ARCHIVES D'ARCHITECTURE VERNACULAIRE

RUINES D'UN MOULIN À CALOTTE TOURNANTE À MONTBRUN-LAURAGAIS
(HAUTE-GARONNE)

Ruins of a Cap Winder at Montbrun-Lauragais, Haute-Garonne

Christian Lassure

Le 8 août 1983, date de notre visite, le moulin dit du Marquis de Passelègue à Montbrun, en Haute-Garonne, avait triste mine : sa calotte et sa charpente n'étaient plus, à l'exception de l'avancée en forme de bâtière protégeant l'avant de l'arbre. Les ailes avaient perdu la quasi totalité de leurs barreaux ; l'extrémité haute de la queue à l'opposé de la tête de l'arbre, était à l'air libre, avec ses deux tringles la reliant encore à l'arbre ; le grand rouet n'avait plus que quelques moignons en guise d'alluchons.

Aujourd'hui, le spectacle est à l'opposé : le moulin, restauré en 1999 par l'Association régionale des amis des moulins du Midi Toulousain, est un petit bijou.

Nous publions ces photos en tant que documents quasi archéologiques d'un bâtiment arrivé en fin de vie utile. Seul l'extérieur de l'édifice est concerné, l'obturation de l'entrée par un entrelacs de fil de fer ayant empêché toute prise de vues de l'intérieur.

 

Le fût en briques du moulin avec son fruit très marqué et les vestiges du mécanisme, de la voilure et du gouvernail. 

La disposition des ouvertures suggère l'existence de trois niveaux.

Photo © Christian Lassure

 

Le côté de la tour où le crépi est le mieux conservé et où le mécanisme est resté figé depuis l'arrêt de l'exploitation. 

Les poutres des ailes sont formées chacune de trois éléments assemblés en sifflets et cerclés de métal. Elles sont calées dans les « mortaises » contrariées d'une tête d'arbre en fonte.

Photo © Christian Lassure

 

Vue au téléobjectif des vestiges en bois au sommet de la tour. 

Dans sa partie inférieure, la fenêtre du 2e étage présente les traces d'un agrandissement de sa hauteur puis d'un rebouchage pour faciliter le passage ou la sortie d'un élément de mécanisme.

Photo © Christian Lassure

 

Idem

La partie supérieure de la tour est percée de petits trous au carré à intervalles plus ou moins réguliers. La transition entre le haut de la maçonnerie de briques et le rail fixe de la calotte se fait par un petit talus.

Photo © Christian Lassure

 

Idem.

La tête en fonte de l'arbre porte une inscription que nous n'avons pu déchiffrer.

Photo © Christian Lassure

 

L'entrée unique de la tour a son encadrement tout en briques comme le reste de la maçonnerie. Les briques du couvrement forment un arc segmentaire et ont leur arête chanfreinée. Les briques des montants semblent avoir été biseautées (sinon arrondies) à l'angle bien que marquées de nombreuses épaufrures dues aux innombrables passages. Une grande dalle calcaire, très abîmée, sert de seuil et de perron à la porte. Au-dessus du couvrement une pierre calcaire incluse dans la maçonnerie de briques, porte l'inscription 1680 dans un cartouche et au-dessus d'une croix à socle.

Les caractéristiques stylistiques de l'entrée (arc segmentaire, angle chanfreiné) cadrent avec le millésime.

Notons que pour empêcher les intrusions dans le moulin, le propriétaire de l'époque avait fixé un entrelacs de fil de fer en travers de celle-ci.

Photo © Christian Lassure

 

Vue au téléobjectif de la pierre à millésime au-dessus de l'entrée.

Photo © Christian Lassure

 

Le moulin de Montbrun dans tous ses atours
(source : www.moulins-a-vent.net)

© Christian Lassure - CERAV
Le 1er avril 2005 / April 1st, 2005

Références à citer / To be referenced as :

Christian Lassure
Ruines d'un moulin à calotte tournante à Montbrun-Lauragais (Haute-Garonne) (Ruins of a Cap Winder at Montbrun-Lauragais, Haute-Garonne)
http://www.pierreseche.com/moulin_montbrun.htm
1er avril 2005

SÉRIE : ARCHIVES D'ARCHITECTURE VERNACULAIRE

Ruines d'un moulin à calotte tournante dans le canton de Mauvezin (Gers)
Ruines d'un moulin à calotte tournante à Montbrun-Lauragais (Haute-Garonne)
Métairie à nef et bas-côtés entre Fleurance et Saint-Clar (Gers)
Inscription de 1628 représentant un moulin à vent, à Vayrac (Lot)
Le four à chaux en pierre sèche des Crozes à Vinezac (Ardèche)
Une ancienne grange-étable à charpentes à courbes sur la commune du Roc (Lot)
Ferme de comble à surcroît à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis)
Ferme à poinçon long et arbalétriers sur entrait à Meaux (Seine-et-Marne)
Fermes à poinçon long et arbalétriers sur entrait avec contrefiches horizontales à Beaumont-sur-Oise (Val-d'Oise)
Traces visibles en pignon du passage du chaume à la tuile plate
Maison à nef et bas-côtés observée en 1982 entre Saint-Symphorien et Sore dans le département des Landes
 

page d'accueil           sommaire d'architecture vernaculaire