LA ROULOTTE DE BERGER D'APRÈS DES CARTES POSTALES ET PHOTOGRAPHIES ANCIENNES

The shepherd's caravan as shown in old postcards and photographs

Christian Lassure


Au début du XXe siècle, dans divers départements ou régions de France (Beauce, Perche, Eure, Oise, Cantal, Puy-de-Dôme, Lozère, etc.), le berger dormait, une partie de l'année, dans une cabane-roulotte en bois plus ou moins grande, posée à côté du parc de claies mobiles servant à rassembler pendant la nuit les moutons dont la garde lui avait été confiée par un ou plusieurs propriétaires. Les chiens dormaient sous la roulotte. Chaque jour, l'emplacement du parc changeait de façon à ce que les déjections ovines fertilisent la totalité de la parcelle occupée.

Les derniers moments de cette pratique séculaire, attestée dès la fin du Moyen Âge par des enluminures (1), ont été enregistrés par les photographes des cartes postales de l'âge d'or. La réunion de ces cartes postales, jointes à quelques rare photos privées, nous procure un panorama de ces cabanes sur roues dans une partie de la France rurale dans la première décennie du XXe siècle et même après, certaines vues étant encore éditées et diffusées dans les années 1930 et 1950.

Annonce à Joachim, dans Fleur des histoires (3e ou 4e quart du XVe siècle) de Jean Mansel. On y aperçoit une cabane en planches, à toit à double versant, sur deux roues.

Quelques auteurs français de la fin du XIXe siècle évoquent ces cabanes mobiles. Ainsi, une nouvelle de Guy de Maupassant, Le Saut du berger (1882), met en scène une roulotte occupée par deux amants pour leurs ébats. Le prêtre de la paroisse, haïssant les plaisirs charnels, enferme le couple dans la carriole et entraîne celle-ci dans une pente où elle se fracasse à l'arrivée. Pour le meurtre des deux occupants, l'assassin est condamné aux travaux forcés :

« et soudain, il aperçut auprès d'un parc à moutons la hutte ambulante d'un berger. / C'était un abri, il y courut. / Les chiens fouettés par l'ouragan ne remuèrent pas à son approche ; et il parvint jusqu'à la cabane en bois, sorte de niche perchée sur des roues, que les gardiens des troupeaux traînent, pendant l'été, de pâturage en pâturage. / Au-dessus d'un escabeau, la porte basse était ouverte, laissant voir la paille du dedans. / Le prêtre allait entrer quand il aperçut dans l'ombre un couple amoureux qui s'étreignait. Alors, brusquement, il ferma l'auvent et l'accrocha ; puis, s'attelant aux brancards, courbant sa taille maigre, tirant comme un cheval, et haletant sous sa robe de drap trempée, il courut, entraînant vers la pente rapide, la pente mortelle, les jeunes gens surpris enlacés, qui heurtaient la cloison du poing, croyant sans doute à quelque farce d'un passant ».

De même, Émile Zola, dans La Terre (1887), évoque ce dispositif : « Le berger, pour avoir un peu d'ombre, s'était assis contre la cabane à deux roues, qu'il poussait à chaque déplacement du parc, une étroite niche qui lui servait de lit, d'armoire et de garde-manger ».

Ces roulottes étaient montées sur un essieu fixe à roues en bois ou en fer. Certaines avaient une troisième roue à l'avant. Celles pourvues d'un timon axial, voire parfois de deux timons parallèles, étaient tirées par une paire de bœufs, un cheval, un âne, ou par le berger lui-même, voire les chiens, pour les plus légères, lorsque le parc était déplacé.

Roulotte de berger tirée par une paire de bœufs au hameau de Gizérac en Lozère dans les années 1950. © Bernard Astruc. Source : Histoire en Margeride

L'habitacle était presque toujours en forme de maisonnette à deux gouttereaux et deux pignons et à toit à double pente, mais une maisonnette dans laquelle il était impossible de se tenir debout (contrairement à la roulotte d'habitation des forains et des romanichels).

Document No 1

Au début du XXe siècle, dans la plaine de la Beauce, au sud-ouest de Paris (2), la cabane sur roues du berger va de pair avec le parc à moutons. La présente carte postale en est une illustration éloquente : on aperçoit, au premier plan, le troupeau, confiné dans son enceinte par des claies mobiles en bois ; au plan intermédiaire, sur la gauche, la roulotte, le berger et ses chiens ; à l'arrière-plan, un champ retourné où des ouvriers agricoles semblent occupés à étendre de la chaux. Il faut savoir qu'à la demande des agriculteurs, le berger installait son troupeau sur leurs terres pour les fumer. Le parc était déplacé de façon à ce que tout le champ soit fumé.

Carte postale en noir et blanc des années 1900.
Légende : (au recto) 296  EN BEAUCE. – Parc à Moutons.
Éditeur : Collections ND phot.

Document No 2

La cabane mobile occupant le premier plan de cette carte postale est la même que celle aperçue dans la carte précédente (le lieu aussi est le même, d'après les petits tas de chaux qui parsèment le champ à l'arrière-plan).

L'habitacle, en forme de maisonnette à deux gouttereaux et deux pignons, est réalisé en planches posées verticalement, sans couvre-joint. Il est coiffé d'une bâtière de planches recouverte apparemment de zinc ou de toile imperméabilisée. À droite, l'habitacle repose sur un essieu muni de deux roues en bois cerclées de fer ; à gauche, il est précédé d'une grande roue en bois cerclée de fer elle aussi. La porte d'entrée s'ouvre dans le gouttereau, là où la roue ne gêne pas. C'est un solide vantail équipé d'une serrure et qui se rabat contre la roue arrière. On aperçoit une tablette et un orifice de ventilation dans le triangle du pignon de gauche et une deuxième tablette en bas du pignon de droite. Assis dans l'embrasure de l'entrée, entre ses deux chiens, le berger, le bonnet de nuit vissé sur la tête et la pipe au bec, fixe le photographe.

Carte postale en noir et blanc des années 1900.
Légende : (au recto) 24  EN BEAUCE. – Cabane de Berger. – ND ; (au verso, verticalement) LEVY ET NEURDEIN REUNIS, 44, RUE LETELLIER, PARIS, IMP.
Éditeur : ND
Note : la photo aurait été prise à Patay dans le Loiret.

Document No 3

Toujours la même cabane mobile et le même berger beauceron. La cabane n'a pas bougé d'un pouce mais le berger est allongé sur son matelas à l'intérieur de l'habitacle. Il a laissé ses sabots bien rangés devant la porte. On aperçoit la planchette rétractable sur laquelle il était assis dans la carte précédente. Ses deux chiens sont allongés sous la carriole. Il ne reste plus à l'occupant qu'à attendre que la nuit tombe (du moins c'est ce que la mise en scène vise à nous faire croire).

Carte postale en noir et blanc des années 1900 (il existe aussi une édition colorisée).
Légende : (au recto) 295 EN BEAUCE. - Cabane de Berger.
Éditeur : N D phot.

 

Agrandissement de détail.

Document No 4

Cette roulotte ressemble à s'y méprendre à la précédente sauf que l'entrée se trouve de l'autre côté (mais cela pourrait résulter de l'inversion du négatif du cliché), que la paroi extérieure comporte des couvre-joint à la jonction des planches disposées verticalement et que la tablette courant à la base du pignon de gauche est plus proéminente et qu'elle est dotée de deux anneaux (pour la traction ?).

Carte postale en noir et blanc des années 1900.
Légende : (au recto) 491. - EN BEAUCE - Cabane du Berger.
Éditeur : L. L. Orléans.

Le mur de clôture et l'entrée d'une propriété à l'arrière-plan à gauche suggèrent que l'on est près d'une habitation et non plus dans les chaumes.

Le chien devant l'entrée est de la race dite berger de Beauce.

Document No 5

Toujours en Beauce, une nouvelle cabane-roulotte de même type que les précédentes. Elle consiste en un habitacle rectangulaire en planches verticales à couvre-joint sous une bâtière couverte de feuilles de zinc. Les deux roues sous l'habitacle sont en métal, la troisième roue est en bois cerclé de fer. À droite, on a une sorte de tablette.

Carte postale en noir et blanc des années 1900. Dos divisé.
Légende : (au recto) 1667. EN BEAUCE – La cabane du berger.
Éditeur : L. L. ORLEANS.

Le berger, qui est en bonnet de nuit, pose, assis sur son matelas, dans l'embrasure de l'entrée. Celle-ci se ferme par un vantail doté d'une serrure et qui se rabat contre la troisième roue. On devine qu'il y a tout juste la place pour s'allonger.

Document No 6

La même cabane-roulotte que dans la carte postale précédente mais le berger est cette fois assis dans l'embrasure de l'entrée, à côté d'un jeune garçon en béret, qui est assis sur la roue en métal. Le berger tient une gamelle entre ses genoux : petit déjeuner, repas du soir qu'on vient de lui apporter ?

Carte postale en noir et blanc des années 1900. Dos divisé.
Légende : (au recto) 1672. EN BEAUCE – La Cabane du Berger.
Éditeur : L. L. ORLEANS.

Document No 7

On est ici toujours en Beauce et avec une nouvelle cabane-roulotte de berger et un nouveau parc. La meule de paille cylindro-conique qui trône au centre de l'image rappelle que l'on est dans une grande plaine céréalière, dans les chaumes après la moisson.

Carte postale en noir et blanc des années 1900. Dos divisé.
Légende : (au recto) NG 5. En Beauce. – Un berger dans sa cabane.
Éditeur : NOUVELLES GALERIES - CHARTRES.

L'habitacle a ses parois réalisées en lames de bois disposées verticalement. Des couvre-joint sont fixés sur la bâtière de planches, sous les feuilles de zinc ou la toile imperméabilisée. Le vantail de la porte est maintenu rabattu contre la troisième roue par le bâton du berger. L'occupant, en chemise et bonnet de nuit, est allongé sur son matelas dans l'habitacle et regarde le photographe. La planchette amovible servant de siège, est sortie.

Document No 8

Une autre cabane mobile de berger et son parc à moutons attenant. Posant pour le photographe, le berger a mis genou en terre et caresse son chien. Il porte une sorte de manteau et une casquette.

Carte postale colorisée des années 1900. Dos divisé.
Légende : (au recto) EN BEAUCE. – Cabane de berger - Parc à moutons.
Éditeur : L. Lenormand Orléans (écrit verticalement au verso).

Documents Nos 9a et 9b et 10a et 10b

Les deux cartes postales colorisées suivantes montrent encore une autre cabane-roulotte du même type que les précédentes.

Dans la première carte (dont nous reproduisons deux éditions, Nos 9a et 9b), le berger, assis devant l'entrée de sa cabane, est accompagné d'un aide. Le vantail en bois est rabattu et bloqué à l'aide d'un gros bâton.

On retrouve ce bâton dans la deuxième carte (No 10), où il est simplement posé à côté de la porte refermée.

La colorisation des cartes 9a et 9b est fantaisiste : la bâtière de la cabane passe du jaune dans la première au bleu clair dans la seconde. Quant au chaume, le vert le fait ressembler à du gazon de parcours de golf.

Document No 9a

Carte postale colorisée des années 1900. Dos divisé.
Légende : (au recto) 15.  EN BEAUCE – Le Parc à moutons.
Éditeur : L. LENORMAND – ORLEANS (imprimé verticalement au verso).

Document No 9b

Carte postale colorisée des années 1900. Dos divisé.
Légende : (au recto) 23. EN BEAUCE Berger et parc à moutons.
Éditeur : L. LENORMAND – ORLEANS (imprimé verticalement au verso).

Document No 10a

Carte postale colorisée des années 1900 (existe également en noir et blanc). Dos divisé.
Légende : (au recto) EN BEAUCE – Troupeau sortant du Parc à moutons.
Éditeur : L. LENORMAND – ORLEANS (imprimé verticalement au verso).

Document No 10b

L'absence de colorisation permet de se rendre compte que les parois de l'habitacle sont en planches posées verticalement.

La même, en noir et blanc. Dos divisé.
Légende : En Beauce. - Les Moutons.

Document No 11

Avec cette carte postale, on quitte la Beauce pour le Perche, une région scindée entre les départements de l’Orne, d'Eure-et-Loir, de la Sarthe et une faible partie du nord du Loir-et-Cher.

La cabane de berger est du même type que celles vues en Beauce. On note cependant quelques différences : les parois de l'habitacle sont en planches disposées horizontalement et une sorte de coffre est fixé à la base du pignon de droite.

Le chien enchaîné à la cabane est de la race dite berger de Beauce.

Carte postale en noir et blanc des années 1900.
Légende : (au recto) Perche et Percherons. – La Cabane du Berger.
Éditeur : H. Lecomte, Courtalain.

Document No 12

Cette carte postale des années 1900 atteste l'existence de cabanes sur roues dans l'Eure, département où se trouve la Côte des Deux-Amants, colline située au confluent de la Seine et de l'Andelle, son affluent en rive droite. Dans la plaine en contrebas de la Côte, on aperçoit une roulotte garée en bordure d'un champ en chaume en train d'être labouré. On ne voit pas de moutons mais il y a au moins deux vaches qui broutent le long d'un talus.

Carte postale en noir et blanc des années 1900.
Légende : 2  LA VALLÉE DE L'ANDELLE. - La Côte des Deux-Amants - LL
Éditeur : LL (= Louis Lenormand)

À l'agrandissement, on découvre un véhicule formé d'une caisse en bois, en planches horizontales, coiffée d'une bâtière débordant légèrement en gouttereau mais s'avançant fortement en pignon, le tout monté sur un essieu fixe à deux roues en bois à moyeu et tiré par deux timons parallèles. On distingue une béquille droite à chaque bout de l'habitacle et sous celui-ci de façon à ce que la roulotte reste à l'horizontale. À l'arrière, sous l'avancée de la toiture raidie par une entretoise, on aperçoit deux bidons à lait.

Agrandissement de détail.

Document No 13

Le recto de cette carte postale indique d'emblée le département où la scène a été photographiée : le Cantal, soit à quelques centaines de kilomètres de la Beauce et du Perche et dans un relief qui évoque non plus la plaine mais la montagne.

C'est bien une cabane roulante de berger que l'on aperçoit à l'extérieur d'un parc et contre laquelle se tient un pâtre vêtu d'une houppelande. Aucun mouton à l'horizon, il n'y a que des bovins et un cheval, monté peut-être par l'employeur du berger. On remarque que la cabane possède un timon axial à l'avant, ce qui implique qu'elle doit être tirée par des bêtes étant donné la pente du terrain. L'habitacle est réalisé en planches disposées horizontalement. La bâtière, plus pointue que celle des cabanes beauceronnes, est en planches à couvre-joints.

Carte postale en noir et blanc ayant circulé en 1925. Dos divisé.
Légende : (au recto) Types et Scènes du Cantal.
6. Un Berger et son Abri.
Éditeur : Collection Eyboulet Frères

Document No 14

Le navari, ou plus exactement navarit, est « en Saintonge [un] petit abri, [une] petite baraque en bois que l'on établit dans les terres ou dans les marais pour mettre les bergers à l'abri », nous dit Marcel Lachiver dans son Dictionnaire du monde rural (1997). En fait, le terme est également attesté plus au nord, en Vendée, si l'on en croit cette carte postale de l'âge d'or. Le navari vendéen de cette carte a quelque chose en plus de la définition de Lachiver : des roues. Son aspect est tout à fait classique : une caisse rectangulaire aux parois en planches disposées verticalement et au toit en bâtière recouvert de zinc ou de toile imperméabilisée, montée sur un essieu fixe et deux roues en fer, avec une entrée latérale fermée par une porte se rabattant du côté de la roue. Il semble y avoir un timon à l'avant mais la vue est coupée.

Carte postale de la décennie 1900. Dos divisé.
Légende : (au recto) Le Navari
Quand y cé dan man navari / Métavi qui cé dans l'paradi / Quo toune, quo vente, quo chèze de l'ève / Y cé tréjou benaise (Quand je suis dans mon navari / M'est avis que c'est dans le paradis / Qu'il tonne, qu'il vente, qu'il tombe de l'eau / Je suis toujours bien à l'aise) (traduction littérale).
Éditeur : Collection A. Robin − Fontenay-le-Comte.

Le petit quatrain en patois vendéen (traduction littérale :

« Quand je suis dans mon navari
M'est avis que c'est dans le paradis
Qu'il tonne, qu'il vente, qu'il tombe de l'eau
Je suis toujours bien à l'aise »)

enjolive quelque peu la réalité : la caisse en bois n'offre qu'une très faible isolation thermique et, s'il pleut à verse ou qu'il grêle, le tambourinage sur le toit est insupportable (3).

À l'aire d'extension du navarit on peut ajouter les départements de la Charente-Maritime, des Deux-Sèvres et de la Vienne, puisque le  Glossaire du Poitou, de la Saintonge et de l'Aunis de Léopold Favre (1867) compte parmi ses articles le lavarit (variante orthographique de navarit), avec comme définition : « Cabane montée sur deux roues, qui sert d'habitation au berger chargé de garder les moutons dans les champs, pendant la nuit ».

Document No 15

On a affaire ici à une photo privée de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe, légendée « Cabane de berger » mais sans indication de lieu (la colline dans le lointain exclut la Beauce en tout cas).

Photo privée de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe, légendée « Cabane de berger ».

L'intérêt du document vient de ce qu'il exhibe une cabane-roulotte sous un angle peu commun : celui d'un de ses pignons. Ce pignon est en planches horizontales, sans couvre-joint ; la toiture, également en planches, repose sur des pannes (deux sablières et une faîtière) dont le bout saille sous les rampants de la bâtière.

Le berger n'est pas loin, à quelques mètres à peine derrière la roulotte, sur la gauche, mais l'effet de perspective le fait paraître tout petit.

Document No 16

Ce dessin, qui figure sur une carte postale du début du XXe siècle, semble avoir été destiné à être colorié au crayon de couleur à en juger d'après un autre exemplaire qui, justement, a connu ce sort. Il montre une guérite en bois sur roues (et non une cabane en bois). Aucune indication de lieu n’est portée sur le document.

On imagine mal notre berger en houppelande y dormant allongé. Il garde d'ailleurs ses ouailles, à bâton planté, sous le croissant de lune et l'étoile du berger.

Autres traits remarquables : les planches de la bâtière disposées à clin, les roues pleines sous le pignon (les deux autres ne sont pas visibles) et le regard au carré découpé dans le triangle du pignon.

Carte postale du début du XXe siècle. Dos divisé (sous les mentions RÉPUBLIQUE FRANÇAISE / CARTE POSTALE / à utiliser seulement dans le service intérieur : France, Algérie, Tunisie).
Légende : aucune.
Éditeur : non indiqué.

Document No 17

Sur cette carte colorisée d'une cabane mobile beauceronne, on découvre un type de matériau de couverture plus rustique que le zinc ou la toile imperméabilisée : la paille. Pour maintenir celle-ci en place, un cadre en bois l'enserre. Ce toit de paille n'est peut-être pas très étanche : un bout de toile est jeté par-dessus le faîte (à moins qu'il ne s'agisse de linge en train de sécher). Autre détail à noter : derrière le parc, se trouve une citerne à eau mobile.

Les deux chiens semblent être de la race dite berger de Beauce.

Carte postale colorisée du début du XXe siècle.
Légende : (au recto) EN BEAUCE. – Cabane de berger - Parc à moutons.
Éditeur : L. LENORMAND – ORLEANS (écrit verticalement).

Document No 18

À en juger d'après cette carte postale à bordure blanche et de teinte sépia des années 1930, la cabane de berger à toit de chaume se rencontrait aussi dans le Puy-de-Dôme.

Carte postale à bordure blanche et de teinte sépia des années 1930 (dite semi-moderne). L'exemplaire porte un cachet du « PLATEAU DE GERGOVIE » en date du « 10 SEP 1941 ».
Légende : (au recto) 13. Plateau de Gergovie (Oppidum Gaulois).
Cabane de berger dans les ruines de l'Oppidum. A l'horizon, à gauche le Puy-de-Dôme, à droite le Pariou.
Éditeur : Coll. « La Hutte » - Photo J.-H. Jury - Riom (imprimé verticalement, au verso).

Notre spécimen auvergnat est constitué d'un habitacle en planches disposées horizontalement, sans couvre-joint, sous une bâtière de paille maintenue en place au moyen d'une corde serrée qui en fait le tour. Des javelles de paille sont disposées contre le pignon avant de la cabane.

L'habitacle est posé sur un essieu auquel sont fixées deux roues en bois à moyeu. Le timon axial à l'avant permet de tracter la cabane. Son extrémité repose sur une béquille, dispositif sans lequel l'habitacle ne pourrait rester horizontal au repos. Le côté visible de l'habitacle comporte une découpe en forme de carreau pour l'aération ou pour la surveillance. Le parc qui accompagne ordinairement la roulotte est plus haut sur le versant.

Le photographe a retouché à l'encre blanche les angles de la cabane et un des rampants de la toiture mais aussi les barrières de l'enclos

Document No 19

Cette carte postale en noir et blanc du début du XXe siècle met au centre de la scène pastorale le berger entre sa cabane-roulotte et ses moutons. Le lieu n'est pas précisé mais il s'agirait de la Loire-Atlantique. Les bêtes sont fort occupées à ratiboiser les chaumes d'un champ sous la surveillance de leur berger. Vêtu d'un manteau de fourrure (de chèvre ?) et portant une besace en bandoulière, celui-ci s'appuie sur sa houlette (4) fichée en terre. À l'autre bout du champ, on aperçoit les barrières en bois du parc.

Carte postale en noir et blanc des années 1900. Dos divisé.
Légende : La Vie aux Champs (il s'agit d'une série de cartes sur ce thème).
Éditeur : Bergeret.

La cabane mobile comporte un habitacle en assemblage de planches horizontales, sans couvre-joint. Elle est munie d'un essieu fixe et de deux roues en bois ainsi que de deux timons parallèles. Une béquille oblique empêche le basculement vers l'avant ou l'arrière. L'habitacle est coiffé par une bâtière de planches couverte d'un revêtement de paille maintenu par des gaules. Sous l'avancée des rampants, le pignon visible s'orne d'une étagère sur laquelle sont posés une écuelle et un maillet.

Document No 20

On passe ici, comme l'indique la légende, à l'un des hauts plateaux d'Auvergne (il s'agit du plateau de Laqueuille dans le Puy-de-Dôme, à 1000 m d'altitude). Le photographe a planté son appareil au milieu d'un parc à moutons, ce qui nous vaut la vue de la cabane-roulotte du berger stationnant sur un des côtés du parc. Si les roues ne sont pas visibles, en revanche la couverture de chaume l'est. Elle vient même recouvrir les pignons. Elle est maintenue en place par un cadre en bois.

Carte postale en noir et blanc ayant circulé en 1931. Dos divisé.
Légende : g. d'o. - 1478. - Parc à Moutons sur un haut plateau d'Auvergne.
Éditeur : J. Gouttefangeas, Edit., Olliergues (P.-de-D.) (inscrit verticalement).

Document No 21

Dans cette carte postale des années 1950, le plan d'eau visible à l'arrière-plan est l'étang de la Cassière sur la commune d'Aydat dans le Puy-de-Dôme. La cabane du premier plan est du même type que celle entraperçue dans la carte précédente : elle possède en effet le même toit de chaume à quatre versants, deux longs et deux courts, enserrés dans un cadre en bois. Bien que le véhicule soit en contrejour, on distingue ses deux roues en bois et un bout d'essieu, un timon axial et une béquille latérale à l'avant.

Carte postale en noir et blanc des années 1950 (bords dentelés).
Légende : information non disponible.
Éditeur : information non disponible.

Si le cliché lui-même n'est pas antérieur à la carte postale, cela indique une utilisation tardive de ce type d'abri pastoral nocturne dans la région.

On peut penser que le toit de paille est là non seulement pour protéger la cabane de la pluie mis aussi pour lui donner une meilleure isolation thermique.

L'existence, en Auvergne, de cabanes mobiles pour l'accompagnement et la surveillance du troupeau, est signalée pour la région des Monts-Dore par le géographe Georges Bertrand dans son livre La Vie pastorale dans les Monts-Dore (Lyon, 1932). Le bâtier, écrit-il, avait pour guérite de nuit un lit clos, couvert de chaume, en bois ou en zinc et monté sur deux roues, un timon permettant d'y atteler des vaches pour le déplacement.

Document No 22

Ce rare document est une photographie albuminée de la fin du XIXe siècle (c. 1880 ?). Dans un lieu qui est donné comme étant le Puy-de-Dôme, on voit un extraordinaire abri mobile de berger dont l'habitacle est non pas une caisse en bois mais une énorme ruche de paille cylindrique dont la partie supérieure, de forme arrondie, est hérissée de côtes rayonnant depuis une sorte de chignon terminal. On peut supposer que la cloche de paille repose sur une armature empêchant son affaissement. Le véhicule est une charrette à essieu fixe et deux roues et à timon axial.

Photographie albuminée de la fin du XIXe siècle - Puy-de-Dôme.

Le berger s'est soumis de bonne grâce aux indications de pose du photographe : allongé sous sa cloche de paille, il passe sa tête, appuyée sur son coude, dans l'embrasure découpée dans la paroi de paille. Sa houppelande est accrochée à l'extérieur de la cloche tandis que sa houlette est posée dans l'herbe. On aperçoit également ses sabots rangés bien proprement sous l'entrée. Au loin, dans un champ voisin, on aperçoit une autre cabane en paille sur roues et quelques barrières en bois.

Faut-il penser qu'on a là un type d'abri mobile antérieur à la roulotte entièrement en bois ? Ou bien s'agit-il d'une invention locale ? Le fait est que l'agronome anglais Arthur Young, dans Voyages en France en  1787, 1788 et 1789 (traduction Henri Sée, Armand Colin, 1931, pp. 762-763), rapporte avoir observé, plus au sud, dans le Quercy, vers Cahors, des parcs à moutons, notant que « la maison du berger ressemble un peu à une ruche sur deux manches pour la faire mouvoir comme une chaise à porteurs » et qu'elle est accompagnée d'« une petite hutte pour le chien ». Si l'on peut penser que la description est bien celle d'une ruche de paille, on doit constater cependant qu'il n'est pas question de charrette à deux roues et timon comme dans le Puy-de-Dôme.

Document No 23

Malgré l'absence de roues, on reconnaît ici la classique cabane de berger avec son toit à deux pentes et son entrée en gouttereau. Grâce aux bras fixés de chaque côté des pignons, elle se transporte à la façon d'un brancard. Posé à terre, l'habitacle y repose sur quatre solides pieds ou béquilles d'angle. N'étant plus gênée par la présence d'une roue, l'entrée peut occuper le centre du gouttereau et surtout être plus large et se fermer à l'aide de deux vantaux.

Carte postale en noir et blanc des années 1900. Dos divisé.
Légende : dans le coin haut à gauche, en oblique :
Éditeur : L'Universelle E B

Pour les besoins de la photo, l'occupant pose mi-assis mi-allongé sur sa paillasse, comme à son lever.
 

Agrandissement de détail.

Le chien à droite de l'huis est de la race dite berger de Beauce.

Document No 24

Décrite comme étant une cabane du berger et se trouvant à Loubaresse dans le Cantal, cette structure à armature de bois et à parois et toit de paille est posée dans un enclos où broutent quelques moutons. Elle repose sur le sol par des béquilles ou pieds et l'on distingue sous elle comme un socle formé de poutres équarries. En l'absence de roues, il faut parler ici de cabane portable ou transportable. Le toit de l'habitacle semble être à un versant.

Carte postale en noir et blanc.
Légende : Loubaresse (Cantal) - La cabane du berger.
Éditeur : information non disponible.

Documents Nos 25 et 26

La cabane mobile du berger n'étant utilisée qu'à la belle saison, on peut penser que le reste du temps elle stationnait dans la cour de la ferme. C'est ce que semble indiquer une carte postale représentant l'intérieur d'une ferme située à Villeneuve-le-Roi dans l'Oise : on y aperçoit, garée devant la grange-fenil, une roulotte reconnaissable à ses deux grandes roues et à son vantail latéral coulissant.

Carte postale des années 1900. Dos divisé.
Légende : (au recto) 11. La Villeneuve-le-Roy. – Intérieur de ferme.
Éditeur : Deschamps, éditeur.

On trouve une autre roulotte de berger stationnant dans une cour de ferme, dans une carte  postale de Saint-Aubin-sur-Mer dans le Calvados, mais cette fois le troupeau, une trentaine de bêtes, et son berger, ne sont pas loin. On remarque que le timon de la roulotte est posé sur un paufourche et que l'essieu à deux roues est curieusement plus long que nécessaire, si bien qu'il y a un dégagement d'une cinquantaine de cm entre une des roues et le côté correspondant de la caisse en bois; enfin, la toiture semble être en pavillon.
 

Carte postale des années 1900.
Légende : (au recto) 1758. St-Aubin-sur-Mer. – Intérieur de ferme.
Éditeur : Marchand.

Document No 27

Cette carte postale composite en couleurs nous fait faire un saut de quelque 90 ans, jusqu'en l'année 1994, avec sa cabane-roulotte de berger d'un modèle plus élaboré que les spécimens visibles dans les cartes de l'âge d'or. Cette roulotte n'est pas sans attirer l'attention avec ses deux roues en bois logées sous l'habitacle, son entrée occupant toute la moitié gauche et toute la hauteur du pignon, ses confortables dimensions en largeur et en hauteur qui font qu'un homme peut se tenir debout à l'intérieur, ce que confirme la taille du berger assis dans l'embrasure de la porte.

Carte postale moderne en couleurs, datant de 1994.
Légende
(en haut à gauche) :

Cabane de berger. Moutons dans le parc.
Briard, chien de berger à poil long. Berger et son troupeau.

"Ta tête, ton air, ton geste
Sont beaux comme un paysage."

Baudelaire

(verticalement)

© 1994 ÉDITIONS DEBAISIEUX
Rue Becquerel - Z.A. de l'Artère - 63110 BEAUMONT - France - Tél. 73 27 43 00

Le gouttereau est revêtu de planches disposées dans le sens de la longueur ; il est percé d'un fenestron au carré. Le toit étant à deux versants, la porte en bois (faite de trois grandes planches verticales et de deux traverses horizontales) a sa partie supérieure coupée en suivant la pente du rampant. Dans l'image en haut à droite, on aperçoit, à l'arrière-plan, notre roulotte garée en bordure du champ.

Si les deux photos du haut sont prises au même endroit, en revanche celle de l'angle inférieur droit concerne une autre région (le berger est différent et le paysage méridional).

Faut-il voir, dans cette rare réapparition de la roulotte de berger dans une carte postale moderne, les prémices de l'intérêt actuel pour ce type d'abri champêtre ?

Conclusion

Il serait vain de croire que la présente réunion de cartes postales couvre toutes les régions où des roulottes de berger ont pu exister. Elle est tributaire des préférences des photographes ou des commandes qu'ils ont reçues de la part des éditeurs. Elle ne laisse donc voir qu'une petite partie des types ayant existé au tournant du XXe siècle.

On peut penser que la vaste bibliographie des écrits sur l'ancien monde rural que nous a léguée le XXe siècle, contient des informations à leur sujet. Encore faut-il avoir le temps et les moyens de dépouiller ces sources.
 

Le berger et sa cabane à roues vers Saugues en Haute-Loire au début des années 1950. Source : Paysans d'antan. Velay, Vivarais, Auvergne, Gévaudan, Rouergue. 450 photographies prises par Pierre Nauton (1912-1970), Musée Crozatier, No 4-5, 1996, 223 p., p. 107.

L'Internet, heureusement, vient à notre secours : les moteurs de recherche dénichent quelques photos de roulottes de berger que des passionnés ont sauvées de la ruine, ou que des musées ruraux conservent ou exposent, ou encore que des randonneurs ont photographiées alors qu'elles étaient abandonnées dans un champ ou dans un hangar. Parfois, la photo est accompagnée d'un texte qui nous renseigne sur le contexte géographique et historique de la cabane itinérante et sur son emploi. On peut faire appel à ces sources pour essayer de compléter le panorama ci-dessus. Ainsi, des roulottes de berger sont signalées à Lignereuil dans le Pas-de-Calais, à Cayeux-sur-Mer et à Poulainville dans la Somme, à Ymonville et à Gas en Eure-et-Loir, à Gouvieux dans l'Oise, à Villiers-le-Bel dans le Val-d'Oise, à Davron dans les Yvelines, à Faverolles-et-Coëmy dans la Marne, à Bitche et à Spicheren en Moselle, à Banogne dans les Ardennes, à Saint-Sandoux et à Saint-Anthème dans le Puy-de-Dôme, à Saint-Flour dans le Cantal, à Saugues et à Monistrol-d'Allier en Haute-Loire, à Saint-Amans en Lozère. Cette liste ne peut que s'allonger.

Il nous semble qu'il y a là ample matière à étudier : bâti, locomotion, aménagement intérieur, évolution technique (certaines roulottes de berger tardives se rapprochent de celles des gens du voyage), dernière période d'utilisation (la Seconde guerre mondiale, les années 1950 dans certaines régions). La connaissance du logement saisonnier des travailleurs en bas de l'échelle sociale dans l'ancienne société rurale vaut bien quelques efforts (5).

NOTES

(1) Il s'agit d'enluminures de la deuxième moitié du XVe siècle :
- l'Annonciation aux bergers, de Simon Marmion, enlumineur et peintre né à Amiens (vers 1425), mort à Valenciennes (1489);
- l'Annonce à Joachim, dans Fleur des histoires (3e ou 4e quart du XVe siècle) de Jean Mansel;
- page figurant Montaigut-le-Blanc dans l'Armorial d'Auvergne, Forez et Bourdonnais de Guillaume Revel (vers 1456);
- page d'un livre d'heures de Tournai (vers 1450-1475);
- miniature pleine page, sans légende, d'un ouvrage du XVe siècle conservé à la bibliothèque publique de New York;
- le Devoir de protection, dans Faits et dits mémorables de Maxime Valère (XVe siècle), au département des manuscrits de la BNF.

(2) Située au sud-ouest de Paris, la Beauce s'étend sur les départements de l'Eure-et-Loir et du Loir-et-Cher et déborde sur le Loiret, l'Essonne et les Yvelines.

(3) Cet inconvénient de la couverture de zinc est signalé par le rédacteur de la fiche « La cabane du berger » (tsabona di pastre) sur le site de l'association Cézallier − Vallée de Sianne (Cantal) : « Cette roulotte fut d’abord recouverte en chaume. Par la suite beaucoup seront recouvertes en zinc. Dans cet espace clos l’isolation thermique était inexistante et en cas de grêle le martelage de la tôle était insoutenable ».

(4) Sorte de grande canne terminée à un bout par un crochet qui servait à attraper les moutons par le jarret, et à l'autre bout par un support plat qui servait à lancer très loin un bout de terre sur les moutons qui s'éloignaient trop du troupeau.

(5) Apparemment, le berger n'était pas le seul à dormir dans une roulotte : un glossaire du parler dolois dans l'arrondissement de Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), publié en 1910, nous apprend que les domestiques préposés à la garde des chevaux dans les pâturages dorment dans une « loge » ou « maisonnette de planches sur roues ».
 


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Le 21 janvier 2013 / January 21st, 2013 - Actualisé le 21 juillet 2013 - 15 décembre 2013 - 31 janvier 2014 - 6 août 2014 - 10 octobre 2014 - 27 juin 2015 - 1er juillet 2015 - 5 août 2015 - 9 août 2015 - 26 août 2015 - 20 septembre 2015 / Updated on July 21st, 2013 - December 15th, 2013 - January 30th, 2014 - August 6th, 2014 - October 10th, 2014 - June 27th, 2015 - July 1st, 2015 - August 5th, 2015 - August 9th, 2015 - August 26th, 2015 - September 20th, 2015

Références à citer / To be referenced as:
Christian Lassure
La roulotte de berger d'après des cartes postales et photographies anciennes (The shepherd's caravan as shown in old postcards and photographs)
http://www.pierreseche.com/roulotte_de_berger.htm
21 janvier 2013

La présente page est susceptible d'être modifiée / This page remains subject to additional edits

Série : La roulotte de berger

I - La roulotte de berger d'après des cartes postales et photographies anciennes
The shepherd's caravan as shown in old postcards and photographs

II - La roulotte de berger d'après des enluminures de la fin du Moyen Âge
The shepherd's caravan as shown in illuminated manuscripts of the late Middle Ages

III - La roulotte de berger d'après des spécimens subsistants
The shepherd's caravan as revealed by surviving specimens

IV - Cabane à roues tirée par une paire de bœufs à Saint-Léger-du-Malzieu (Lozère) dans les années 1950
Wheeled hut drawn by a pair of oxen at Saint-Léger-du-Malzieu, Lozère, in the 1950s

V - Berger et sa cabane à roues à Saugues (Haute-Loire) dans les années 1950
Shepherd and his wheeled hut at Saugues, Haute-Loire, in the 1950s

VI - Un fabricant de roulottes de berger : Vasseur X., à Sancourt (Somme)
A maker of shepherd's caravans: Vasseur X., at Sancourt, Somme

VII - Cabanes-roulottes de bergers dans la Chaîne des Puys (Puy-de-Dôme)
Shepherd's caravans in the Chaîne des Puys, Puy-de-Dôme

VIII - Cabane-roulotte de Ternant (à Orcines, Puy-de-Dôme)
A shepherd's caravan at Ternant, Orcines, Puy-de-Dôme

page d'accueil        sommaire architecture vernaculaire