ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

DISPOSITIFS D'IRRIGATION À NONZA AU CAP CORSE (HAUTE-CORSE)

Irrigation devices at Nonza in the Cap Corse region, Haute-Corse

Jean-Pierre Guillet


13 - LES RÉSERVOIRS (1re PARTIE)

Le réservoir No 3 dit de la vache

On y accède en suivant, depuis la chapelle de Ste Julie, le chemin dit de Nonza à Ogliastro sur le cadastre de 1975. A environ 200 m sur la gauche on trouve une entrée de terrasse encadrée de deux piliers (figure 1). Un escalier d’une dizaine de marches mène ensuite au réservoir (figure 2). La figure 3 en donne une image en plongée depuis l’est et la 4 depuis l’ouest.

 

Fig. 1 : Entrée de terrasse encadrée de deux piliers.

 

Fig. 2 : Escalier d’une dizaine de marches menant ensuite au réservoir.

     
 

Fig. 3 : Vue plongeante du réservoir depuis l'est.

 

Fig. 4 : Vue plongeante du réservoir depuis l'ouest.

     

Ses dimensions sont d’environ L 3,1 x l 2,2 x h 2,25 soient 15 m3. On note au fond, à gauche, un fort volume cimenté qui correspondait peut-être à une saillie rocheuse qu’il aurait été difficile d’éliminer. Un escalier à cinq marches en lauzes – assez étroit à mon sens – permet de descendre pour assurer l’entretien de la cuve.

Fig. 5 : Plan schématique du réservoir.

 

Les différentes amenées et départs d’eau intriguent (en rouge sur la figure 5); en A, un tuyau en terre cuite apparaît à travers le mur en pierre sèche délimitant la parcelle mitoyenne au sud et pouvait assurer une amenée d’eau. Mais à peu de distance, en B, une autre tuyau en terre cuite surgit du mur Est en pierre sèche et – lui aussi placé à quelques décimètres au-dessus de la margelle du réservoir – ne pouvant qu’assurer une amenée d’eau. On en trouve un troisième au coin sud-ouest, toujours en haut mais là situé du côté de l’aval de la pente et donc peu suspect d’amener de l’eau. Enfin une ouverture de conduit localisée en fond de cuve en D permettait de vidanger le réservoir.

Fig. 6 : Tuyau d'amenée en terre cuite.

 

Fig. 7 : Tuyau d'amenée en terre cuite.

 

Hypothèses : a) A et B ont permis d’amener de l’eau à des périodes différentes et selon des connexions amont modifiées au cours du temps; b) elles ont permis des amenées d’eau depuis des réseaux amont différents pour assurer une redondance en cas de dégradation d’une des voies d’amenée. c) C était une « sécurité » en cas de remplissage imprévu du réservoir (l’utilisateur n’étant pas venu arrêter l’arrivée d’eau parce qu’il s’était fait une entorse) et envoyait le flux vers les utilisateurs aval.
Je n’ai pas trouvé de canaux ou conduits en aval du réservoir, entre autres à cause de la broussaille impénétrable. Une inspection plus détaillée et bien outillée s’impose.

 

Fig. 8 : Fort volume cimenté qui correspond peut-être à une saillie rocheuse.

 

Fig. 9 : Escalier à cinq marches en lauzes permettant de descendre pour assurer l’entretien de la cuve (on doit s'appuyer sur un long bâton du côté opposé au mur)

     

Le qualificatif que j’ai attribué à ce réservoir dans le titre est dû au fait qu’une vache (ou un taureau, parité oblige) a autrefois conclu son existence terrestre dedans. Il a été apparemment impossible de la (le) sortir de là et on peut encore contempler ses restes mortels à demi enfouis dans le tapis d’humus et de feuilles mortes comblant peu à peu le fond. Cette constatation anecdotique incite à songer à la dangerosité des réservoirs de ce genre, certains enfants étant nettement imprudents et même certains touristes adultes aussi inconséquents que les bovidés.

Le réservoir No 4

En continuant à suivre, après le réservoir 3, le chemin de Nonza à Ogliastro sur quelques dizaines de mètres, on rencontre sur la gauche une autre entrée de parcelle encadrée de piliers, cimentés ceux-ci (figure 10). Elle menait apparemment à sa droite à un petit réservoir (Figure 11) maintenant très entouré de broussailles. On ne le découvre qu’en continuant à suivre le chemin sur quelques mètres et en regardant en contrebas. Mon accès jusqu’à lui a nécessité un solide débroussaillage mais a conduit à des détails intéressants.

Fig. 10 : Entrée de parcelle encadrée de piliers cimentés.

 

Fig. 11 : Le réservoir où mène l'entrée à piliers.

Tout d’abord cet ouvrage est doté d’une arrivée d’eau empruntant un tunnel qui s’enfonce sous le chemin dans le mur est (Figure 12). Il s’agit en fait d’une source privée comme il en existait dans nombre d’autres endroits. Au-delà d’une profondeur de 1,5 m environ, un effondrement a clos le tunnel. Comme on ne repère pas d’affaissement correspondant du chemin, il est probable que l’incident s’est produit à une date assez ancienne et que les dégâts causés à la voie ont été réparés sans qu’on envisage de restaurer le tunnel. La source fournissait-elle encore de l’eau par la suite ? Peut-être mais on notera, en haut à gauche du mur, la sortie d’un tuyau en terre cuite. Solution de rechange ou, comme pour le réservoir 3, redondance dans l’approvisionnement ? On pourrait penser à un conduit provenant du réservoir 7 décrit plus bas.

Cette citerne mesure L 2,4 x l 1,8 x h >1 = > 4,6 m3. L’incertitude sur la hauteur tient à l’épais encombrement du fond par de gros cailloux que je n’ai pas eu le courage de déblayer.

Côté ouest, la seule sortie d’eau que j’aie repérée est une surverse curieusement en forme de V (Figure 13). Par ailleurs on peut découvrir juste au sud du réservoir un escalier qui le desservait et qui a été aménagé, de façon surprenante, non pas à partir de la porte à piliers mais flanqué à celle-ci du côté nord (figure 14). A son amorce sur le chemin, il était d’ailleurs clos par une porte en bois maintenant affaissée.

 

Fig. 12 : Arrivée d’eau empruntant un tunnel qui s’enfonce sous le chemin dans le mur est.

 

Fig. 13 : Surverse en forme de V.

     

Fig. 14 : Au sud du réservoir, un escalier qui le dessert.

Le réservoir No 5

L’entrée à piliers près du réservoir 4 était probablement plutôt un accès privatif (une porte la fermait, dont il subsiste les gonds) à un chemin desservant un ensemble de terrasses. Ce chemin en pente moyenne mène, à une trentaine de mètres vers l’ouest, à un petit réservoir qui le flanque en contrebas sur sa droite (Figure 15). Ses dimensions sont L 2,4 x l 1,55 x h 1 = 3,7 m3.

Un peu avant de l’atteindre, un tuyau en terre cuite apparaît dans un mur de soutènement en pierre sèche (Figure 16). Visiblement, il servait à alimenter le réservoir 5 à partir du 4. En poursuivant le chemin vers la terrasse inférieure, on reconnaît dans les broussailles la ruine d’un abri de jardin que je n’ai pas encore dégagé. Le sol alentour est jonché de tessons de tuyaux.
 

Fig. 15 : Petit réservoir qui flanque le chemin en contrebas sur sa droite.

 

Fig. 16 : Avant d’atteindre le réservoir, un tuyau en terre cuite apparaît dans un mur de soutènement en pierre sèche.

Le réservoir No 6

Depuis l’entrée à piliers qui jouxte le réservoir 4, on suit sur une trentaine de mètres le chemin principal qui tourne vers la gauche. En contrebas et à deux mètres du bord, on trouve un assez grand réservoir (Figure 17). Il mesure L 4 x l 2,2 x h 1,3 = 11,5 m3. C’est donc un gros bassin qui devait irriguer une bonne surface des terrasses situées en aval et peut-être un ou des bassins de redistribution plus petits. Mais la densité du maquis broussailleux ne m’a pas permis d’explorer cette zone à ma convenance.

La caractéristique la plus inattendue de cet ouvrage réside dans le fait que ses margelles ont été dallées avec des carreaux de terre cuite non vernissée (Figure 18). Ce souci, qu’il est difficile de qualifier d’un autre mot que « esthétique », a été à ma connaissance réservé à cet unique réservoir. Il est d’autant plus surprenant que le souci correspondant de vivre avec son temps n’a pas été suivi pour un élément beaucoup plus utilitaire, je veux dire l’amenée d’eau.

Fig. 17 : Le réservoir No 6 vu depuis le chemin

 

Fig. 18 : Margelle dallée avec des carreaux de terre cuite non vernissée.

On en trouve une vue dans la figure 19. Ce déversoir a été rustiquement réalisé avec des lauzes de schiste à peine équarries et jointoyées au ciment. Presque vertical, mesurant près de 2 m de hauteur, il est appuyé au mur de soutènement du chemin. Ce dernier point pouvait d’ailleurs lui conférer une certaine fragilité à cause des mouvements de la pierre sèche.

Il pourrait être intéressant d’étudier les systèmes d’irrigation en mettant en vis-à-vis leurs paramètres strictement utilitaires (techniques et économiques) et ceux relevant du culturel (esthétique et/ou richesse affichée). J’y reviendrai dans la synthèse.

Fig. 19 : Déversoir réalisé avec des lauzes de schiste à peine équarries, et jointoyées au ciment.

 

Adresses utiles :

(1) Association des amis du site de Nonza, siège social : 20217 NONZA

(2) jeanpierreguillet[at]free.fr


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Le 16 février 2010 / February 16th, 2010

Références à citer / To be referenced as:

Jean-Pierre Guillet
Dispositifs d'irrigation à Nonza au Cap Corse (Haute-Corse) (Irrigation devices at Nonza in the Cap Corse region, Haute-Corse)
13 - Les réservoirs (1re partie) (Water tanks, part 1)
http://www.pierreseche.com/reservoirs_1.htm
16 février 2010

page d'accueil           sommaire terrasses

1 - Le caniveau suspendu du vallon de Pischina          2 - Le caniveau suspendu des parcelles à Limea          3 - Le caniveau suspendu des terrasses à Croce

4 - Les caniveaux sur le ruisseau du couvent          5 - Le déversoir suspendu de Navacella          6 - Les deux grands caniveaux de Vaccile

7 - La fontaine de la parcelle 140          8 - Les réservoirs          9 - Le réseau d'irrigation sur le chemin de Nonza à Olcani - Partie basse

10 - Le réseau d'irrigation sur le chemin de Nonza à Olcani - Partie haute          11 - Les conduits de facture industrielle          12 - Les passages sous la route

13 - Les réservoirs (1re partie)          14 - Les réservoirs (2e partie)         15 - Synthèse des observations des irrigations anciennes de Nonza

16 - Une passerelle en pierre sèche à Nonza (Haute-Corse)          17 - Un réservoir, des canaux et une énigme à Nonza (Haute-Corse)