QUESTIONS & RÉPONSES 2009

QUESTIONS & ANSWERS 2009
 

     

1 - Message de M. Henri Mahé de Boislandelle en date du 30 janvier 2009
2 - Message de M. Christian Stouvenot en date du 5 février 2009

3 - Message de M. Rémy Rouleau en date du 16 février 2009
4 - Message de M. Bernard Maurice en date du 10 mars 2009
5 - Message de Mme Brigitte Mounier en date du 12 mars 2009
6 - Message de M. Georg Mueller en date du 29 mars 2009

7 - Message de Mlle Amira Zatir en date du 20 mars 2009
8 - Message de Ewan Allinson en date du 16 mai 2009
9 - Message de Mme Karine Borot en date du 9 juillet 2009
10 - Message de M. Dominique Roels en date du 24 juillet 2009
11 - Message de M. Eric Panthou en date du 28 juillet 2009
12 - Message de M. Luc Blondé
13 - Message de M. François Tessier en date du 27 août 2009
14 - Message de Gilles Fichou en date du 17 septembre 2009
15 - Message de M Kenneth Mackay en date du 8 octobre 2009
16 - Message de M. Georges Durand en date du 31 octobre 2009
17 - Message de M. Jean-Paul Farrugia en date du 1er novembre 2009
18 - Message de Donatien en date du 9 novembre 2009

19 - Message de Daniel Daubian en date du 8 septembre 2009

 

NDLR :

1/ De chercheurs ou de curieux, nous parviennent des questions sur des thèmes, des bâtiments ou des points particuliers non encore traités dans le site. Prenant sur notre temps personnel pour y répondre, nous apprécierons grandement tout remerciement sous la forme, par exemple, de photos à publier sur le site mais surtout d'une adhésion à l'Association (qui ouvre le droit au service du bulletin "Pierre Sèche") ou encore d'une commande de numéros anciens des diverses publications papier du CERAV. Merci par avance.

2/ La Librairie du compagnonnage , 2, rue de Brosse - 75004 PARIS (tél. : 01 48 87 88 14 - site Internet : www.compagnons-du-devoir.com) propose des centaines de titres d'ouvrages récents concernant l'architecture rurale. C'est à elle qu'il faut s'adresser si l'on est à la recherche d'un ouvrage récent autre que ceux publiés par le CERAV. Pour les ouvrages anciens, on se rendra sur les sites www.livre-rare-book.com ou www.chapitre.com ou encore galaxidion[at]alapage.com.

3/ Si vous n'avez pas obtenu de réponse à votre demande, ne nous en veuillez pas : c'est que nous ne disposons pas des renseignements demandés. 

4/ Ne soyez pas surpris non plus si notre réponse à votre message ne vous parvient qu'au bout de 8 à 15 jours : nous prenons le temps de la réflexion.

5/ Le fait de nous poser une question par courriel implique l'acceptation que cette question puisse être publiée dans la présente rubrique "Questions et réponses". Merci de nous faire savoir si vous ne le souhaitez pas.

6/ N'oubliez pas qu'il existe un groupe de discussion, où poser vos questions, sur le site www.pierreseche.net de M. Gilles Fichou. 

7/ Si vous consultez la présente rubrique et pensez pouvoir apporter un complément d'information ou donner votre avis sur tel ou tel point, n'hésitez-pas à le faire. Vos remarques seront ajoutées à la suite de la question qu'elles concernent.

8/ Les centaines de photos du site sont offertes à la seule consultation en ligne. Elles ne constituent pas un fonds où tout un chacun pourrait puiser librement et gratuitement, qui pour son site Internet propre, qui pour une entreprise editoriale sur papier. Le CERAV examinera au cas par cas les demandes d'exploitation de photos. Toute absence de réponse de sa part implique un refus.

9/ Nous recevons, de la part de chercheurs, des demandes de photocopies, soit d'articles parus dans des numéros épuisés de nos publications, soit de titres mentionnés dans le site Internet de l'Association. A titre exceptionnel (car c'est une activité dévoreuse de temps), et pour les seuls articles dont nous disposons, l'obtention de photocopies sera désormais possible moyennant une participation aux frais de 10 euros pour la papeterie, les frais d'envoi et le temps passé, s'ajoutant aux 25 centimes qui seront demandés par page. Prière de nous contacter avant d'envoyer un quelconque règlement.

10/ Pour faire des recherches efficaces avec le moteur de recherche Google, il faut aller dans la section « Recherche avancée », saisir les termes de sa recherche dans la case « cette expression exacte » et choisir soit « toutes les langues », soit « français », soit « anglais » dans la case « Langue ».

11/ Si vous souhaitez obtenir des renseignements sur un bâtiment en pierre sèche que vous avez découvert ou qui vous appartient, n'oubliez pas de joindre à votre description écrite un relevé détaillé et des photos (un dessin vaut mieux qu'un long poème).

12/ Ayant pour seules ressources le produit de la vente de ses publications, le CERAV ne diffuse celles-ci que sous format papier. Les demandes d'articles isolés sous forme de fichier numérique ne sont pas prises en considération.

1A - Message de M. Henri Mahé de Boislandelle (h.mdb[at]numericable.fr) en date du 30 janvier 2009

Objet : Demande de conseil pour restaurer un « orri »

Bonjour,

C'est avec plaisir que j'ai consulté votre site et pris connaissance de vos travaux.

Ma question est la suivante : Je possède un terrain dans les Pyrénées-Orientales (près de Thuir) sur lequel se trouve un ancien  « orri », autrement dit une ancienne capitelle. Malheureusement, celle-ci a vu sa toiture s'effondrer.

Je suis donc à la recherche d'un spécialiste de la restauration en pierre sèche pour reprendre la construction afin de la préserver. Pourriez-vous m'aider de vos conseils ?

Je vous mets en pièce-jointe une photo de l' « orri » pour que vous en ayez une idée.

Je vous remercie par avance.

Cordialement,

HMdB

Biblio : Christian Lassure, Baraques et cortals du Roussillon ou le mythe des capitelles et des orris, Études et recherches d'architecture vernaculaire, No 11, 1991, 9 p.

1B - Réponse en date du 31 janvier 2009

Objet : Re : Demande de conseil pour restaurer un « orri »

Cher monsieur,

Faire appel à un spécialiste va vous coûter une somme sans commune mesure avec l'utilité que vous pourriez retirer de l'usage du bâtiment. De plus, vous pourriez peut-être vous-même procéder à la restauration après avoir potassé un manuel de maçonnerie à pierre sèche.

La cabane, pour autant que je puisse en juger ne devait pas avoir une voûte en pierre très élaborée, peut-être même n'avait-elle qu'un plafond de dalles ou quelques lauzes jetées sur des poutres. Il me faudrait disposer d'autres photos, prises de côté, de l'arrière, de l'intérieur, pour en juger; il me faudrait voir la quantité de lauses tombées à l'intérieur et s'il y a éventuellement des restes de bois, ou d'autres matériaux. Cela permettrait de me faire une idée du couvrement d'origine.

Disposez-vous d'un relevé coté de la « barraca » (c'est leur nom en catalan) ?

Avez-vous des pierres en quantité suffisante à proximité ?

Cordialement,

Christian Lassure

1C - Nouveau message en date du 1er février 2009

Objet : Re : Demande de conseil pour restaurer un « orri »

Bonjour Monsieur Lassure,

Merci de votre réponse et de vos conseils.

Je viens de commander votre ouvrage « La pierre sèche mode d'emploi » sur Internet. Sur vos conseils je vais tenter l'expérience de restauration avec le guide.

Au plaisir de faire votre connaissance s'il vous arrive de venir en Roussillon.

Cordialement.

HMdB


2A - Message de M. Christian Stouvenot (christian.stouvenot[at]culture.gouv.fr) en date du 5 février 2009

Sujet : murs en pierre sèche en Guadeloupe

Bonjour,

La Guadeloupe et les iles voisines (Désirade, Les Saintes, Saint-Martin, Saint-Barthélemy, ...) comportent en certains points de nombreux murs en pierres sèches, séparant des parcelles (cf cliché joint, Petite-Terre, la Désirade) voire délimitant des Etats comme le « Mur des Esclaves » à Saint-Martin.

Ce patrimoine, mal connu, est actuellement très malmené par une urbanisation galopante et nous souhaiterions entreprendre des actions d'étude et de valorisation. Nous ne sommes pas très coutumiers de l'étude de ce type de vestiges. Ayant consulté votre site internet je m'aperçois que des recherches déjà très avancées ont été menées par ailleurs. Je souhaiterais avoir un contact avec des chercheurs pouvant être intéressés par l'étude de certains ensembles antillais et je serais très heureux si vous pouviez nous apporter votre assistance pour rentrer en contact avec eux.

Je vous remercie de votre attention et espère en discuter prochainement avec vous.

Bien sincèrement,

Christian Stouvenot

Christian STOUVENOT - Conservateur régional de l'archéologie
Service régional de l'archéologie
DRAC Guadeloupe - 22 rue Perrinon - 97100 BASSE-TERRE

2B - Réponse en date du 13 février 2009

Objet: Murs en pierre sèche en Guadeloupe

Cher Monsieur,

Je viens de prendre connaissance de votre message – tardivement, vous voudrez bien m'en excuser.

Qu'il existe des murs en pierre sèche à la Guadeloupe, voilà une nouvelle des plus intéressantes et surprenantes. Peut-être les vestiges d'anciens défrichements.

Une recherche sur ces constructions implique d'être sur place, des moyens financiers et matériels, en plus d'une connaissance des techniques de la construction en pierre sèche et de l'histoire et de la géologie locales.

Je vous propose de signaler cette découverte sur la page « Questions » du site pierreseche.com avec l'indication de votre demande. Cela suscitera peut-être quelques contacts.

Bien sincèrement,

Christian Lassure

2C - Addendum (au 28 mars 2009)

En regardant de près la photo, on aperçoit comme des plots (en béton ?) délimitant, dans l'angle de la parcelle de gauche, l'ancienne emprise d'une structure subrectangulaire.


3A - Message de M. Rémy Rouleau (remy.rouleau[at]yahoo.fr) en date du 16 février 2009

Objet : Infos sur mur de terrasse en épi

Bonjour,

A la suite à une opération de sondage archéologique dans la région d'Avignon, je suis à la recherche d'informations sur les murs de terrasse en épi. J'ai vu sur votre site pierreseche.com quelques photos de ce type de construction qui ressemblent aux structures que nous avons pu mettre à jour. Auriez-vous d'autres photos et d'autres exemples de ce type de murs de terrasse ? Est-il possible de cerner chronologiquement ce type de structures ?

En vous remerciant par avance, cordialement,

Rémy Rouleau

3B - Réponse en date du 23 février 2009


Objet : Re : Infos sur mur de terrasse en epi

Bonjour,

J'ai bien peur qu'il n'y ait pas de possibilité de dater un mur de terrasse d'après la disposition en épi des pierres de son parement extérieur.

C'est une technique qu'on trouve dans la maçonnerie (et pas uniquement en pierre sèche) à diverses époques.

Son utilisation en maçonnerie sèche est peut-être liée à une plus grande facilité et rapidité d'exécution mais surtout au fait de disposer de pierres de même gabarit ou module en quantité suffisante. Il semblerait aussi que l'eau du terrain en arrière passe mieux.

Posez la question à Michel Rouvière (mirouviere[at]wanadoo.fr) de ma part.

Christian Lassure


4A - Message de M. Bernard Maurice (mauricebernard1359[at]neuf.fr) en date du 10 mars 2009

Objet : Capitelles, bories et... leur nom en Corse
 
J'ai visité votre site, je connais vers Montpellier et Roujan deux capitelles, et j'en ai visitées en Corse, vers Bonifacio. Sauriez-vous, car je n'ai pas trouvé en Corse, comment on les nomme ici ?

Merci, cordialement,
 
Bernard Maurice

4B - Réponse en date du 11 mars 2009

Objet : Cabanes de Corse

Bonjour,

Je vous remercie de m'avoir communiqué ces trois photos. La cabane dont le linteau est constitué par une branche de cade tordue est remarquable. Je souhaiterais la publier sur le site, en êtes vous d'accord et savez-vous la localisation exacte ?

Pour les cabanes de Bonifacio, il y a barracun (m) (pron. « barracon »), appellation en bonifacien des cabanes cylindro-coniques de la région; cella (f), nom en bonifacien (litt. « cellule ») donné aux guérites voûtées par encorbellement.

Dans le Nebbio et dans le canton des Tenda en Haute-Corse, on trouve pailler (m), francisation du corse pagliaddiu (pron. « pailliadiou ») désignant les cabanes en pierre sèche à usage de grenier à paille.

Cordialement,

Christian Lassure

4C - Nouveau message en date du 11 mars 2009

Objet : Re : Cabanes de Corse

Bonsoir Monsieur,

Bien entendu, ces photos correspondent au patrimoine Corse, donc ne m'appartiennent pas. Si vous aviez besoin d'une photo non réduite pour y prélever un détail et l'agrandir, n'hésitez pas.

(...). Ce devait être un site important.Le long de ce chemin apparaissent des vestiges de murs d'enceinte parfois très larges et très hauts.

Au début de ce chemin, un premier barracun a été endommagé par des indélicats (photos 2998 et 2999).

Photos 3003, 3007 et 3009 : A l'entrée, je crois que le linteau est en genévrier, bois très dur et très résistant. L'arbre lui-même est très résistant à la sècheresse.

Photos 3015 et 3016 : Sur la gauche de l'abri (peut-on encore l'appeler barracun à cause de sa taille ?), on peut voir un ajout. Il s'agit d'un escalier qui permettait d'accéder au haut du mur d'enceinte.


 

Je vous remercie pour vos recherches et vos informations. Je vais les transmettre à des relations corses qui cherchent de leurs côtés. S'ils
me donnent des infos, je ne manquerai pas de vous joindre à nouveau.

Cordialement,

Bernard Maurice


5A - Message de Mme Brigitte Mounier (zobadun[at]orange.fr) en date du 12 mars 2009

Objet : mur de la peste

Bonjour,

Existe-t-il une publication concernant le relevé du mur de la peste et où peut-t-on se la procurer ?

Merci de votre aide,

Brigitte Mounier

5B - Réponse en date du 14 mars 2009

Objet : Re : mur de la peste

Chère madame,

Je viens de mettre un moteur de recherche sur la page d'accueil de pierreseche.com. Cela devrait vous permettre de trouver les renseignements que vous cherchez.

Cordialement,

Christian Lassure


6A - Message de M. Georg Müller (mueller-georg[at]web.de) en date du 29 mars 2009

Objet : pierre sèche

Mesdames, Messieurs,

J'écris un livre sur les murs de terrasses et murs de champs en pierre sèche en Europe, c'est un inventaire et une description. Il est essentiel de préserver le savoir actuel sur ce patrimoine culturel. J'ai voyagé en Europe pour cartographier les murs de pierre sèche et parcouru plus de 100 000 km. Vous pouvez voir cela sur mon site Web http://www.wallhecke.de . Google peut traduire le côté allemand dans votre langue.

Mes questions sont les suivantes :

Quelle longueur totale est-ce que les murs de pierre sèche avaient autrefois et quelle longueur totale existe-t-il encore aujourd'hui, les pertes sont de combien ?

Les murs de pierre sèche dans votre pays sont-ils légalement protégés (par des textes de loi) ?

Comme je décris la situation dans toute l’Europe, je vous serais reconnaissant si vous transmettiez cette lettre à d’autres associations s’intéressant aux murs de pierre sèche.

Je me réjouirai tellement d'une réponse prochaine,

Georg Müller

Nous n'avons pas de réponse précise à apporter à M. Muller. S'il y a des inventaires de ce type, ils ne doivent porter que sur quelques communes prises comme témoins. Il n'y a jamais eu de programme à l'échelle nationale. Mais de toute façon, en l'absence de relevés antérieurs, aucune comparaison n'est possible.


7A - Message de Mlle Amira Zatir (coraillearchi[at]hotmail.com) en date du 20 mars 2009

Objet : inscription dans la revue "L'Architecture vernaculaire"

Bonjour Monsieur;

Je suis Mlle A. Z., post-graduante en architecture à l'Université de Bechar en Algérie, mon thème de magistère est "l'architecture vernaculaire sismo-résistante, un savoir-faire ancestral à promouvoir".

Je voudrai savoir quelles sont les étapes à suivre pour s'inscrire dans la revue, en outre, Monsieur, la différence entre l'architecture vernaculaire et l'architecture traditionnelle.

Respectueusement,

Amira Zatir

7B - Réponse en date du 23 mars 2009

Objet : Re : inscription dans la revue "L'Architecture vernaculaire"

Chère mademoiselle,

La publication dans la revue "L'architecture vernaculaire" se fait selon les modalités habituelles d'une revue savante, c'est-à-dire que l'article qui est proposé est soumis au Comité de lecture qui l'acceptera tel quel ou, éventuellement, proposera quelques aménagements.

Je vous suggère de vous mettre en rapport avec M. Marc Grodwohl (marc.grodwohl[at]orange.fr), co-rédacteur-en-chef de la revue et qui par ailleurs connaît l'architecture rurale de votre pays.

Il m'est difficile de vous expliquer en quelques lignes, dans un courriel, la différence entre "architecture vernaculaire" et "architecture traditionnelle" si tant est que l'on puisse les opposer.

Tout d'abord, il convient de dire que toute architecture "traditionnelle" a été "moderne" en son temps et qu'elle ne devient "traditionnelle" que lorsque sa production a cessé ainsi que le contexte économique qui a vu son apparition.

Le concept de "vernaculaire" s'applique à toute architecture, qu'elle soit  noble, bourgeoise, populaire, qu'elle soit militaire, civile, religieuse,
qu'elle soit urbaine ou rurale, agricole ou industrielle et quelle que soit l'époque. Pour sa définition, je vous renvoie à la page
 http://www.pierreseche.com/definition_va.html dont est extrait le passage qui suit :


LES TÉMOINS D'ARCHITECTURE VERNACULAIRE SE DÉFINISSENT

AU PLAN DE L'HISTOIRE
Un bâtiment vernaculaire appartient à un ensemble de bâtiments surgis lors d'un même mouvement de construction ou de reconstruction affectant une ou plusieurs régions (voire des aires géographiques encore plus vastes) et s'inscrivant dans une période variant d'une région à une autre selon des décalages de quelques décennies à un siècle et plus. En d'autres termes, un type vernaculaire se rencontre dans une fourchette chronologique marquée par un terme avant lequel il n'existe pas, et par un terme après lequel il cesse d'être construit. Les
exemplaires de ce type, s'ils ne sont pas conservés tels quels, sont alors soit détruits, soit modifiés, soit incorporés à d'autres bâtiments.

AU PLAN DE LA SOCIOLOGIE
Reflet de changements économiques, un type vernaculaire est caractéristique non seulement d'une époque donnée mais aussi de la classe sociale qui l'a fait construire et l'a utilisé. Il ne peut se comprendre que dans la mesure où l'origine sociale du contructeur-utilisateur est cernée effectivement. L'étude montre que, pour un type donné, plus le constructeur est haut dans l'échelle sociale, plus les premiers témoins en matériaux permanents sont anciens, et inversement, plus le constructeur est bas dans l'échelle sociale, plus les premiers témoins conservés sont récents; on a ici affaire à un "seuil vernaculaire", au-delà duquel l'archéologue prend la relève de l'historien, les seuls vestiges subsistants étant alors en-dessous du sol.

AU PLAN DE LA TECHNOLOGIE.
Concernant de vastes aires géographiques, l'architecture vernaculaire est soumise à la diffusion de plans, de techniques de construction et de décors stylistiques transcendant le cadre de la "région", parfois même débordant des limites nationales. Si l'on tient compte des décalages survenant d'une zone à une autre, ces éléments permettent de dater, à quelques décennies près, les bâtiments où qu'ils se trouvent.

Cordialement,

Christian Lassure

7C - Réponse en date du 23 mars 2009

Objet : remerciements

Bonjour;

Je suis extrêmement reconnaissante pour votre message qui a bien enrichi mes connaissances.

Respectueusement,

Amira Zatir.


8A - Message de Ewan Allinson (ewan[at]kindom.co.uk) en date du 16 mai 2009

Objet : Je suis un Master Craftsman

Bonjour Christian,

Pardonez moi que je ne peus pas ecrit en Francais.

I am a Master Craftsman dry-stone waller and sculptor and am looking for opportunities to work in France over the summer on dry-stone projects. I am highly skilled and a very fast worker.

If you are aware of any projects looking for skilled labour, perhaps you could advise me of who to approach.

Merci beaucoup,

Ewan Allinson

8B - Réponse en date du 19 Mai 2009

Objet : Re : Je suis un Master Craftsman

Dear Ewan Allinson,

There are a number of organizations and people you might find useful to get in touch with to enquire about work opportunities this summer, for example
- Didier Lécuyer, who is a "chargé de mission" at the Parc national des Cévennes at Florac, Lozère (the Park's address is 6 bis, place du Palais, 48400 FLORAC, their Internet site address is
http://www.cevennes-parcnational.fr/Infos-legales/Acces-au-Parc-et-contacts). I believe he speaks good English;
- the Artisans bâtisseurs en pierre sèche group (their Internet address :
http://www.pierreseche.fr/lire/index.php?rubid=1 );
- Loys Ginoul (pierreseche[at]gmail.com), a professional waller and maintainer of the pierreseche.over-blog site (http://pierreseche.over-blog.com).

In writing or speaking to them (I would recommend you get in touch with Loys Ginoul first), do not omit to emphasize that you are a highly skilled and fast worker.

Best regards,

Christian Lassure


9A - Message de Mme Karine Borot  (karine.borot[at]wanadoo.fr) en date du 9 juillet 2009

Objet : renseignement

Bonjour,

Je me permets de vous contacter à tout hasard car je recherche des informations et des conseils pour restaurer un mur en pierres sèches sur ma propriété. J'habite dans le département de la Loire (42), dans la région du Forez en semi-montagne et mon terrain a été travaillé en terrasses avec des murs de soutènement en pierres sèches.

Malheureusement depuis que nous avons acheté cette propriété (il y a 3 ans) tous les murs s'affaissent de plus en plus. Nous avons entre autres un mur de 3 m de haut environ sur 6/8 m de long qui vient de perdre plusieurs grosses pierres en son milieu et nous ne savons pas très bien comment nous y prendre pour réparer et consolider ce mur. Pouvez-vous me donner des contacts et/ou des conseils?

Merci d'avance.

Bien cordialement,

Karine Borot

9B - Réponse en date du 18 juillet 2009

Objet : Re : renseignement

Chère madame,

Prenez contact de ma part avec M. Loys Ginoul, maçon à pierre sèche et auteur d'un manuel sur la restauration des murs de terrasses. Son adresse : pierreseche[at]orange.fr


Cordialement,

Christian Lassure


10 - Message de M. Dominique Roels (roel.s[at]hotmail.fr) en date du 24 juillet 2009

Objet : Demande de renseignement

Bonjour Christian,

Dans quelques mois je vais perdre mon "job" comme des milliers d'autres personnes. J'habite dans la région du Nord, où toutes les entreprises ferment les unes après les autres. Je veux profiter de cette opportunité pour changer de région, nous aimons mon épouse et moi la campagne et la montagne.

J'ai effectué des recherches sur internet, pour faire l'aquisition d'un ancien moulin ou fermette à retaper. Je suis "bon bricoleur", je veux réaliser un vieux rêve qui me tient à cœur.

J'ai vu que vous proposez un fascicule sur "Construire ou remonter un mur en pierre sèche". Pouvez m'indiquer s' il est disponible et comment en obtenir un exemplaire ou éventuellement d'autres ouvrages qui peuvent m'aider dans ma réflexion de remise en état des vestiges du passé.

Merçi de votre collaboration,

Dominique Roels


11 - Message de M. Eric Panthou (Eric.PANTHOU[at]univ-bpclermont.fr) en date du 28 juillet 2009

Objet : A propos de vos publications

Monsieur Lassure

Je suis responsable du fonds régional de la Bibliothèque du patrimoine de Clermont-ferrand. Nous avons pour mission d'acquérir et conserver l'ensemble de la documentation relative à la région.

Je dépouille aujourd'hui la riche bibliographie de La "Coordinadora d'Entitats per la /Pedra Seca"
(http://www.coordinadorapedraseca.org/bibliografia/fransa/fransafm.html)

Parmi les nombreuses références relatives à l'Auvergne (Auvergne historique, Velay et Bourbonnais), je découvre vos bibliographies
relatives à l'Auvergne et au Velay parus dans L'architecture rurale en pierre sèche, tome 1 1977.

Comme je ne suis pas parvenu à localiser cette publication dans l'une des bibliothèque universitaires susceptibles de me faire la copie des
pages nous intéressants, je souhaiterai savoir si vous pouviez m'en adresser une copie ou m'envoyer une extraction de vos travaux
bibliographiques plus récents.

Je m'attacherai à ainsi acquérir ou cataloguer l'ensemble des documents cités de façon à en faciliter l'identification et la consultation par
les lecteurs.

S'il vous reste un exemplaire en vente, je serai intéressé.

Je vous en remercie par avance.

Veuillez agréer, Monsieur Lassure, mes salutations distinguées,

Eric Panthou
Fonds régional, Bibliothèque du patrimoine
Clermont-Communauté


12A - Message de M. Luc Blondé (blondefamille[at]wanadoo.fr)

Message égaré.

12B - Réponse en date du 26 août 2009

Objet : Revues d'occasion

Bonjour,

Je n'ai pas trouvé de tome 1 de L'architecture rurale en pierre sèche d'occasion mais par contre suis tombé sur cette annonce :
http://www.priceminister.com/offer/buy/8445590/Collectif-L%C2%BFArchitecture-Rurale-En-Pierre-Seche-Revue-De-L%C2%BFArchitecture-Populaire-Et-Anonyme-1978-Tome-2-Livre.html

Cordialement,

Christian Lassure

12C - Message en date du 27 août 2009

Objet : re : Revues d'occasion

Cher Monsieur,

Merci beaucoup de votre gentillesse, je vais regarder.

Pour les outils specifiques mentionnés dans votre ouvrage "La pierre sèche, mode d'emploi" (pages 8, 36), avez-vous un fournisseur/fabricant préféré ?

Merci d'avance,

Cordialement,

Luc Blondé

12D - Réponse en date du 27 août 2009

Objet : Adresses pour les outils


Bonjour,

A Paris même, il y a le magasin Joseph dans le 11e, métro Père Lachaise (juste à la sortie), sinon vous avez en banlieue les Castorama et vraisemblablement les Leroy-Merlin.

Cordialement,

Christian Lassure


13A - Message de M. François Tessier (F.TEISSIER[at]amf-france.org) en date du 27 août 2009

Objet : Demande d'information

Bonjour Monsieur,

En consultant votre site internet pierreseche.net, je n'ai pas trouvé de réponse à ma recherche, mais j'y ai eu vos coordonnées électroniques.

Ma recherche porte sur les très belles constructions de pierres sèches édifiées par les maçons dans les Alpes italiennes (Val d'Aoste, vallées vaudoises du Piémont) : Il ne s'agit pas seulement d'abris pour des bergers, mais également de murs pour des habitations. Les parois extérieures de ces murs sont très planes, de multiples petites pierres servant à caler les plus importantes, en bouchant les interstices.

Pourriez-vous m'indiquer où il me serait possible d'en trouver de belles photos (si possible aves les localisations) ?

Avez-vous connaissance d'un article paru sur ce type de construction et ses caractéristiques propres ?

J'ajoute que je suis membre de l'association Maisons Paysannes de France, ce qui explique sans doute ma curiosité pour ce type de recherche !

En vous remerciant par avance de la réponse que vous pourrez apporter à ma curiosité ...

Bien cordialement.

François Tessier

13B - Réponse en date du 28 août 2009

Objet : Re : Demande d'information

Cher monsieur,

Pour le Val d'Aoste, il y a l'excellent livre de Mme Claudine Remacle « Architecture rurale. Analyse de l'évolution en vallée d'Aoste », publié aux éditions L'Erma di Bretschneider à Rome en 1986. Je n'ai pas l'adresse actuelle de Mme Remacle mais vous pourriez peut-être la dénicher à l'aide de Google recherche avancée (http://www.google.fr/advanced_search?hl=fr) : saisir « Claudine Remacle » dans la case « Cette expression exacte » puis choisir la langue (français puis éventuellement italien), essayer aussi avec « Remacle Claudine ».

Pour la recherche d'images, « Google Images recherche avancée » (http://images.google.fr/advanced_image_search?hl=fr) va vous livrer à coup sûr de nombreux documents.


Cordialement,

Christian Lassure


14A - Message de Gilles Fichou (pierresdiris[at]free.fr) en date du 17 septembre 2009

Objet : retenues en pierre sèche

Bonsoir,

En cherchant tout à fait autre chose, je suis tombé sur ça :

http://www.lunas.org/petit-patrimoine/ptpatrimoine_barrages_veyrieres.htm

Mes amitiés.

Bonne soirée,

Gilles Fichou

14B - Réponse en date du 26 septembre 2009


Objet : Re: retenues en pierre sèche

Cher ami,

Je vous remercie de m'avoir signalé ce site. Effectivement il s'agit de retenues en pierre sèche, d'authentiques restanques pour employer le terme provençal. Je sais qu'il existe d'autres pages sur des sujets similaires mais je n'ai pu les retrouver. Un des membres du CERAV a mis sur Wikipédia une photo de restanques varoises modernes, mais en béton, à l'adresse


http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Brise-courant_ONF.jpg

Cordialement,

Christian Lassure

14C - Message de en date du 4 octobre 2009

Objet : Re : retenues en pierre sèche++

J'ai oublié de vous noter ce qui suit : avez-vous eu connaissance de cette grotte découverte sur le plateau de Blandas si cher à Adrienne ? J'ai lu ce matin dans le Midi libre qu il y aurait des murs en pierre sèche à l'intérieur ! Voir ici :

http://www.midilibre.com/articles/2009/10/03/NIMES-les-decouvertes-de-la-grotte-de-Blandas-presentees-aux-habitants-943966.php5

et aussi http://www.midilibre.com/recherche.php5?recherche=grotte+blandas

Autre chose : http://cevennes.unblog.fr/

Bonne soirée,

Gilles Fichou

14D - Réponse en date du 5 octobre 2009

Objet : Re : retenues en pierre sèche++

Cher ami,

Merci pour les adresses et les informations afférentes. Qu'il y ait des murs en pierre sèche dans la grotte, ma foi, rien d'étonnant. J'aurais été vraiment surpris s'il y avait eu de la maçonnerie au mortier... Une grotte cimetière qui sert en plus à récupérer l'eau, ça n'est pas très salubre.

Quant au "village médiéval", il faudrait quand même dire à son concepteur que les seaux en caoutchouc n'existaient pas à l'époque ainsi que les outils en acier du XXIe siècle.

Cordialement,

Christian Lassure

14E - Message en date 7 octobre

Objet : Re : retenues en pierre sèche+++

Bonjour,

Pour la grotte, je cherche à avoir plus d'infos car je connais très bien un archéo qui travaille à la Région. Affaire à suivre... Pour cette histoire de récipient qui récuperaient l'eau (j'en connais une autre sur le Larzac où le récipient a fini par être emporté alors qu il etait pris dans la calcite !), je penserais plutôt un rite funeraire : de l'eau et de la nourriture (aujourd hui disparue !) pour accompagner les défunts car comme vous le dites ce n'est pas très sain !

Bonne journée,

Gilles Fichou

14F - Réponse en date du 8 octobre

Objet : Re : retenues en pierre sèche+++

Cher ami,

Votre interprétation sur les vases est la bonne.

Cordialement,

Christian Lassure


15A - Message de M Kenneth Mackay (kennethimackay[at]gmail.com) en date du 8 octobre 2009

Objet : Building a dry stone hut - for New Yorkers

Hello Christian,

Me and a few fellow are undertaking building a drystone hut in New York. We had originally planned on building the walls out of stone and then affixing a wooden roof, but after seeing the pictures on your site we planned instead to do as seen there and build the entire structure out of stone.

We were able to secure a few publications on drystone walling but nothing on building an actual drystone hut. I saw your manual could only be ordered in France with a french check - I was wondering if there was any way we could order a copy and have it sent to our address in NYC.

Anyway any help you could provide would be most appreciated.

Thanks,

Ken Mackay

15B - Réponse en date du 11 octobre 2009

Objet : Re : Building a dry stone hut - for New Yorkers

Dear Ken Mackay,

The manual I wrote a few years ago on building a dry stone hut is still available, at a price of 17 euros or $25 (postage included). An updated version is in the pipeline but will not be available before a fortnight. There is no need to send CERAV a check, we accept payment in cash.

Have you and your friends alreday started work on the hut or are you waiting for the manual to get down to it? Did you read Jean-Marie Barre's account of his buiding a "capitelle" (at http://www.pierreseche.com/construction_capitelle_lunel.html) ? The pictures in it should be a great help to your experiment (a picture is worth a thousand words, they say).

Best regards,

Christian Lassure


16A - Message de M. Georges Durand (ghf.durand[at]club-internet.fr) en date du 31 octobre 2009

Objet : Cave voûtée : recherche bibliographique
2 unnamed text/enriched 1,29 KB Téléchargement

Monsieur,

Afin d’entretenir la voûte d’une cave située à Banyuls-sur-Mer (Pyrénées-Orientales), je souhaiterais en connaître la technique de construction.

Apparemment, cette voûte est constituée de pierres sommairement appareillées et, semble-t-il, parfois jointoyées à l’aide d’un mortier de chaux. De telles pierres sont, par ailleurs, utilisées dans les constructions de pierre sèche à destination agricole, nombreuses sur le territoire de la commune.

S’il ne semble pas s’agir d’un bâti de pierre sèche stricto sensu, cette cave voûtée se trouve dans une maison comportant des murs porteurs faits de pierre locale dont les interstices sont simplement colmatés à l’aide de terre glaise.

Je vous serais très reconnaissant de bien vouloir, dans la mesure de vos possibilités, m’indiquer des pistes bibliographiques susceptibles de guider mes recherches.

En vous remerciant par avance de l’aide que vous voudrez bien m’accorder, je vous prie de recevoir, Monsieur, l’expression de ma considération.

Georges Durand

16B - Réponse en date du 1er novembre 2009

Objet : Re : Cave voûtée : recherche bibliographique

Bonjour,

Le type de voûte que vous évoquez est une voûte clavée. Je ne connais pas d'ouvrage traitant spécialement de ce sujet mais il doit être abordé dans tous les manuels d'architecture (voir sur le site de la librairie Eyrolles).

Il doit y avoir quelques mentions sur le site pierreseche.com. Vous devriez pouvoir y accéder avec le moteur de recherche X-Recherche figurant sur la page d'accueil du site (taper "voûte clavée" ou "voûtes clavées" ou encore "clavage"). Sinon vous avez "Google recherche avancée" pour le texte


http://www.google.fr/search?as_q=&hl=fr&num=10&btnG=Recherche+Google&as_epq=vo%C3%BBte+clav%C3%A9e&as_oq=&as_eq=&lr=lang_fr&cr=&as_ft=i&as_filetype=&as_qdr=all&as_occt=any&as_dt=i&as_sitesearch=&as_rights=&safe=off

et pour les images

http://images.google.fr/images?as_q=&hl=fr&btnG=Recherche+Google&as_epq=vo%C3%BBte+clav%C3%A9e&as_oq=&as_eq=&imgtype=&imgsz=&imgw=&imgh=&imgar=&as_filetype=&imgc=&as_sitesearch=&as_rights=&safe=off&as_st=y

Cordialement,

Christian Lassure


17A - Message de M. Jean-Paul Farrugia (farru30[at]wanadoo.fr) en date du 1er novembre 2009

Objet : images trop petites

Bonjour,

Bravo pour vos recherches et votre site.

Mais les images de votre site sont trop petites. On ne peut pas les projeter dans les écoles ni dans les universités.

Amicalement,

Jean-Paul Farruggia

17B - Réponse en date du 1er novembre 2009


Objet : Re : images trop petites

Bonjour,

Bien reçu votre message mais que voulez-vous dire exactement ?

Christian Lassure

17C - Message en date du  ? novembre 2009

Objet : Re : images trop petites 2

Un site peut vous inspirer :

http://cliophoto.clionautes.org/index.php?/category/250

…même si on peut discuter de la définition des images, car le format jpg me paraît être le bon format (mais pas gif ni png !).

Amicalement,

Jean-Paul Farrugia

17D - Réponse en date du 4 novembre 2009

Objet : Re : images trop petites 2

Merci de m'avoir indiqué ce lien. Je vais tâcher de mettre quelques photos de ce format (mais d'une meilleure définition) à télécharger dans chacun des nouveaux ajouts au site pierreseche.com.

Cordialement,

Christian Lassure


18A - Message de Donatien (donatienv[at]wanadoo.fr) en date du 9 novembre 2009

Objet : Rénover une cabane en pierres sèches
Partie(s) : 2 DSC04034.JPG image/jpeg 3758568 KB Téléchargement

Monsieur,

J'ai eu le plaisir de lire votre livre "Cabanes en pierre sèche de France", livre qui m'a fort intéressé étant passionné de "vieilles pierres".
Afin de vous rendre compte de qui vous écrit, laissez-moi me présenter rapidement. Je me nomme Donatien, actuellement étudiant en première année à l'ENSEM, originaire d'un petit village : Magny-Lambert. Village dont vous avez sans doute entendu parler car une cabane de mon village est mentionnée dans votre livre.

Avec un ami de mon village, nous avons pour projet de restaurer une cabane en pierres sèches présente dans un pré. Cependant, nous sommes totalement novices dans ce domaine et nous aurions besoin de conseils si vous voulez bien nous en donner.

Avant de commencer, nous aimerions savoir quelles sont les précautions à prendre avant de commencer d'éventuels travaux ?

Notre but est la sauvegarde de notre paysage lithique et en aucun cas sa destruction par une rénovation hasardeuse.

D'avance merci.

Cordialement,

Donatien.

PS : ci-joint, vous trouverez une photo de cette fameuse cabane que nous nous proposons de rénover.

Magny-Lambert (Côte-d'Or) : cabane en ruine, sous la végétation.


18B - Réponse en date du 13 novembre 2009

Objet : Re : Rénover une cabane en pierres sèches

Bonjour,

Voici les conseils que j'ai l'habitude de donner dans le cas que vous me soumettez :

1/ Si vous n'êtes pas le propriétaire de la parcelle et de son bâtiment, il vous faut obtenir l'accord du propriétaire (sous forme écrite).

2/ Puisqu'il s'agit d'un chantier de restauration de bâtiment, il vous faut faire une déclaration de travaux (sauf si la surface intérieure de l'édifice fait moins de 2 m carrés).

3/ Il faut vous assurer pour cette entreprise de restauration, un pan de voûte d'une cabane en ruine peut tomber sans avertissement (c'est déjà arrivé) dès lors qu'on commence à toucher à celle-ci.

4/ Pour restaurer (comme pour construire) une cabane en pierre sèche, il faut une importante quantité de pierre (des tonnes), de préférence à proximité. Y en a-t-il à l'intérieur de la cabane (voûte effondrée) ou autour de celle-ci (pierrier) ?

5/ Une fois ces préliminaires assurés, il ne reste plus qu'à se procurer un manuel de maçonnerie en pierre sèche ou à consulter ce qui se trouve en ligne sur le sujet (voir notre site www.pierreseche.com).

6/ Dernier point : avant le début des travaux, faire une couverture photographique de l'édifice dans l'état ou on l'a trouvé (avant débroussaillage, puis après débroussaillage), ensuite faire un croquis restituant les parties manquantes ou tombées, de préférence en s'inspirant de cabanes mieux conservées se trouvant alentour.

Bon courage et tenez-moi au courant,

Christian Lassure

18C - Nouveau message en date du 29 avril 2010

Objet : Re: Rénover une cabane en pierres sèches

Bonjour,

Cinq mois après avoir pris contact avec vous, je réponds à ce que vous m'aviez demandé : vous tenir au courant de l'évolution de nos travaux. Afin d'en faciliter la communication, nous avons décidé de créer un blog donc je vous joins l'adresse :

http://pierres_seches_du_magny.eklablog.com/

En résumé :
- Nous avons obtenu l'accord de la propriétaire mais il n'a pu être mis par écrit.
- Nous avons dégagé, déblayé l'intérieur de la cabane.
- Nous avons débroussaillé autour de la cabane afin d'en faciliter l'accès.
- Prochaine journée de travaux : démonter puis remonter une partie des murs qui sont en mauvais état (nous prévoyons trois journées de ce type pour rénover l'ensemble des murs de la cabane).
- Nous avons trouvé une poutre dans les pierres retirées de la cabane, je me suis fait à l'idée que cette poutre n'a servi qu'à consolider l'ensemble qui commençait à s'ébouler, mon camarade est plus sceptique.

Cordialement,

Donatien


19A - Message de Daniel Daubian (daniel.daubian[at]club-internet.fr) en date du 8 septembre 2009

Objet : travaux de recensement et de défrichage des capitelles

Bonjour,

Sur votre site, vous avez eu la gentillesse de parler de mes travaux de recensement et de défrichage des capitelles sur la commune de Montolieu.

Dans quelques jours les liens figurant sur votre page ne seront plus valables car Club-Internet à été racheté par SFR et l’on ma prié de déménager mes données.

En conclusion, pour accéder directement à mes pages sur les capitelles, il faudra lire :
http://michele.daubian.perso.sfr.fr/montolie/capitelles_montolivaines/_menu.html
et non plus
http://papy94.club.fr/montolie/capitelles_montolivaines/_menu.html
Peut-être aurez-vous la possibilité de faire ces modifs.

Pour info, à ce jour, j’ai recensé 105 capitelles sur la commune. Je suis persuadé qu’il y en a d’autres, mais elles sont cachées dans le végétation et enfermées sur des parcelles abandonnées depuis de nombreuses années. La végétation poussant très vite dans la région. J’en veux pour preuve que la capitelle No 82 que vous citez sur votre site a complètement disparue derrière un rideau de chênes verts.

Cordialement,

Daniel Daubian

http://www.montolieu-village.com/

19B - Réponse en date du 9 septembre 2009

Objet : Re : travaux de recensement et de défrichage des capitelles

Cher Daniel Daubian,

Je vous remercie de me signaler le changement d'hébergement de vos données, le remplacement des anciens liens ne me prendra que quelques minutes. J'en profiterai pour réactualiser les pages de www.pierreseche.com mentionnant les cabanes de votre commune.

Cordialement,

Christian Lassure


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Dernière mise à jour : le 1er juin 2010 / Last updated on June 1st, 2010

2008        2007 (2)       2007 (1)       2006 (2)       2006 (1)       2005 (2)       2005 (1)       2004       2003       2002       2001       2000

page d'accueil          sommaire nouvelles