ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

DISPOSITIFS D'IRRIGATION À NONZA AU CAP CORSE (HAUTE-CORSE)

Irrigation devices at Nonza in the Cap Corse region, Haute-Corse

Jean-Pierre Guillet


8 - LES RÉSERVOIRS

LE RÉSERVOIR 1

C’est un petit bassin semi-enterré de volume utile longueur 2,15 x largeur 1,65 x 1,30 m3. Il est cimenté intérieurement et extérieurement (fig. 1).

Fig. 1.

 
   

Sur la face sud, un tuyau en terre cuite débouche à environ 60 cm en dessous de la margelle (fig. 2).

Fig. 2.

 
   

L’arrivée de l’eau n’est pas bien déterminée. On remarque dans l’angle NW (fig. 3) une sorte de conduit arrivant depuis un muret en pierre sèche mais je n’ai pas pu dénicher de canal en amont, le muret s’étant éboulé. Il faudrait fouiller dans la couche d’humus et de feuilles sèches pour tenter de le retrouver.

Fig 3.

 
   

Au sud-ouest, on trouve une terrasse d’une largeur de 7 m. Dans le mur qui la sépare de la suivante – plus basse – a été installé un système d’amenée d’eau apparemment assez ancien puisque construit en lauzes, un déversoir mais qui a dû être réaménagé par des cimentages successifs. On en voit l’ensemble en figure 4.

Fig. 4 : Le franchissement de mur aval.

 
   

L’eau arrivait par un petit conduit cylindrique qu’on distingue en haut du cliché. Elle cascadait dans un berceau de lauzes cimentées avant d’être dirigée vers la droite, dans un canal en lauzes au niveau du sol et qui suit le bas du mur sur 8 m (fig. 5). On voit au milieu de l’image une lame de lauze qui guidait l’eau vers un conduit passant sous l’unique marche qui sépare cette terrasse de la suivante où il aboutit par un tuyau en terre cuite comme on voit sur la figure 6.

Fig. 5.

 
   

Le canal qui suivait devait partir vers l’ouest où se trouve une étroite terrasse (ou un chemin ?) surplombant le réservoir No 2 qui pouvait être alimenté par là.

Fig. 6 : Le conduit en terre cuite vers la terrasse suivante.

 
 

LE RÉSERVOIR 2

Il est très proche du réservoir N° 1 d’où il reçoit probablement son alimentation en eau. On en voit une photo panoramique en figure 1 et un plan sommaire en figure 2.

Il est un des rares à ne pas avoir une forme rectangulaire et ce alors que le terrain sur lequel il a été édifié ne semblait pas s’y opposer. On peut émettre la supposition qu’il a été bâti sur une parcelle dont les frontières avec celles des propriétaires voisins n’ont pu être modifiées pour quelques raisons de mésentente mais cela reste une hypothèse.

 

 

Fig. 1.

   
Il couvre une assez grande surface puisque sa plus grande dimension est de 4,70 m avec au sud un côté rectiligne de 2,80 m. La profondeur peut être de 1,50 m mais il faudra la vérifier en creusant le tapis de feuilles mortes et d’humus qui garnit le fond.

Sur la même face sud, un escalier à trois marches permettait de descendre au fond pour les travaux d’entretien

 

Fig. 2.

   

L’arrivée d’eau semble être située dans un renfoncement du muret dominant en pierre sèche situé vers le coin SE. On distingue en effet une sorte d’orifice débouchant qui pouvait être relié aux canalisations en aval du réservoir N° 1 (figure 3).

 

Fig. 3.

   

Un départ de l’eau se trouve sur la face ouest, près du coin sud-ouest et il est équipé d’un superbe bouchon à vis en bronze logé à mi-hauteur du mur.(figure 4). A cette date, c’est la seconde fermeture de ce genre que je connaisse.

Un curieux élément est visible sur ma margelle ouest. Il s’agit d’une plaque de lauze mince et bien équarrie qu’on aperçoit en haut de la figure 1 et prise en gros plan en figure 5.

 

Fig. 4.

   
On pense évidemment tout de suite à une utilisation en plan incliné de lavoir. Comme il n’existe pas de ruine de construction habitable à proximité immédiate, je ne peux que songer à des lavages ou rinçages d’accessoires textiles associés à une culture particulière. Sans que je croie beaucoup qu’il s’agisse de la bonne explication, j’évoquerai le pressage des olives dans des scourtins en fibre de coco ou d’alfa. La zone où se situe ce bassin n’était pas dévolue à la culture de l’olivier.

Près de la sortie de l’eau gît un tuyau en terre cuite qui devait faire partie d’un conduit dont je n’ai pu déterminer le trajet.

 

Fig. 5.

LE RÉSERVOIR 30

A mon sens, c’est le plus impressionnant des réservoirs recensés, de par son implantation mais aussi son architecture (figure 1). Situé dans le lieudit Cane Morto, juste à l’est de la route, entre la première et la seconde croix, il passe facilement inaperçu. En effet, son crépi joue le mimétisme avec les roches environnantes et quelques arbres font écran et parachèvent le camouflage. La pente moyennée des terrasses flirte là avec les 40 degrés.
 
Fig. 1.  
   
Pour atteindre sa base, il faut escalader deux terrasses dont les passages des sangliers ont fortement dégradé les anciens accès. Grimper jusqu’à la margelle demande ensuite de gravir l’étroit escalier en lames de lauzes scellées dans l’extérieur de la paroi ouest qui a une hauteur de 3,50 m.
Fig. 2.  
   
On accède alors à la cuve proprement dite (figure 2). Elle mesure 2 x 2 x 2 m3. Sa profondeur implique qu’elle ne descende pas jusqu’au bas de la paroi ouest, très probablement à cause de l’apparition du très proche rocher arrivant en oblique.

 

Fig. 3. La cuve.  
   
Dans un premier temps j’ai pensé que l’arrivée d’eau se faisait le long d’une espèce de banquette qui accède au réservoir depuis le sud (figure 4). En fait il doit s’agir d’une simple voie d’accès avec les terrasses voisines. Elle arrivait en réalité via un conduit en pierre débouchant dans l’angle nord-est. Les structures en amont sont détaillées dans la description du réseau de Cane Morto.

Une première sortie d’eau se faisait par un orifice circulaire dans une niche ménagée au beau milieu de la paroi ouest (figure 4). J’avoue qu’elle me laisse perplexe au même titre, on le relèvera, que nombre de structures d’irrigation autour de Nonza. En effet, le prélèvement d’eau à fins d’arrosage avec des seaux serait ardu vu les dimensions de la niche. Sans oublier que les marches de l’escalier imposent des amplitudes d’enjambées inhabituelles encore moins ergonomiques quand on doit porter un récipient plein… On peut supposer qu’il ne s’agissait là que d’un dispositif de vidange de la cuve œuvrant via ce qui suit. C’est quand même une solution bien compliquée.

Fig. 4.  
   
Il part de cette niche, vers le nord, un conduit faiblement incliné logé dans l’épaisseur du mur. Il rejoint, dans l’angle nord-ouest, un conduit vertical accolé au coin nord-ouest et qui, partant de la margelle, assurait la surverse en cas de remplissage de la cuve (figure 5). Il est de construction panachée, partie en lames de lauzes retaillées puis jointes par du ciment (en bas), partie en tuyaux de terre cuite (en haut).

Eu égard à la section utile de ce conduit, il pouvait avoir un bon débit. Se pose alors la question « qu’alimentait-il ? ». Je n’ai pas trouvé la direction qu’il prenait en rejoignant le sol, faute d’avoir osé fouiller, mais on peut songer tout d’abord qu’il irriguait les deux terrasses situées sous le réservoir. En objectant quand même qu’elles sont de petite taille et n’avaient pas besoin d’un tel flux potentiel. Dans ce cas, on peut songer à un passage sous la route. Je n’en ai pas trouvé trace en dessous de celle-ci, dégradation des structures oblige, mais on notera encore que ce réservoir est sensiblement aligné, selon la plus grande pente, avec le réservoir No 9.
 

Fig. 5 : La voie d’accès depuis
la terrasse située au sud.
 
   

Adresses utiles :

(1) Association des amis du site de Nonza, siège social : 20217 NONZA

(2) jeanpierreguillet[at]free.fr


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Le 1er mars 2009 / March 1st, 2009

Références à citer / To be  referenced as:

Jean-Pierre Guillet
Dispositifs d'irrigation à Nonza au Cap Corse (Haute-Corse) (Irrigation devices at Nonza in the Cap Corse region, Haute-Corse)
8 - Les réservoirs (Water tanks)
http://www.pierreseche.com/nonza_reservoirs.htm
1er mars 2009

page d'accueil           sommaire terrasses

1 - Le caniveau suspendu du vallon de Pischina           2 - le caniveau suspendu des parcelles à Limea           3 - Le caniveau suspendu des terrasses à Croce

4 - Les caniveaux sur le ruisseau du couvent           5 - Le déversoir suspendu de Navacella           6 - Les deux grands caniveaux de Vaccile

7 - La fontaine de la parcelle 140          8 - Les réservoirs          9 - Le Réseau d'irrigation sur le chemin de Nonza à Olcani - Partie basse

10 - Le réseau d'irrigation sur le chemin de Nonza à Olcani - Partie haute          11 - Les conduits de facture industrielle          12 - Les passages sous la route

13 - Les réservoirs (1re partie)          14 - Les réservoirs (2e partie)         15 - Synthèse des observations des irrigations anciennes de Nonza

16 - Une passerelle en pierre sèche à Nonza (Haute-Corse)          17 - Un réservoir, des canaux et une énigme à Nonza (Haute-Corse)