ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

DISPOSITIFS D'IRRIGATION À NONZA AU CAP CORSE (HAUTE-CORSE)

Irrigation devices at Nonza in the Cap Corse region, Haute-Corse

Jean-Pierre Guillet

 

3 - LE CANIVEAU SUSPENDU DES TERRASSES À CROCE

Ce caniveau assez particulier se situe, selon le nouveau cadastre, en section 3, parcelle 421. En pratique, on y accède comme suit : à partir de Nonza, prendre la route 198 vers le nord. Juste avant le tournant « des tombeaux », prendre en A le chemin qui descend à main gauche vers les parcelles (trajet vert). Quand il se divise en deux bifurcations en B, aller à gauche. En C, on voit sur la droite et en contrebas la ruine d’une maisonnette (420). Le caniveau se situe le long du mur à l’est du bâtiment.

Fig. 1. Situation du caniveau de Croce (en bleu, en bas à gauche) sur le cadastre actuel.

 

Fig. 2 : On retrouve aisément la maisonnette (478) et la parcelle du caniveau (479) sur le cadastre de 1861.

Il comporte un tronçon principal d qui s’étend sur 16,50 m. Un peu plus au nord, en e, séparé du précédent par un hiatus de 3,70 m, un petit tronçon de 2,50 m se limite à trois lames de soutien. Il est séparé par un second hiatus de 1,50 m du mur mitoyen aux parcelles 410 et 411. En f, au sud, le caniveau contourne le coin du mur à angle droit et rejoint le sol du haut de la terrasse 421 en se dirigeant vers le chemin.

Fig. 3 : Panorama du tronçon d. L’image a été retouchée pour dédramatiser l’effet de perspective. Le mur de soutien est en fait sensiblement plan.

L’arrivée d’eau s’effectuait à la frontière 410/411. En effet, au sommet du muret en question subsiste un fragment de tuyauterie en terre cuite. Elle avait été remplacée ultérieurement par un tuyau en fibrociment (diamètres intérieur 100 et extérieur 120 mm) qui est demeuré en place et qu’on retrouve en haut du muret séparant en amont les parcelles 411 et 412.

La partie d ne laisse pas d’intriguer. Quand on se réfère à l’architecture du caniveau des terrasses a Limea, on constate que le caniveau proprement dit est soutenu par des lames de schiste fichées dans le mur et que l’ajustage du niveau s’est effectué à l’aide de petites et minces lames jouant une sorte de rôle de vernier de hauteur. Ici, on voit bien sur le panorama et encore mieux sur la figure 4 que le caniveau est posé sur un empilement de plusieurs lames (jusqu’à 5 !) d’une certaine épaisseur. Or les constructeurs de l’époque, s’ils ne connaissaient pas les théories modernes de la fiabilité et du MTBF, savaient fort bien qu’en soutenant un système précis et lourd avec une haute pile de galettes non rectifiées, on accroissait les risques de déplacement progressif ou accidentel, même en cimentant ladite pile comme c’est le cas. Pourquoi avoir adopté cette solution ?

Fig. 4. Détail du tronçon d.

Il y a peut-être plusieurs explications. Je n’en imagine personnellement que deux.
a) Lors de la conception du système, une erreur d’évaluation de niveau a conduit à constater une nécessité de correction (positive, heureusement !) alors que la construction du mur était trop avancée pour qu’on remette tout à plat. Ce n’est ni invraisemblable ni reprochable. Chacun sait que l’option du « Zéro Défaut » n’est jamais qu’un mythe pour compte rendu devant une assemblée d’actionnaires. Quant à ce qui est des prouesses dimensionnelles, la NASA, pour ne parler que d’elle, a accompli nettement mieux que les anciens agriculteurs corses.
b) Le système était bien conçu. Mais après un certain temps d’utilisation il a fallu le modifier, par exemple pour alimenter une parcelle autrefois non desservie et située légèrement au-dessus du niveau initial. Ou une parcelle déjà desservie et dont le niveau a dû être surélevé pour quelque obscure raison.

Un second point d’interrogation concerne le hiatus entre les tronçons e et f. On le voit sur la figure 5. Et on constate qu’il ne subsiste aucune trace du passage du caniveau, par exemple sous forme d’une saillie de lame de soutien. Tout se passe comme si le mur avait été construit sans qu’on veuille relier les deux tronçons. Là aussi on peut émettre une hypothèse : sur cette portion, le mur se serait effondré à une époque bien postérieure à sa première construction. Il aurait été réparé sans qu’on se préoccupe de rafistoler le caniveau parce qu’alors celui-ci n’était plus utilisé… Pour en ajouter une couche, au nord de la portion e, on découvre un autre hiatus tout aussi perplexifiant.

Fig. 5 :Le curieux hiatus entre les tronçons e et f.

Reste un ultime problème qui concerne le terrain effectivement irrigué par ce caniveau. Il s’agit apparemment de la partie sud de la parcelle 421. Or celle-ci est bordée à l’est par le chemin d’accès sur lequel on trouve un tronçon de caniveau traditionnel (indiqué en g sur le nouveau cadastre) et qui aurait très bien pu amener de l’eau au même endroit et ce à moindre peine. Or la remarquable stabilité des tracés de voies de desserte comme des parcelles (aisément constatée en comparant les deux cadastres séparés par un siècle et demi) exclut un remodelage qui résoudrait ce petit mystère.

Répartition en altitudes décroissantes des différentes zones.
- Point C du chemin.
- Parcelle 409 sud.
- Point g du chemin.
- Parcelles 410, 421 sud et caniveau.
- Parcelle 419.
- Parcelle 421 nord.
Le fond du caniveau se situe environ à 1,80 m de hauteur sur le mur.

On notera, à faible distance au nord de la maisonnette, des caniveaux traditionnels desservant les parcelles 389, 418 et 426 à partir d’un nœud commun d’approvisionnement. L’eau arrivait très vraisemblablement depuis le chemin en cul de sac venant de l’est.

Adresses utiles :

(1) Association des amis du site de Nonza, siège social : 20217 NONZA

(2) jeanpierreguillet[at]free.fr


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Le 8 juin 2008 / June 8th, 2008

Références à citer / To be referenced as :

Jean-Pierre Guillet

Dispositifs d'irrigation à Nonza au Cap Corse (Haute-Corse) (Irrigation devices at Nonza in the Cap Corse region, Haute-Corse)
3- Le caniveau suspendu des terrasses à Croce (The suspended channel of the Croce terraces)
http://www.pierreseche.com/caniveau_suspendu_croce.htm
8 juin 2008

page d'accueil           sommaire terrasses

1 - Le caniveau suspendu du vallon de Pischina          2 - le caniveau suspendu des parcelles à Limea          3 - Le caniveau suspendu des terrasses à Croce

4 - Les caniveaux sur le ruisseau du couvent          5 - Le déversoir suspendu de Navacella          6 - Les deux grands caniveaux de Vaccile

7 - La fontaine de la parcelle 140          8 - Les réservoirs          9 - Le réseau d'irrigation sur le chemin de Nonza à Olcani - Partie basse

10 - Le réseau d'irrigation sur le chemin de Nonza à Olcani - Partie haute           11 - Les conduits de facture industrielle          12 - Les passages sous la route

13 - Les réservoirs (1re partie)          14 - Les réservoirs (2e partie)         15 - Synthèse des observations des irrigations anciennes de Nonza

16 - Une passerelle en pierre sèche à Nonza (Haute-Corse)          17 - Un réservoir, des canaux et une énigme à Nonza (Haute-Corse)

18 - Réflexions sur quelques énigmes du patrimoine rural de Nonza (Cap Corse)