 1815, par les Anglais. 

Un nouveau motif pour l'île d'être connue de nos compatriotes - du moins ceux d'entre eux qui s'intéressent aux ouvrages en pierre sèche - est l'existence, sur les pentes granitiques du Monte Capanne dans la partie occidentale de l'île, de vestiges d'enclos pastoraux bâtis à pierre sèche, les caprili (pl. de caprile).

© Agenzia per il turismo dell'Arcipelago Toscano

Un caprile comprend deux éléments architecturaux bien distincts mais liés fonctionnellement : d'une part l'enclos pour les chèvres, délimité par un mur en maçonnerie sèche d'environ 1 m de haut et doté d'une seule ouverture, d'autre part la cabane, qui se dresse soit dans l'enclos, soit à quelques mètres de celui-ci (1).

Le matériau de construction est constitué par de petites pierres de granit.

La morphologie des édifices est celle d'une ogive au sommet plus ou moins arrondi, sans solution de continuité entre base et couvrement. Il n'y a pas de toiture de lauses, il n'y a qu'un simple revêtement de haut en bas.

Un rectangle de décharge est généralement ménagé au-dessus du linteau et de l'arrière-linteau de l'entrée (2).

Le couvrement de la cabane est percé d'un conduit pour l'évacuation de la fumée du feu allumé pour faire bouillir le chaudron de lait : le caprile est en effet un poste de transformation du lait en deux produits fromagers propres à la région : la ricotta et la caciotta.

Il n'y a pas lieu de voir dans les caprili des vestiges néolithiques comme on peut le lire dans une certaine littérature touristique. Les constructions encore debout actuellement ne datent que des temps modernes.

(1) La distance entre enclos et cabane peut être plus grande, ainsi vers Masso alla Guatta où elle atteint les 200 m.

(2) Dans une cabane d'estive à Le Calanche, le linteau est soulagé par une double décharge rectangulaire.

Sources : 

- La page consacrée aux caprili sur le site du professeur Borut Juvanec :  www.stoneshelter.org/stone/caprile.htm

- La page consacrée aux métiers aux alentours de 1900 sur le site elbahome : www.elbahome.it/mestieri.htm

- La brochure L'Isola dei Tesori, Elba, éditée par l'Agence pour le tourisme dans l'archipel toscan.

THE CAPRILI OF THE ISLAND OF ELBA

The name of Elba, an island off the coast of Tuscany, has been familiar to most French people since Napolen the First lived there in exile for about ten months in 1814-1815.

Another reason why Elba may attract the attention of our fellow countrymen - at least those who are fond of dry stone structures - is the presence of dry stone pastoral enclosures or caprili on the granite-laden slopes of Monte Capanne in the western part of the island.

A caprile consists of two architectural components which, although separate, are functionally related :

- on the one hand, an enclosure for goats, formed by a dry stone wall about one metre high, with a single entrance;

- on the other, a shelter which stands either inside the enclosure or a few metres away from it (1).

The building material consists of small granite blocks.

The prevailing shape of the shelters is that of an ogive with a more or less rounded top and no interruption between the lower part and the roof. There are no roofing tiles, only a stone cladding from top to foot.

A relieving triangle is provided above the outer and inner lintels over the entrance (2).

The roof has a duct through which is vented the smoke from the fire used for boiling milk. A caprile is nothing more than a facility used for making two cheese products that are peculiar to the region: ricotta and caciotta.

There is not a shred of evidence as to the caprili being of the neolithic age contrary to assertions found in a number of tourist brochures. None of the caprili still extant is older than our Modern Times.

(1) The distance from enclosure to shelter may be greater, reaching up to 200 m in the vicinity of Masso alla Guatta.

(2) In a summer dairying hut at Le Calanche, the lintel is discharged by two superimposed relieving rectangles.

Sources:

- The page devoted to caprili on Prof. Juvanec's site: www.stoneshelter.org/stone/caprile.htm

- the page devoted to rural crafts around 1900 on the elbahome site: www.elbahome.it/mestieri.htm

- the brochure entitled « L'Isola dei Tesori, Elba », published by the Agency for the Expansion of Tourism in the Tuscan Archipelago (brochure aimablement communiquée par M. Georges Fouchet)


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Références à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
Série : Témoins de l'architecture de pierre sèche dans les pays autres que la France (Surviving examples of dry stone architecture in France)
http://www.pierreseche.com/temoins_europe.html
première mise en ligne : 15 octobre 2002

Dernières modifications le 7 décembre 2005 / Last modified on December 7th, 2005

page d'accueil          sommaire temoins