NOUVELLES DU MONDE
DE L'ARCHITECTURE DE PIERRE SÈCHE
année 2009 (2e semestre)

NEWS FROM
THE DRY STONE ARCHITECTURE SCENE
Year 2009 (Semester 2)

1 - Ouvrage reçu : Piedras con raíces (« Pierres enracinées »), No 25, printemps 2009 (*)

Au sommaire de ce numéro printanier de « Pierres enracinées » :


- José Luis Martín Galindo,
Los origenes y la extension actual del chozo en Extremadura (Les origines et l'extension actuelle de la cabane en pierre en Estrémadure) :

Il s'agit de commentaires sur un article de l'ethnologue Antonio Garcia Bellido, paru il y a un demi-siècle dans Revista de dialectologia y tradiciones populares, tome XXIII, 1967, « Sobre la extension actual de la casa redonda en la Peninsula Ibérica » (Sur l'extension actuelle de la maison ronde dans la péninsule ibérique).

Si dans le cadre de notre présentation des nouvelles parutions il est exclu que nous nous attardions sur les contenus, nous prenons cependant la liberté de mettre en garde contre l'établissement de filiations entre des restitutions hors sol de vestiges du Néolithique, de l'Âge du bronze et de l'Âge du fer, et des cabanes subactuelles sur la base d'analogies de formes, de matériaux et de techniques. D'une part les jalons intermédiaires font tout simplement défaut, d'autre part il faut comparer ce qui est comparable, à savoir  l'architecture funéraire mégalithique avec les architectures funéraires postérieures, l'architecture militaire préhistorique (par ex. nuragues et talayots) avec les architectures militaires postérieures (par. ex. les châteaux-forts du Moyen Age),  les habitations permanentes néolithiques avec les habitations permanentes des sociétés rurales modernes (idem pour les habitations temporaires). Il faut bien comprendre que pour une sépulture mégalithique à voûte d'encorbellement, le niveau technologique, le maître d'ouvrage, l'investissement et bien sûr la finalité ne sont pas les mêmes que pour une cabane agricole à voûte encorbellée moderne.

- Pedro Antonio Solís Ávila

Los lagares de la sierra de Madroñera (Les pressoirs de la Serre (Montagne) de Madroñera)

- Aniceto Delgado Méndez

Architectura y agua en Extremadura : espacios construidos, espacios vividos (Architecture et eau en Estrémadure : espaces bâtis, espaces habités) :

Il est question de bassins (albercas), lavoirs (lavaderos), abreuvoirs (pilares), fontaines (fuentes), puits (pozos), norias (norias) et moulins (molinos) à eau.

- José Luis Acín Fanlo

Arquitectura tradicional de Aragon (Architecture traditionnelle de l'Aragon) :

Les photos de l'article traduisent l'abandon massif de cette architecture de montagne.

- « Pinolere 2009 »

Annonce du 2e congrès international sur les constructions à couverture végétale de Pinolere (Iles Canaries) en octobre 2009 :

Voir le site www.congresoconstruccionescubiertavegetal.org

(*) Piedras con raíces, la revista de nuestra arquitectura vernácula, éditée par Asociación por la Arquitectura Rural Tradicional de Estrémadura (ARTE), Apartado de correos 837, 10080 - CACERES (20 euros l'an). Courriel : piedrasconraices[at]yahoo.es

2 - Création d'une zone d'aménagement différé sur la commune de Vals-près-le-Puy (Haute-Loire)

La commune de Vals-près-le-Puy (Haute-Loire), connue pour ses cabanes en pierre sèche appelées vulgairement tsabones et éruditement chibottes, vient de se doter du droit de préemption sur les parcelles d'une zone d'aménagement différée qui vient d'être créée, sous l'appellation de « ZAD des chibottes »,  dans le vallon du Dolaizon (lieux-dits Lous Cros; La Plone, Les Péreyres, Laval, Louis Crouzace, Lamare, Bois de Lirate, Crostet, Les Closses, Pré Devèze, Pralong). Les propriétaires n'ont pas été consultés. Cette ZAD doit permettre à la Municipalité d'acquérir des parcelles où se trouve des cabanes afin de pouvoir concrétiser son projet de « sentier des chibottes ».

 

3 - Balade à Jouques (Bouches-du-Rhône) à l'occasion de la journée du patrimoine 2009

En septembre dernier, à l'occasion de la journée du patrimoine, Jean Laffitte a animé, à Jouques, dans les Bouches-du-Rhône, une balade autour des cabanes en pierre sèche organisée par l'association des amis de Jouques. 36 personnes avaient répondu à l'appel, dont Roger Chenard et Florence Dominique. On trouvera ci-dessous quelques photos de cet événement.

Grande cabane partiellement enterrée à gauche de l'entrée. La forme est celle d'un cyllindre au fruit très marqué. La couverure de terre est plantée de graminées et non d'iris (photo Roger Chenard).

 

Jean Laffitte, animateur de la ballade, et son successeur pour l'année prochaine, devant une cabane subcirculaire au fruit très prononcé et au sommet bombé revêtu de terre et de planté d'iris (photo Roger Chenard).

 

Les participants devant une belle cabane de plan rectangulaire aux parois extérieures marquées par un fruit important. L'entrée est couverte par un arc clavé assez sommaire. Une rangée de lauses inclinées somme la façade.La toiture est couverte non pas de terre mais de lauses (photo Roger Chenard).

Pour en savoir plus sur les cabanes de Jouques, cliquer ici.

4 - Ouvrage reçu : Piedras con raíces (« Pierres enracinées »), No 26, été 2009 (*)

Ce numéro estival de Piedras con raíces est consacré entièrement au rapport qu'a rédigé une spécialiste allemande des cabanes de pierre, Mme Renate Löbbecke, après avoir fait le tour des chozos estrémaduriens à l'invitation de l'association Arte. Cela nous vaut un festival, sur 60 pages, de photos noir et blanc de ces édifices, malheureusement à des degrés plus ou moins avancés d'abandon et de décrépitude.

Par ce numéro en quelque sorte spécial, l'association Arte et son président, José Luis Martin Galindo, veulent faire pression sur le Gouvernement autonome de l'Estrémadure pour que soit appliquée la résolution votée en 2005 par le Parlement de la région portant sur la nécessité de l'inventaire et de la protection des chozos.

Quelques-uns des édifices les plus élaborés : quatre ont leur couvrement enduit de mortier extérieurement (non seulement pour l'étanchéisation de celui-ci mais aussi peut-être pour la récupération des eaux de pluie), deux ont une couverture rayonnante de tuiles canal (pour les mêmes raisons).

(*) Piedras con raíces, la revista de nuestra arquitectura vernácula, éditée par Asociación por la Arquitectura Rural Tradicional de Estrémadura (ARTE), Apartado de correos 837, 10080 - CACERES (20 euros l'an). Courriel : piedrasconraices[at]yahoo.es

5 - Téléthon 2009 et pierre sèche

Construction d'une cabane en pierre sèche avec voûte en encorbellement (dite capitelle) pour le Téléthon 2009 à Villeveyrac (Hérault) (4, 5 et 6 décembre 2009 et peut-être plus...) avec le concours de la Municipalité. La construction va être réalisée à l'entrée de Villeveyrac, route de Montagnac, à l’entrée du parking du nouveau groupe scolaire « la Capitelle » !

Renseignements et inscription (obligatoire) :
- pierresdiris[at]free.fr (site/portail de l'association : www.pierreseche.net),
- ou auprès de l'association Pierres d'iris, 1, chemin du Thô 34560 VILLEVEYRAC,
- ou encore en laissant un message au 06 09 40 43 48 (n'oubliez pas de laisser votre No de téléphone fixe et/ou mobile).

AU CHOIX : vous pouvez venir une journée ou bien, si vous êtes courageux/se, les trois jours ... ou tout simplement une heure ! Toutes les bonnes volontés vont être nécessaires pour arriver à concrétiser cette entreprise. Chacun peut apporter « sa pierre à l'édifice » ! Votre simple visite d’encouragement sera aussi très appréciée !

 

Le résultat : un édifice dont les formes ne sont pas sans rappeler les cabanes de Villevieille dans le Gard (photo Gilles Fichou).

Lien pour suivre en images la construction de la capitelle : http://www.lagazettedevilleveyrac.com/#206

6 - Emission de timbres et cabanes de pierre sèche : kazun croate et hiska slovène

Le 25 septembre 2009, la Slovénie et la Croatie ont publié en commun une carte souvenir comportant deux timbres, l'un représentant une hiska slovène, l'autre une kazun croate, c'est-à-dire une cabane en pierre sèche :  le nom est différent, mais l'objet est le même.

On notera, au passage, que la cabane croate est un cylindre surmonté d'une toiture conique à la rive saillante tandis que la cabane slovène est du type guérite. La première devait avoir une porte en bois, la seconde devait rester ouverte.

Nous remercions vivement M. Sergio Gnesda* d'avoir eu la bonne idée de nous signaler cette initiative des postes des deux pays.

* Cf., dans le présent site, le compte rendu de M. Gnesda sur les cabanes en pierre sèche de la péninsule istrienne.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Le 13 janvier 2010 / January 13h, 2010

page d'accueil          sommaire nouvelles           nouvelles 2008 (1)          nouvelles 2008 (2)          nouvelles 2009 (1)