NOUVELLES DU MONDE
DE L'ARCHITECTURE DE PIERRE SÈCHE
année 2015 (1er semestre)

 

NEWS FROM
THE DRY STONE ARCHITECTURE SCENE
Year 2015 (Semester 1)


1 - Quelques-unes des plus belles photos de Jean Laffitte

2 - Ouvrage reçu : Edoardo Micati, Le capanne a falsa cupola nel Comune di Capracotta (compte rendu : Sergio Gnesda)

3 - Mise en ligne d'un article de Luc Bolevy et Pierre de Laclos sur la combe Moletant à Couzon-au-Mont-d'Or (Rhône)

4 - Nos membres et amis publient : Jean-Yves Dufour, Éléments d’archéologie du bâti pour une histoire de la boucherie francilienne contemporaine (Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis), R.A.C.F., t. 53, 2014

5 - Communication de M. Jean-Philippe Teyssier : des murs de pierre sèche dans la banlieue parisienne

6 - Stages d'initiation à la maçonnerie sèche en juin, juillet et août 2015

7 - Création d'un site Internet sur les cabanes en pierres sèches des Corbières orientales

8a - Roulotte de berger picarde à vendre

8b - De quelques roulottes de berger visibles sur la Toile

9 - La roulotte de berger en France : mise au point terminologique

10 - 9e édition de La mia casita / Moj kažun (8-23/05/2015) à Vodnjan / Dignano d'Istria (Croatie)

/ 9° edizione di La mia casita / Moj kažun (8-23/05/2015) a Dignano d'Istria / Vodnjan (Croazia)

1 - Quelques-unes des plus belles photos de Jean Laffitte

L'iconographie du présent site ne serait pas ce qu'elle est sans l'apport photographique de Jean Laffitte, récemment décédé. Correspondant du CERAV en Provence et dans les Alpes-Maritimes, il a fourni à l'association une foule de clichés dont beaucoup n'ont pas encore été exploités et dorment dans ses archives. Nous en avons extrait dix-neuf parmi les plus réussis pour en faire bénéficier les visiteurs et habitués du site et rendre hommage au travail et au talent de Jean Laffitte.

Fig. 1 - Jouques (Bouches-du-Rhône) : cabane en forme de cylindre à fruit au sommet bombé planté d'iris. Le linteau de l'entrée porte, inscrit, le millésime 1850 précédé des lettres A R (renvoyant à la Deuxième République, 1848-1852, Louis-Napoléon Bonaparte étant le président). © Jean Laffitte

 

Fig. 2 - Jouques (Bouches-du-Rhône) : cabane de plan hémicirculaire (l'arrière est arrondi), dont la façade comporte une entrée en pierres taillées (en remploi) sous un fronton. Un dôme de terre planté d'iris recouvre l'extrados de la voûte d'encorbellement. © Jean Laffitte.

 

Fig. 3 - Céreste (Alpes-de-Haute-Provence) : cabane au couvrement en forme de dôme. L'extrados du dôme est la continuation du parement du mur porteur (manque de lauses en quantité suffisante ?). Les traverses en bois au-dessus de l'entrée ne plaident pas pour une grande ancienneté. © Jean Laffitte

 

Fig. 4 - Reillanne (Alpes-de-Haute-Provence) : cabanon pointu classique, serré de trop près par un arbre (les branches vont désceller les lauses de la toiture). © Jean Laffitte.

 

Fig. 5 - Ferrassières (Drôme) : parmi les champs de lavande, un cabanon pointu (un peu émoussé aujourd'hui) dont l'entrée à ses côtés en courbe et contrecourbe. © Jean Laffitte.

 

Fig. 6 - Jouques (Bouches-du-Rhône) : cabane en forme de cylindre à fruit, au toit bombé couvert de graminées et à l'entrée couverte d'un arc clavé. © Jean Laffitte.

 

Fig. 7 - Saint-Michel-l'Observatoire (Alpes-de-Haute-Provence). Le cabanon pointu construit par l'ethnologue Pierre Martel en 1971. © Jean Laffitte.

 

Fig. 8 - Ferrassières (Drôme) : pignon-façade d'une ancienne bergerie de plan rectangulaire. Toute cabane, même sans panneau, a un propriétaire... © Jean Laffitte.

 

Fig. 9 - Jouques (Bouches-du-Rhône) : pignon-façade à fronton d'une cabane rectangulaire au toit planté d'iris. © Jean Laffitte.

 

Fig. 10 - Plateau de Calern à Cipières (Alpes-Maritimes) : cabane au-dessus d'une balme (grotte) servant de bergerie. (© Jean Laffitte).

 

Fig. 11 - Gordes (Vaucluse) : « les trois soldats » (plus prosaïquement un cabanon pointu entre deux pigeonniers en pierre sèche construits dans un jardin par un certain Isidore Imbert sous le Second Empire). © Jean Laffitte.

 

Fig. 12 - Redortiers (Alpes-de-Haute-Provence) : bergerie construite à la fin du XIXe siècle (et restaurée à la fin du XXe) aux Terres du Roux ; la cabane du berger est à gauche. © Jean Laffitte.

 

Fig. 13 - Saint-Vallier-de-Thiey (Alpes-Maritimes) : cabanon de plan rectangulaire, à façade en gouttereau et à toit à une pente couvert de tuiles canal. La maçonnerie est ici en petits blocs taillés en parement et en retour, posés à joints vifs et assisés. © Jean Laffitte.

 

Fig. 14 - Carcès (Var) : mur de clôture en calcaire gréseux à la maçonnerie de blocs informes bien ajustés les uns aux autres sous un chaperon de gros blocs effilés posés verticalement. © Jean Laffitte.

 

Fig. 15 -Vence (Alpes-Maritimes) : murs de soutènement de trois terrasses successives. Les blocs de calcaire dur, taillés en parement et en retour d'angle, s'ajustent les uns aux autres, formant une maçonnerie dite à joints vifs. Les murs au premier et au dernier plans se terminent par une arase de blocs de pression tandis que celui du plan intermédiaire superpose deux arases. © Jean Laffitte.

 

Fig. 16 - Aspremont (Alpes-Maritimes) : dans la rue du Pertuis, mur de soutènement courbe en blocs taillés en parement et en retour assemblés à joints vifs et grossièrement assisés. Curieusement, la courbe en grille en fer de la fenêtre voisine semble se faire l'écho de la courbe du mur. © Jean Laffitte.

 

Fig. 17 - Redortiers (Alpes-de-Haute-Provence) : mur de clôture à un angle du cimetière. Les boutisses et parpaignes placées en alternance à l'angle contrastent avec la piètre qualité de la maçonnerie. © Jean Laffitte.

 

Fig. 18 - Reillanne (Alpes-de-Haute-Provence) : haut mur de soutènement mariant pierres alvéolées et blocs pleins. © Jean Laffitte.

 

Fig. 19 - Photo de groupe prise à l'occasion de la restauration bénévole d'un ancien enclos à ruches en avril 2007. Jean Laffitte est au centre du premier rang. © Jean Laffitte.

2 - Ouvrage reçu : Edoardo Micati, Le capanne a falsa cupola nel Comune di Capracotta [provincia di Isernia, Molise, Centro Italia], Edizioni Il Bene Comune, 2013, dim. 14 x 21 cm, 63 p., ISBN 978-88-96068-31-1 (compte rendu : Sergio Gnesda).

Après avoir terminé le recensement des cabanes en pierre sèche à voûte d’encorbellement de la région des Abruzzes, sa région natale, Edoardo Micati a jugé bon de recenser les cabanes ou baracche présentes dans une petite partie de la commune de Capracotta qui est située dans la province d’Isernia (Molise, Italie centrale).

 

Edoardo Micati, dopo aver terminato il censimento delle capanne in pietra a secco con volta in aggetto della regione Abruzzo, la sua regione, ha pensato bene di censire le capanne – che a Capracotta vengono chiamate "baracche" – presenti in una piccola parte del territorio del Comune di Capracotta che si trova nella provincia di Isernia (Molise, Centro Italia).

 

 

Bien que la zone d'étude soit d'environ 10 km2 et que la plupart des cabanes soient concentrées dans une zone beaucoup plus petite, le recensement de tous les exemplaires (au nombre de 101) a duré six ans et demi et exigé un travail important. Le repérage a été laborieux du fait que les cabanes sont pour la plupart intégrée dans des macere (pierriers non paramentés ou, plus rarement, paramentés).

Anche se la zona di indagine è di circa 10 Km2, con la maggior parte delle capanne concentrata in un'area molto più ristretta, il censimento di ben 101 di esse protratto per sei anni e mezzo ha rappresentato un importante lavoro. L’individuazione é risultata laboriosa in quanto le capanne sono, per la maggior parte dei casi, integrate in macere (pirtraie o accumuli di spietramento disordinati o, più raramente, pietraie strutturate).

 

 

Le livret est divisé en deux parties : la première partie comprend les origines de la voûte en encorbellement, la datation, les aspects généraux et typologiques nécessaires pour mieux comprendre la seconde partie, qui est le recensement.

Pour chaque cabane sont indiqués :
- la localisation GPS (système UTM WGS-84 dans la région 33T (Universal Transverse Mercator Projection)),
- la forme,
- le type de plan avec les dimensions internes (diamètre et hauteur),
- les dimensions de l'entrée (hauteur, largeur, épaisseur),
- une brève description.
Un plan à l'échelle est souvent associé aux descriptifs.

Il libretto si divide in due parti : La prima parte comprende le origini della cupola in aggetto, la datazione, gli aspetti generali e tipologici indispensabili per meglio comprendere la seconda che é il censimento.

Per ognuna delle 101 capanne censite vengono indicate :
· la posizione GPS (sistema UTM-WGS 84 nella zona 33T (Universal Transverse Mercator Projection)),
· la forma,
· il tipo di pianta con le dimensioni interne (Di e Hi),
· le dimensioni dell’ingresso (Hp = altezza ; Lp = larghezza ; Sm = spessore),
· una descrizione sommaria.
Spesso alle caratteristiche é assocciata la planimetria in scala.

 

Cabane cylindro-conique. © Edoardo Micati.


Pour remercier l'association culturelle Il Bene Comune d’avoir imprimé son étude, Edoardo Micati a construit, en quatre jours, une petite cabane avec un groupe d'enfants handicapés.

 

Per ringraziare l'associazione culturale Il Bene Comune che ha voluto stampare la ricerca, in cambio Edoardo ha costruito in 4 giorni una piccola capanna per, e con, un gruppo di ragazzi diversamente abili.

 

Cabane construite par l'auteur. © Edoardo Micati

 

Pour se procurer l'ouvrage :


Edizioni il Bene Comune
Associazione Culturale Il Bene Comune
Viale Regina Elena, 54 – Campobasso
e-mail: redazione@ilbenecomune.it
Prix : 8€

 

Per procurarsi l’opera :


Edizioni il Bene Comune
Associazione Culturale Il Bene Comune
Viale Regina Elena, 54 – Campobasso
e-mail: redazione@ilbenecomune.it
Prezzo 8€

3 - Mise en ligne d'un article de Luc Bolevy et Pierre de Laclos sur la combe Moletant à Couzon-au-Mont-d'Or (Rhône)

Luc Bolevy et Pierre de Laclos ont mis en ligne sur le site des Cahiers du Mont d'Or un article au format pdf sur la Combe Moletant à Couzon-au-Mont-d'Or (Rhône) et son petit patrimoine issu de l'exploitation des carrières de pierre jaune du Mont d'Or lyonnais, dont notamment d'étonnants tunnels en pierre sèche.

Pour le consulter, cliquer sur le lien suivant :

https://lescahiersdumontdor.files.wordpress.com/2015/03/combe_moletant_2015-03-20.pdf

L'adresse des Cahiers du Mont d'Or est :

https://lescahiersdumontdor.wordpress.com/category/les-cahiers/

 

Mur en pierre jaune du Mont d'Or bordant le chemin communal de Saint-Léonard conduisant à la combe Moletant : la base du mur est protégée des chariots des carriers par une série de chasse-roues. (© Luc Bolevy et Pierre de Laclos)

 

Des mêmes auteurs, on peut lire dans le présent site les communications suivantes :

- La caborne marquée « BJ » de Saint-Romain-au-Mont-d’Or

- Les tunnels du vallon de Chanelette à Saint-Romain-au-Mont-d’Or

4 - Nos membres et amis publient : Jean-Yves Dufour, Éléments d’archéologie du bâti pour une histoire de la boucherie francilienne contemporaine (Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis), R.A.C.F., t. 53, 2014

M. Jean-Yves Dufour, archéologue de l'Inrap et auteur de plusieurs articles mis en ligne sur pierreseche.com, vient de publier, dans la Revue archéologique du centre de la France, une fascinante étude de bâtiments liés à la boucherie francilienne aux XIXe et XXe siècles (Val-de-Marne, Seine-Saint-Denis). Nous en publions ci-dessous le synopsis.

Les relevés des bâtis effectués dans deux fermes franciliennes et dans deux boucheries villageoises nous plongent au cœur de l’histoire de la boucherie francilienne contemporaine. Pour répondre à la demande toujours croissante en viande, de la population de Paris et de sa banlieue, les établissements agricoles observés à Sucy-en-Brie et La Queue-en-Brie, transforment leurs bâtiments traditionnels en lieux d’élevage bovin intensif.

Ces animaux étaient abattus à Paris, ou dans des « tueries » villageoises.

À Orly, une vaste étable, un poulailler, une tuerie, un fondoir et des greniers sont répartis autour de la cour d’un boucher de village. Le travail d’archives nous informe de la présence d’un atelier patronal de boucherie au moins depuis le début du XIXe s.

À Neuilly-sur-Marne, le boucher a fermé boutique en laissant tous ses instruments sur place. En arrière de son échoppe et de sa maison de ville, l’étude du bâti a révélé une tuerie, une chambre froide, une glacière, une remise et un lieu de stabulation articulés autour d’une courette. L’étude archivistique révèle également une activité de boucherie continue depuis le début du XIXe s.

Non contraintes à la division du travail observée à Paris intra-muros au XIXe s., ces boucheries de banlieue fossilisent peut-être des techniques de travail anciennes.

Leur étude doit nous aider à mieux distinguer les lieux de boucherie parmi nos vestiges médiévaux.

Adresse où lire l'article : http://racf.revues.org/2180

 

Articles de Jean-Yves Dufour publiés sur le présent site :

- Des loges de jardinier pour quoi faire ?

- Étude du bâti de l'auberge du Grand Cerf à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis)

- Une maison villageoise du XVIIIe siècle observée à Roissy-en-France (Val-d’Oise) (avec Marie-Anne Bach)

- La maison neuve d'un marchand de vin de la fin du XIXe siècle à Neuilly-sur-Marne (Seine-Saint-Denis)

5 - Communication de M. Jean-Philippe Teyssier : des murs de pierre sèche dans la banlieue parisienne

M. Jean-Philippe Teyssier a bien voulu nous faire partager sa découverte d'une initiative inédite en région parisienne.

Un jeune homme, du nom de Léonard Nguyen Van Thé, profite des friches entre l'A 86, l'A 14 et le talus ferroviaire du RER A, des restes de démolition d'une branche d'autoroute et de la proximité d'une ferme et de ses moutons pour établir, contre le talus ferroviaire, des murs en pierre sèche, ou plutôt en gravats, en l'occurrence des blocs de béton.

Des soutènements en demi-cercle viennent rythmer le talus défriché du RER A.

 

Un muret de bric et de broc donne un petit air de campagne à ce parc suburbain.

 

Assistons-nous là à un nouvel avatar du phénomène de la pierre sèche, jusque là cantonné à la province ?

 

Merci en tout cas à Jean-Philippe Teyssier et à Antoine Quenardel de ces photos insolites.

 

6 - Stages d'initiation à la maçonnerie sèche en juin, juillet et août 2015

 

* ArtsMurs de Vendée
 

10-14 août et 17-21 août à Vaiges (Mayenne) - 20-24 juillet et 27-31 juillet à Sigournais (Vendée) :

http://www.artsmursdevendee.com/formations-et-stages/stages-de-piere-seche

 

* Ecole locale et itinérante de la pierre sèche (ELIPS)
 

22 juin, 29 juin, 6 juillet :

https://www.facebook.com/pages/ELIPS-Ecole-locale-et-itinérante-de-la-pierre-sèche/1606609759560950

 

* Histoire et Patrimoine Peyruisiens

 

20-21 juin, 11-12 juillet, 17-19 juillet, 7-9 août, 14-16 août :

Restauration de bancaus à Peyruis (Alpes-de-Haute-Provence).
Inscription : Corinne Potty hppeyruis04@gmail.com (information prise sur pierreseche.net)

 

* Le gabion

 

15-19 juin :

Maçonnerie : calade, murs pierre sèche et maçonnée.
Renseignements complémentaires : site : www.legabion.org - courriel : formation@legabion.org

 

* Laviers & Muraillers de Bourgogne

 

29-30 juin, à Tournus (Saône-et-Loire), au Lycée de l'horticulture et du paysage : construction d'un mur en pierre sèche

http://laviers-muraillers-bourgogne.fr/emailing/invitations/Formation_lycee_horticulture/pdf/Invitation_formation_Pierre_seche_LPA_tournus.pdf

 

* Association de sauvegarde et de mise en valeur de Saint-Clément-sur-Guye

 

Samedi 1er août et dimanche 2 août de 9 h 30 à 17 h 30 :

restauration d’une cadole ou ancienne cabane de vigne en pierre sèche à Saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire) avec Joël Jannet, lavier-murailler, par les adhérents de l'Association (pour y participer, il suffit d'adhérer à l'Association)

http://www.stclement-patrimoine.org/index.htm

 

Saint-Clément-sur-Guye (Saône-et-Loire) : cadole en pierre sèche devant être restaurée sous le chemin de la Garde.en août 2015.

 

7 - Création d'un site Internet sur les cabanes en pierres sèches des Corbières orientales

 

MM. Jean-Louis Barthe et Alain Courtiaud nous annoncent la mise en ligne de leur site Internet, encore en construction, consacré à l'inventaire en cours des cabanes en pierre sèche des Corbières orientales dans le département de l'Aude. Il s'agit de

 

Pierres sèches des Corbières orientales

 

 

Les communes concernées sont Caves, Feuilla, Fitou, Leucate, Opoul, Salses et Treilles. Pour l'instant, ne sont disponibles que les données recueillies pour Fitou, Opoul et Salses.

 

Dans la page d'accueil, les auteurs rendent compte des méthodes qu'ils emploient. Avant d'aller vérifier sur le terrain à l'aide du GPS, ils exploitent les photos aériennes fournies par GoogleEarth et Géoportail. Ils distinguent les « baraques voûtées » des « baraques à toit », « baraque » étant le terme qu'ils ont décidé d'adopter pour qualifier les cabanes de pierre sèche recensées.

 

Les cabanes de Fitou avaient fait l'objet, à la fin des années 1990, d'un premier recensement conduit par Robert Guiraud, puis d'un article publié sur le présent site. Leur découverte est cependant plus ancienne : Anny de Pous les avait signalées dans les années 1960, les dénommant « capitelle(s) » (capitèlo), terme originaire de la garrigue de Nîmes (Gard). Si « baraque », inspiré du catalan barraca (pl. barraques), est préférable à « capitelle », en revanche le terme local attesté est cabanòt.

 

Le CERAV salue l'initiative de Jean-Louis Barthe et d'Alain Courtiaud et souhaite la bienvenue à Pierres sèches des Corbières orientales sur l'Internet.

 

8a - Roulotte de berger picarde à vendre

 

M. Pierre Philibert est propriétaire d'une roulotte de berger qu'il a acquise en Picardie du temps où il y habitait. Ayant déménagé dans le Loiret en emportant la roulotte, il est contraint aujourd'hui de s'en séparer et recherche une personne ou une association susceptible d'être intéressée par cet objet rare. Celui-ci est mis en vente sur eBay à l'adresse

http://www.ebay.fr/itm/ROULOTTE-DE-BERGER-ANCIENNE-/221805007983?pt=LH_DefaultDomain_71&hash=item33a49bd46f

avec les indications suivantes :

Ancienne roulotte de berger de Picardie datant du XIXe siècle. Chaque ferme de Picardie élevait des moutons qui étaient mis aux prés en été. Ils étaient gardés par un berger et ses chiens qui vivaient six mois dans cette roulotte (avec un lit surélevé de 120 x180 cm et en dessous deux niches à chien accessibles par l'arrière). J'ai vu cette roulotte dans deux écomusées agricoles du Nord mais jamais dans la nature. Cette roulotte est restée plus de 70 ans à l'abri dans une grange fermée à Wavignies (Oise), ce qui explique son bon état de conservation (de plus, je l'ai passée deux fois a la lasure transparente). Elle est très décorative dans mon jardin et a servi de maison miniature à mes filles. Possibilité de photos supplémentaires ou d'explications par téléphone (02 38 31 08 53 ou 06 19 57 12 12).

 

Nous reproduisons ci-dessous trois photos de la roulotte que nous a aimablement communiquées M. Philbert.

 

Une des faces latérales de la roulotte de berger. L'encorbellement latéral dans la partie arrière (au-dessus de la grande roue en fer) correspond à la présence d'un lit transversal ; le pendant existe de l'autre côté également. La porte s'ouvre dans la partie avant (au-dessus de la petite roue). Un petit auvent porté par deux consoles en bois protège l'avant. © Pierre Philibert

 

 

L'intérieur de la roulotte de berger avec sa couchette transversale surélevé au-dessus d'une étagère de rangement et de la cloison des niches des chiens à l'arrière; sur la gauche, à l'opposé de la porte d'entrée, une tablette latérale fichée dans la bordure en bois de la couchette à droite et reposant sur une console en bois à gauche. © Pierre Philibert.

 

 

Plaque du constructeur : FORGE & CHARRONNAGE / VASSEUR X / A SANCOURT / PAR HAM SOMME (il s'agit de la commune de Sancourt dans le département de la Somme). © Pierre Philibert.

 

Pour contacter le propriétaire : pierre.philibert@sfr.fr

 

8b - De quelques roulottes de berger visibles sur la Toile

 

En cherchant sur la Toile, on peut trouver des photos de roulottes assez semblables à celle de Sancourt de par leur morphologie Nous prenons la liberté d'en reproduire quelques-unes en indiquant leurs sources respectives (nom du photographe quand il est indiqué, nom et adresse du site Internet et lien).

 

 

Roulotte de berger du XXe siècle à Villiers-le-Bel (Val-d'Oise). Les petites ouvertures jumelles sont pour les chiens, lesquels dorment sous la couchette installée transversalement au niveau des deux encorbellements opposés.

Source : site TOPIC TOPOS
http://fr.topic-topos.com/roulotte-de-berger-villiers-le-bel

 

Roulotte de berger à Poulainville (Somme). On ne voit pas d'essieu à l'avant, est-ce à dire qu'il y avait simplement des béquilles ? L'avant et l'arrière du véhicule sont protégés par l'auvent formé par la continuation de la toiture.

Source : Ulysse Pérodeau, Bergers, vaine pâture, sujets de discordes, site officiel de la ville de Poulainville (Somme).

http://www.ville-poulainville.fr/article.do&id=992

 

La même, vue depuis l'avant. On distingue le mot CABANE peint sous le fenestron fermé par un volet. © Ulysse Pérodeau

Source : Ulysse Pérodeau, Bergers, vaine pâture, sujets de discordes, site officiel de la ville de Poulainville (Somme).

http://www.ville-poulainville.fr/article.do&id=992

 

Pour en savoir plus sur la roulotte de berger en France, on peut consulter les articles suivants :

- Christian Lassure, La roulotte de berger d'après des cartes postales et photographies anciennes :

- Christian Lassure, La roulotte de berger d'après des enluminures de la fin du Moyen Âge :

 

9 - La roulotte de berger en France : mise au point terminologique

 

On peut lire sur le site de l'association Les Amis d'Allègre (1), que dans le Velay (la Haute-Loire) et plus généralement en Auvergne, le nom de la roulotte de berger est « tueille » ou « teuille », « terme qui restitue en phonétique le terme utilisé en Velay et Auvergne pour ces petits abris » et qui « vient de tuile, en Occitan et Catalan teula, en Portugais telha ».

 

Outre le fait qu'à l'appui de cette théorie ne vient aucun dictionnaire de langue vellave ou auvergnate, on voit mal le rapport entre un abri mobile en bois et une tuile. Le Dictionnaire occitan-français de Louis Alibert reste muet à la rubrique teule : pour le féminin teula, il donne « Brique ; dalle ; pierre plate ; ardoise ; brique servant à bâtir ; fourneau de cardeur de laine ; tuile » ; de « roulotte », il n'est donc point question. De même, l'ouvrage fondamental sur l'habitat rural en Auvergne, Maisons paysannes et vie traditionnelle en Auvergne, de Luc Breuillé, Richard Dumas, Roland Ondet et Patrice Trapon (éditions CREER, 1980, pp. 295-296), ignore cette appellation et indique que la dénomination universellement employée autrefois en Auvergne pour l'habitat mobile était « carrosse de berger », et ce par dérision.

 

Dernier point, le terme prétendument régional se métamorphose en un terme générique applicable aux cabanes mobiles d'autres régions :

- « tueilles de Vendée et sud-ouest de la France, dites navarri (navari, navarit) » ;

- « tueilles de Beauce, du Perche et du centre de la France » ;

- « tueille d'Etaples, petit port de mer de la Côte d'Opale en Pas de Calais ».

Cela n'est pas sans nous rappeler ce qui s'est passé naguère en Provence avec le vocable « bòri / borie », désignant une ferme, une métairie (2), mis en avant pour déloger les trop prosaïques « cabane » et « cabanon » et promu à une carrière nationale dans le sens de « cabane en pierre sèche » : bories de la Dordogne, bories de la Drôme, bories des Alpes-Maritimes, etc.

 

Maintenant qu'un certain intérêt se fait jour pour l'habitat mobile du berger, la prudence s'impose quant à la terminologie à employer pour décrire ce nouvel objet d'étude.

 

Christian Lassure

 

(1) Voir, sur le site Les Amis d'Allègre, les documents suivants :

- Les petites tueilles : http://www.amisdallegre.org/fichier_associe/petites_tueilles.pdf

- La Tueille Degois et la roulotte de berger : http://www.amisdallegre.org/fichier_associe/tueilles_degois_et_roulottes_de_berger.pdf

Également, sur une autre page du même site, le texte suivant :

- La tueille du berger : http://www.amisdallegre.org/fichier_associe/la_tueille_du_berger.pdf

 

(2) Frédéric Mistral, dans son discours de la Sainte-Estelle du 24 mai 1882, ne disait-il pas : ...E se voulés que rèston, aqueli païsan, dins si vilage e dins si bòri... (« Et si l'on veut que ces paysans restent dans leurs villages et dans leurs fermes ») (citation aimablement communiquée à l'auteur par André Pierre Fulconis).

 

10 - 9e édition de La mia casita / Moj kažun (8-23/05/2015) à Vodnjan / Dignano d'Istria (Croatie) (par Sergio Gnesda et Branko Orbanić) / 9° edizione di La mia casita / Moj kažun (8-23/05/2015) a Dignano d'Istria / Vodnjan (Croazia) (Sergio Gnesda e Branko Orbanić)

Dans le cadre de l'atelier 2015 La mia casita / Moj kažun, on a construit, à l'intérieur du Parc des casite, un ensemble composé de quatre ouvrages typiques du territoire de Dignano d'Istria / Vodnjan, conçus comme démonstration des techniques de construction à pierre sèche.

Nell’ambito del laboratorio «Moj kažun / La mia casita 2015» all’interno del Parco delle casite – Park kazuni é stato costruito, quale dimostrazione delle tecniche di costruzione in pietra a secco, un insieme di quattro opere tipiche del territorio di Dignano d’Istria / Vodnjan.

L'ensemble se compose des ouvrages suivants :
- une guérite à base carrée ;
- une guérite de plan ovale, avec voûte en encorbellement mais sans couverture de lauses ;
- une guérite de plan ovale avec voûte en encorbellement et couverture de lauses;
- une petite cabane de plan carré avec voûte en encorbellement et couverture de lauses.

L’insieme si compone delle opere seguenti :
- una garitta a base quadrata ;
- una garitta a base ovale con volta in aggetto senza la copertura con le laure ;
- una garitta a base ovale con volta in aggetto e copertura con le laure ;
- una piccola capanna a base quadrata con volta in aggetto e copertura con le laure.

 De grandes quantités de pierres ont été apportées sur le chantier au début de l'édition afin de pouvoir choisir facilement les plus adaptées au travail en cours.

All’inizio dell’edizione sono state portate sul cantiere gradi quantità di pietre in maniera da poterne selezionare quelle più adatte ai lavori in corso.

Mise en place de la structure des murs et des casite. Photo © Branko Orbanić 2015.

Realizzazione della struttura dei muri e delle casite. Foto © Branko Orbanić 2015.

Vers la fin de l'édition, l'ensemble est presque terminé. Au premier plan, les dalles (lauses) qui serviront à la construction des couvrements. Grâce à la qualité du calcaire et à la possibilité d’extraire de grandes dalles d'épaisseur constante, on peut bâtir des voûtes en encorbellement de grande stabilité.

Verso la fine dell’edizione del laboratorio l’insieme é quasi terminato. In primo piano le lastre (laure) che serviranno alla costruzione della copertura. Grazie alla qualità del calcare ed alla possibilità di estrarre grandi lastre di spessore costante, si possono realizzare delle volte in aggetto etremamente stabili.

Au centre de la photo, la guérite à voûte d'encorbellement, avec son chapeau (capel / korona) et son pinacle (pimpignol / pinčuk). Photo © Branko Orbanić 2015.

Al centro della fotografia, la garitta con volta in aggetto con il suo cappello (capel / korona) e il suo pinnacolo (pimpignol / pinčuk). Foto © Branko Orbanić 2015.

On aperçoit à partir de la gauche :
- la guérite de plan carré, haute d’un mètre, refuge pour une personne en cas d’intempéries ;
- la guérite de plan ovale, à voûte d'encorbellement mais sans couverture de lauses, où deux personnes peuvent se réfugier en cas d’intempéries ;
- la petite casita de plan ovale, à voûte d'encorbellement et couverture de lauses ;
- la petite casita de plan carré, à voûte d'encorbellement et couverture de lauses.

Da notare a partire della sinistra :
- la garitta a base quadrata, alta un metro; ricovero per una persona nel caso di intemperie ;
- la garitta a base ovale, con volta in aggetto senza la copertura con le laure, dove possono rifugiarsi due persone in caso di intemperie ;
- la piccola casita a base ovale con volta in aggetto e copertura con le laure ;
- la piccola casita a base quadrata con volta in aggetto e copertura con le laure.

Les deux casite, de par leur taille et leur hauteur, peuvent servir à serrer des outils, à tenir au frais la nourriture et le vin ou à garder l'œil sur la récolte.

Le due casite, vista la loro dimensione e altezza, possono servire per riporre gli atrezzi, tenere al fresco le vivande e il vino ed a tenere d’occhio i raccolti.

Le dernier jour, les élèves de l'école élémentaire de Dignano / Vodnjan s'activent à remplir le sommet du mur avec des pierres de taille convenable. Photo © Branko Orbanić 2015.

Gli allievi della scuola elementare di Dignano / Vodnjan, l’ultimo giorno, si attivano a riempire la sommità del muro con pietre di pezzatura convenevole. Foto © Branko Orbanić 2015.

L'ensemble des murs et des abris a été conçu par l'architecte Branko Orbanić, responsable technique de l'organisation et de la réalisation de l'atelier.

L’insieme dei muri e dei ricoveri é stato concepito dall’architetto Branko Orbanić, responsabile tecnico dell’organizzazione e della realizzazione del laboratorio.


Pour imprimer, passer en mode paysage
To print, use landscape mode

© CERAV

Le 29 juin 2015 / June 29th, 2015

 sommaire nouvelles          nouvelles 2011 (1)          nouvelles 2011 (2)          nouvelles 2012 (1)          nouvelles 2012 (2)

nouvelles 2013 (1)         nouvelles 2013 (2)          nouvelles 2014 (1)          nouvelles 2014 (2)          page d'accueil