NOUVELLES DU MONDE DE L'ARCHITECTURE DE PIERRE SÈCHE

ANNÉE 2002

NEWS FROM THE DRY STONE ARCHITECTURE SCENE

YEAR 2002

39 - Le cas du K de Crénénan

38- Une nouvelle association est née : 'Les capitelles montolivaines"

37 -  Service de presse : bulletin No 3 (septembre 2002) du Comité Icaunais des Meurgers / Just received: a press copy of the Comité Icaunais des Meurgers' September 2002 newsletter

36 - Un appel à communications du Vernacular Architecture Forum américain / A call for papers from the US Vernacular Architecture Forum

35 - Vers la constitution d'un conservatoire de terrasses en pierres sèches à Faugères (Hérault)

34 - Report du colloque Alps Adria 2002 sur l'architecture vernaculaire

The 2002 Alps Adria Conference on Vernacular Architecture is Postponed

33 - Inauguration  d'un "Espace Pierre Sèche et Architecture Rurale" à Aragon (Aude)

A new "Dry Stone and Rural Architecture Space" Opens at Aragon, Aude

32 - Nouvelle adhésion au CERAV

CERAV welcomes a new member

31 - Des journées européennes sur "la pierre sèche" à Tarragone (Espagne) les 5-7 juillet 2002

30 - Les cabanes du Premier Plateau jurassien font l'objet d'un cédérom

29 - Vient de paraître :

A - Collectif, Les ruchers dans les murs : maisons des abeilles, ruchers-placards,

abris ruchers en Provence et en Languedoc

B - Gabriel Audisio, Alain Bouyala, Guide historique du Luberon vaudois

28 - Le 12e Colloque Alps Adria sur l'architecture vernaculaire

The 12th Alps Adria Conference on Vernacular Architecture

27 - Nos membres publient : prof. Borut Juvanec, "Si pierre sèche m'était contée"

Dry Stone Story, Prof. Borut Juvanec's latest publication

26 - Le 8e Congrès international sur la pierre sèche (2002)

25 - Une nouvelle association en Ardèche : l'APEPR

24 - Nouvelles adhésions au CERAV

CERAV welcomes new members

23 - Publications récentes :

A - Michel Rouvière : La restauration des murs de soutènement de terrasses

Michel Rouvière: How To Restore Terrace-Supporting Walls

B - L'ASPAHG : Patrimoine 30

22 - Assemblée générale de la Fédération de la Pierre Sèche le 16 février 2002

Forthcoming general assembly at the Federation de la Pierre Sèche on February 16th, 2002

21 - Nos membres publient :

A/ Les cabanes en pierre sèche du Périgord, de François Poujardieu

B/ Carriers et carrières dans le Mont d'Or lyonnais, tomes 2 et 3, de Michel Garnier

20 - Projet de circuit touristique de découverte des abris en pierre sèche de la vallée de la Sianne (Cantal)

19 - Présentation de l'ouvrage de Michel Rouvière sur "la restauration des murs de terrasses"

18 - Inscription de www.pierreseche.com dans l'annuaire en ligne only-yellow-pages.com

17 - Le "Land art" atterrit à Nïmes

A piece of land art crashlands in Nimes

16 - L'architecture en pierre sèche et le CERAV à l'honneur dans les cahiers "Pierres du Temps"

Dry Stone architecture and CERAV showcased in the cahiers "Pierres du Temps"

15 - Nos membres publient :

Carriers et carrières dans le Mont d'Or lyonnais, par Michel Garnier

We are pleased to publicize: Michel Garnier's "Quarriers and quarries in the Mont d'Or lyonnais"

39 - LE CAS DU K DE CRÉNÉNAN

Notre correspondant Jean Le Gall, président de l'association Aréthuse, restaurateur des caves à cidre du Pardon de la chapelle Notre Dame de Crénénan, nous fait part de la surprise qui a été la sienne en voyant les panneaux récemment apposés par la DDE du Morbihan sur la D 1 pour signaler la présence du hameau avec sa chapelle et ses caves.

Alors qu'il avait personnellement insisté auprès d'un "chargé de mission" vannois sur la nécessité de respecter l'orthographe en français de Crénénan (écrit avec un C dès 1426), il constata que sur le panneau en langue française on avait affublé le toponyme d'un K et supprimé les accents à l'instar de la graphie du mot sur le panneau en langue bretonne.

Derrière cette passion pour la bretonnisation des noms de lieux, on perçoit le parti-pris et les œillères idéologiques d'une minorité agissante qui n'hésite pas à gommer 600 ans d'histoire, initiative intempestive qui semble avoir échappé à la vigilance des responsables tant de l'Institut culturel de Bretagne que de l'Office de la langue bretonne.

Le CERAV, qui dès ses origines a combattu le travestissement des faits et des mots dans l'étude de l'architecture vernaculaire, soutient Jean Le Gall dans les interventions que celui-ci a l'intention de mener pour faire changer le panneau mis en cause.

Au-dessus des panneaux, la représentation de deux caves à cidre, celle de 1840 et celle de 1996 © Jean Le Gall

38 - UNE NOUVELLE ASSOCIATION EST NEE : "LES CAPITELLES MONTOLIVAINES"

M. Daniel Daubian, auteur d'un site sur la commune de Montolieu dans l'Aude (www.montolieu-village.com), nous informe que vient d'être créé à Montolieu (11770), près de Carcassonne, une association loi 1901, "Les capitelles montolivaines", dont le but est de recenser les cabanes en pierre sèche de cette commune.

Dans le cadre du site qu'il a créé, il a ouvert une page concernant la terminologie des constructions en y plaçant des liens avec www.pierreseche.com. Voilà une excellente initiative, qui atteste de l'utilité de notre site. À titre de réciprocité, un lien sera inséré dans notre rubrique ad hoc avec www.montolieu-village.com, site d'un professionnalisme et d'une richesse remarquables.

37 - SERVICE DE PRESSE : BULLETIN DE LIAISON No 3 (SEPTEMBRE 2002) DU COMITE ICAUNAIS DES MEURGERS / JUST RECEIVED : A PRESS COPY OF THE COMITE ICAUNAIS DES MEURGERS' SEPTEMBER 2002 NEWSLETTER

Le CIM (5, chemin des clercs - 89660 MAILLY LE CHATEAU - tél. : 03 86 81 15 67 - courriel : josianemaxel[at]aol.com ) se propose d'agir pour empêcher que les "meurgers" des campagnes bourguignonnes ne disparaissent tous sous les assauts des pelles mécaniques et ne finissent comme empierrement de routes. Les photos de tas d'épierrement arasés et de pelles en action qui émaillent les 8 pages du bulletin de cette association, montrent qu'elle a fort à faire.

L'intérêt écologique des vestiges lithiques, hôtes de toute une flore et une faune particulières, joint à leur rôle micro-climatique, commanderait que leurs propriétaires, particuliers ou communes, soient amenés, par la persuasion, à ne pas y toucher. C'est, nous semble-t-il, cette fonction écologique, plutôt qu'une attribution difficile à prouver à une mythique antiquité, qui doit être le principal levier à employer dans la courageuse campagne lancée par le CIM.

La prochaine Assemblée Générale de l'Association est prévue le 25 janvier 2003 au foyer communal de Mailly-le-Château.

The CIM society has for its purpose to prevent the "meurgers" (ie agricultural stone heaps) of the Burgundian countryside from being levelled by excavators and ending up as road ballast. From the various photos of razed stone heaps and stone-moving equipment that adorn its 8-page September newsletter, it is obvious the group are up against a formidable opponent.

The ecological role of the murgers (which are host to a specific flora and fauna), together with their influence on local micro-climates, calls for their owners - whether private individuals or local "communes" - to be persuaded not to mess with them.

We are inclined to think that the "murgers" ' unique ecological role, rather than their illusory attribution to some mythical distant past - should be the main argument to be brandished by CIM in its courageous fight to save them.

CIM's forthcoming Genral Assembly is to be held on January 25th at Mailly-le-Château's "foyer communal". 

36 - UN APPEL A COMMUNICATIONS DU VERNACULAR ARCHITECTURE FORUM AMERICAIN / A CALL FOR PAPERS FROM THE US VERNACULAR ARCHITECTURE FORUM

We have just received the following email message from Marvin Brown, chairman of the paper sessions committee for the VAF annual meeting to be held on the islands of Saint-Pierre-et-Miquelon in 2003. Thought this might be of interest to some of our members or visitors.

Professor Lassure, 

As chair of the paper sessions committee for the upcoming Vernacular Architecture Forum meeting on the North Atlantic French islands of St-Pierre et Miquelon, I hoped to receive a number of paper proposals on French, French-Canadian, and Franco-American architecture. Among other topics, I have received or have been promised papers covering French and Canadian subjects ranging from New Orleans to Louisiana to Newfoundland to Paris to Hanoi.I just came across a brief biography of you on the Internet, as well as your CERAV website. Although this notice is very late, might you or any of your colleagues be interested in submitting paper proposals on French vernacular architecture? Such works would provide an excellent counterpoint to the other papers.Time is admittedly short, but at the moment only the proposal is required. Additionally, if anyone has an interest in submitting, but does not have the time in the coming week, I would talk with the other committee members about extending the deadline. 

Thank you for your help and consideration. I would greatly appreciate receiving a positive response. Pasted below is a copy of the Call for Papers. 

Sincerely, 

Marvin Brown

The Vernacular Architecture Forum is soliciting proposalsfrom academics, consultants, and other scholars for presentations at its Annual Meeting to be held in St-Pierre et Miquelon, a French Collective Territory off the coast of Newfoundland, Canada, June 5 through 8, 2003

Papers may address any aspect of vernacular architecture in the United States, Canada, France, or elsewhere. They should be primarily analytical rather than descriptive. The selection committee especially welcomes proposals investigating the maritime and provincial architecture of French and British North America. 

Proposals may be for either a twenty-minute paper on a subject the author has extensively researched or a ten-minute "work in progress" report. 

Selection will be based on the proposed paper's original contribution to the study of vernacular architecture. 

Papers presented at the meeting will be considered for publication in the VAF Perspectives in Vernacular Architecture series. 

One-time fellowship awards may be available to students and young professionals whose papers have been accepted.

Presenters should note that, due to the limited facilities of these tiny North Atlantic islands, the number of conference attendees will likely be capped at between 100 and 120 and the number of concurrent paper sessions likely held to two.

Proposals should include a title for the paper and the author's name, address, e-mail address, and telephone and fax numbers. The proposals should be single-sided (400-word maximum) and accompanied by a brief curriculum vitae. They must state the argument of the paper, discuss the methodology, and lay out scope and content. Only one submission per author will be accepted.

Proposals must be postmarked by September 16, 2002.

The selection committee will notify proposers about acceptance by December 2, 2002, approximately two months prior to the opening of conference registration. Accepted papers, tailored to the prescribed time limits, must be submitted in full to the session chairs by March 15, 2003. 

Presenters must deliver their papers in person at the conference and be VAF members at that time.

Please submit proposals to Marvin A. Brown at his mailing address - 5904 Bayberry Lane, Raleigh NC 27612 USA; e-mail address: marvin_brown[at]urscorp.com; or via his work fax number: 919-790-0217. He can be reached on the phone at 919-846-2760 (home) or 919-850-9511 (work).

Le Vernacular Architecture Forum souhaite recevoir de la part d'universitaires, d'experts et autres spécialistes, des propositions de communications pour sa rencontre annuelle devant se tenir à Saint-Pierre-et-Miquelon, territoire français au large de Terre-Neuve (Canada), du 5 au 8 juin 2003.

Les communications porteront sur tel ou tel aspect de l'architecture vernaculaire aux Etats-Unis, au Canada, en France, ou ailleurs. Elles seront analytiques plutôt que descriptives. Le Comité de sélection accueillera favorablement toute proposition de communication portant sur l'architecture maritime et provinciale de l'Amérique du Nord au temps des Français ou des Anglais. 

Deux possibilités : soit une communication de 20 mn sur un sujet étudié en profondeur, soit un compte rendu de 10 mn sur des recherches en cours.

Les propositions retenues le seront en fonction de l'originalité de leur apport à l'étude de l'architecture vernaculaire.

Les communications seront publiées dans la série Perspectives in Vernacular Architecture du VAF.

Les étudiants et les jeunes diplômés dont la proposition aura été retenue pourront éventuellement bénéficier d'une bourse (non renouvelable).

Il convient de souligner qu'en raison des modestes capacités d'accueil de ces petites îles de l'Atlantique nord, le nombre des conférenciers ne dépassera pas les 120 et que celui des séances parallèles sera limité à 2.

Dans chaque proposition seront indiqués le titre de la communication, ainsi que le nom, l'adresse postale, l'adresse électronique et les numéros de téléphone et de télécopie de l'auteur. Le texte, sur feuillets simples, sera de 400 mots maximum. Y adjoindre un bref curriculum. vitae. Seront indiqués la problématique soulevée, les méthodes employées et le contenu et la portée envisagés.

Une seule proposition est autorisée par auteur. Les propositions devront porter un cachet de la poste non postérieur au 16 septembre 20002.

Le Comité de sélection avertira les auteurs de l'acceptation de leur proposition avant le 2 décembre 2002, soit 2 mois environ avant les premières inscriptions à la Conférence.

Les communications retenues, d'une longueur conforme aux contraintes horaires indiquées, seront soumises in extenso aux présidents des séances avant le 15 mars 2005.

Chaque intervenant devra présenter lui-même sa communication et être à jour de sa cotisation au VAF.

Prière d'envoyer les propositions à Marvin A. Brown à son adresse postale : 5904 Bayberry Lane, Raleigh NC 27612 USA, ou son adresse électronique : marvin_brown[at]urscorp.com, ou par télécopie au numéro 919-790-0217.

Numéros de téléphone où le joindre : 919-846-2760 (home) or 919-850-9511 (work).

35 - VERS LA CONSTITUTION D'UN CONSERVATOIRE DE TERRASSES EN PIERRES SECHES A FAUGERES (HERAULT)

L'association "Défense et sauvegarde du patrimoine des hauts cantons de l'Hérault" nous informe que cette dernière souhaite acquérir, au lieu dit "les Mattes Basses", à à Faugères, un site agricole en friche "contenant tout l'art de la pierre sèche" :

- quatre terrasses avec beaux murs de soutènement en assez bon état,

- une grande capitelle avec citerne intérieure,

- quatre autres capitelles ou abris inclus.

Terrasse au lieu dit Les Mattes Basses © Association "Défense et sauvegarde du patrimoine des hauts cantons de l'Hérault"

M. Pierre Magne, le propriétaire de cet ensemble de quelque 3 hectares qui  fut vignes et verger, est prêt à le céder pour 4 500 Euros, soit 30 000 F.

Une réunion destinée à trouver des financements pour acheter et remettre en état les parcelles, est  prévue le lundi 14 octobre 2002 à 14 h à la mairie de Faugères.

Pour tout renseignement, écrire à PierreVie[at]AOL.com ou à Claude Froidevaux  34480 LAURENS (tél.: 04 67 90 15 79).

34 - REPORT DU COLLOQUE ALPS-ADRIA 2002 SUR L'ARCHITECTURE VERNACULAIRE / THE 2002 ALPS ADRIA CONFERENCE ON VERNACULAR ARCHITECTURE IS POSTPONED

Le Professeur Juvanec nous annonce que la tenue du 12e colloque annuel Alps Adria sur l'architecture vernaculaire (cf rubrique No 28), prévue pour les 10 et 11 octobre 2002, est reportée à octobre 2003. Les raisons de cette annulation ne nous ont pas été communiquées. 

We have been informed by Professor Juvanec that the 12th Alps Adria Annual Conference on Vernacular Architecture (see entry 28) - originally to have been held on October 10th and 11th, 2002 - is postponed until October 2003. Reasons for the cancellation have not been forthcoming.

33 - INAUGURATION D'UN "ESPACE PIERRE SECHE ET ARCHITECTURE RURALE" A ARAGON (AUDE) / A NEW "DRY STONE AND RURAL ARCHITECTURE SPACE" OPENS AT ARAGON, AUDE

Le dimanche 1er septembre 2002, à 11 h, sera inauguré l' "Espace Pierre Sèche et Architecture Rurale" au Prieuré, à Aragon dans l'Aude. La Municipalité d'Aragon, l'Association "Pierre sèche en Montagne Noire" et la Fédération de la Pierre Sèche la porteront sur les fonts baptismaux.

Le Conservateur en sera M. Jean-Claude Rivière, président de la Fédération de la Pierre Sèche.

L'élégant carton d'invitation mêle vision d'un passé pastoral et préoccupations actuelles avec, en recto, un mouton à clochette et un berger à houppelande se tenant devant une cabane et, en verso, un maçon accroupi, dégrossissant une pierre à coups de têtu-pic.

Carton d'inauguration de l' "Espace Pierre Sèche et Architecture Rurale" à Aragon (Aude)

Adresse : Le Prieuré - 11600 ARAGON - tél. : 04 68 77 17 87.

32 - NOUVELLE ADHESION AU CERAV / CERAV WELCOMES A NEW MEMBER

22 août 2002

En tant que membre correspondant pour l'Ardèche, Mme Christine Chalias, présidente de l'Association "Les compagnons du Laoul", BP 110 - 07700 BOURG-SAINT-ANDEOL

Région concernée : Bourg-Saint-Andéol, bas Vivarais

Domaine concerné : architecture de pierre sèche

31 - DES JOURNEES EUROPEENNES SUR "LA PIERRE SECHE" A TARRAGONE (ESPAGNE) LES 5-7 JUILLET 2002

Nous venons d'apprendre que des journées sur "la pierre sèche" sont organisées par l'université Rovira i Virgili à Tarragone les vendredi 5, samedi 6 et dimanche 7 juillet 2002. Le thème abordé est plus précisément "la mise en valeur d'un patrimoine européen commun".

Outre la présentation du site Internet pierre-seche.net par son maître d'œuvre le professeur Enric Olivé, se tiendront diverses tables rondes :

- sur la défense des bâtis en pierre sèche,

- sur la conservation des constructions en pierre sèche,

- sur les métiers de la pierre sèche.

Parmi les participants, nous avons noté deux compatriotes :

- Ada Acovitsioti-Hameau (de la SPS) qui parlera des "Aspects et enjeux de la pierre sèche dans les pays méditerranéens",

- Patrick Cohen (Parc du Luberon) qui parlera de "la formation et la redécouverte d'un savoir-faire".

Pour plus de renseignements, consulter directement le site www.pierreseche.net ou s'adresser au Secrétariat "Pierre Sèche", Faculta de Lletres, Plaça Imperial Tarraco, No 1, 43005 Tarragona - télécopie : 34 977 55 95 97 - courriel info[at]pierre-seche.net

30 - LES CABANES DU PREMIER PLATEAU JURASSIEN FONT L'OBJET D'UN CEDEROM

Depuis 1992, l'Association intercommunale de développement du Premier Plateau du Jura (l'ASSIPP) s'est attaché à faire connaître les murs et cabanes en pierres sèches qui parsèment cette région. Aujourd'hui, en s'alliant au Lycée d'enseignement général et technologique agricole de Montmorot (LEGTA), cette Association vient d'éditer un cédérom dont la forme et le contenu ont été réalisés par la classe de BTS (Brevet de technicien supérieur) en Gestion et protection de la nature du Lycée. Voilà une heureuse initiative et il convient de féliciter les auteurs pour leur savoir-faire et la qualité de leur présentation.

Adresse de l'ASSIPP : Place de la Mairie - 39800 BONNEFONTAINE; tél. : 03 84 85 34 20 - télécopie : 03 84 85 38 88

Adresse du LEGTA : 614, avenue Edgar Faure - 39570 MONTMOROT - tél. : 03 84 87 20 00 - télécopie : 03 84 24 44 14

Pages du présent site concernant les constructions en pierre sèche du Premier Plateau jurassien :

- Le Premier Plateau jurassien : murs et guérites en pierre sèche

- Un châtelain bâtisseur à pierres sèches sous Louis-Philippe à Vevy dans le Jura : Jean-Baptiste Chevillard

29 - VIENT DE PARAITRE

Collectif, Les ruchers dans les murs : maisons des abeilles, ruchers-placards, abris ruchers en Provence et en Languedoc, Actes de la table ronde organisée par le musée-conservatoire ethnologique de Salagon, le Centre régional de documentation occitane de Mouans-Sartoux et les éditions Alpes de Lumière (Mane, 11 mars 2000), 64 pages (Les cahiers de Salagon 5).

Ce fascicule renferme les actes d'une table-ronde organisée autour du thème des "ruchers dans les murs" en Provence et en Languedoc. Par "ruchers dans les murs", il faut comprendre un éventail de structures apiaires allant de

- la "maison des abeilles" de la vallée de la Roya dans les Alpes-Maritimes (en fait un enclos en forme de fer à cheval protégeant de cinq à sept rangées de ruches étagées sur des gradins),

- au "brusc de maison" du massif des Monges dans les Alpes-de-Haute-Provence (placard en bois fermé par des volets, généralement situé à l'intérieur de la maison sous une fenêtre d'une pièce bien exposée, avec trous d'envol du côté extérieur) ou au "rucher-placard" de la haute vallée du Var dans les Alpes-Maritimes (c'est-à-dire un placard en bois réservé dans les parois soit d'un fenil de maison, soit d'un petit bâtiment construit à cet effet).

Les spécialistes dont les contributions sont réunies dans cet ouvrage, sont Nino Masetti (vallée de la Roya), Mireille Payan (vallée des Monges), Michel Gourdon (haute vallée du Var), Jean Courrènt (Aude), Claude Bouet (Languedoc), auxquels est venu se joindre Michel James, auteur d'une étude parue dans le No 1 de Pierre Sèche Varoise et reprise dans les Actes.

Parmi les installations décrites, certaines sont en pierre sèche et intéresseront à ce titre les membres du CERAV et autres amateurs de ce type de maçonnerie. Ainsi les enclos recensés par Nino Massetti, lequel note fort perspicacement que leurs murs ont une épaisseur au sommet de 45 cm lorsqu'ils sont bâtis au mortier et de plus de 90 cm lorsqu'ils sont construits à sec. Ou encore les murs en pierre sèche comportant une ou plusieurs niches à ruche, cités par Michel James.

Les édifices les plus remarquables sont incontestablement les enclos de la vallée de la Roya mais il paraît bien incongru d'attribuer aux plus anciens de ces édifices, sans preuve à l'appui, une date aussi haute que le XIVe siècle (c'est-à-dire le début de la Guerre de Cent Ans) et digne de la solidité et la longévité d'un château-fort !

Beaucoup plus pertinentes et réalistes nous paraissent les observations d'un Jean Courrènt sur l'impact que n'ont pas manqué d'avoir, sur l'apiculture, la création de la Société centrale d'Apiculture en 1855 d'une part, la parution de la revue L'apiculteur praticien en 1856 d'autre part, ainsi que diverses publications réalisées par les propagandistes apicoles du milieu du XIXe siècle.

Nous ne saurions trop recommander l'acquisition de ce petit livre qui s'avère une profitable initiation au thème de l'habitat des abeilles, surtout avec son glossaire et sa bibliographie.

Rappelons que le CERAV, au temps où il était encore le CERAPS, a publié, en 1977, un article de Raoul M. Verhagen sur les "niches à ruches".

Mur à ruchers à Ventabren (Bouches-du-Rhône) © CERAV

Adresse où se procurer l'ouvrage : Les Alpes de Lumière, Maison du patrimoine, 04300 MANE, tél. 04 92 75 71 44, télécopie 04 92 75 46 10 (prix : 15,60 euros, soit 102 francs et quelques).

Gabriel Audisio, en collaboration avec Alain Bouyala, Guide historique du Luberon vaudois, Les Alpes de Lumière / Parc naturel régional du Luberon, No 139, 116 p.

Nous avons lu avec beaucoup d'intérêt ce guide dont l'auteur est M. Gabriel Audisio, professeur d'histoire moderne à l'Université de Provence à Aix-en-Provence, lequel a publié, ces deux dernières décennies, une série d'ouvrages sur la question des Vaudois du Luberon dans le 2e quart du XVIe siècle. Nous ne saurions trop conseiller la lecture de cet ouvrage à ceux qui souhaiteraient se faire une idée de l'origine et des croyances de cette communauté hérétique qui fut persécutée sous François 1er.

Rappelons que les Vaudois, en bons disciples de Vaudès de Lyon, étaient soucieux de pauvreté évangélique, niaient le purgatoire et contestaient aux clercs l'exclusivité de la prédication. Leur implantation dans le Luberon remonte aux efforts des seigneurs du pays, au milieu du XVe siècle, pour attirer, sur leurs terres dépeuplées, des paysans de la Vallouise et des hautes vallées du Piémont. Si le labeur de ces colons devait transformer rapidement le paysage, leur contestation religieuse devait bientôt devenir insupportable à l'Eglise et au pouvoir royal, si bien qu'au printemps 1545, Jean Meynier d'Oppède, président du parlement d'Aix, exécuta sans pitié l'arrêt signé par le roi de France quelques années auparavant, plusieurs fois différé, et qui ordonnait "la totale extirpation des dits vaudois et luthériens" des villes et villages du Luberon. Les massacres qui s'en suivirent, en particulier à Mérindol et à Cabrières d'Avignon, constituent une page noire de l'histoire de la Provence.

Si ce n'est pas le lieu de faire un compte rendu détaillé de la riche matière fournie par le professeur Audisio dans la première partie de l'ouvrage ("Valdéisme et Luberon"), nous ne pouvons nous empêcher cependant de faire quelques remarques sur le concept de "guide historique" tel qu'il est mis en œuvre dans la deuxième partie ("Souvenirs vaudois en Luberon").

Premier point, juxtaposer des notices villageoises et des photos de paysages de la fin du XXe siècle, c'est courir le risque de l'anachronisme car si le relief ne change pas, le paysage ne saurait rester le même, surtout au bout de quatre siècles et demi de vicissitudes agricoles et autres. Heureusement, la mise en rapport du texte avec des gravures de différents villages exécutées à la fin du XVIe siècle, vient corriger cette première impression. Soit dit en passant, aucune de ces vues ne laisse voir un quelconque cabanon en pierre sèche.

Deuxième point, les photos de certains bâtiments (bastides, châteaux, etc.), manifestement postérieurs et de beaucoup à l'époque choisie, viennent encore renforcer l'impression d'anachronisme. Ainsi, la bastide de Plan d'Apt, grande bâtisse à l'architecture caractéristique du XVIIIe siècle (arc segmentaire des baies), ne saurait témoigner d'événements qui se sont déroulé deux siècles plus tôt. En revanche, les photos des ruines d'un moulin à eau de Gordes, attribué au Vaudois Jean de Marre, nous paraissent plus pertinents, les encadrements de porte et de fenêtre étant incontestablement plus proches du XVIe (entrée à arc tiercé en anse de panier avec chanfrein).

Troisième point, l'expression même de "Luberon vaudois" n'est-elle pas abusive vu la faible importance numérique des Vaudois, même à l'époque de leur plus grande extension : le pays était alors majoritairement catholique. N'y a-t-il pas là le risque d'accréditer un nouveau mythe, à l'instar de celui du "pays cathare" sous d'autres cieux, mais surtout de lier l'adjectif "vaudois" indissociablement à la région du Luberon ad vitam aeternam ?

Ceci dit, nous n'avons trouvé nulle part d'allusion, en bien ou en mal, aux divagations d'un Pierre Dessaule dans les années 1960 sur les prétendues "bories" vaudoises de Bonnieux, dernier refuge des religionnaires résistant à coups d'arquebuse au baron d'Oppède (cf. Christian Lassure, Les cabanes en pierre sèche de Bonnieux (Vaucluse) : affabulation et réalité , Etudes et recherches d'architecture vernaculaire, No 12, 1992). Nous ne pouvons que nous en réjouir et y trouver un motif supplémentaire de conseiller ce guide à ceux qui aiment arpenter le terrain à la recherche des traces, même ténues, du passé.

Adresse où se procurer l'ouvrage : Les Alpes de Lumière, Maison du patrimoine, 04300 MANE, tél. 04 92 75 71 44, télécopie 04 92 75 46 10 (prix : 15 euros, soit 98 francs et des poussières).

28 - LE 12e COLLOQUE ALPS ADRIA SUR L'ARCHITECTURE VERNACULAIRE

Le 12e colloque Alps Adria sur l'architecture vernaculaire se tiendrales jeudi 10 et vendredi 11 octobre 2002 à Godz Martuljek en Slovénie sous l'égide du professeur Borut Juvanec de l'Ecole d'architecture de Ljubljana en Slovénie.

Les thèmes suivants pourront être abordés :

"1/ L'architecture n'est que le reflet de la fonction économique

2/ La fonction économique est à la base de la subsistance

3/ La subsistance plus les valeurs donne la culture

4/ L'architecture à fonction économique découle de la satisfaction des besoins

5/ L'exploitation rurale est la combinaison d'une architecture domestique et de bâtiments à fonction économique

6/ Les éléments de la fonction économique que sont la grange, le grenier, le hangar, le kozolec, le garde-piles

7/ La construction dans la décoration est la même chose que la décoration dans la construction

8/ Le monumentalisme est l'exception dans l'architecture à fonction économique

9/ L'architecture bon marché correspond à une architecture à usage temporaire

10/ La bonne architecture ne peut être le reflet que d'une économie prospère"

- le jeudi 10 : lecture des communications

- le vendredi 11 : excursion ou séance de travail sur les greniers

Pour tout renseignement, écrire à borut.juvanec[at]fa.uni-lj.si ou se rendre sur le site http://www2.arnes.si/aa/

And now the English version:

The 12th Alps Adria Conference on Vernacular Architecture

The 12th Alps Adria Conference on vernacular architecture will be held on Thursday 10th and Friday 11th 2002 at Godz Martuljek in Slovenia under the aegis of Professor Borut Juvanec from the School of Architecture at Ljubljana University in Slovenia.

This year's themes are:

"1/ Architecture is simply a reflection of economy

2/ Economy is the basis for living

3/ Living plus values is equal to culture

4/ Economy architecture is a direct result of needs

5/ The homestead is the combination of living quarters and economy buildings

6/ Economy buildings such as the barn, granary, shed, kozolec, grain-store

7/ Construction in decoration is the same as decoration in construction

8/ Monumentalism is a rare occurrence in economy architecture

9/ Cheap architecture is for temporary buildings

10/ Good architecture can be a reflection of only a successful economy"

- on Thursday 10th: reading of papers

- on Friday 11th: excursion or work session on granaries

For further information, please email borut.juvanec[at]fa.uni-lj.si or visit the website at http://www2.arnes.si/aa/

27 - NOS MEMBRES PUBLIENT : PROF. BORUT JUVANEC, "SI PIERRE SECHE M'ETAIT CONTEE"

Avec Dry Stone Story (en bon français "Si pierre sèche m'était contée"), version abrégée d'une vaste recherche conduite sur les constructions en pierre sèche en Europe, le professeur Juvanec, de la Faculté d'architecture de l'Université de Ljubljana, nous fait découvrir avec force photos et dessins en couleur, les différents types de murs et de cabanes qu'il a rencontrés jusqu'ici.

Un type de mur, observé sur l'Ile de Krk en Croatie, a retenu notre attention : il est en tous points semblable au "Galloway single dyke" (mur simple de Galloway) du sud-ouest de l'Ecosse), mur d'une seule épaisseur de blocs de granit bruts simplement empilés sur 1,40 m de haut et laissant apparaître de nombreux vides. Sur Krk, ce type de mur a pour nom "unjulica" et, malgré l'apparence de fragilité et d'équilibre instable qu'il donne (les ovins s'en écartent prudemment), il est en fait très stable : on peut même, paraît-il,  marcher sur son faîte (si l'on arrive à y grimper). L'intérêt de ce type de maçonnerie, outre sa rapidité d'exécution, serait d'offrir une prise moindre aux vents violents qui soufflent sur cette île de l'Adriatique.

Pour ce qui est des cabanes étudiées, elles trahissent une très grande variété morphologique.  Nous ne nous attarderons ici que sur les "kazun" d'Istrie (Croatie) qui, avec leur toiture conique de lauses avec larmier, ressemblent à s'y méprendre à certaines " chabanes" du Périgord ou "caselles" du haut Quercy ou encore "cabanons pointus" de haute Provence.

En dehors des murs et des abris, Borut Juvanec évoque un certain nombre d'installations ou de dispositifs bâtis à pierre sèche. Ainsi, ces "mrgari" de l'île de Krk, curieux enclos en forme de marguerite, aux murs à une seule épaisseur de pierres, où les ovins sont conduits pour être ensuite répartis dans les divers "pétales" de l'installation, chaque "pétale" correspondant à un propriétaire distinct. Les animaux y sont comptés, soignés, marqués puis relâchés (*).

Le professeur Juvanec manifeste un intérêt particulier pour le procédé de l'encorbellement et son emploi dans les architectures militaires et funéraires du passé, ce qui nous vaut de nombreuses photos de vestiges archéologiques comme par exemple le célèbre Trésor d'Atrée à Mycènes (Grèce). Mais, il faut en convenir, nous sommes ici à des années-lumière des cabanes en pierre sèche : on a affaire à des maçonnerie de pierres extraites de carrière, taillées et appareillées à joints vifs ou avec mortier, à des structures situées au plus haut sommet de la hiérarchie sociale et économique en leur temps, à des monuments ayant une emprise au sol et un développement en élévation sans commune mesure avec ceux de simples cabanes.

L'entrée du Trésor d'Atrée : il s'agit d'architecture funéraire, et de celle des rois qui plus est © CERAV

Dernier point et non le moindre, le professeur Juvanec nous livre le résultat de ses réflexions sur les systèmes de proportions rencontrés dans les cabanes en pierre sèche. Ainsi, le relevé d'une "komarda" de l'île de Krk en Croatie lui a permis de faire ressortir l'inscription, dans cet humble édifice, du triangle égyptien, du nombre d'or, de la racine carrée de deux et du triangle équilatéral, ce qui ne laisse de surprendre dans une architecture que certains naguère qualifiaient encore de "sans architectes".

Pour plus de renseignements, contacter : Prof. Borut Juvanec, Zoizova 12, 1000 LJBLJANA, Slovénie - téléphone (int + 386) 1 2000 750.

(*) Ces installations ont fait l'objet d'une communication de Berislav Horvatic au 10e congrès d'architecture vernaculaire Alps Adria en 2000.

And now the English version:

Dry Stone Story, prof. Borut Juvanec's latest publication

In Dry Stone Story, an abridged version of his research thesis, Lubljana School of Architecture professor Borut Juvanec supplies us with a wealth of colour pictures and drawings of the various types of walls and shelters he has encountered in his widescale invetigations across Europe.

One particular type of stonework found on the Croatian Island of Krk, has smitten our eye, being a perfect replica of the "Galloway single dyke" of Southwestern Scotland, i.e. a single width of rough, coarse-grained granite blocks piled 1.40 m high with many see-through holes. Despite its fragile, unsteady appearance (known to deter sheep from climbing), this type of wall, which goes by the name of "unjulica", is quite sturdy. A man can walk on it, so it seems, provided he manages to climb on top of it. Besides being put with surprising speed, such walls present the advantage of being wind-resistant in a wind-swept island.

The shelters described in the report betray a wide variety of forms. We will be content with mentioning the "kazun" of Istria (Croatia), whose conical roof of stone tiles rimmed with dripstones is astonishingly reminiscent of some "chabanes" of the Perigord, "caselles" of upper Quercy or "cabanons pointus" of higher Provence.

Apart from walls and shelters, professor Juvanec also describes a number of dry stone facilities, in particular the "mrgari" of the Isle of Krk, quaint daisy-like enclosures built of single walls, into the centre of which sheep are driven so they can be despatched to the various surrounding cells or "petals" in order to be counted, tended and branded by their respective owners, and finally released.

Professor Juvanec also evinces a strong interest in the corbelling process and its various uses in the military and funerary architectures of the past, as shown by the book's many pictures of archaeological remains, among others the Atreus Treasury at Mycenae in Greece. It should be pointed out, however, that these ancient structures are light years away from the plain dry stone corbelled huts of Modern Times:  they  are built of quarried stone, cut and assembled with dry joints or with mortar, they belong to the highest level of the social and economical hierarchy of their time and occupy both a surface area and volume that dwarf our down-to-earth huts.

Last but not least, professor Juvanec addresses the subject of numbers and proportions concealed in dry stone shelters. For example, no less than the Egyptian triangle, the golden section, the square root of two and the equilateral triangle were found to be embodied in a "komarda" of the island of Krk, which is no small surprise considering the reputation of dry stone architecture for being "without architects".

For further information, please get in touch with Prof. Borut Juvanec, Zoizova 12, 1000 LJBLJANA, Slovenia - telephone (int + 386) 1 2000750.

26 - LE 8e CONGRES INTERNATIONAL SUR LA PIERRE SECHE (2002)

Cette 8e réunion internationale se tiendra du jeudi 29 au samedi 31 août 2002 à Visp dans le Valais Suisse. L'association hôtesse de l'événement est la Fondation Actions en faveur de l'Environnement (FAFE), en laquelle les spécialistes auront reconnu l'éditeur en 1996 d'un précieux "manuel pour la construction et la réfection des murs de pierres sèches" rédigé par Richard Tufnell et Frank Rumpe.

Le thème en est les "constructions en pierres sèches en région de montagne", un thème qui n'a rien de contraignant comme l'indique la liste, très éclectique, des exposés, entre autres :

- Boubaya Ali Faiz, Faculté des sciences de l'ingénieur, Sétif : Effets des séismes sur les sites traditionnels de construction en pierre sèche,

- Raelene Marshall, Culture in Action, Keilor (East Victoria) : The shaping of Australia's cultural landscape. How our European immigrants adapted dry stone skills of their homelands to survive in a new and harsh terrain,

- Rippingale Neil, Edinburgh, Scotland : International Opportunities in Dry Stone Walling,

- Roustan Maurice, La pierre sèche dans la récupération de l'eau de pluie en garrigue méridionale,

- Delpiano Vittorio, Ecomuseo dei Terrazzamenti, San Benedetto Belbo : Della pietra : une proposta di vita alternativa,

- Maillard Nadja, Le nu et le fruit. Réflexions au pied du mur.

etc.

On peut donc s'inscrire, sans crainte, pour une communication qui serait en dehors du cadre orographique initial.

Divers spécialistes français seront présents à ce congrès : outre Maurice Roustan, déjà cité,

- Ada Acovitsioti et Jérôme Morin (Des "cabanons" en pierre sèche en Provence),

- Danielle Larcena (les aiguiers, les capteurs de rosée, les bergeries de la montagne de Lure),

- Didier Lécuyer (Remise en valeur des terrasses de culture et valorisation des savoir-faire liés à la pierre sèche dans les Cévennes)

- et Boris Villemus (Behavior of dry stone retaining walls, en français "La tenue des murs de soutènement en pierre sèche").

La traduction simultanée des exposés en allemand, en français et anglais est prévue (*).

Des excursion sont prévues pour visiter le paysage de terrasse de la commune de Zeneggen et le système paravalanche en pierres sèches mis en place sur l'alpe Faldum entre 1908 et 1960.

Les membres de la Société scientifique internationale pour l'étude pluridisciplinaire de la pierre sèche (SPS), formée il y a quelques années pour gérer l'organisation des colloques internationaux, se réuniront en assemblée générale le vendredi 30 août.

Les frais d'inscription pour les trois jours se montent à 267 euros (si règlement avant le 30 avril) et à 334 euros (si règlement à partir du 1er mai 2002). Ils englobent les boissons servies pendant les pauses, les collations de midi, les frais de déplacement des excursions et un dîner en commun. Le logement est à la charge des participants.

Pour plus de renseignements :

Fondation Actions en Faveur de l'Environnement (FAFE)

Ortbühlweg 44

CH-3612 Steffisburg

Téléphone + 41 (0) 33 438 10 24

Télécopie + 41 (0) 33 438 10 25

info[at]umwelteinsatz.ch

(*) Cela a dû échapper à notre compatriote de l'Ecole nationale des travaux publics de l'Etat à Vaulx-en-Velin (France), dont l'exposé "Behavior of dry stone retaining walls" est dès le départ en anglais. ( If even a state-appointed French specialist elects to speak in another language than that of his own country at an international congress, the chances are that France will not be able to "retain" its age-old language for much longer.)

25 - UNE NOUVELLE ASSOCIATION DE SAUVEGARDE EN ARDECHE : L'APEPR

Créée le 27 février 2002, l'APEPR - l'Association de protection de l'esthétique et des paysages ruraux de Saint-Montan (Ardèche) - se propose, entre autres buts, d'attirer l'attention du public local sur les ouvrages de pierres sèches et autres petits éléments d'architecture rurale d'une commune qui se situe aux confins des départements de la Drôme, du Gard et du Vaucluse.

Son siège social est : rue du château, 07220 SAINT MONTAN, son président est Michael Zonfrillo.

Le CERAV adresse à sa jeune consœur tous ses vœux de réussite dans ses efforts pour sauvegarder des témoins difficiles à sauvegarder dans la mesure où, à la différence des grands monuments, ils sont bien souvent le bien immobilier de particuliers qui ne s'en préoccupent pas.

24 - NOUVELLES ADHESIONS AU CERAV / CERAV WELCOMES NEW MEMBERS

15 mars 2002 :

En tant que membre-correspondant pour le Puy-de-Dôme, M. Bernard Milien (rue de la Pougerie, Chadriat - 63450 SAINT-SATURNIN), membre de l'association ARKOSE (rue de Champgrand, Chadiat - 63450 SAINT-SATURNIN).

Région concernée : commune de Saint-Saturnin (Puy-de-Dôme), Montagne de la Serre, vallées de la Veyre et de la Monne, extrémité de la coulée de lave d'Aydat.

Domaine concerné : murs-clapiers, murs de soutènement en pierre sèche (les pailhats); cabanes en pierres sèches, incluses ou non dans ces murs (les borlhes - lh mouillé se prononçant comme le ill de "paille"); tonnes ou cabanes de vignerons, également en pierres sèches.

March 16th, 2002:

Ms Slavica Mirovic (School of Architecture Planning and Landscape, Claremont Tower, Newcastle University, Newcastle upon Tyne, NE 1 7RU UK).

Regions of interest: all

Fields of interest: 1/ vernacular architecture in the context of sustainable development; 2/ reuse of vernacular buildings. 

23 - PUBLICATIONS RECENTES :

23 A - Michel Rouvière : La restauration des murs de soutènement de terrasses

Il est désormais possible à tout amateur de pierres sèches de restaurer par ses propres moyens, des terrasses éboulées. Un manuel, rédigé par Michel Rouvière, vice-président de notre Association, et commandité et édité par le Parc National des Cévennes, explique dans le détail comment s'y prendre.

Précédé d'un avant-propos de Peter Bridgewater, directeur de la division des sciences écologiques à l'Unesco, et d'une présentation de Gérard Moulinas, directeur du PNC, l'ouvrage s'articule autour de quatre grands chapitres :

1/ l'état des lieux,

2/ l'organisation du chantier,

3/ le remontage du mur,

4/ les aménagements complémentaires.

Photos couleurs, dessins didactiques à la plume, aquarelles, viennent à l'appui du texte, certes technique, mais tout à fait abordable pour le novice.

L'ouvrage se termine par deux pages de renseignements pratiques, une bibliographie choisie, et, dernier point mais non le moindre, une présentation du CERAV, associé à la réalisation et la vérification du manuel.

L'ensemble de l'opération, coordonnée efficacement par Didier Lécuyer, chargé de mission au PNC, a bénéficié par ailleurs des conseils de spécialistes de l'art de la pierre sèche, dont Pierre Frapa, du Parc naturel régional du Luberon, Maurice Roustan, maçon à pierre sèche et président de l'ASERPUR, Pierre Valette et Jean-Claude Rivière, responsables de la Fédération de la Pierre Sèche.

Mis en vente au prix de 8 euros, l'ouvrage est diffusé nationalement par la Cartothèque.

Pour tout renseignement, s'adresser :

- au PNC, 6 bis, place du palais - 48400 FLORAC (tél. : 04 66 49 53 01 - télécopie : 04 66 49 53 02 - courriel : accueil[at]cevennes-parcnational.fr - site Toile : www.cevennes-parcnational.fr

- ou encore à Michel Rouvière, Le Fez - 07110 VINEZAC

Même un fruit prononcé ne suffit pas à prévenir les brèches © Michel Rouvière

And now in English!:

Michel Rouvière: How To Restore Terrace-Supporting Walls

Dry stone enthusiasts need no longer be afraid of restoring single-handedly decaying terrace walls: the proper way of going about it is now described at length in a booklet written by Michel Rouvière (this Society's vice-president) and sponsored and published by the Parc national des Cévennes.

Graced with a foreword by Peter Bridgewater, the UNESCO director for ecological science, and an introduction by PNC director Gérard Moulinas, this manual falls into four major chapters:

1 - the environment

2 - the work site

3 - the rebuilding process

4 - the associated constructions

The technicalities of he text are alleviated by a wealth of colour photos, pen-and-ink drawings and water colours, all by Michel Rouvière.

The manual also provides two pages of hands-on information, plus a select biobliography and, last but not least, a presentation of CERAV (who was in charge of going over the text and illustration).

The whole project was supervised by Didier Lécuyer (chargé de mission at the PNC), and received advice from a number of specialists of the dry stone craft, namely Pierre Frapa (Parc naturel régional du Luberon), Maurice Roustan (dry stone mason and president of ASERPUR), Pierre Valette et Jean-Claude Rivière (officers of the Fédération de la Pierre Sèche).

The book will be distributed nationwide through the Cartothèque at a price of 8 euros.

For more information, please contact:

- PNC, 6 bis, place du palais - 48400 FLORAC (tel. : (33) 04 66 49 53 01 - fax : (33) 04 66 49 53 02 - email : accueil[at]cevennes-parcnational.fr - Web site : www.cevennes-parcnational.fr

- or Michel Rouvière, Le Fez - 07110 VINEZAC

23 B : L'ASPAHG : Patrimoine 30

"Patrimoine 30" est la revue de l'Association de sauvegarde du patrimoine archéologique et historique du Gard (l'ASPAHG) dont le président est Pierre Valette, par ailleurs secrétaire de la Fédération de la pierre sèche. Cette association est en fait une fédération d'associations locales poursuivant les mêmes buts de défense et illustration du patrimoine historique et archéologique gardois.

Le numéro 7 de cette revue semestrielle comporte un article de Stéphane Marquis rendant compte des vestiges de pierre sèche d'origine agricole de la commune de Bez-et-Esparon (dans le pays viganais): un vaste réseau de terrasses et de constructions associées ayant servi de support à des cultures en oullières dans la 2e moitié du XIXe siècle. Pour faire découvrir ces vestiges, un sentier est en cours de réalisation sous la houlette du Club histoire et archéologie du Vigan.

Entre autres contributions, notons une étude de Jean Salles sur les roches à cupules, une interprétation de Robert Fiori sur la signification de l'appellation "plateau des gras", la 2e partie d'une synthèse de Jean-Claude Rivière (président de la Fédération de la pierre sèche) sur les druides, et une monographie de Pierre Valette sur un soldat de Napoléon, figure locale, le sergent Triaire.

L'abonnement annuel à cette revue instructive et bien présentée est de 8 euros, à souscrire auprès de Yannick Courant, trésorière de l'ASPAHG, Mas Lascours - 30120 AULAS.

22 - ASSEMBLEE GENERALE DE LA FEDERATION DE LA PIERRE SECHE LE 16 FEVRIER 2002 AU VIGAN (GARD)

L'assemblée générale annuelle de la Fédération de la Pierre Sèche (anciennement Fédération Méridionale de la Pierre Sèche) se tiendra le samedi 16 février 2002 au centre culturel du Bourilhou au Vigan dans le Gard, à partir de 9 h 30 du matin. Elle sera organisée par le Club Histoire et Archéologie en Pays Viganais, membre de la Fédération.

A la suite de cette assemblée, se déroulera une table ronde sur "la pierre sèche" sous la conduite de M. Jean-Claude Rivière, président de la Fédération. Y participeront des historiens, des archéologues et des spécialistes d'architecture vernaculaire. Cette table ronde sera ouverte au public.

Pour tout renseignement, s'adresser au Centre culturel et de loisirs "le Bourilhou", BP 13 - 30120 LE VIGAN (tél. : 04 67 81 89 69 - demander M. Pierre Valette).

21 - NOS MEMBRES PUBLIENT : 

A/ LES CABANES EN PIERRE SECHE DU PERIGORD, DE FRANCOIS POUJARDIEU

M. François Poujardieu nous a réservé la primeur de son livre "Les cabanes en pierre sèche du Périgord", qui vient de paraître aux éditions du Roc de Bourzac. C'est un ouvrage de 108 pages, illustré de nombreuses photos en couleurs, disponible au prix de 29 euros.  Sa lecture nous change des billevesées sur les "bories" préhistoriques, gauloises ou médiévales du Périgord. Il était temps qu'une synthèse digne de ce nom paraisse enfin sur le sujet.

"Chabane" à base quadrangulaire et à couvrement pyramidal à Pech Lauzier, commune de Vitrac (Dordogne)  © Dominique Repérant

Adresse de l'auteur : François Poujardieu, Capelou – 24170 BELVÈS - Adresse de l'éditeur : Editions du roc de Bourzac - 24150 BAYAC

B/ CARRIERS ET CARRIERES DANS LE MONT D'OR LYONNAIS, TOMES 2 ET 3, DE MICHEL GARNIER

De M. Michel Garnier, nous avons reçu les deux derniers tomes de sa grande étude sur les "carriers et carrières dans le Mont d'Or lyonnais" (cf supra). Le tome 2, fort de 294 pages, comporte un important chapitre sur les "cabanes ou cabornes du Mont d'Or" qui ne manquera pas d'intéresser les spécialistes de l'architecture de pierre sèche. 

On peut se le procurer auprès de l'association "Connaissance du Mont d'Or (26, avenue de la République - 69370 SAINT-DIDIER-AU-MONT-D'OR), au prix de 35 euros. Le tome 3, qui parle des grands mythes et de la symbolique associées aux métiers de la pierre, coûte 25 euros.

20 - PROJET DE CIRCUIT TOURISTIQUE DE DECOUVERTE DES ABRIS EN PIERRE SECHE DE LA VALLEE  DE LA SIANNE (CANTAL)

Nous avons reçu, de l'association "Cézallier - Vallée de la Sianne", dont le siège est à Molèdes, dans le Cantal, un dépliant exposant un projet d'étude et de mise en valeur touristique des vestiges en pierre sèche d'origine agricole encore visibles sur les communes de Blesle et d'Auriac-l'Eglise.

Le CERAV salue cette initiative d'autant plus qu'elle porte sur une région qui faisait figure jusqu'ici de "terra incognita" quant à l'existence d'abris en pierre sèche.

Le coordinateur du projet est M. Jacques Hamon (tél. : 01 46 57 5242 et 04 71 73 92 24). L'adresse de l'association est : Mairie - 15500 Molèdes.

19 - PRESENTATION DE L'OUVRAGE DE MICHEL ROUVIERE "LA RESTAURATION DES MURS DE SOUTENEMENT DE TERRASSES" A SAINT-MARTIAL (GARD) LE 5 FEVRIER 2002

A l'occasion de la parution du manuel "La restauration des murs de soutènement de terrasses" réalisé par le vice-président de notre association, M. Michel Rouvière, pour le compte du Parc National des Cévennes, une "Journée de la pierre sèche" est organisée le Mardi 5 février 2002 à Saint-Martial dans le Gard.

Prendront la parole à cette occasion :

- M. Claude Itier, Maire de Saint-Martial,

- M. Gérard Moulinas, directeur du Parc National des Cévennes,

- M. Michel Rouvière, notre vice-président,

- M. Marc Dombre, président de l'Association des artisans bâtisseurs en pierre sèches.

Sont prévus également :

- la visite d'un chantier de restauration d'un mur communal en pierre sèche,

- la visite d'un site de terrasses de culture.

Pour tous renseignements, téléphoner à la Mairie de Saint-Martial ou au Parc National des Cévennes.

18 - INSCRIPTION DE PIERRESECHE.COM DANS L'ANNUAIRE EN LIGNE ONLY-YELLOW-PAGES.COM

Notre association a donné son accord pour que le présent site figure dans les pages de l'annuaire en ligne only-yellow-pages.com, l'inscription étant gratuite. C'est là, de la part de professionnels de l'Internet, une reconnaissance de l'intérêt et de l'apport du site pierreseche.com

17 - LE "LAND ART" ATTERRIT A NIMES / A PIECE OF LAND ART CRASHLANDS IN NIMES

En français "Passons !" En anglais "No comment!" 

Place des Carmes à Nîmes en novembre 2001 - and no small feat, too !

16 - L'ARCHITECTURE DE PIERRE SECHE ET LE CERAV A L'HONNEUR DANS LES CAHIERS "PIERRES DU TEMPS" / DRY STONE ARCHITECTURE AND CERAV SHOWCASED IN THE CAHIERS "PIERRES DU TEMPS"

Les  éditions Pierres du temps, qui éditent l'"Encyclopédie du patrimoine", alias Le Dinkel, ont sorti à l'occasion du Salon du Patrimoine qui s'est tenu à Paris des 8 au 11 novembre 2001, le No 1 de cahiers destinés à suivre l'actualité des activités concernant le patrimoine architectural. Une large place y est consacrée à l'architecture de pierre sèche sous la forme d'extraits du glossaire technique sur la maçonnerie à pierres sèches publié par notre association sur son site www.pierreseche.com. Ces extraits sont précédés d'une courte introduction que nous reproduisons ci-dessous :

L'ARCHITECTURE DE PIERRE SECHE :

UN PATRIMOINE A PRESERVER

Les grands travaux de conquête agricole de la fin de l'Ancien Régime et du XIXe siècle ont modelé le paysage rural de la moitié sud de la France. En maints endroits sont encore visibles aujourd'hui champs bâtis, enclos et terrasses de culture gagnés naguère sur la friche, ainsi que l'habitat temporaire (guérites, cabanes, grangettes) qui y était associé.

Désormais en proie à l'abandon et en voie de destruction, ces vestiges lithiques retiennent l'attention d'un nombre croissant d'amateurs des "pierres sèches", conscients de ce que ces dernières représentent :

- un témoignage historique de phénomènes socio-économiques encore proches de nous;

- les marques d'un paysage humanisé en cours de reconquête par la friche et la forêt;

- un patrimoine architectural dépositaire des techniques oubliées de la construction à pierre sèche.

A l'aube du XXIe siècle, devons-nous nous résoudre à voir disparaître à jamais ces fragiles témoins ? En dehors de leur inventaire et de leur étude, il ne fait pas de doute que la préservation de certains de ces vestiges passera par la remise à l'honneur de l'art de la maçonnerie à pierre sèche.

Un abonnement aux cahiers "Pierres du Temps" sera offert aux souscripteurs de "la Nouvelle encyclopédie du Patrimoine", deux volumes à paraître aux Editions Pierres du Temps, 5, rue Cassini - 06300 NICE, au prix franco de 145 Euros.

15 - NOS MEMBRES PUBLIENT : "CARRIERS ET CARRIERES DANS LE MONT D'OR LYONNAIS, PAR MICHEL GARNIER / WE ARE PLEASED TO PUBLICIZE: MICHEL GARNIER'S "QUARRIERS AND QUARRIES IN THE MONT D'OR LYONNAIS"

M. Michel Garnier, membre-correspondant de notre association dans le département du Rhône, vient de publier le premier tome d'une étude sur les "Carriers et carrières dans le Mont d'Or lyonnais".

Ce premier volume, qui traite de "l'extraction de la pierre à la transfiguration des sites", aborde successivement 1/ le sol et le sous-sol du Mont d'Or lyonnais, 2/ les carrières et les pierres du Mont d'Or, 3/ la modification des reliefs, 4/ les villages, chemins et communes.

Il sera suivi d'une 2e volume intitulé "Des ouvrages de pierre à l'homme de la pierre" et comportant les chapitres suivants : 1/ Peines et grandeur des carriers, 2/ Un graveur de scènes pieuses en Révolution, 3/ Ouvrages de pierre construits à sec, 4/ Constructions souterraines. Les anciens ouvrages des eaux, 5/ La civilisation du symbole.

Le 1er tome est disponible auprès de l'Association "Connaissance du Mont d'Or", 26, avenue de la République - 69370 SAINT-DIDIER-AU-MONT-D'OR, au prix franco de 240 FF (36,59 Euros).


© CERAV
Dernière modification : le 17 décembre 2002 / Last modified on December 17th, 2002

page d'accueil         sommaire nouvelles          annee 2001