ARCHITECTURE VERNACULAIRE

CERAV

RÉFLEXIONS SUR QUELQUES ÉNIGMES DU PATRIMOINE RURAL DE NONZA (CAP CORSE)

Some thoughts on a few enigmas related to the rural heritage of Nonza, Cap Corse

Jean-Pierre Guillet

 

Ceux qui ont lu les précédents rapports concernant le patrimoine rural ancien autour de Nonza n’ont pas manqué de remarquer un certain nombre de points d’interrogation sans réponse (et donc irritants). À défaut d’y apporter remède, je vais les rappeler en tentant d’émettre quelques hypothèses pas trop tirées par les cheveux et – je l’espère – moins frustrantes qu’une absence totale de solution.

Les sentiers peu orthodoxes

Ils sont au nombre de trois avérés plus un possible, que je vais rappeler en les illustrant avec leurs images les plus représentatives. Le premier concerne la passerelle en pierre sèche de Navaghjella dont la figure 1 rappelle la situation sur le cadastre tandis que la seconde en donne une vue perspective. L’ouvrage longe en A l’intérieur du mur de la parcelle 360 et relie le chemin (en brun) menant à la route à la parcelle 359. Dans une première enquête, j’avais envisagé que la passerelle était destinée à désenclaver cette dernière parcelle.

Fig. 1 : situation de la passerelle de Navaghjella.

 

Fig. 2 : vue perspective de la passerelle de Navaghjella. © Jean-Pierre Guillet.

J’avais remis en cause cette conclusion en regardant mieux le plan cadastral qui révèle qu’en B, la 359 côtoie une branche du chemin et qu’il aurait été simple de la désenclaver en ouvrant là une porte dans le mur de clôture. Perplexité et recherche d’explication menant entre autres jusqu’à l’hypothèse d’obscures querelles ayant conduit à des interdictions de passage sur l’aile ouest de la parcelle…

Il y a peut-être une explication plus ergonomique. J’ai évalué sur ce plan cadastral les distances qu’avait à parcourir le propriétaire de la 359 en partant du milieu de son jardin – sur le plan vers le « 3 » du numéro – pour aller vers la route selon deux trajets : d’abord en empruntant la passerelle, ensuite en passant par la potentielle porte évoquée ci-dessus. Dans ce dernier cas, il devait s’appuyer un surcroit de cinquante mètres. Pour un flâneur, la différence ne mérite même pas d’être mentionnée. Par contre, pour un cultivateur ramenant un sac de fruits et/ou légumes souvent d’un poids certain, le demi-hectomètre économisé se traduit en réduction de fatigue, surtout en période de récolte intense, par exemple si il doit effectuer plusieurs voyages jusqu’à la route où attend patiemment l’âne qui traînera ensuite la carriole pleine.

Fig. 3 : lauzes dépassant de la crête du mur du second sentier suspendu. © Jean-Pierre Guillet.

Je vous laisse apprécier la qualité de cette solution en plaidant qu’on peut trouver une justification de cette façon de voir les choses, à condition de ne pas se limiter à des cogitations portant sur un seul ouvrage. Commençons par traverser le chemin et réexaminer le cas déjà étudié du « sentier suspendu » logé entre les parcelles 335, 336 et 337. Je rappelle brièvement qu’il s’agit d’un étroit chemin, qui court sur le mur de séparation, modestement à niveau des deux dernières mais à deux mètres cinquante au-dessus de la première. Un peu périlleux pour un utilisateur chargé d’une vingtaine de kilos de récolte mais qui semble bien avoir servi plus d’un siècle sans que son intérêt soit remis en cause comme les cadastres de 1861 et 1975 en attestent. Sur la figure 3, on voit, un peu masquées par la végétation, ses lauzes qui dépassent de la crête du mur d’une bonne vingtaine de centimètres. À l’époque où j’avais découvert ce phénomène, j’avais, sans grande débauche d’imagination attribué là aussi sa création à quelque différend entre mitoyens. C’est en retrouvant dans ma photothèque le troisième cas surprenant que j’ai commencé à me remettre en doute.

Fig. 4 : troisième sentier suspendu, doublé d'un canal sur banquette. © Jean-Pierre Guillet.

Il se situe à petite distance au nord-ouest des deux précédents. C’est encore un sentier suspendu qu’on voit clairement sur la figure 5, assurant au sommet de son mur un passage guère périlleux d’une dizaine de mètres, avec des lauzes débordant de quelques deux décimètres vers l’extérieur et lestées de lourdes pierres vers l’intérieur. Un véritable jumeau du précédent. Il est, en contrebas, doublé d’un canal sur banquette desservant – via un conduit passant sous le portail à gauche – la parcelle voisine. Alors, encore une retombée collatérale de quelque querelle paysanne ?

Il se disait jadis des événements inattendus « une fois, c’est un hasard, deux fois, c’est une coïncidence mais trois fois, c’est un complot ». Remplaçons ce dernier mot par « habitude » plus « méthode » et nous pouvons avancer, sinon une certitude absolue, en tout cas une hypothèse vraisemblable : quand les agriculteurs concernés se trouvaient en nécessité d’aménager non seulement une parcelle mais un ensemble de parcelles à harmoniser côté infrastructures, ils appliquaient des règles éprouvées pour optimiser le résultat à leur façon. Que la construction impliquée demande une mise en œuvre de matière (la pierre et le terrassement) et d’énergie (le nombre de journées/homme d’assemblage) considérable à nos yeux d’observateurs du vingt et unième siècle ne revêtait pas le même sens pour eux puisque c’était investir à très long terme. Quant aux ressentis psychologiques des fouineurs du futur, ils n’en avaient cure… Je me suis demandé si la multiplication de ces choix hors normes ne pouvait pas s’appliquer dans d’autres ouvrages locaux. Pour l’instant, je retiens seulement deux localisations. La première tient à une interrogation qu’on retrouvera dans le rapport portant sur le réservoir numéro 8. Voyez la figure 5. Elle résulte d’une reconstitution panoramique prise au grand angle, d’où la déformation de lignes dans la réalité bien droites et orthogonales. Dans le bas de la photo apparaît un alignement horizontal de lauzes évoquant de façon frappante ceux exposés dans les deux cas précédents. Il surplombe le grand réservoir profond de 2 m et le mur de la maisonnette le maintient solidement. La tentation est grande de prononcer derechef le mot « cheminement ».

Fig. 5 : lauzes jointives courant sur toute la longueur du bâtiment. © Jean-Pierre Guillet.

Dans le cas présent, le problème tient à l’étroitesse du cheminement potentiel, dû à la présence dudit mur. Circuler là-dessus, même sans charge lourde ou non, relèverait de la vidéo à suspense : brève et probablement conclue aux soins intensifs. À moins de supposer un décalage chronologique en imaginant l’antériorité du sentier sur la maisonnette. Avant l’édification de celle-ci et pour économiser quelques mètres carrés de bonne terre, le passage du nord au sud de la parcelle aurait été suspendu sur le bord du bassin sur une longueur de 13 m ou plus. Quand des impératifs techniques ont nécessité la construction du bâtiment (pour le conditionnement de récoltes de cédrats ?), on s’est contenté d’implanter le mur ouest sur le sentier, le passage s’effectuant désormais en traversant la cabane.

Il va de soi que les suppositions que j’émets au sujet de ces ouvrages ne sont surtout pas des affirmations péremptoires mais seulement des tentatives d’explication affectées de probabilités que je me garderai d’ailleurs bien de chiffrer. Cela vaudra aussi pour le dernier cas, plus pittoresque encore. Il s’agit d’un escalier à marches flottantes, à savoir constitué de lames de lauze ancrées dans un mur de soutènement, ici en pierre sèche. On peut l’atteindre sans difficulté sur le chemin de Nonza à l’ancien couvent de Saint François, après un parcours de l’ordre d’un kilomètre. On découvre ce qu’affiche la figure 6. Malgré que la visée très en oblique dramatise le spectacle, il faut bien admettre que celui qui emprunte cet escalier commence par trois marches assez raides puis continue selon une trajectoire de plus en plus horizontale au point de devenir au final tangente à l’arête du mur, à deux mètres au-dessus du chemin. La figure 7 offre un plan côté assez précis de l’ouvrage en ajoutant à notre perplexité. Quelle intention rare a-t-elle pu conduire à une telle construction ?

Fig. 6 : escalier à marches flottantes sur le chemin de Nonza à l’ancien couvent de Saint François (panorama réalisé avec le logiciel Hugin à partir de 4 photos). © Jean-Pierre Guillet.

 

Fig. 7 : plan coté de l'ouvrage. © Jean-Pierre Guillet.

Je vous livre tout de go les deux seules explications qui me sont venues à l’esprit, sans en tirer vanité tant je les crains discutables.

A) L’exploitant de la parcelle redoutait de tomber quand il descendait, là aussi avec de lourdes charges ; il a imaginé de déhaler ces dernières au bout d’une corde, jusqu’au chemin, sans être gêné par les marches inférieures, puis, plus léger de corps et d’esprit, de rejoindre sa récolte pour en charger l’âne de service. La largeur (relative) de l’ensemble des marches 6 et 7 formant une plateforme assez confortable plaiderait en faveur de cette thèse.

B) La parcelle concernée ne formait jadis qu’une avec son prolongement vers la droite ; à l’époque, l’escalier était raide de bas en haut ; suite à une division – vente ou succession – le propriétaire de tribord a courtoisement demandé à celui de bâbord de ne plus accéder à son champ en piétinant celui que lui venait d’acquérir ; bon prince, il ne lui a pas imposé de démolir tout l’escalier ; l’autre s’est donc épargné le début du travail de reconstruction en conservant les trois premières marches et en assurant ensuite, avec une piste quasi-horizontale, le franchissement de la nouvelle frontière. À la satisfaction générale…

Adresses utiles :

(1) Association des amis du site de Nonza, siège social : 20217 NONZA

(2) jeanpierreguillet[at]free.fr


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV
Le 14 juin 2017 / June 14th, 2017

Références à citer / To be referenced as :

Jean-Pierre Guillet
Réflexions sur quelques énigmes du patrimoine rural de Nonza (Cap Corse) (Some thoughts on a few enigmas related to the rural heritage of Nonza, Cap Corse)
http://www.pierreseche.com/enigmes_nonza.htm
14 juin 2017

page d'accueil          sommaire terrasses

1 - Le caniveau suspendu du vallon de Pischina          2 - le caniveau suspendu des parcelles à Limea          3 - Le caniveau suspendu des terrasses à Croce

4 - Les caniveaux sur le ruisseau du couvent          5 - Le déversoir suspendu de Navacella          6 - Les deux grands caniveaux de Vaccile

7 - La fontaine de la parcelle 140          8 - Les réservoirs          9 - Le réseau d'irrigation sur le chemin de Nonza à Olcani - Partie basse

10 - Le réseau d'irrigation sur le chemin de Nonza à Olcani - Partie haute           11 - Les conduits de facture industrielle          12 - Les passages sous la route

13 - Les réservoirs (1re partie)          14 - Les réservoirs (2e partie)         15 - Synthèse des observations des irrigations anciennes de Nonza

16 - Une passerelle en pierre sèche à Nonza (Haute-Corse)          17 - Un réservoir, des canaux et une énigme à Nonza (Haute-Corse)

18 - Réflexions sur quelques énigmes du patrimoine rural de Nonza (Cap Corse)